Harcèlement universitaire : comment être un ou une allié∙e

Deuxième volet de la série d’articles sur le harcèlement universitaire, publiés par Morteza Mahmoudi et ses collègues dans les grandes revues en STEM.

  • par Morteza Mahmoudi, Science, 21 août 2021

Le harcèlement et le harcèlement sexuel sont bien trop fréquents à l’université, et les réactions institutionnelles sont bien souvent inadéquates1 Bien que les enquêtes se préoccupent souvent de ce que les collègues cibles du harcèlement peuvent faire pour se protéger2, il est important de reconnaître que toustes les membres de la communauté scientifique peuvent et doivent s’attaquer au harcèlement universitaire. Si les témoins de harcèlement, les membres de commissions d’enquête, les rédacteurices-en-chef de revues, et autres gardien∙nes de l’institution académique, et toustes les individus à tous les niveaux de la communauté scientifique mettaient à profit leurs connaissances et leur pouvoir pour combattre le harcèlement, nous pouvons créer un environnement scientifique plus sûr et plus policé.

https://www.flickr.com/photos/42868587@N00/26192888756/in/photolist-FUzphh-2ckP8ez-24av2Xu-65CF1i-J5v6J-Gavyks-6BoGRt-28x5ro-7TDqAh-bPcxtT-29ySpsf-6kjeTK-52uLrv-fy8Ek-g11VKj-6buRG3-74raaL-gywA4-fy8Ej-ed5tf-7UpyAW-pXLc1X-65CF9e-7SqjEF-FpVzJ1-n15ccY-4FkDaf-6pt71Y-83772-bRNSye-6hcthm-ajc1gy-opfCy3-ehqjX-9rTFYn-9Lp4ue-bwZqyt-nvgfvc-o5gaLx-7Mnyix-6a6ZLx-n15ocU-4LFLoF-5UazDf-7PuGJQ-65spaU-6CEiZs-86QCzA-21Aki-5xESz1

Adenium Obesum – Desert Rose Flower. Crédit: rpphotos, 2016

Continuer la lecture

  1. Tamar L. Goulet, « Institutions key to inclusion and equity », Science 373, 170 (2021). ; Alexandra Witze, « Astronomers victimized colleagues — and put historic Swedish department in turmoil », Science 595, 15-16 (2021). []
  2. Voir, par ex. Morteza Mahmoudi, « A survivor’s guide to academic bullying » Nat. Hum. Behav. 4, 1091 (2020). []

Incompréhensible licenciement d’une chargée de recherche à l’INRAE. Que vaut la parole d’un PDG ? Communiqué intersyndical

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Visite_de_Mr_Philippe_Mauguin_%C3%A0_l%27_INRA_de_Versailles-48-cliche_Jean_Weber.jpg

Philippe Mauguin, actuel PdG de l’INRAE, à l’ INRA de Versailles, 23 février 2017. Crédit: Jean Weber

Vous avez été nombreux à soutenir notre action de représentants du personnel (RP) l’année dernière pour défendre une jeune Chargée de Recherche recrutée sur poste handicap, victime d’un accident du travail, puis injustement licenciée en janvier 2021, contre l’avis de la Commission Administrative Paritaire des Chargés de Recherche (CAP des CR). Grâce aux nombreuses signatures de la pétition en faveur de son maintien dans l’institut (1500 signatures en une semaine), le PDG Philippe Mauguin nous avait accordé une entrevue le 22 janvier 2021 à l’issue de laquelle il s’était formellement engagé à lui accorder une nouvelle année probatoire sur un poste handicap CR ou IR, sans nouveau processus de sélection. Il confiait au DRH la charge de mettre en œuvre ce recrutement. Notre collègue, au chômage depuis janvier 2021, a eu confiance dans cet engagement fort et s’est pleinement investie dans cette voie plutôt que de contester juridiquement le non renouvellement de son contrat. Malgré les souffrances précédemment accumulées résultant de l’échec du premier recrutement et des tensions associées, puis de l’attente d’une décision la concernant, attente d’une durée incompréhensible (un an) révélant la légèreté avec laquelle la direction générale s’occupe des agents en situation difficile, elle a activement contribué à co-construire un projet de recrutement avec une unité, en accord avec la DRH. Contrairement aux engagements pris par la DG, le processus de recrutement, au bout de huit mois de co-construction (soit huit mois de chômage consacrés à cette perspective), s’est conclu par une procédure sélective que rien ne laissait prévoir. Ceci a profondément déstabilisé notre collègue lors de l’épreuve, ce qui l’a finalement écartée et a mis un terme définitif à un possible recrutement à l’INRAE. Continuer la lecture

Contre l’avis de la Ministre, relaxe disciplinaire des étudiants de Science-Po Grenoble

En passant

Sciences Po Grenoble : relaxe pour les étudiants passés en conseil de discipline

La décision prise par le Conseil de discipline de l’Université de Clermont-Auvergne, où l’affaire avait été dépaysée sur la suggestion de l’Inspection va à l’encontre du souhait de la ministre de l’enseignement supérieur de voir sanctionnés les dix-sept étudiants poursuivis pour avoir participé à la diffusion des accusations d’islamophobie visant deux professeurs au début de 2021.

Extraits.

Continuer la lecture

Du sursis et interdiction d’exercer pendant 5 ans requis contre l’ex-doyen de Montpellier

En passant

Des peines de prison ferme requises contre les membres du commando de la fac de Droit

Le procès dans l’affaire du commando armé de la fac de droit de Montpellier a débuté ce jeudi 20 mai. Sept prévenus, dont l’ancien doyen Philippe Pétel, sont jugés pendant deux jours devant le tribunal correctionnel, poursuivis pour violences en réunion et deux pour complicité. Des peines de prison ferme ont été requises contre les membres du commando de la fac de Droit par Fabrice Bélargent, procureur de la République ce vendredi en milieu de journée.

Un an de prison dont quatre mois fermes ont été requis contre Mathieu Rolouis, Thierry Vincent, et Thierry Puech. Le procureur a demandé un an de prison ferme contre Martial Roudier et un an avec sursis pour Patricia Margand. Dix-huit mois de prison avec sursis et une interdiction pendant 5 ans d’exercer un emploi public ont été demandés contre l’ex-doyen Philippe Pétel, qui a reconnu ce jeudi avoir donné son aval à l’évacuation des occupants de la fac. Pour le professeur de droit Jean-Luc Coronel de Boissezon, 10 mois ferme et cinq ans d’interdiction d’exercer toute fonction publique.

L’affaire est mise en délibéré.

Continuer la lecture

« L’inaction n’est plus une option ». Les étudiant·es interpellent écoles et universités sur les violences sexuelles et sexistes

Étudiantes et étudiants ne font pas confiance à leur établissement pour les protéger des agressions sexuelles et des viols. L’inaction n’est plus une option, pour l’Observation des Violences sexistes et sexuelles, qui publier aujourd’hui son rapport à l’issue d’une enquête conduite auprès de 10 000 étudiant·es.

Quelques résultats :

Présentation des conclusions par Iris Maréchal, de l’OVSS.

https://www.brut.media/fr/news/un-rapport-montre-l-ampleur-des-violences-sexuelles-dans-l-enseignement-superieur-e2fe0011-6735-4848-971e-ad968e76234a

Interview Brut d’Iris Maréchal, Observatoire des violences sexuelles et sexistes, 12 octobre 2020

Lien :