Au Royaume-Uni, le fichage sur les universitaires anti-racistes de gauche au grand jour

Government prepared secret dossier on academic’s BLM, ‘militant leftism’ and Israel war posts, par Poppy Wood, i,  3 novembre 2023

Extraits traduits.
i a pris connaissance d’un dossier interne du gouvernement de 11 pages répertoriant trois ans de posts d’un universitaire sur X, anciennement Twitter, ainsi que les likes, les retweets, la littérature scientifique et l’organisation d’événements dans les mois à venir.
C’est le dernier développement en date d’une polémique sur la liberté d’expression à laquelle doit faire facele gouvernement, les ministres étant accusés d’essayer de réduire les universitaires au silence sous couleur de défense de la liberté académique.
Le dossier est divisé en trois sections intitulées “antiracisme“, qui met en évidence les messages de soutien à Black Lives Matter, “défense des transgenres” et “gauchisme militant, qui comprend les messages de soutien aux actions de grève.
Une source gouvernementale de haut niveau a confirmé à i que le document avait été rédigé la semaine dernière par des conseillers spéciaux du ministère des sciences, de l’innovation et de la technologie (DSIT) après que Michelle Donelan, la secrétaire d’État aux sciences, ait demandé des informations sur un groupe spécifique d’universitaires.

Ils ont déclaré qu’à l’origine, Mme Donelan s’était dite préoccupée par les commentaires de certains universitaires sur les médias sociaux concernant le conflit entre Israël et le Hamas, et a demandé des détails supplémentaires pour savoir si leur présence en ligne “sortait du cadre légal pour entrer dans un territoire plus funeste”.

Continuer la lecture

Destruction de l’enseignement supérieur britannique en cours. Les travailleurs et travailleuses des universités ripostent

Academia traduit ici un article publié la veille de la grande grève universitaire conduite par UCU depuis le 1e février 2023. L’article revient sur les raisons de la dégradation de l’enseignement supérieur britannique, tant pour les agent·es que pour les étudiant·es ((NDLR. Les illustrations sont un choix de la rédaction.)). 

OPINION : La marchandisation a favoriser le développement de la précarisation du personnel universitaire avec des contrats précaires et  l’augmentation des droits étudiants en échange d’un service de moins bonne qualité.

Imaginez que vous posez votre main gauche sur une table devant vous. Regardez-la de près. Peut-être le contour de vos os du métacarpe est-il visible ? Peut-être pouvez-vous distinguer des veines ? Maintenant, imaginez que vous saisissez un gros marteau à panne ronde avec votre main droite. Soupesez son déséquilibre, sentez la fraîcheur de son manche en bois. Puis, calmement, utilisez-le pour vous frapper la main gauche aussi fort que vous le pouvez. Recommencez encore. Et encore.

Vous saisissez désormais l’approche du gouvernement britannique en matière d’enseignement supérieur depuis 2010, les politiques contre lesquelles des dizaines de milliers d’universitaires vont faire grève au cours des prochaines semaines. La semaine passée, j’ai échangé avec certain∙es d’entre eux dans différentes universités de types différents à travers le Royaume-Uni. Les histoires qu’ils ou elles racontent, sur la façon dont leurs emplois ont continué à se dégrader au cours de la dernière décennie, présentent des similarités remarquables.

Par moments, l’objectif du gouvernement semble être de transformer les universités en firmes — en moteurs de croissance compétitifs, plutôt qu’en écosystèmes collaboratifs de recherche. C’est un peu comme essayer de transformer une main en pied. Mais à d’autres, les attaques semblent plus gratuites que cela. En moyenne, plus les gens sont instruits, moins ils votent à droite. L’augmentation du nombre d’étudiants au cours des dernières décennies est une menace existentielle pour les Tories. Écoutez le ton des commentatrices et commentateurs conservateurs à l’égard du monde universitaire ces dernières années, et vous pourrez entendre leur répulsion.

Campagne pour la grève. @ucu, 12 février 2023

Continuer la lecture

Grève des universités au Royaume Uni : succès foudroyant

Aujourd’hui, 1er février 2023, commençait la grève de 18 jours organisée par University and College Union (UCU), faute de réponses acceptables sur les rémunérations, les retraites et les conditions de travail. Énorme succès dans de nombreuses villes universitaires, avec le soutien des étudiants et des étudiantes. Après l’énorme succès de la mobilisation, voici les 17 jours de grève à venir :  9, 10, 14, 15, 16, 21, 22, 23, 27, 28 février ; 1, 2, 16, 17, 20, 21, 22 mars. 

Go UCU !

La grève des universitaires britanniques en images et en portraits.

