L’excellence en temps de pandémie : chronique du naufrage des Universités

Atelier d’art thérapie — Soigner l’Université

Correspondance dans une université parisienne

Proposition de Serge*1

Il y a quelque chose de possible, c’est de mettre en place un atelier de peinture. Je ne sais pas quelles sont les disponibilités de salles d’atelier à l’UFR αω le soir, mais ce que je sais, c’est que la couleur est un anti-dépresseur extrêmement puissant. Mes étudiant·es qui ont souvent touché à pas mal de cames me le font souvent remarquer. Matisse disait qu’il y avait un paradis dans la couleur, mais c’est vrai. La couleur c’est de la lumière, et comme la vie a besoin de lumière, dès que l’hiver arrive, les gens vont mal. Alors avec un confinement hivernal… Moi quand ça ne va pas, je peins. Et comme ça ne va jamais, je peins tout le temps. Du coup la couleur est devenue l’espace où je vis, ma terre promise et mon salut. Sans ça, je ne serai certainement plus là pour vous en parler.Il suffirait que chacun vienne avec une boîte d’huiles ou des aquarelles et quelques autres produits que je vous indiquerai. La térébenthine c’est une drogue qui ne coûte pas très cher et ça pourrait faire tenir chacun.e jusqu’à la lumière du printemps. Les étudiant·es pourraient venir ainsi que les prof·es  qui en ont envie. De toute façon devant la couleur, la peinture, la création, tout le monde est à égalité, nu comme Adam et Eve au paradis. S’il y a des volontaires et qu’on trouve une salle, je peux trouver trois heures par semaine pour vous initier à ce genre de shoot. Il y a une accoutumance c’est sûr, mais c’est sans danger pour la santé.
Pour aider les étudiants à acquérir le matériel, il faudrait trouver un petit budget. (je crois qu’on peut trouver pour 20€/ 25€ environ des tubes d’huiles pas trop chers) Pourquoi l’huile ? Parce que ce sont des sensations qui n’ont rien à voir avec l’acrylique. Si ça vous dit. On peut faire quelque chose d’un peu autogéré. Sans dieu ni maître mais où chacun pourra reprendre des forces au paradis. En plus la peinture c’est bien, parce que quand on peint on peut se parler, et ça fabrique des endorphines.
Amateures et amatrices de paradis artificiels, on monte une salle de shoot?

Serge*

Réponse de la direction de l’UFR  à quelques personnes — mercredi 13 Janvier, 15:24

Cher Serge, j’y suis personnellement tout à fait favorable, et je trouve même que ce serait indispensable. Hélas, le gouvernement ne nous autorise pas à mettre cela en place, il a du reste interdit les cours de dessin pour le personnel Biatss lors du premier semestre, sachant que les seuls usages autorisés en ce moment à l’université sont les usages pédagogiques inscrits dans la maquette officiellement et purement à l’attention des étudiants. Le prétexte sanitaire nos coupe les ailes systématiquement,

bien à toi, Jean-Luc*

Ça s’est poursuivi comme ça :

Chers ami·es,

j’ai proposé un atelier de peinture à l’usage des profs, étudiants, biatss.

On me répond que c’est impossible. (ci-dessous l’échange de mail avec la direction de mon UFR). Y aurait-il des lieux à Université α qui puissent accueillir ce genre d’initiative ou est-ce qu’on va être condamné à regarder nos étudiant·es , et nos camarades se laisser cabosser l’existence et se suicider sans qu’on puisse rien y faire?

Derrière les jérémiades du gouvernement, il y a la réalité d’une non assistance à personne en danger évidente. S’il y a une direction élué cet après-midi, il faudra qu’elle se prononce rapidement sur la poursuite de ce légitimisme suicidaire.

Serge*

Affiche, 2021

  1. *Les prénoms ont été anonymisés. []

En l’absence de la Ministre, qui distribuait des bonbons. Communiqué CHSCT MESR, 14 janvier 2021

Sur la table du CHSCT MESRI. Déclinaison de la stratégie « Tester, Alerter, Protéger » : à quand le respect des agents et des instances ?

