Pandémie : les hommes universitaires soumettent 50% plus d’articles, les femmes n’ont jamais soumis aussi peu. « Je n’ai jamais vu ça », indique un·e rédacteur-en-chef

Cette année devait être la bonne pour Einat Lev. Elle avait prévu de faire du terrain à Hawaï et en Alaska, de déposer une demande de financement pour un important projet de recherche, puis de finir d’écrire le dernier des cinq articles nécessaires pour demander la tenure. En septembre, elle se présenterait devant la commission d’évaluation, dernière étape pour devenir une professeure associée titulaire en sismologie de Columbia University.

Maintenant, confinée avec sa fille de 7 ans, Lev ne peut que travailler quatre heures par jour, au lieu des dix heures habituelles. Elle a pour l’essentiel négocier les délais, trouvant de la joie dans des longues promenades, aidant sa fille à reconnaître les fleurs et les oiseaux des alentours.

C’est alors qu’elle a eu des nouvelles d’un de ses collègues. Les deux avaient commencé leur carrière à peu près au même moment. Sa femme s’occupait des enfants à temps complet. Le mari de Lev a un emploi à temps complet.

« Pour prendre le bon côté des choses, relatait le collègue de sa propre expérience, [l’auto-confinement] me donne du temps pour me concentrer sur l’écriture ».

« Cela me semble comme un luxe, répond-elle, que je ne peu même pas imaginer ».

En auto-confinement depuis six semaines, les rédacteurs ou rédactrices-en-chef des revues scientifiques ont remarqué une tendance. Les femmes — sur qui reposent évidemment la majeure part des responsabilités familiales — semblent leur soumettre moins de manuscrits. Cela menace de ralentir la carrière des femmes scientifiques, indique Leslie Gonzales, professeure d’administration de l’éducation à Michigan State University, dont la spécialité porte sur les stratégies pour diversifier le champ académique. Quand les institutions vont décider d’accorder la tenure  (titularisation), comment vont-elles évaluer le travail accompli pendant l’épidémie de coronavirus ?

(trad. Ch. Rabier)

Crédit: Leslie Gonzales/Einat Lev/Erica Williams; iStock; Lily illustration

Continuer la lecture

Sciences en danger, revues en lutte

Par le collectif des revues en lutte 

 

Depuis le début de l’année 2020, plus d’une centaine de revues académiques1, en grande majorité issues des sciences humaines et sociales françaises, se déclarent les unes « en lutte », les autres « en grève ». Prenant part au mouvement social en cours, leurs comités de rédaction protestent à la fois contre le projet visant les retraites, contre la réforme de l’assurance chômage adoptée à l’automne 2019 et contre les propositions contenues dans les rapports pour la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)2. Par son ampleur et par sa forme – la grève et le vote de motions qui incitent les comités de rédaction à sortir de leur réserve habituelle – cette mobilisation est historiquement inédite. La dynamique collective qu’elle suscite, par-delà les disciplines, les écoles et les conditions d’exercice de chacune des revues, témoigne du sentiment de révolte que provoquent ces réformes. Pour l’enseignement supérieur et la recherche, la réforme des retraites telle qu’envisagée actuellement par le gouvernement conduira à l’accroissement général des inégalités (entre hommes et femmes, entre titulaires et précaires, etc.) et à l’appauvrissement futur de toutes et tous, fonctionnaires, contractuel·le·s ou précaires. La réforme de l’assurance chômage augmentera, elle aussi, la vulnérabilité déjà difficilement supportable du très grand nombre des travailleur·euse·s précaires sur lesquel·le·s repose massivement la vie des universités et des laboratoires : ils et elles représentent d’ores et déjà plus d’un quart des effectifs d’enseignant·e·s, et encore bien davantage parmi les travailleurs et travailleuses administratif·ve·s et techniques. La LPPR, enfin, ne fera qu’aggraver le manque de moyens, de postes et de stabilité, et approfondir les inégalités qui minent l’enseignement supérieur et la recherche, et que deux décennies de « réformes » massivement contestées n’ont cessé d’amplifier.