Picketline. University of Exeter, 1e février 2023. Credit: Exeter UCU

Continuer la lecture

Déclaration du Conseil National de l’Union CGT FERC Sup, 25 novembre 2022

Le Conseil National de l’Union CGT FERC Sup soutient les collègues et les étudiant·es britanniques engagés depuis le jeudi 24 novembre dans la grève la plus importante de l’histoire de l’enseignement supérieur en Grande-Bretagne pour protester contre les bas salaires, les conditions de travail et pour défendre les retraites. Ici comme ailleurs, la situation imposée par les pouvoirs en place ne leur laisse pas d’autre alternative pour défendre leurs droits.

Le CNU soutient également le courageux combat des femmes et de la jeunesse iranienne contre l’obscurantisme et la pauvreté. Depuis la mort odieuse de Mahsa Amini, cette jeune femme qui avait été arrêtée pour un voile mal ajusté, l’Iran connait une vague de manifestations d’ampleur. Pour la première fois, en Iran, ce sont les femmes qui sont en première ligne de la contestation. La CGT, en Iran comme partout dans le monde, s’oppose et condamne les violences faites aux femmes, la répression sanglante des manifestations, les violences policières, les arrestations arbitraires et l’impunité de ceux qui les commettent !

En Afghanistan également, le régime ultra réactionnaire des Talibans a imposé des régressions majeures pour les travailleurs et travailleuses. La CGT a participé à lancer un appel pour la scolarisation des femmes afghanes. La CGT soutient la lutte pour l’émancipation du peuple afghan.

En France aussi, la CGT est partie prenante de la lutte pour les droits des femmes. Cinq ans après #MeToo et à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la CGT FERC Sup rappelle son engagement pour l’éradication des violences sexistes et sexuelles dans le monde du travail et hors travail.

Continuer la lecture

Comprendre les changements majeurs qu’a connus le recrutement universitaire. Une étude britannique

L’explosion mondiale des taux d’inscription à l’université et de la taille des établissements a transformé leurs schémas de dotation en personnel et leur structure organisationnelle. Une nouvelle recherche du Policy Institute du King’s College de Londres offre la première étude approfondie des changements du 21e siècle dans le secteur universitaire britannique, et souligne l’ampleur et l’impact de ces changements.

Financé par la Nuffield Foundation, le rapport est rédigé par la professeure Alison Wolf, baronne, membre de l’Augar Review of Post-18 Education & Funding, et le Dr Andrew Jenkins.

Les observateurs de l’enseignement supérieur contemporain se plaignent souvent d’un “managérialisme” croissant et de l’augmentation des contrats d’enseignement précaires de courte durée. En s’appuyant sur la base de données du Royaume-Uni sur la main-d’œuvre et sur des enquêtes sur six établissements distinctifs, les chercheur·ses ont examiné dans quels changements ont eu lieu et cherché à en comprendre les raisons. Le rapport confirme des modifications majeures dans l’emploi administratif et académique, ainsi qu’une centralisation poussée et le déclin de l’autonomie du département universitaire.

Continuer la lecture

Royaume-Uni. Cinq nouveaux jours de grève des universitaires

Lundi 21 mars, plus de 50 000 agent·es universitaires ont commencé une nouvelle grève dans 67 établissements pour les deux prochaines semaines, contre les coupes sur les retraites et les rémunérations détériorées.Deux universités commencent leur grève aujourd’hui, et 27 autres la semaine prochaine. Plus d’un million d’étudiant·es sont concerné·es.

C’est la 3e série de grèves depuis le début de l’année universitaire. Les agent·es on débrayer plus de 10 jours au cours des trois dernières semaines, du lundi 14 févirer au mercredi 2 mars, après trois jours de grève en décembre.

Piquet de grève à King’s College, London Crédit: Guy Smallman, Social Workers, 2022

Dix jours de grève commencent aujourd’hui au Royaume-Uni

  • Semaine 1 (pour les retraites, USS pension only, 44 institutions): 5 jours; du lundi 14 au vendredi 18 février
  • Semaine 2 (grève pour les retraites, les salaires et les conditions de travail, 68 institutions): 2 jours; lundi 21 and mardi 22 février
  • Semaine 3 (salaires et conditions de travail: 63 institutions): 3 jours; ludni 28 février, mardi 1 and mercredi 2 mars

Pour en savoir plus →

Le mode hybride à l’université : une normalité dystopique

Dans cet article — plus riche que ce qui en est rapidement résumé ici – Mariya Ivancheva, anthropologue et sociologue de l’enseignement supérieur et du travail universitaire1, , enseignante-chercheure au Royaume-Uni, revient sur la numérisation du travail universitaire et sa précarisation, tendances que la pandémie de Covid-19 n’a fait que renforcer dans les universités du monde entier avec l’installation d’un « modèle plus ou moins hybride de travail ».