Le document que la rédaction d’Academia publie ci-dessous, dévoilé par AEF (dépêche n°643405), a été remis aux membres du CHSCT MESRI ce matin à 6h41 pour une réunion convoquée pour demain, jeudi 14 janvier 2021, à 9h30. Les paris sont ouverts pour savoir si la Ministre aura piscine cette session-là, comme la totalité de celles qui ont précédé — ou si elle viendra assumer ses responsabilités devant nos représentant·es.

En préparant un plan sanitaire, les établissements d’enseignement supérieur redeviendraient enfin acteurs de la santé et de la sécurité de la communauté université — étudiant·es et agent·es inclus·es — après l’échec patent et odieux du Ministère et du gouvernement à leur endroit ?  Le MESRI leur impose un calendrier et des procédures. Que les établissements exigent budgets et moyens, matériels et humains, effectifs, AVANT même de travailler encore pour une administration qui se défausse, encore et toujours.

Action !

#ResistESR 

https://www.flickr.com/photos/mayastar/4206336217/in/photolist-7pGzde-qehv-AL4J-4jweFo-qriJZP-qehi-5RSc77-8WAhEx-4f7oJs-9eU7N9-QzkGo7-oLW49u-qeeh-q4TBfv-q7ukyt-Pw6PdV-7Bzx22-i36DFt-bqM7sD-Qj34cQ-ke4m-jsPbVr-4noPAw-qYou2A-e18Qok-P6D8Jm-bgusS8-Cr6wGh-kAwxtP-dyfrao-4fvyh7-6woA95-fhcQ8n-qpfsUr-bna5CT-qvwH3H-DQWtbh-a5xu4m-tGmdM-jsNZkx-pDLGjv-95NYsr-dSM29r-2f4dEjD-b3AbHF-kssFTa-Aq9dkd-97nSLz-qLzjRd-7yzT5T

Winter. Crédit: Mayastar, 2010


Déclinaison de la stratégie « Tester, Alerter, Protéger »
au sein des établissements d’enseignement supérieur

Contexte

La reprise progressive des enseignements présentiels dans les établissements d’enseignement supérieur à compter du début de l’année 2021 constitue un objectif prioritaire pour les pouvoirs publics comme pour les communautés académiques.

Dans l’attente du bénéfice de la campagne de vaccination en population générale et au sein de la population universitaire en particulier, dans un contexte épidémique non stabilisé, marqué par les incertitudes entourant la transmissibilité de nouveaux variants du virus identifiés notamment au Royaume-Uni, le contrôle et la surveillance de l’épidémie de SARS-CoV-2 reposeront sur le renforcement de la stratégie « Tester-Alerter-Protéger » (TAP) qui constitue le volet sanitaire de la trajectoire de reprise progressive dans les mois à venir en complément des recommandations sanitaires figurant dans la circulaire du 7 septembre 2020 (respect des gestes barrière, de la distanciation physique et de l’aération régulière des locaux, etc.).

Objectif de la stratégie nationale « Tester, Alerter, Protéger »

L’objectif est de rendre l’accès aux tests beaucoup plus facile grâce à l’utilisation des tests antigéniques et au déploiement de capacités de tests au plus près des lieux de vie, de travail et d’étude de la population. Ces actions de proximité augmentent l’efficacité de la prise en charge des cas positifs en permettant de se faire tester au moindre doute (symptômes émergents, crainte d’une exposition à risque notamment) et en enclenchant sans délai les mesures d’isolement et d’identification des contacts à risques. C’est ainsi que les chaînes de contamination pourront être brisées et que la circulation du virus sera ralentie.

Une stratégie adaptée aux établissements de l’enseignement supérieur

La présente circulaire a pour objet de préciser, au regard des analyses scientifiques disponibles, les modalités de déploiement de la stratégie Tester Alerter Protéger au sein des établissements d’enseignement supérieur. Elle s’adresse aux établissements publics d’enseignement supérieur sous tutelle du MESRI. Les autres établissements d’enseignement supérieur peuvent s’inspirer mettre en œuvre ces recommandations. L’ensemble des établissements bénéficieront d’un appui des agences régionales de santé et des rectorats pour répondre aux attendus de la présente circulaire.

  1. Prévoir un plan d’action sanitaire pour anticiper et accompagner la reprise progressive des enseignements

Les établissements d’enseignement supérieur prennent part à la mise en œuvre de la stratégie « Tester-alerter-protéger ».

