Invasion militaire de l’Ukraine par la Russie: communiqué du CISR

English version                  русский язык

Nous, membres du Centre de recherche sociale indépendante (CISR)1 , demandons la fin immédiate de la guerre et le retrait de toutes les troupes russes du territoire de l’Ukraine. Le 24 février 2022, le gouvernement de la Russie a lancé une soi-disant “opération militaire spéciale pour libérer les résidents de la DNR et de la LNR“. Chaque jour, cette opération tue des gens dans toute l’Ukraine, transforme des centaines de milliers de personnes en réfugié·es et détruit les infrastructures non seulement militaires mais aussi civiles. Cette guerre** cause des dommages irréparables aux sociétés ukrainienne et russe, ainsi qu’au monde entier. Toute guerre entraîne une catastrophe sociale, des vies brisées, des familles en souffrance et de graves fractures sociétales. Elle inflige des traumatismes qui hanteront les gens pendant des générations. Nous pleurons les victimes de la guerre, les vies interrompues et brisées. Nous sommes solidaires de nos amis et collègues ukrainiens, de tout le peuple ukrainien qui lutte pour son indépendance et de tous ceux qui protestent contre cette guerre2

Non à la guerre !

Trad. Ch. Rabier, avec Deepl

“War is evil”. St Peterburg, 5 mars 2022


CISR’S STATEMENT ON RUSSIA’S MILITARY ASSAULT ON UKRAINE

We, the team of the Centre of Independent Social Research (CISR)3, call for an immediate end to the war and the withdrawal of all Russian troops from the territory of Ukraine. On February 24, 2022 the government of Russia launched a so-called “special military operation to liberate the residents of DNR and LNR.” Everyday this operation kills people all around Ukraine, turns hundreds of thousands of people into refugees and destroys not only military but also civil infrastructure. This war4 deals irreparable damage for Ukrainian and Russian societies, as well as for the whole world. All war leads to social catastrophe, broken lives, suffering families and grave societal splits. It inflicts trauma that will haunt people for generations. We mourn for the war victims, for the lives that are interrupted and crippled. We stand in solidarity with our Ukrainian friends and colleagues, all Ukrainian people that fight for their independence and all of those who protest this war. No to war!


Continuer la lecture

  1. Le ministère de la Justice de la Fédération de Russie exige que, dans les déclarations publiques, le CISR se marque comme “une organisation remplissant les fonctions d’un “agent étranger”.” “Les agents étrangers” sont contre la guerre ! []
  2. ROSKOMNADZOR a exigé que nous considérions ceux qui sont morts ou ont été blessés dans la guerre avec l’Ukraine comme des dommages collatéraux dans une “mission de sauvetage”. Nous affirmons notre droit d’appeler “guerre” le meurtre de personnes au nom de leur “sauvetage”. []
  3. The Ministry of Justice of the Russian Federation demands that, in public statements, CISR marks itself as “an organization performing the functions of a “foreign agent.”” “Foreign agents” are against the war! []
  4. ROSKOMNADZOR has demanded that we view those who have died or have been injured in the war with Ukraine as collateral damage in a “rescue mission.” We affirm our right to call the killing of people in the name of “rescuing” them a “war.” []

L’association Memorial menacée de dissolution

Pour soutenir Mémorial, signer la pétition

Les locaux de l’ONG Mémorial à Moscou fermés par des menottes, jeudi soir, 11 novembre 2021. (Mémorial)


Communiqué de Memorial-Paris

Paris, 12 novembre 2021

Le 11 novembre, le Procureur Général de la Fédération de Russie a déposé, devant la Cour Suprême, une demande de dissolution de l’ONG Memorial-International au prétexte que celle-ci

“viole systématiquement la loi ( …) et le droit international (sic) par ses activités”.

Cette offensive vise à éliminer l’ONG la plus emblématique de la société civile russe qui, depuis 1989, lutte sans relâche contre toutes les atteintes aux droits humains en Russie et œuvre à une meilleure connaissance et à la préservation de la mémoire des répressions de masse et des crimes staliniens, grâce à ses activités de recherche, ses publications, ses projets pédagogiques et culturels, développés en partenariat avec des institutions universitaires et culturelles russes et étrangères. Elle s’inscrit dans le droit fil de la politique engagée depuis une dizaine d’années, en particulier depuis la tristement célèbre loi de 2012 sur les « agents de l’étranger » (ce terme désignant toutes les ONG recevant un financement international) qui oblige, entre autres, ces ONG, à marquer sur toutes ses activités, documents, correspondance, la mention « Agent étranger ». Memorial-International et ses branches régionales ont fait l’objet, ces derniers temps, de pressions croissantes de la part des autorités : perquisitions et contrôles fiscaux à répétition, campagnes de dénigrement dans les médias, amendes astronomiques pour « non- respect de l’affichage de la mention d’agent étranger », menaces contre ses membres. Plusieurs de ses responsables ont été arrêtés et condamnés à de lourdes peines d’emprisonnement.

