Réalités du travail universitaire, par le quotidien Libération

Citation

L’université de Lille accuse un déficit de 6 millions d’euros et a de plus en plus recours à des vacataires pour faire des économies. Des contrats précaires et mal payés souvent assurés par des doctorants. Extraits

Universités : «L’excellence, on sait faire, c’est juste qu’on a zéro thune»

par Sheerazad Chekaik-Chaila – https://www.liberation.fr/france/2019/01/08/universites-l-excellence-on-sait-faire-c-est-juste-qu-on-a-zero-thune_1701733

«Je finis ma thèse. Je vais essayer d’avoir un poste d’enseignant à la fac. Sinon je retourne à l’agriculture…» ironise Benjamin (1), doctorant lillois en sciences politiques. «Moi, si je n’ai pas de poste, je serai fleuriste», annonce pour sa part Estelle, 27 ans, chercheuse en sociologie qui vient de décrocher une place d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’université de Lille, payée 1 230 euros net par mois, pendant un an, renouvelable une seule fois. Douze mois de répit.

Mi-octobre, l’université de Lille a annoncé une «année blanche» pour la prochaine campagne de recrutement universitaire. La deuxième plus importante université de France, qui compte 67 000 étudiants et 6 700 salariés, a fini l’année dans le rouge, avec un déficit de 6 millions d’euros. Un plan de redressement, étalé sur cinq ans, prévoit de laisser vacants 73 postes d’enseignants-chercheurs et d’administratifs remplacés parfois par des contrats précaires. Des établissements, comme à Orléans ou Rennes-I, sont aussi concernés par des mesures d’austérité. Leur situation financière, ainsi que celle de huit autres universités et deux écoles d’ingénieurs, inquiète la Cour des comptes.

(…)  Par endroits, avec la progression du nombre d’étudiants et le manque de professeurs titulaires, des filières sont dépendantes de ces postes temporaires pour pouvoir continuer à assurer les cours.

Continuer la lecture

“Misère et décadence des recrutements” dans Socio-Logos

Citation

Le dernier numéro de la revue de l’Association française de sociologie (AFS), réalisé en lien avec l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES), porte sur “les revers de l’excellence”.

Continuer la lecture

Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

Continuer la lecture

Quand le CNU utilise les réseaux sociaux

La 70e section du CNU [Sciences de l’éducation] a désormais son compte FB. Pour suivre en temps réel les décisions de la section et interagir avec ses membres?

De leurs côtés, les géographes de la 23e section ont ouvert un wiki autonome de leur page officielle du site du CNU.
Continuer la lecture

Misère des postes, recrutements misérables? Une journée de débats le 31 janvier 2015

Les sections 36 et 40 continuent leur contribution salutaire à la réflexion sur les pratiques de recrutements. À l’occasion d’une journée organisée par l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP), l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCSMP), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES), certains membres des commissions de sociologie et sciences du droit (36) et de Politique, pouvoir et organisation (40) participent à plusieurs tables rondes le 31 janvier.

Programme disponible ici: Journee_ASES_31janvier2015

Academia se fera un plaisir de publier un compte rendu des discussions

Concours CNRS : quand “sélectionner” devient un réflexe

Par Karim Hammou, Milena Jakšić et Claire Lemercier

10391455_794437207256902_351480939199050857_nIl est devenu coutume, depuis quelques années, qu’un nombre croissant d’UMR publient la procédure selon laquelle elles choisiront quels candidat·e·s aux concours CNRS ils « soutiendront »1. Ces procédures engagent en règle générale les candidat·e·s à solliciter en amont les unités, à leur envoyer CV, rapport de thèse, publications significatives, projet de recherche dans un état plus ou moins abouti, et parfois « priorité du vœu d’affectation » dans ce laboratoire.

Les laboratoires, de leur côté, peuvent arbitrer entre soutien plein et entier via une longue lettre argumentée, soutien de pure forme via une lettre plus courte, et refus de soutien – un refus qui peut être signalé dans certains cas quelques semaines, voire quelques jours avant la date limite de candidature aux concours. Cette procédure s’apparente souvent de ce point de vue à une forme de pré-sélection.

