« Misère » et « salaires indignes » : l’Académie des sciences et la LPPR

Academia propose, dans le désordre, une lecture des textes ayant nourri la préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Après la CPU et le groupe de travail sur l’Attractivité des emplois et des carrières scientifiques, voici un billet sur des propositions qui ne concernent que les sciences mathématiques et naturelles émanant de l’Académie des sciences.

Examinons le premier texte soumis par une instance consultative prestigieuse — l’Académie des sciences — qui fait paraître sa Contribution le 15 mai 20191. Pour suivre notre ligne éditoriale, nous considérerons prioritairement les éléments touchant à l’emploi dans l’ESR. Précisons que l’Académie met une limite de taille à sa proposition :

La situation particulière des sciences humaines et sociales requiert évidemment des analyses et propositions spécifiques qui ne sont pas traitées ici, ces domaines ne relevant pas du périmètre des compétences de l’Académie des sciences.

Il reste à savoir si une autre Académie a fait des propositions indispensables pour nos disciplines en sciences humaines et sociales, trop souvent ignorées par des responsables politiques qui n’en sont pas issus.

Présentation à l’Académie des sciences, extrait de La Grosse bête de Monsieur Racine, par Tomi Ungerer, Ecole des loisirs, janvier 1972

Document de 13 pages et de 5 pages d’annexes, il est le résutat des travaux d’une  commission composée de 17 hommes membres et 2 femmes2. Structuré selon les demandes formulées par le Premier MInistre (1. Recherche sur projet, financement compétitif et financement des laboratoires ; 2 :Attractivité des emplois et des carrières scientifiques ; 3. Innovation et recherche partenariale), ce document intéresse Academia pour les aspects qui touchent l’emploi et ce que le gouvernement nomme « l’attractivité » – et qui pour l’essentiel touche aux conditions de travail et de rémunération.

Dans son introduction (p. 4), l’Académie insiste sur l’importance de cette question de l’emploi et des conditions de travail.

Une perte d’attractivité

Malgré ce contexte d’évolutions plutôt positives, il n’en reste pas moins que le système de recherche français souffre d’une perte continue d’attractivité aussi bien auprès de nos meilleurs étudiants que des étudiants étrangers et des chercheurs français et étrangers, juniors et seniors.

Continuer la lecture

  1. En espérant pouvoir approfondir la lecture dans un avenir proche. []
  2. Le sex ratio est très bas à l’Académie des sciences : https://www.academie-sciences.fr/fr/Table/Listes-par-ordre-alphabetique/Liste-des-membres-de-l-Academie-des-sciences . []