Elle souligne en particulier que « les technologies numériques et les modèles de travail hybrides ont remodelé le travail universitaire. Cela s’est produit de plusieurs manières interconnectées, pointant toutes vers une hybridité pré-existante qui exploitait déjà ». La nouvelle conjoncture issue de la pandémie « a mis en lumière deux tendances qui se renforcent mutuellement : (i) la normalisation de la flexibilité du temps de travail et de la présence sur le lieu de travail ; et (ii) l’expansion de notre vie professionnelle dans notre vie hors travail, brouillant les frontières entre les deux. »

« Parler de charges de travail hybrides dans le monde universitaire d’aujourd’hui revient donc à discuter de l’impact de cette réalité sur toutes ces nouvelles subjectivités complexes des travailleurs ainsi que sur celles façonnées par des descriptions de poste […]. Les intitulés de postes tels que “développeurs de programmes”, “conservateurs de contenu en ligne” et “modérateurs de forum MOOC” cachent une main-d’œuvre universitaire de plus en plus fragmentée, précarisée et en partie externalisée. », précise-t-elle.

The Great Quadrangle (Tom Quad), Christ Church, Oxford, England, by Billy Wilson, 2019

Elle évoque les conditions et charges de travail « toxiques » déjà « signalées par des syndicats comme l’University and College Union (UCU) du Royaume-Uni » en 2016, rappelant que « les charges de travail toxiques sont également citées comme la principale raison – à côté de la précarisation croissante, des inégalités (genre et race) et de l’insécurité des retraites et des salaires – qui a alimenté les grèves sectorielles au Royaume-Uni depuis 2018, avec une nouvelle vague commençant en décembre 2021. »

Continuer la lecture

  1. Projet The Unbundled University. Researching Emerging Models in an Unequal Landscape, conjoint avec University of Cape Town, 2016. []

“Faire la grève est notre dernier moyen pour réparer notre système universitaire cassé”: grève dans 58 établissements d’enseignement supérieur britanniques

58 établissements d’enseignement supérieur ont commencé une grève dont les revendications portent sur les salaires, les conditions de travail, les inégalités salariales hommes-femmes, les charges de travail trop lourdes et l’insécurité de l’emploi, affectant un million d’étudiant·es. 42, dont Imperial College, London, sont également en grève pour leurs retraites.

Les vice-chancellors (équivalent de président·e), jugeant que le mouvement est dirigé  par une minorité de “gauchistes”, ne montrent aucune volonté de négotiation. Les syndicats étudiants, quant à eux, soutiennent la grève. Selon un sondage, 78% des étudiant’es soutiennent la grève, tandis que 9% s’y opposent. À Londres, les étudiant·es se joignent à la manifestation des grévistes universitaires ce vendredi 3 décembre 2021 à Londres.

Grève à SOAS, University of London. Photo: Naaz Rashid, 2 novembre 2021

Les universités prestigieuses n’attirent plus les chercheurs et les chercheuses, en raison de l’insécurité de l’emploi, selon Times Higher Education

Alors que les universités britanniques s’apprêtent à connaître à partir du 1er décembre une grève historique, en faveur des salaires, des retraites et des conditions de travail, la vice-chancelière de Cardiff Metropolitan University précise que le désir de travailler pour des universités prestigieuses s’affaiblit, dans certains cas, à cause de leur utilisation massive de contrats à court terme.

Pour lire l’article

Relayer les luttes ! Grève des notes face aux suppressions de postes au Goldsmiths College (Londres)

Puisque la lutte n’est pas que française, regardons ce qui se passe en Grande-Bretagne, du côté du Goldsmiths College de l’université de Londres plus précisément.

La présidence de l’université envisage des suppressions de postes massives, qui toucheront en premier lieu les plus précaires et les femmes. Dans ce cadre, les employés appellent à un boycott massif des notes afin de pouvoir négocier avec la présidence et obtenir l’abandon des suppressions de postes. Cela s’inscrit en parallèle d’une lutte des étudiant(e)s pour obtenir des remises de loyers.

Le compte Twitter “Justice for Workers [Goldsmiths]” (@CleanersFor) relaye l’ensemble des informations concernant cette lutte, que nous reproduisons ici.

 

 

Des universitaires en France craignent pour la liberté dans le contexte de la lutte contre le terrorisme islamique

Les universitaires en France craignent d’être pris·es pour cible par des politicien·nes de tout horizon politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2022, après que le ministre de l’éducation nationale a accusé les universités de créer un terreau intellectuel pour le terrorisme islamique.

