« Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant »

https://twitter.com/LemoziVirgile/status/1313174391824494592?s=20

  • par PIerre Nocerino, doctorant en sociologie

Certains s’autorisent, année après année, à réaffirmer les mêmes clichés. Il est donc malheureusement nécessaire, année après année, de se répéter pour se défaire de ces prénotions.

Pour cela, je partirais de ma propre expérience : ayant fini il y a quelques jours la rédaction de ma thèse, je peux effectivement me demander si, pendant ces six années, j’ai été ou non un « bon » doctorant. Mais mon expérience n’a d’intérêt que si elle est mise en perspective. Si je n’ai pas fait d’enquête sur les doctorants et doctorantes, je peux toutefois me risquer à une généralisation en convoquant les outils sociologiques issus de ma thèse.

1 — Mon expérience

Pendant trois années de master et quatre années de thèse, je me suis engagé dans ce que j’ai cru être la bonne façon de travailler : quasiment pas de week-ends, encore moins de vacances, rarement des journées de moins de 10 heures de boulot. Ce rythme m’a aidé à honorer le poncif précité : j’étais un doctorant bien déprimé ! Mais bon, ça voulait dire que j’étais un bon doctorant. Je me disais que c’était « normal ». Plus encore, je me convaincais que c’était bien ! Que j’étais un bon doctorant, donc.

Un doctorant tellement bon que j’étais incapable de proposer des papiers : j’aurais pu (et donc dû) travailler davantage, à l’image de mes collègues qui parvenaient à repousser leurs limites plus que moi.

Un doctorant tellement bon qu’il m’arrivait souvent de décrocher, tant dans les journées d’étude, dans mes lectures ou encore sur le terrain, parce que j’étais épuisé.

J’étais un doctorant tellement bon que j’en devenais super irritable, au point de ne plus réussir à évaluer correctement les travaux de mes collègues (et même les miens).

Un doctorant tellement bon que j’ai complètement bloqué dans l’écriture, au point d’envisager très sérieusement de tout arrêter.

Tout.

Plusieurs fois.

Au final, ce n’est qu’à ma 5e et 6e année de thèse que j’ai commencé à ralentir. Parce que de toute évidence, je n’y arrivais plus. Et que ça devenait dangereux.

https://universiteouverte.org/2020/10/05/jai-passe-une-audition/

(c) Ladactylo, photographiée par une précaire détère et vénère anonyme.

Continuer la lecture

Parlons de l’injonction à la productivité…

  • D’abord, nous vivons une époque particulière. Beaucoup d’entre nous n’avons pas vraiment de référent pour penser la situation. La plupart d’entre nous n’a vécu ni épidémie, ni guerre, ni confinement et nous devons inventer et comprendre au fil de l’eau.
  • De plus, la situation est très anxiogène pour mille raisons: la peur pour ceux qu’on aime, la peur de sa propre mort, l’isolement, l’ennui, les difficultés préexistantes exacerbées comme dans le handicap psychologique ou physiologique ou les maladies chroniques, etc). D’ailleurs parfois, ne pas sentir l’anxiété ne veut pas dire qu’elle n’existe pas quelque part !

Ces deux points — pas de référent pour penser ou vivre cette situation ajouté aux difficultés et angoisse liées à la situation — nous prennent une énergie psychique ÉNORME. absolument énorme. Et parfois sans qu’on s’en rende compte, comme une tache de fond. Cela peut prendre différentes formes : difficulté de concentration, fatigue, préoccupation, angoisse, manifestation traumatique, ralentissement, sidération, etc.

Donc, si vous ne parvenez pas à faire des choses que vous faisiez habituellement ou que vous aimeriez faire, ne culpabilisez pas. C’est normal. Une partie de votre énergie passe là dedans.
Pour minimiser l’impact, on conseille de conserver un rythme de journée « normale » avec des temps et des activités différenciées et des heures de sommeil pas trop décalées mais vous faites ce que vous pouvez. Et si vous n’y parvenez pas, ne vous en voulez pas. Nos corps et nos psychismes sont sollicités, soyons tendres avec eux.

D’un point de vue plus politique (eh oui) : fuck l’injonction à la productivité. C’est elle qui gouverne notre système a bout de souffle qui fait de nous des rouages corvéables à merci. Et même quand tout menace de s’effondrer, on devrait encore faire et faire et faire et produire sous peine de ne rien valoir ? De culpabiliser ? Si vous avez l’envie, l’énergie : faites ! Faites pour vous. Pas pour la norme. Pas pour ce qui est attendu. Si vous n’avez pas l’énergie, vous ne valez pas moins. Peut-être que ce confinement vous apportera des réponses, peut-être qu’il vous apportera des questions, peut-être rien. Mais j’espère qu’il nous redonne la conscience que nous ne sommes pas des unités de production, que notre travail a de la valeur, que nos corps, nos ressentis sont importants.

Parce que dans l’après, il faudra peut-être se battre pour faire respecter ça.