Une crise organisée du service public de la recherche et des universités

Depuis bientôt trente ans, les gouvernements successifs contribuent à l’effritement de l’État social, au lent rognage de la fonction publique, à la dénonciation des « privilèges » gagnés dans les luttes sociales du xxe siècle, à l’affaiblissement des principes de redistribution destinés à réguler les disparités socio-économiques et géographiques. Dans l’université et la recherche, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités, dite « loi Pécresse » (LRU, 2007) a été la pierre angulaire d’un double mouvement, apparemment contradictoire : le désengagement budgétaire de l’État conformément à une logique néolibérale et le pilotage stratégique autoritaire de la recherche par ce même État. La logique de la loi tient à ce que l’autonomie (budgétaire) proclamée masque en réalité la dérégulation des statuts, la mise en concurrence de tou·te·s contre tou·te·s et la dépendance accrue de la recherche aux intérêts économiques et industriels, remettant finalement en cause l’autonomie véritable de la recherche. Cette politique menée avec opiniâtreté au mépris des mises en garde et des revendications de la communauté des chercheur·euse·s a multiplié les agences d’évaluation et de financement supposées indépendantes, prônant une culture de la « performance », du « résultat » et de l’« excellence », tout en réduisant les crédits propres des laboratoires au profit d’une distribution ciblée des moyens, largement définie par les aléas conjoncturels (sinon les modes), ainsi que par les hiérarchies et les situations préétablies. En privilégiant un financement par projets, elle a renforcé l’inégalité de dotations entre chercheur·euse·s et a conduit à un immense gaspillage d’énergie et d’argent public : combien d’heures perdues à évaluer ou à rédiger des projets pour obtenir d’hypothétiques financements, alors que ce temps aurait pu être consacré à la recherche ou à l’enseignement ?

C’est peu dire, au reste, que les « gouvernants » nourrissent une obsession morbide pour les classements internationaux, dont la raison d’être est la promotion du modèle anglo-américain d’une université qui doit être gérée comme une entreprise, c’est-à-dire fonctionnant sur ses fonds propres (alimentés par des frais d’inscription appelés à augmenter), quitte à sacrifier le budget de fonctionnement et la qualité de l’encadrement. Depuis la LRU, la supposée mauvaise place des universités françaises dans ces classements est ainsi régulièrement invoquée pour tancer les chercheur·euse·s et poursuivre contre leur volonté la libéralisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Or ces injonctions se déploient dans un contexte de forte austérité budgétaire : rapporté au nombre d’étudiant·e·s, le budget de l’enseignement supérieur a ainsi chuté de plus de 10 % depuis 2010 ; et malgré les promesses, répétées depuis vingt ans par les différents gouvernements, de porter à 1 % du PIB l’effort budgétaire consacré à la recherche publique, celui-ci stagne toujours à 0,8 % (soit un manque de 6 milliards d’euros, une somme inférieure au crédit impôt recherche, cette niche fiscale concédée aux grands groupes industriels et de service). Dans ces conditions, les chercheur·euse·s et universitaires en France sont soumis·es à un régime qui mêle surtravail et dégradation des conditions de vie et de travail. Ils et elles sont de plus en plus précaires, et le restent de plus en plus longtemps, l’âge moyen du recrutement s’élevant à 35 ans. Les politiques d’austérité conduisent aussi à une réduction drastique de leurs revenus : alors que, en trente ans, les titulaires ont vu leur pouvoir d’achat chuter de 30 %, marquant ainsi un net décrochage avec le secteur privé, les travailleur·euse·s précaires connaissent une grande vulnérabilité, enchaînent contrats courts et périodes d’incertitude, et cumulent des vacations d’enseignements dont le montant se situe désormais en dessous du Smic horaire. Toutes et tous sont également de plus en plus évalué·e·s suivant des critères strictement comptables qui se limitent à dénombrer leurs publications, les contrats obtenus ou les brevets déposés, sans jamais interroger l’apport réel des connaissances produites. Ces différentes logiques font la part belle aux « entrepreneur·euse·s de carrière », au détriment d’une recherche fondamentale, collective et véritablement indépendante.