Continuer la lecture

  1. Voir les quelques exemples indiqués sur le site de L’AFSP. []

À propos des fléchages et coloriages : conseils aux candidat.e.s au CNRS (section 40, mais pas seulement)

Cette année, en sciences humaines et sociales, une forte minorité des postes sont “coloriés” (une thématique précise est conseillée), mais surtout “fléchés” (le poste est affecté à un laboratoire précis, avec un numéro de concours distinct). Cette pratique, qui a connu des hauts et des bas (elle était répandue aussi quand j’ai été recrutée en 2003, mais depuis elle avait quasi disparu, en tout cas pour les fléchages), est à peu près unanimement réprouvée par les sections du comité national (qui font office de jury de recrutement) comme par les autres disciplines au sein du CNRS (math, physique, biologie, etc.). C’est un choix politique de l’Institut des SHS du CNRS – avec des objectifs de politique scientifique, mais aussi d’aménagement du territoire, qui pèsent ainsi sur les candidat.e.s à un concours déjà très difficile. Continuer la lecture

Communiqué de l’ANCMSP au sujet des auditions de la section 40

Concours de recrutement au CNRS : l’AESCP et l’ANCMSP s’interrogent sur les conditions de sélection des candidat-e-s admis-es à être auditionné-e-s dans la section 40 du CNRS.

Pour la session de recrutement 2014 du CNRS, le nombre de candidat-e-s « admis-es à poursuivre » en CR2, autrement dit à passer l’audition devant le jury de la section 40, est de 114 sur 212 candidat-e-s admis-es à concourir au départ. Autrement dit, 47% des admis-es à concourir ont été éliminé-e-s. Rappelons qu’il y a 4 postes ouverts au concours.
Que s’est-il passé ? Habituellement, ce taux est bien moins élevé. En 2013, 247 candidat-e-s étaient admis-es à concourir et 200 à poursuivre (pour 6 postes), soit 20% de candidat-e-s éliminé-e-s. Ces dernier-e-s l’étaient alors pour des raisons strictement administratives (pièces manquantes ou non conformes dans le dossier de candidature). Manifestement, cette année, d’autres critères ont servi à opérer cette pré-sélection.
Quels sont les critères de sélection ? Cette question en soi pose déjà problème car aucun critère de pré-sélection, excepté les critères rendus publics par le CNRS, n’ont été affichés avant le dépôt des candidatures. Ceci implique des conditions de concours peu transparentes et peu équitables. Continuer la lecture

Guide du candidat CNRS – section 40

La section 40 du Comité national du CNRS continue son oeuvre de transparence en diffusant un Guide du candidat pour le concours CNRS 2014. C’est l’occasion de rappeler, en cette période de préparation des dossiers, les deux papiers de Claire Lemercier sur le dossier lui-même et l’audition.

Récolte de la campagne 2013: Programme recherche 2013 section 38 CR2 CNRS  – Il s’agissait d’une 5e candidature. L’auteure n’avait jamais été classée auparavant, malgré des échos plutôt positifs de membres des commissions antérieures. Elle avait joint au projet deux lettres de soutien, la première d’un membre du laboratoire où elle travaillait au moment de la candidature, la seconde du laboratoire demandé.

Rapport d’activitité – section 04 du CNU – 2013

La section de Science politique du CNU (04) publie son rapport annuel. Ce document très riche pourrait inspirer d’autres sections. Le site de la CP-CNU, organisé par section, propose bien systématiquement un onglet “Rapports d’activité”, mais il reste vide dans de nombreux cas.

Souvenirs de campagne 2011-2

L’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) a fait paraître  en février 2013 une analyse des “Souvenirs de campagne” des candidats aux maîtrises de conférences (04). Pigeon

Si l’ANCMSP souligne que les retours ont été peu nombreux, elle liste certains problèmes repérés dans le processus de recrutement par les candidats.

Continuer la lecture

Etre candidat.e au CNRS, 2- L’audition

par Claire Lemercier

Attention, ceci est un premier jet, qui sera sans doute enrichi, comme l’avait été la note sur la préparation du projet, par les commentaires de collègues. Vous avez donc intérêt à revenir sur cette page dans la semaine du 11 mars pour lire la nouvelle version ! [edit : voyez en effet les riches commentaires et le nouvel exemple à lire ci-dessous ] Continuer la lecture