Pour anticiper les situations sanitaires susceptibles de survenir à partir de la reprise progressive des enseignements, des modalités de réponses sont élaborées dans le cadre d’un dialogue entre établissements, CROUS, ARS et rectorats et tiennent compte de la situation sanitaire ainsi que des caractéristiques de chaque site.

Dans ce cadre, des modalités de dépistage individuel et de dépistage collectif devront être définies dans chaque établissement public sous tutelle du MESRI  avant le 1er février (pour le volet « dépistage individuel ») et le 15 février (pour le volet « dépistage collectif ») à l’aide de la « fiche-action » qui sera mise à disposition. Ces modalités constitueront un plan d’action qui fera l’objet d’échanges avec le rectorat de région académique et, le cas échéant, l’agence régionale de santé.

Continuer la lecture

Université de Lorraine. Qui doit se former aux questions de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles à l’Université ?

Omerta mode d’emploi #5

← Article précédent

Article suivant →

Dans un article du 10 décembre 2020, Stéphanie Cheffer, de l’Est Républicain, continue son travail de suivi des enquêtes conduites touchant l’Université de Lorraine (UL) après le suicide d’une doctorante et la dénonciation de l’emprise vécue par une autre doctorante, qui annonce mettre fin à sa thèse en septembre. Après avoir obtenir l’avis du professeur incriminé, la journaliste choisit cette fois de mettre en lumière le discours du président de l’UL, Pierre Mutzenhardt.

Outre une onde de choc au sein du monde universitaire, ce témoignage a déclenché, mi-septembre, deux enquêtes : l’une administrative menée par l’Université de Lorraine, l’autre par le CHSCT de l’UL. Trois mois plus tard, le directeur de thèse incriminé reste suspendu à titre conservatoire et l’administration a terminé ses auditions. Lesquelles n’ont « pas établi de corrélation directe entre le suicide de la doctorante et son directeur, mais ont établi que ce directeur avait eu des comportements déontologiques et professionnels envers Camille Zimmermann et d’autres doctorantes qui interrogeaient, comme des remarques, des RV dans des cafés… », résume Pierre Mutzenhardt, président de l’UL.

https://www.flickr.com/photos/adstream/5323021257/in/photolist-97nSLz-E7JXEj-CKYdy6-23kPQKE-5Wv9aG-23nhHxc-RKCdSb-R3FWpy-sAUUs-dyGquR-qL3ufg-DrhNyX-bru6VP-F8ce66-qP8JcY-rSTpiY-CUXPaC-22tDgEF-DuFq5Y-2egKKzy-27CbWfF-25rCUa4-rTdgEQ-je6MEF-9d67on-5R1CeA-BRoMws-23nhHpM-vqMUEZ-rth73D-dYLz2Z-pX6pi3-rqsGKc-FewXAh-uRB1L-7tn4TP-uRAZ7-CDeF1E-qmRKWJ-CiXV7p-uRAYC-e2yeyR-qKsFhV-7FGiyP-CFB4St-wJEKa-5TVAUf-5AJr6G-r6EmSK-5E3K1a

Winter tree. Credit: Jon Anderson, 2011

Depuis août 2020, plusieurs enquêtes ont été diligentées : une enquête administrative à l’initiative de la présidence, une enquête sous la responsabilité du Comité Hygiène, ,Sécurité, Conditions de travail (CHSCT), , une enquête sous celle de l’École doctorale SLTC. Ces enquêtes sont importantes à plusieurs titres : d’abord pour comprendre ce qu’il s’est passé, pour comprendre en quoi l’Université est responsable — et modifier procédures, services, actions en conséquence pour que l’irréparable ne se reproduise pas. Elles sont importantes, enfin, parce que le président est responsable, pénalement, de la santé et de la sécurité de ses agents1.

Sécurité des agents : quelles sont les obligations de l’employeur ?

Une obligation de sécurité pèse sur les employeuses et employeurs privés et publics. Ils sont tenus de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés et des agents publics. (Articles L.1152-4 et L.4121-1 Code du travail, Article 23 de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983)

Il doit :

    • prévenir les situations de harcèlement discriminatoire
    • réagir lorsque des situations pouvant relever de harcèlement discriminatoire sont portées à sa connaissance.

Et qu’il est d’autant plus responsable quand on peut prouver la « faute inexcusable », en documentant que le président — ou son administration — savait, ou son administration savait, et il n’a pas agi.