Continuer la lecture

Arrestation et procès du mathématicien Alexander Kuznetsov

Alexander Kuznetsov est un mathématicien né en 1973 — de la branche « géométrie algébrique » au cas où la précision vous intéresserait. Ses travaux (dont son habilitation, une extension « homologique » des phénomènes classiques de dualité en géométrie projective)  lui ont valu une large reconnaissance internationale, dont témoigne par exemple le prix de la Société mathématique européenne (2008) ou l’invitation au Congrès international des mathématiciens (Séoul, 2014). Malgré des offres attirantes d’institutions académiques un peu partout dans le monde, il est actuellement chercheur à l’institut Steklov de Moscou où il contribue à la formation de la génération suivante de mathématiciens.

Alexander Kuznetsov et ses enfants

Alexander Kuznetsov a été arrêté — puis libéré — pour avoir manifesté pacifiquement contre la détention d’Alexey Navalny.  Son procès a été fixé au mercredi 3 février. Sa fille a été également libérée moyennant une amende.

Alors que la Russie s’apprête à organiser le prochain Congrès international des mathématiciens (Saint Pétersbourg, 2022), il semble à peine croyable qu’elle puisse emprisonner l’une de ses lumières et plus honnêtes citoyens.

Avec la communauté mathématique internationale, nous exigeons que lui et ses camarades de manifestation soient libérés immédiatement.

Une pétition vous permet d’exprimer votre solidarité avec toutes les personnes ainsi détenues.

(Traduction Academia, d’après le texte initial de la pétition.)

Haro sur la liberté universitaire en Hongrie et en Russie

Une nouvelle législation vient d’être introduite à l’Assemblée nationale hongroise (Országgyűlés) qui vise la Central European University spécifiquement, une des plus prestigieuses universités d’Europe centrale et orientale.

CEU est une université privée « dédiée à l’enquête intellectuelle socialement et moralement responsable »: elle est accréditée à la fois en Hongrie et aux États-Unis, et reconnue par une loi hongroise spécifique éponyme ; elle est financée de façon indépendante par une fondation, auxquels s’ajoutent des donations philanthropiques, des partenariats, les frais de scolarité étudiante et les contrats de recherche. La CEU dispose d’une réputation élevée, et sert annuellement environ 1500 étudiants originaires de plus de 100 pays.

Des inquiétudes touchant à « l’influence étrangère potentielle » ont conduit le gouvernement populiste Orbán à s’attaquer à la CEU. Les propositions d’amendement à la loi CCIV de 2011 sur l’enseignement supérieur national, viennent d’être présentées le 28 mars 2017 au parlement, afin de :

  • D’interdire la Central European University de continuer ses activités sous son nom actuel, sauf si elle adopte un nouveau nom pour son organisation hongroise

  • D’imposer un permis de travail aux enseignants non originaires de l’Union européenne qui serait accordé par le gouvernement hongrois ;

  • D’interdire à la CEU de délivrer des diplômes américains à ses étudiants dans le cadre de son organisation hongroise même si la Hongrie et les États-Unis sont des membres OECD ;

  • D’exiger que la CEU ouvre un campus dans l’État de New York.

Début de la pétition Save Central European Université sur Change.org

L’inquiétude gagne les universités privées en Europe orientale, comme on peut l’apprendre sur le site de pétition Change.org ou par différentes tribunes dans la presse occidentale. Le modus operandi n’est pas si différent de celui qui s’est exercé contre la European University at St. Petersburg. Le 7 décembre 2016, Rosobrnadzor, le gendarme russe pour l’éducation, a suspendu l’autorisation de cet établissement d’enseignement supérieur de niveau Master et doctorat pour les sciences humaines et sociales. Le 20 mars 2017, la licence a été révoquée par décision judiciaire, ce qui prendra effet après l’examen de l’appel interjeté par la EUSP. Une autre université majeure pour les sciences humaines et sociales en Russie et en Europe orientale sera ainsi contrainte à arrêter ses enseignements. Il s’agit là d’un ultime avatar de la politique de Vlad1m1r Pout1ne vis-à-vis, notamment, des historien.ne.s dont les recherches viendraient entraver la politique de l’histoire que le président russe met en œuvre, grâce aux financements internationaux – ce qui les affuble du stigmate “agents de l’étranger”. La bataille, pourtant, se joue davantage au cœur de l’Europe, à Budapest.

Continuer la lecture