Les mesures annoncées dans le cadre de la LPPR poursuivent avec obstination les transformations néolibérales engagées depuis le début des années 2000, dans le sillage de l’agenda de Lisbonne élaboré par le Conseil européen, et entendent les radicaliser. Empruntés au registre managérial, les mots d’ordre sont bien connus : compétitivité, financement par projet, concentration inégalitaire des moyens, austérité budgétaire, ce qui débouche sur un développement des emplois précaires et une mise en concurrence des individus, des laboratoires, des établissements, etc. Comme l’explique sans détour le PDG du CNRS Antoine Petit en novembre 2019, il s’agit d’engager une réforme « inégalitaire et darwinienne » : la concurrence généralisée et la concentration des ressources sur une minorité d’établissements et d’individus jugés plus « performants » selon des critères gestionnaires deviennent les principes cardinaux du gouvernement de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de « défis sociétaux » très perméables aux priorités de l’action gouvernementale. De nombreuses enquêtes démontrent pourtant les effets délétères de telles politiques sur l’originalité des savoirs produits et sur la qualité des formations dispensées aux jeunes générations : « effet Mathieu » – processus par lequel les plus favorisés augmentent leurs avantages –, standardisation de la recherche, bureaucratisation, affaiblissement de l’autonomie académique, appauvrissement de la diversité disciplinaire, etc.

Toute cette politique méprise ce que les chercheurs et chercheuses savent par expérience : dans toutes les disciplines, l’activité scientifique nécessite du temps et une disponibilité intellectuelle incompatible avec l’angoisse d’une précarité parfois radicale et avec la fragmentation croissante des tâches ; elle s’exerce d’autant mieux que les équipes sont soudées alors que la compétition entre les pairs, désormais exacerbée, menace les collectifs ; et elle requiert une distance critique que la dépendance envers les hiérarchies administratives entrave. Ainsi, la communauté des chercheur·euse·s réclame avec force à la fois un engagement budgétaire à la hauteur des enjeux (en atteignant a minima l’objectif de 1 % du PIB consacré à la recherche publique) et une distribution équitable des moyens à des personnels titulaires dont le statut de fonctionnaire demeure la condition de l’indépendance et de la sincérité des résultats.

Revues scientifiques : une économie de la connaissance efficace

Dans ce contexte, nos revues scientifiques occupent une place singulière et paradoxale. Lieux d’un intense travail collectif de production et supports efficaces de diffusion des savoirs, elles tendent à être instrumentalisées et mises au service de la vision néo-managériale dominante de la recherche. L’évaluation des chercheur·euse·s, des laboratoires et des universités repose en effet désormais en grande partie sur un décompte des articles publiés dans nos revues, selon des calculs bibliométriques dont la faiblesse et les effets pervers sur le plan scientifique ont été largement documentés3. Là n’est pas le moindre paradoxe des réformes en cours : alors qu’elles placent plus que jamais les revues au cœur de ce système de la recherche gouverné par « l’excellence » bibliométrique, elles conduisent non seulement à fragiliser leur fonctionnement, mais aussi à dénaturer le travail de production scientifique qui s’y déploie.

Continuer la lecture

  1. À la date du 19 février 2020, un mois après le début du mouvement, 131 revues ont rejoint le mouvement des revues en lutte. Elles sont recensées sur le site universiteouverte.org. []
  2. Les rapports sont signés par trois groupes de travail et consacrés au « Financement de la recherche », à l’« Attractivité des emplois et carrières scientifiques » et à la « Recherche partenariale et innovation ». Ils sont disponibles sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : []
  3. Yves Gingras, Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Raisons d’agir, Paris, 2014. []

#7 – Chroniques de grève – Hommage aux correcteurs et correctrices anonymes

Régles typo et art de la ponctuation

Les indispensables de la correction
Collection personnelle

A Jean-Luc, un amoureux des mots

Je te surnommais amicalement le correcteur fou
Nous pouvions passer des heures à parler de la ponctuation
Tu m’avais offert ton exemplaire de La ponctuation, Art et finesse de Jean-Pierre Colignon
Parce que de la correction tu n’en faisais plus guère
Un correcteur mort à la guerre
Des restructurations, externalisations, compétitions mortifères