Une administration qui protège ou qui couvre ?

La première enquête, administrative, confiée à la directrice des affaires juridiques et à un professeur des universités, a rendu ses conclusions. La journaliste de l’Est Républicain précise que le président a effectué un signalement au procureur de la République « pour suspicion de harcèlement », et qu’il poursuit le mis en cause en section disciplinaire, avec demande de jugement dépaysé, en faisant une requête en ce sens au CNESER. Il juge en effet que

« des membres de cette section connaissent et fréquentaient ce directeur de thèse, mieux vaut donc que cela soit examiné par une autre université ».

Les « témoignages » — « recueillis » par la directrice des affaires juridiques — ont pourtant suscité la colère et le désaveu des témoins, qui ont refusé, pour certain∙es d’entre elleux, de les authentifier2 : ne se retrouvant pas dans les propos « rapportés », iels ont choisi de faire leur propre signalement au Procureur de la République. Le président de l’université étant responsable, au pénal, de la santé et de la sécurité des personnels et des étudiant·es, on peut aisément comprendre que l’objectif de des services centraux de l’UL — et celui de la directrice des affaires juridiques comme celui de la vice-présidente Ressources humaines — ne soit pas de permettre que tout soit dit, rapporté et jugé.

Continuer la lecture

  1. Sur la responsabilité pénale du ou de la cheffe de service, voir le décret du 28 mai 1982 modifié relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique (article 3). Sur ce point, pour ce qui touche aux seuls présidents (sic), voir l’excellent « Compétences et responsabilités des présidents (sic) d’universités et de COMUE de la Conférence des présidents d’université », septembre 2016, p. 86 et suivantes. Quant aux autres chef·fes de service, Academia accueille toute analyse : qui d’autre est responsable pénalement ? Les directrices ou directeurs d’école doctorale ? Les directeurs ou directrices de laboratoire ? []
  2. Update 29/1/2021. Précisons que cette information date d’octobre 2020. Certain·es témoins, selon nos informations, ont depuis pu réécrire le document et l’ont signé. []

Avis votés à l’unanimité lors de la séance extraordinaire du CHSCT MESR du 18 décembre 2020

Deux avis ont été votés à l’unanimité lors de la séance du CHSCT MESR du 18 décembre 2020 : un avis sur la reprise des cours en présentiel en présentiel début janvier 2021 et un avis sur le risque grave pour la santé ou la sécurité des agents.

Ce CHSCT MESR a été convoqué le 16 décembre au soir pour une réunion le 18 décembre à 15h00. Le document « projet de circulaire » est parvenu le 17 décembre à 18h00. Les établissements avaient déjà reçu une lettre de Mme Vidal le 17 décembre 2020, qui donnait les grandes lignes de cette circulaire, pour une rentrée le 4 janvier, après les congés de fin d’année, généralement chômés.

Plutôt que de venir présider le CHSCT ministériel à 15h00, Mme Vidal  était en train de déjeuner avec le président de la CPU, selon son agenda. «À 15h, elle devait en être au dessert », fait alors remarquer un·e membre du CHSCT MESR, exaspéré·e. Pour ce CHSCT, les membres avaient demandé que leur soient présentés les moyens
et les mesures sanitaires que le ministère comptait mettre en oeuvre. #ResistESR


Avis N°1 sur la reprise des cours en présentiel début janvier 2021

Il est nécessaire de sortir au plus vite les étudiants de leur isolement confiné, tant la souffrance est grande. Mais la reprise doit être programmée, après que les travaux indispensables aient été effectués d’urgence, avec un calendrier et un échéancier précis pour leur donner une visibilité sur la poursuite de leurs études. Il semble indispensable que les établissements disposent des moyens et de la stratégie permettant des dépistages massifs et rapides afin de prévenir immédiatement tout début de contamination chez les étudiants comme chez les personnels. Le 7 janvier ce sera exactement 7 jours après le réveillon de la nouvelle année, soit la période d’incubation du virus. Il ne faut pas créer la possibilité d’une vague de Covid-19 nouvelle dès l’ouverture des établissements.

