Faire le choix de la chaise vide devant la Commission des Affaires culturelles

La fabrique de la loi #3

← Article précédent

Article suivant →

Dans la première phase d’examen de la loi de programmation de la recherche, la Commission des Affaires culturelles chargée d’examiner la loi au fond a conduit une semaine d’auditions, dont Academia a donné l’agenda et ses tardives modifications1

Parmi les acteurs qui n’étaient issus ni de l’administration, ni des syndicats, ni encore du monde de la recherche, on a pu repérer deux associations représentants les sciences citoyennes, soit

  • ALLISS Sciences Sociétés, représentée par la sociologue Madeleine Akrich, co-présidente de l’association2
  • Fondation Sciences Citoyennes, représenté par Kevin Jean, chercheur au CNAM et président de l’association et Aude Lapprand, directrice de l’association

La fondation Sciences citoyennes a refusé son audition et s’en explique dans un texte publié sur le site de l’association et sur Politis. Nous le reproduisons ci-dessous.

L’association rappelant les conditions d’élaboration de la loi, entre janvier 2019 et mars 2020, le lancement du processus législatif au sortir du confinement, les conditions de consultation et les avis des instances (CNESER, CSE), juge que le processus législatif n’a rien de démocratique. À cela il ajoute le calendrier propre à l’examen parlementaire : auditions de la Commission des Affaires culturelles, du 27 août au 4 septembre — ne faisant l’objet ni d’enregistrements, ni de diffusion par le bien de direct, de vidéo différées ou de comptes rendus — puis d’un examen en séance les semaines du 14 et du 21 septembre, soit « durant ces mêmes semaines de rentrée où les enseignants-chercheurs devront redoubler d’énergie pour permettre d’accueillir les étudiants nombreux, dans des conditions dégradées ».

Peut-on encore parler de démocratie dans ce processus de passage en force ?

C’est effectivement une bonne question. Sciences citoyennes a choisi la politique de la chaise vide.

https://www.flickr.com/photos/skunkpiks/54155766/in/photolist-5MyC7-fnCNLh-rKFbZ-6bpLQw-8uxMyW-o5vmz-92rCcs-9K6pmY-6BSdd3-2EMvGx-9j24Ap-478Y8T-47d3Bj-8UtZ1X-8Ux4bm-7Y3UXm-47d3xA-47d3yG-6Do9sx-x8MoJf-478XWM-8Ux4z3-7U6zet-47d3hW-5LPfxt-478Y7R-47d3D7-478Y4D-478XAH-4n8Lvx-KCEiz-47d3fE-9rPdZg-SbdQQ-2ixwRAE-cEM8V-4Qj8Tm-2jvMgtR-6aQB7U-XAh3Fk-K4igMn-2cmYkSg-2hyVour-8UtXAM-47d3qm-49VWj3-xqoXY2-478XYk-478XDt-4mQMsQ

Tools, by Morgan, 2005


Pour une éthique de la non-coopération démocratique

par l’association SCIENCES CITOYENNES

Le monde associatif militant est confronté à un dilemme récurrent : participer sans compter à l’ensemble des manifestations où son message pourra être diffusé, entendu, et, qui sait, modifier l’ordre existant ? Ou bien choisir avec parcimonie, quitte à se priver de tribunes, les occasions qui sont sans risque d’instrumentalisation ou de récupération, et lors desquelles son impact et de véritables alliances lui permettront de changer le cours des choses ?

Continuer la lecture

  1. L’Assemblée des directions de laboratoire a, par exemple, été prévenue la veille de son audition le jeudi 4 septembre à 17h. []
  2. Academia espère un compte rendu de l’audition de M. Akrich. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search