Après la décapitation, à la mi-octobre, d’un enseignant qui avait montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet, des chercheurs et des chercheuses qui se consacrent à des domaines tels que le racisme, l’islamophobie et le colonialisme français ont été victimes d’attaques sans précédent de la part de certains membres du gouvernement d’Emmanuel Macron — qui était initialement considéré comme un bastion contre le populisme de droite — mais aussi de la part de collègues universitaires.

« Lier tout cela au terrorisme, c’est la nouveauté »,

a déclaré Simon Dawes, professeur de médias à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les universitaires sont désormais accusé·es d’avoir « du sang sur les mains » pour avoir mené certains types de recherches, précise le Dr Dawes, s’alarmant de la menace pesant sur liberté d’expression des universitaires.

Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation, a affirmé que « l’islamisme de gauche faisait des ravages » dans les universités françaises.

Réitérant ses propos, il a ensuite déclaré qu’il fallait « combattre » les courants intellectuels issus des universités américaines qui regardent la société à travers le prisme de l’origine ethnique, de la religion ou du sexe — plutôt que l’idéal républicain français d’égalité — parce qu’ils risquent de « fracturer » la société et créent une «vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ».

https://www.flickr.com/photos/91022405@N03/10486596975/in/photolist-gYExW8-SxX3D9-3FtrAJ-7YoJAh-9aNo15-84YmSS-5k1hxj-7YkuF6-7Liodb-7YkucF-7YoJTG-7YoJZU-7YkuTR-7Ykv2K-7YkuB6-7YoKtj-7YoKiC-atkXid-7YoKdY-xQtR53-rPV92B-agATDt-bDwgbG-2hePDhi-5Ckq9T-9uMFTA-jqZHpY-7ckJzN-scawpS-2eeLP3Z-QNP9vv-2h1j4fM-rE7kvF-aSUNeF-2gZY222-52rguA-BWVSD6-2j7HXqr-xe9Nux-qM21aE-7jZc2S-5dJVU8-8yrQJM-QmPqnw-aUxnXX-7oJRU8-S19CsZ-8cNHTW-2h9bsSV-Tu3XcW

Putrefaction, by Alouette55th, 2013

Continuer la lecture

#FreeKylie – Où est Kylie ? – 30 octobre

Kylie Moore Gilbert avait disparu pendant 6 jours. Elle vient de revenir à Téhéran – mais reste emprisonnée #FreeKylie

Pour signer la pétition demandant sa libération →

 

Fariba Adelkhah sortie de prison

Communiqué du comité de soutien
Au titre des mesures sanitaires et dans le cadre d’une permission pour cause médicale, Fariba [Adelkhah] est sortie de prison ce samedi 3 octobre 2020 et a regagné son domicile personnel où elle est assignée à résidence, sous contrôle d’un bracelet électronique.
 
Cela ne change rien au fond du problème. Fariba reste prisonnière scientifique, sous le coup d’une peine de prison de cinq ans, à l’issue d’un “procès” inique, sur la base d’accusations ineptes. Nous nous félicitons que le ministre des Affaires étrangères ait, ces derniers jours, réitéré la position de la France en réponse à une question parlementaire et, à nouveau, à l’Assemblée générale des Nations Unies.
Nous continuons donc à nous battre pour que l’innocence de notre collègue soit reconnue et qu’elle recouvre sa liberté de recherche et de mouvement. Mais nous pouvons désormais le faire avec un peu de baume au coeur.
Ainsi, le jeudi 15 octobre, nous nous retrouverons au CERI, 56 rue Jacob, à 13h30 pour un rassemblement masqué et distancié destiné à lui redire notre soutien, et, à 14h30, pour le séminaire “Fariba Adelkhah: sociologie et anthropologie sociale du politique. Penser en pensant à elle” ( pour lequel il faut vous inscrire; en présentiel pour ceux qui le peuvent, et en visio pour ceux qui ne pourraient être présents). Venez nombreux pour bien signifier que ni la pandémie ni l’été ni son assignation à résidence ne nous la font oublier.
*
*  *
Nous sommes sans nouvelle heureuse de Kylie Moore-Gilbert, déplacée à la fin de l’été vers la redoutable prison de Qarchak, après plus de deux ans à l’isolement dans les geôles de Téhéran. La chercheuse est en très mauvaise santé physique et mentale.
Il est scandaleux que ni le Royaume-Uni, ni l’Australie, dont l’anthropologu est ressortissante n’aient pas trouvé de solution diplomatique jusqu’à présent, mettant désormais ses jours en danger.