Pour ce CHSCT ministériel, nous demandions la présentation des moyens que vous comptez engager pour une rentrée universitaire au plus tôt :

Continuer la lecture

Que la Ministre fasse acte de présence, ne serait-ce qu’une fois. Avis du CHSCT MESR, 6 novembre 2020

Réunion extraordinaire du CHSCT MESR 6 novembre 2020 15h30

Avis voté à l’unanimité des représentants
du personnel du CHSCT ME

Ancient bristlecone pine, Pinus longaeva, by Jim Morefield, 2015

SR du 6 novembre 2020

  • Alors que le CHSCT MESR doit « contribuer à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité », selon l’article 47 du décret 82-453,

  • Alors que le premier confinement a eu lieu voici près de 8 mois,

  • Alors que le CHSCT MESR a travaillé tout ce temps, a proposé des améliorations du protocole, et proposé des avis et des préconisations,

  • Alors que la plupart de ces avis et préconisations sont restés sans réponse,

  • Alors que le premier confinement a occasionné un bouleversement dans les organisations, avec des conséquences sur la santé des agents, la charge de travail, le turn-over, le travail dégradé, …

  • Alors que le ministère a eu tout ce temps pour évaluer les risques professionnels engendrés par cette crise et anticiper une éventuelle deuxième vague,

  • Alors que le réconfinement a débuté le 30 octobre 2020 et que le CHSCT MESR a été convoqué le vendredi 6 novembre 2020 à 15h30,

Le CHSCT MESR relève que les dispositions sur l’obligation de réunir les CHSCT d’établissement qui figurent dans la circulaire du 30 octobre 2020 dans le chapitre III. Dialogue social : « Durant la période de confinement, la réunion des instances de dialogue social doit permettre de maintenir un échange régulier avec les représentants du personnel.  (…). » ne sont pas appliquées à lui-même par le ministère.

Les représentants du personnel du CHSCT MESR regrettent une nouvelle fois de devoir travailler dans l’urgence, d’être simplement informés et non associés au protocole de mise en œuvre du confinement, malgré les déclarations de la ministre demandant de renforcer le dialogue social.

Le CHSCT MESR alerte et s’interroge sur la volonté de la ministre et la capacité — en moyens — du ministère, de protéger la santé des agents dépendant de son champ d’intervention.

Le CHSCT MESR réitère ses avis votés lors des séances des 26 mars 2020, 30 avril 2020, 4 juin 2020, 20 juillet 2020, 3 septembre 2020 et du 1er octobre 2020 et demande que la ministre étudie ces avis, et y réponde en tant que présidente de ce CHSCT ministériel.

Le CHSCT MESR recommande que les mesures de confinement ne soient pas prises dans l’urgence, ni au ministère, ni dans les établissements, et que les délais ordinaires (15 jours) d’envoi des documents — et donc d’anticipation — soient respectés.

Le CHSCT MESR préconise à nouveau que soit lancé dès aujourd’hui un travail d’analyse des risques professionnels face à la potentialité d’une troisième vague, avec des mesures de prévention pour y faire face.

Les représentants du personnel du CHSCT MESR attendent que la ministre montre un intérêt à l’instance qu’elle préside, en y faisant acte de présence, ne serait-ce qu’une fois.

« Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant »

https://twitter.com/LemoziVirgile/status/1313174391824494592?s=20

  • par PIerre Nocerino, doctorant en sociologie

Certains s’autorisent, année après année, à réaffirmer les mêmes clichés. Il est donc malheureusement nécessaire, année après année, de se répéter pour se défaire de ces prénotions.

Pour cela, je partirais de ma propre expérience : ayant fini il y a quelques jours la rédaction de ma thèse, je peux effectivement me demander si, pendant ces six années, j’ai été ou non un « bon » doctorant. Mais mon expérience n’a d’intérêt que si elle est mise en perspective. Si je n’ai pas fait d’enquête sur les doctorants et doctorantes, je peux toutefois me risquer à une généralisation en convoquant les outils sociologiques issus de ma thèse.

1 — Mon expérience

Pendant trois années de master et quatre années de thèse, je me suis engagé dans ce que j’ai cru être la bonne façon de travailler : quasiment pas de week-ends, encore moins de vacances, rarement des journées de moins de 10 heures de boulot. Ce rythme m’a aidé à honorer le poncif précité : j’étais un doctorant bien déprimé ! Mais bon, ça voulait dire que j’étais un bon doctorant. Je me disais que c’était « normal ». Plus encore, je me convaincais que c’était bien ! Que j’étais un bon doctorant, donc.