De ces difficultés tu ne parlais guère
Je n’ai jamais su pourquoi
Tu me disais : syndicat des correcteurs, tarifs conventionnés, respect du métier
Et je t’ai écouté

Et quand dans mon métier d’éditrice
J’ai arrêté de corriger tous les manuscrits
Qu’il m’a fallu recruter des correctrices et correcteurs extérieurs
J’ai appliqué des tarifs, du respect, des délais,
De l’éthique en accord avec nos principes
Et je sais pourquoi

Tarif à l’heure non rabaissant
Pas de dumping sur le nombre de signes traités à l’heure
Délai de rendu calculé en jours ouvrables sur une base de 35 heures
Un tiers à la commande, un tiers à mi-parcours, le solde au rendu possible
Paiement rapide, oui c’est possible
Ça nécessite juste de mettre les mains
Dans le cambouis administratif

Et cela a fait de belles rencontres et amitiés
Jeunes doctorants et doctorantes apprenant le métier
Dans l’attente du poste tant espéré de MC
Jeune correcteur et moins jeune correctrice
Débutant le métier

Continuer la lecture

#1- Chroniques de grève – Petites mains de la chaîne éditoriale

 

Aujourd’hui, c’est le 11 février 2020, journée d’action contre la précarité dans l’ESR et ailleurs, alors un slam dédié à tous les invisibles de la chaîne éditoriale numérique. Parce que la poésie ne nuit pas à la lutte au contraire

Machine à écrire Aux metteurs et metteuses en ligne

Derrièr’ ton clavier
Clic droit, clic gauche,
Import
Copie, colle
Style, valide, vérifie
Reviens en arrière

Entre les métadonnées
Choisis les mots clefs
Maison, Bisac, tu vois !
Importe des K’bart dans tes discovery tools
Importe des PDF dans Hal et ta GED
Valide, vérifie, corrige, valide

Presse bouton….

Recadre l’image, optimise
Enregistre sur putain de shop’
Importe décrit
Responsive oblige
Coupe, calibre, optimise l’image et le son
Décrit la parole car responsive De’sign

Fais tomber les pages dans « Inpress »
Gère le parangonnage
Vérifie la titraille
Cale de les coupes
Pas de con, Pas de bite
Construc- tible, Imbita-ble

C’est ok

Mouline ton texte dans pro’Lexis
Il chassr’a les espaces avant vir’gule
Et autres erreurs typo pour toi
Tu cliqueras sur les erreurs gramm’, ortho
Tu recherches :
Tu remplaces, tu valide

Tu n’es que doigts asservis à la machine
Avec encor’un cerveau tout là-haut
Abruti au bout de 3 h
Mal au dos,
Mal aux yeux,
Mal aux doigts

Car il faut aller vite
Tarif trop bas d’auto-entrepreneur
Secretair’ d’édition mutualisé
Correcteur, correctrice isolés
Petites mains de plat’forme, Doc et bib chargeant Hal
Travail gratuit de doctorant sans post’

Tu t’ crois loin des travailleurs du clic
De l’Asie ou de l’A’frique
Non tu y est presqu’
Mais tu te crois plus libre, plus diplômé
En France, dans ton labo, dans ta fac, dans ton appart
Attention avec l’IA, la traduction automatique
Et tous ces trucs en tic et toc
Ils trouveront moins cher
Et tu disparaîtras … si tu ne te bas pas

La claviste

Texte libre de droits évidemment et sans utilisation commerciale hormis pour financer les caisses de grèves

Sciences humaines et sociales : revues en grève, qui sont-elles ?

par Anthony Pecqueux, The Conversation, 10 février 2020

Depuis deux mois, dans le prolongement de la mobilisation contre la réforme des retraites, les membres de l’enseignement supérieur et de la recherche s’inquiètent de la précarité grandissante des étudiant·e·s et des jeunes enseignant·e·s chercheur·e·s . Ils s’élèvent contre les évolutions de leur statut et celles du financement de la recherche que pourrait entériner la prochaine loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Dans ce cadre, plus de cent revues académiques se sont déclarées solidaires du mouvement, « en lutte », voire en grève. Très largement issues des sciences humaines et sociales, elles veulent ainsi accorder à celles et ceux qui les produisent le temps nécessaire à la mobilisation. Par ce biais, elles mettent aussi en avant le rôle central qu’elles ont pu acquérir dans le système tant politique qu’économique et symbolique de la recherche.

