Suicides des étudiant·es. Aux vrais problèmes, les vraies solutions

AVANT

AVANT – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021

APRÈS

APRÈS – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021. Source: MESRI  (nombre d’étudiant·es) et Ministre (80 psychologues annoncés), arrondi favorable à la Ministre

Tweet d’@irisameha, 16 janvier 2021

Atelier d’art thérapie — Soigner l’Université

Correspondance dans une université parisienne

Proposition de Serge*1

Il y a quelque chose de possible, c’est de mettre en place un atelier de peinture. Je ne sais pas quelles sont les disponibilités de salles d’atelier à l’UFR αω le soir, mais ce que je sais, c’est que la couleur est un anti-dépresseur extrêmement puissant. Mes étudiant·es qui ont souvent touché à pas mal de cames me le font souvent remarquer. Matisse disait qu’il y avait un paradis dans la couleur, mais c’est vrai. La couleur c’est de la lumière, et comme la vie a besoin de lumière, dès que l’hiver arrive, les gens vont mal. Alors avec un confinement hivernal… Moi quand ça ne va pas, je peins. Et comme ça ne va jamais, je peins tout le temps. Du coup la couleur est devenue l’espace où je vis, ma terre promise et mon salut. Sans ça, je ne serai certainement plus là pour vous en parler.Il suffirait que chacun vienne avec une boîte d’huiles ou des aquarelles et quelques autres produits que je vous indiquerai. La térébenthine c’est une drogue qui ne coûte pas très cher et ça pourrait faire tenir chacun.e jusqu’à la lumière du printemps. Les étudiant·es pourraient venir ainsi que les prof·es  qui en ont envie. De toute façon devant la couleur, la peinture, la création, tout le monde est à égalité, nu comme Adam et Eve au paradis. S’il y a des volontaires et qu’on trouve une salle, je peux trouver trois heures par semaine pour vous initier à ce genre de shoot. Il y a une accoutumance c’est sûr, mais c’est sans danger pour la santé.
Pour aider les étudiants à acquérir le matériel, il faudrait trouver un petit budget. (je crois qu’on peut trouver pour 20€/ 25€ environ des tubes d’huiles pas trop chers) Pourquoi l’huile ? Parce que ce sont des sensations qui n’ont rien à voir avec l’acrylique. Si ça vous dit. On peut faire quelque chose d’un peu autogéré. Sans dieu ni maître mais où chacun pourra reprendre des forces au paradis. En plus la peinture c’est bien, parce que quand on peint on peut se parler, et ça fabrique des endorphines.
Amateures et amatrices de paradis artificiels, on monte une salle de shoot?

Serge*

Réponse de la direction de l’UFR  à quelques personnes — mercredi 13 Janvier, 15:24

Cher Serge, j’y suis personnellement tout à fait favorable, et je trouve même que ce serait indispensable. Hélas, le gouvernement ne nous autorise pas à mettre cela en place, il a du reste interdit les cours de dessin pour le personnel Biatss lors du premier semestre, sachant que les seuls usages autorisés en ce moment à l’université sont les usages pédagogiques inscrits dans la maquette officiellement et purement à l’attention des étudiants. Le prétexte sanitaire nos coupe les ailes systématiquement,

bien à toi, Jean-Luc*

Ça s’est poursuivi comme ça :

Chers ami·es,

j’ai proposé un atelier de peinture à l’usage des profs, étudiants, biatss.

On me répond que c’est impossible. (ci-dessous l’échange de mail avec la direction de mon UFR). Y aurait-il des lieux à Université α qui puissent accueillir ce genre d’initiative ou est-ce qu’on va être condamné à regarder nos étudiant·es , et nos camarades se laisser cabosser l’existence et se suicider sans qu’on puisse rien y faire?

Derrière les jérémiades du gouvernement, il y a la réalité d’une non assistance à personne en danger évidente. S’il y a une direction élué cet après-midi, il faudra qu’elle se prononce rapidement sur la poursuite de ce légitimisme suicidaire.

Serge*

Affiche, 2021

  1. *Les prénoms ont été anonymisés. []

Les étudiant·es fantômes

  • par des étudiant·es de Licence 1 de science politique, Université de Montpellier

Crédit photo:  Debs (ò‿ó)♪, 2010

Isolement des étudiant∙es : Géraldine en appelle à la responsabilité des collègues

Continuer la lecture

« Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant »

https://twitter.com/LemoziVirgile/status/1313174391824494592?s=20

  • par PIerre Nocerino, doctorant en sociologie

Certains s’autorisent, année après année, à réaffirmer les mêmes clichés. Il est donc malheureusement nécessaire, année après année, de se répéter pour se défaire de ces prénotions.