Un doctorant tellement bon que j’étais incapable de proposer des papiers : j’aurais pu (et donc dû) travailler davantage, à l’image de mes collègues qui parvenaient à repousser leurs limites plus que moi.

Un doctorant tellement bon qu’il m’arrivait souvent de décrocher, tant dans les journées d’étude, dans mes lectures ou encore sur le terrain, parce que j’étais épuisé.

J’étais un doctorant tellement bon que j’en devenais super irritable, au point de ne plus réussir à évaluer correctement les travaux de mes collègues (et même les miens).

Un doctorant tellement bon que j’ai complètement bloqué dans l’écriture, au point d’envisager très sérieusement de tout arrêter.

Tout.

Plusieurs fois.

Au final, ce n’est qu’à ma 5e et 6e année de thèse que j’ai commencé à ralentir. Parce que de toute évidence, je n’y arrivais plus. Et que ça devenait dangereux.

https://universiteouverte.org/2020/10/05/jai-passe-une-audition/

(c) Ladactylo, photographiée par une précaire détère et vénère anonyme.

Continuer la lecture

Rentrée 2020 : les préconisations du Haut Conseil de la santé publique

Le 20 août dernier, le Haut Conseil de la santé publique a émis des préconisations pour l’enseignement supérieur, que le media spécialisé Newstank vient de publiciser.

voici le document. Alors que tous recevons, en cette rentrée des injonctions surprises contradictoires et évolutives d’une heure à l’autre, il n’est pas inutile de lister les dernières recommendations en matière de santé publique dans un contexte épidémique de COVID19, après avoir fourni un argumentaire détaillé.

https://www.flickr.com/photos/prachatai/49718934141/in/photolist-2iKuwWr-2iNTrPk-2iKw951-2ju3GRG-2iKrLH2-2iHKtKP-2iLwack-2iHM3tD-2j6pnV2-2jpXkpG-2iU7vAa-2iYbjef-2jknxQF-2iJZ8tT-2jaH47e-2jkHPdE-2jzdsKS-2iQwiNi-2j8cAii-2jaJG4h-2iG53i7-2iSBqRz-2jmeKKJ-2iTPMMC-2iZE5jv-2jyvUWk-2jcjU2Z-2jaS5r4-2jaPqrY-2iXYfFo-2iJdhqc-2jcjSjF-2jrHi6F-2iSyAxB-2iSBqPq-2iSoU1W-2j4VX1S-2iLtNvP-2j7P7fE-2iT8azQ-2j6iR47-2j9vhDi-2jaNSjb-2iSyBdV-2iSBrtS-2j4ys1y-2iJz27s-2iVeDaF-2jrBuSD-2iQHeTo

Covid-19, by Prachatai, mai 2020

Le HCSP recommande:

D’une manière générale:

  • De favoriser le port de masque grand public en tissu réutilisable (selon les préconisations Afnor) par la population française, en facilitant le choix et l’accès des masques pouvant être réutilisés jusqu’à 50 fois, ayant des performances de respirabilité et de filtration constantes et validées et en simplifiant les conditions d’entretien.
  • De poursuivre la recherche et le développement de masques grand public faciles d’emploi, d’un grand confort d’utilisation, réutilisables un grand nombre de fois par des procédures d’entretien simples, et d’un faible coût d’utilisation.
  • De responsabiliser les porteurs de masque « S’approprier son masque réutilisable » par des messages d’information simples et actualisés envers la population générale avec mise en évidence de leur intérêt en termes de réduction des risques directs pour le porteur et son entourage et de réduction de la circulation du virus dans la population générale.
  • De rappeler la nécessité de jeter dans des poubelles les masques à usage unique lorsqu’ils sont utilisés.
  • De continuer à respecter l’ensemble des mesures barrières notamment l’hygiène des mains et les gestes barrières, comme déjà précisé par le HCSP dans ses avis antérieurs.
  • D’inciter les responsables d’établissements scolaires/universitaires/professionnels ou d’entreprises à organiser des réunions d’information sur les modalités de transmission du SARS-CoV-2, sur les moyens de prévention et sur la perception du risque individuel et de la bonne utilisation des masques dès la reprise des activités scolaires/universitaires et socio-économiques dans chaque établissement, auprès des élèves/étudiants, salariés et autres intervenants en entreprise.