Pourtant, ce mouvement a surpris, d’autant qu’à de rares exceptions (du côté de revues très généralistes comme Esprit ou Critique, ou de revues liées aux mondes militants comme Mouvements ou Vacarme), elles sont très peu connues du grand public, et de moins en moins présentes dans les rayonnages même des librairies spécialisées.

Diversité éditoriale

Comment les présenter de manière synthétique ? En réalité, il serait illusoire de chercher une formule qui résume précisément leur rôle. Il faut au contraire prendre acte de leur très grande diversité. Les revues peuvent être généralistes ou spécialisées, se centrer sur un domaine de recherche ou croiser les disciplines.

Elles sont diffusées en ligne ou en format « papier », sont payantes ou en accès libre. Certaines publient des textes à flux continu (au fur et à mesure qu’ils sont proposés et acceptés), d’autres les regroupent au sein de dossiers (qui ont ou non fait l’objet d’un appel à contribution au sein de la communauté scientifique)… Et entre ces multiples classifications, toutes les combinaisons sont possibles !

Continuer la lecture

Les revues scientifiques en lutte : Assemblée générale à Paris le 31/1 et tribune

Les revues sont à la pointe du mouvement de mobilisation. Collectifs vivants et engagés pour les savoirs qu’elles façonnent et qu’elles diffusent, elles s’inquiètent d’une politique gouvernementale qui ignore le travail fourni tant par les chercheurs et chercheuses, jeunes et statutaires, mais aussi un personnel d’édition très compétent qui a contribué à la transformation numérique du partage des savoirs universitaires. Afin de faire entendre leur voix, les revues en lutte organisent ce vendredi 31 janvier 2020 une assemblée générale, après avoir publié une tribune dans le quotidien Le Monde (28/1/2020).

Continuer la lecture

Revues en lutte !

En passant

Communiqué de presse des revues en lutte

Aux côtés de laboratoires, départements, UFR chaque jour plus nombreux, 45 revues scientifiques, principalement en sciences humaines et sociales, rejoignent la mobilisation contre la réforme des retraites et la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Le vendredi 17 janvier 2020, 127 membres de comités de rédaction se sont réuni.e.s pour organiser la poursuite du mouvement et l’interruption du cours normal de la production scientifique. Plus d’une dizaine de revues sont déjà en grève. Deux motions ont été votées en soutien à tous les travailleur.se.s qui participent à la fabrication des revues et à la diffusion des articles en ligne. Plusieurs actions auront lieu la semaine prochaine, dont la publication d’une tribune commune et une présence collective visible dans le cortège « Enseignement Supérieur et Recherche » (ESR) du 24 janvier. Elles seront prolongées par d’autres types d’intervention par lesquelles les revues entendent se mettre au service du mouvement social et défendre un véritable service public d’enseignement supérieur et de recherche.

#revuesenlutte Contact :  com_mob_revues@framalistes.org

Source : Université ouverte

Exclusion et politique de la recherche en Turquie

À quelques jours du référendum turc, organisé le 16 avril 2017 par le Premier ministre Erdogan, le mathématicien Tuna Altinel nous fait parvenir un texte à diffuser largement, informant de l’ampleur de l’exclusion des Universitaires pour la pailx planifié par l’État et ses organismes de recherches – comité de rédaction des revues scientifiques, accès aux financements de la recherche.