Pour cela, je partirais de ma propre expérience : ayant fini il y a quelques jours la rédaction de ma thèse, je peux effectivement me demander si, pendant ces six années, j’ai été ou non un « bon » doctorant. Mais mon expérience n’a d’intérêt que si elle est mise en perspective. Si je n’ai pas fait d’enquête sur les doctorants et doctorantes, je peux toutefois me risquer à une généralisation en convoquant les outils sociologiques issus de ma thèse.

1 — Mon expérience

Pendant trois années de master et quatre années de thèse, je me suis engagé dans ce que j’ai cru être la bonne façon de travailler : quasiment pas de week-ends, encore moins de vacances, rarement des journées de moins de 10 heures de boulot. Ce rythme m’a aidé à honorer le poncif précité : j’étais un doctorant bien déprimé ! Mais bon, ça voulait dire que j’étais un bon doctorant. Je me disais que c’était « normal ». Plus encore, je me convaincais que c’était bien ! Que j’étais un bon doctorant, donc.

Un doctorant tellement bon que j’étais incapable de proposer des papiers : j’aurais pu (et donc dû) travailler davantage, à l’image de mes collègues qui parvenaient à repousser leurs limites plus que moi.

Un doctorant tellement bon qu’il m’arrivait souvent de décrocher, tant dans les journées d’étude, dans mes lectures ou encore sur le terrain, parce que j’étais épuisé.

J’étais un doctorant tellement bon que j’en devenais super irritable, au point de ne plus réussir à évaluer correctement les travaux de mes collègues (et même les miens).

Un doctorant tellement bon que j’ai complètement bloqué dans l’écriture, au point d’envisager très sérieusement de tout arrêter.

Tout.

Plusieurs fois.

Au final, ce n’est qu’à ma 5e et 6e année de thèse que j’ai commencé à ralentir. Parce que de toute évidence, je n’y arrivais plus. Et que ça devenait dangereux.

https://universiteouverte.org/2020/10/05/jai-passe-une-audition/

(c) Ladactylo, photographiée par une précaire détère et vénère anonyme.

Continuer la lecture

Parlons de l’injonction à la productivité…

  • D’abord, nous vivons une époque particulière. Beaucoup d’entre nous n’avons pas vraiment de référent pour penser la situation. La plupart d’entre nous n’a vécu ni épidémie, ni guerre, ni confinement et nous devons inventer et comprendre au fil de l’eau.
  • De plus, la situation est très anxiogène pour mille raisons: la peur pour ceux qu’on aime, la peur de sa propre mort, l’isolement, l’ennui, les difficultés préexistantes exacerbées comme dans le handicap psychologique ou physiologique ou les maladies chroniques, etc). D’ailleurs parfois, ne pas sentir l’anxiété ne veut pas dire qu’elle n’existe pas quelque part !

Ces deux points — pas de référent pour penser ou vivre cette situation ajouté aux difficultés et angoisse liées à la situation — nous prennent une énergie psychique ÉNORME. absolument énorme. Et parfois sans qu’on s’en rende compte, comme une tache de fond. Cela peut prendre différentes formes : difficulté de concentration, fatigue, préoccupation, angoisse, manifestation traumatique, ralentissement, sidération, etc.

Donc, si vous ne parvenez pas à faire des choses que vous faisiez habituellement ou que vous aimeriez faire, ne culpabilisez pas. C’est normal. Une partie de votre énergie passe là dedans.
Pour minimiser l’impact, on conseille de conserver un rythme de journée « normale » avec des temps et des activités différenciées et des heures de sommeil pas trop décalées mais vous faites ce que vous pouvez. Et si vous n’y parvenez pas, ne vous en voulez pas. Nos corps et nos psychismes sont sollicités, soyons tendres avec eux.

D’un point de vue plus politique (eh oui) : fuck l’injonction à la productivité. C’est elle qui gouverne notre système a bout de souffle qui fait de nous des rouages corvéables à merci. Et même quand tout menace de s’effondrer, on devrait encore faire et faire et faire et produire sous peine de ne rien valoir ? De culpabiliser ? Si vous avez l’envie, l’énergie : faites ! Faites pour vous. Pas pour la norme. Pas pour ce qui est attendu. Si vous n’avez pas l’énergie, vous ne valez pas moins. Peut-être que ce confinement vous apportera des réponses, peut-être qu’il vous apportera des questions, peut-être rien. Mais j’espère qu’il nous redonne la conscience que nous ne sommes pas des unités de production, que notre travail a de la valeur, que nos corps, nos ressentis sont importants.

Parce que dans l’après, il faudra peut-être se battre pour faire respecter ça.