Pour les établissements d’enseignement supérieur, en plus des recommandations précédentes :

Continuer la lecture

« Écœuré par l’Université » : un précaire témoigne sur Révolution permanente

Jeune étudiant, j’ai fait le rêve d’exercer un métier, celui d’être enseignant-chercheur, maître de conférences. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour y parvenir…

Jeune étudiant, j’ai fait le rêve d’exercer un métier, celui d’être enseignant-chercheur, maître de conférences. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour y parvenir : un master recherche avec mention dans la prestigieuse école de Sciences Po Paris, celle-là même qui produit présidents et ministres (qui n’ont pas choisi la même voie professionnelle et politique que moi, la comparaison s’arrête là, je ne veux rien avoir de comparable avec ces minables) ; j’ai écrit une thèse validée avec la plus haute mention qui soit ; j’ai été qualifié à exercer les fonctions de maître de conférences dans trois disciplines ; je viens de publier un livre que j’ai coécrit et un autre que j’ai co-dirigé va sortir prochainement ; j’ai publié également treize articles dans des revues à comité de lecture, dont trois classés, sept chapitres d’ouvrage, quatorze articles dans des revues sans comité de lecture, organisé deux colloques internationaux et trois journées d’études ; j’ai enseigné plus de 900 heures. Et pourtant. Et pourtant, je suis au chômage depuis maintenant près de 6 ans. J’ai bien eu une audition l’année dernière à la Sorbonne, la prestigieuse Université dont le nom fait rêver dans le monde entier. Je suis arrivé deuxième attestant que j’ai sans aucun doute le niveau, le CV requis pour devenir enseignant-chercheur titulaire à l’Université mais sans m’offrir aucune perspective. Les rapports pour chacune de la vingtaine de candidatures que je fais chaque année depuis cinq ans attestent d’un « parcours brillant », de « grande qualité », du « dynamisme de l’activité de recherche » et pourtant, à l’exception de ce comité de sélection de la Sorbonne, tous les autres depuis maintenant cinq ans refusent de m’auditionner, pas assez de formation en langues, pas assez dans le profil du poste, pas assez de publications classées, chacun a sans doute une bonne raison pour ne pas m’auditionner ou plutôt tous ont en dernière instance, la même raison, trop de candidats pour pas assez de postes, trop de jeunes docteurs, une centaine en moyenne pour chaque poste, aux profils toujours plus brillants pour des postes toujours plus rares malgré le nombre d’étudiants qui augmente, un déséquilibre qui conduit forcément à une sélection toujours plus délirante.

Et pourtant, je tente de jouer le jeu de ce milieu professionnel toujours plus sélectif, je travaille à plein temps, les soirs, les week-ends, avec des statuts toujours plus variés (salariés dans certains établissements privés, auto-entrepreneurs dans d’autres établissements privés qui utilisent la législation pour ne pas payer de cotisations sociales, vacataires à l’Université, suivant les préceptes du néolibéralisme « multipliez les statuts pour individualiser la condition de chaque travailleur »). Cette année scolaire qui s’achève, j’ai dispensé 277 heures équivalent TD de cours, soit 144 % d’un service d’un maître de conférences titulaire. En ne comptant que mes activités d’enseignement, sans parler de mes activités de recherche : l’organisation d’un colloque international, la publication d’un chapitre d’ouvrage dans une maison d’édition prestigieuse, la publication d’un ouvrage… Près d’une fois et demi le travail d’un enseignant titulaire donc, mais pas la même paye évidemment, et de loin. Si les entreprises privées payent mensuellement comme le prévoit le Code du travail depuis 1971, les Universités françaises se permettent de payer avec plusieurs mois de retard. Ainsi, le paiement de mes cours dispensés entre septembre et décembre a été versé en février, le paiement de ceux dispensés entre janvier et mars est « en attente ». Mon contrat de travail, qui d’après le Code du Travail doit être signé avant le début des tâches à réaliser, je ne l’ai signé qu’en décembre, trois mois après le début de mes cours. Que se serait-il passé si j’avais eu un accident de travail entre septembre et décembre, par exemple ? Je l’ignore. Les règles les plus élémentaires du droit du travail ne sont donc pas respectées à l’Université mais la précarité a évidemment surtout un objectif budgétaire. Ainsi, en réalisant donc une fois et demi un service de maître de conférences, je gagne un peu moins que le SMIC, soit environ 40 % de ce que gagne un titulaire (tout dépend de son degré d’avancement dans sa carrière évidemment).

Mon activité étant irrégulière, dépendant du calendrier scolaire, les mois où ma paie est faible, c’est le RSA qui la complète, depuis plus de 4 ans désormais. Le RSA et son cortège de flicage, ses rendez-vous à Pôle Emploi pour se donner l’illusion de vérifier que le chômeur cherche bien un emploi, ses rendez-vous au Pôle Insertion du Conseil départemental aussi. L’an dernier, j’ai dû reculer de deux jours un aller-retour chez ma chérie pour un rendez-vous de dix minutes avec un conseiller qui me proposait de donner des cours dans l’ « école » de Maréchal-Le Pen. Toujours la même démarche, convoquer, humilier pour que certains renoncent à leurs droits à l’indemnisation, pour pouvoir radier un maximum de personnes. Si on ne veut pas que le RSA coûte un « pognon de dingue », la logique ne voudrait elle pas qu’on le consacre à ceux qui sont véritablement exclus du marché du travail et pas à ceux qui sont mis dans une position intermédiaire par les pratiques de l’État. Le véritable problème est que des établissements public ou privé refusent d’établir un véritable contrat de travail avec des congés payés comme l’exige le Code du Travail et que quelqu’un comme moi se retrouve à se faire financer ses mois d’inactivité par les budgets normalement dévolus aux plus démunis.

La précarité, l’incertitude au travail, a des effets destructeurs sur un individu, la perte d’estime de soi, des dizaines d’ouvrages de sociologie l’ont démontré. Le fonctionnement de l’Université a désormais ce pouvoir magique de le faire vivre. Á force de travail pour suivre le rythme effréné d’une sélection sans fin, à force de statuts individualisant ma condition, je me désocialise. Je le constate, année après année, le temps consacré à ma chérie, à mes amis diminue peu à peu. Á force d’enseignements supérieurs de près d’une fois et demi à mes collègues titulaires et d’une activité de recherche sans doute supérieure à nombre d’entre eux, je me sens usé physiquement. Je n’aurais bien évidemment pas l’indécence de le comparer avec ceux qui exercent un travail manuel et qui ont quelque fois leur vie mise en danger par l’exploitation patronale. Depuis le mois de janvier, j’ai chopé deux petites maladies bénignes que j’ai mis des semaines à éliminer. Mon corps en a marre. Lorsque le confinement a été déclaré, j’ai dû passer un mois à m’en remettre, à me soigner mes petits bobos, à enfin retrouver un rythme de sommeil réparateur.

La précarité de l’ESR me désocialise, m’use physiquement, elle devrait logiquement me radicaliser politiquement contre ceux qui sont responsables des maux dont je souffre. Et paradoxalement, et comme des dizaines d’ouvrages de sociologie l’ont montré, ce ne sont pas les plus précaires qui peuvent se mobiliser. Précisément parce qu’on est dans cet aliénation. Parce qu’il faut absolument prendre en charge ce nouveau cours, publier cet article supplémentaire pour avoir une chance de plus de pouvoir obtenir un poste l’année suivante, cette aliénation est tellement puissante. J’ai bien pu participer à quelques manifestations contre la réforme des retraites en décembre quand les cours du premier semestre s’achevaient mais j’ai été forcé d’arrêter toute activité dès la rentrée de janvier en raison de ces cours que je ne pouvais pas déplacer, de ce statut tellement précaire qu’il aurait fait passer ma grève pour une simple fainéantise. Je n’ai même pas pu participer au mouvement naissant en mars contre la Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) qui promet de précariser encore plus des personnes comme moi, de remplacer les hypothétiques statuts de maîtres de conférences que l’on pourrait avoir par des tenures tracks où l’on serait licenciables tous les cinq ans (et qu’on devrait penser reconversion à 45 ans, j’imagine, dans la logique de Mme Vidal). Et pourtant, cette mobilisation me concernerait et j’aurais tenu à y participer. Et pourtant, il ne manquera pas d’un petit porte-parole du capital dans les médias pour dire que les précaires sont absents de ces mobilisations, omettant de préciser que nous sommes absents par l’exploitation que l’on subit.

Pour lire la suite →