English version below

Le Conseil de la recherche scientifique et technique de Turquie (TÜBITAK) a diffusé le 24 mars 2017 une circulaire auprès de toutes les revues à comité de lecture, y compris auprès des périodiques internationaux listés par le Réseau académique et Centre de d’Information turc (ULAKBİM). Cette circulaire exige des revues qu’elles

reconsidèrent la composition de leur comité de rédaction, de leur conseil scientifique et de prendre les mesures adéquates pour en extraire les universitaires exclus de la fonction publique, licenciés ou mis à pied.
La responsabilité en incombe à la direction de ces revues et toute modification devra être signalée à la direction de ULAKBİM, Centre d’Information M. Cahit Arf.
Mehmet Mirat SATOĞLU, Directeur de ULAKBİM »

Sans surprise, TÜBİTAK ne s’arrête pas à ce stade. Il n’y a pas que les éditeur-e-s à surveiller, et à exclure ! Il faut bien penser aux auteur-e-s aussi. Non seulement à ceux et celles qui ont publié, mais aussi aux auteur-e-s d’articles en préparation. Une collègue d’Istanbul, récemment exclue de la fonction publique, dont la spécialité fait partie des sciences dites « dures » non seulement s’est retrouvée brutalement séparée de ses étudiants en recherche, mais a aussi subi le refus de TÜBİTAK de sa participation en tant qu’autrice aux publications basées sur ses travaux récents, soutenus en totalité ou partiellement par TÜBİTAK. En effet TÜBİTAK, en se basant sur les décrets de l’état d’urgence, refuse aux exclu-e-s tous les droits aux bourses, aux publications à partir des projets qu’il soutient par ses fonds.
Bien évidemment, il ne sera pas question de la participation des exclu-e-s à de nouveaux projets.

Devant cet assaut, on ne peut pas se contenter d’être inquiets ou vigilants. Il faut agir contre cet établissement de recherche devenu outil de répression politique digne des pires dictatures du 20e siècle. J’en appelle à vos sensibilités démocratiques et scientifiques, et je vous demande de réviser, éventuellement d’interrompre tout lien, toute collaboration avec TÜBİTAK, et d’inciter vos collègues à faire de même. Plus particulièrement, et très concrètement, je veux avertir les collègues en sciences dures contre une nouvelle tentative de TÜBİTAK en France :

http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr…

Les choix de projets dans cet appel excluront non seulement les  scientifiques déjà exclu-e-s mais aussi ceux et celles jugé-e-s « terroristes » ou « soutenant le terrorisme », des accusations auxquelles on a vite droit dès qu’on s’oppose ouvertement à des points sensibles de la politique officielle en Turquie.

Dites NON! ( #Hayır dans l’esprit référendaire
qui règne en Turquie) à de tels appels, dites-le haut et fort. N’y participez pas si vous êtes dans les disciplines concernées,
incitez vos collègues concernés à faire pareil !

Solidairement,

Tuna Altinel

—–English version

TÜBİTAK: scientific body or political tool?

The Turkish Council for Scientific and Technical Research (TÜBITAK) issued on March 24 2017 a decree addressed to all Turkish peer reviewed scientific journals, including the international periodicals listed by the Turkish Academic Network and Information Center (ULAKBIM). This text requires that the journals « reconsider the make-up of their editorial boards and their scientific councils, and take all adequate measures to evict the academics who were banned from public service, dismissed or suspended. The directors of journals have been given the responsability to track and evict academics, and to notify Mehmet Mirat SATOĞLU, director of ULAKBIM, Office of the Assistant Manager at the Cahit Arf Information Center (CABIM).
It comes as no surprise that TÜBITAK goes further: editors are controlled and banned, and so are authors. Not only over research that has already been published, but also about ongoing research to be published. A colleague from Istanbul who is a specialist in « hard sciences » was recently suspended from public service. She was isolated from her research students and was also banned from participating, as an author, in the publications based upon her research, which was funded, partially or as a whole, by TÜBITAK. TÜBITAK, on the basis of the state of emergency decrees, does not allow access to grants nor the right to publish to those who have been banned. And of course these scholars will not be able to undertake new projects.
Faced with such attacks, it is not enough to feel concerned or to call for vigilance. It is necessary to act against this research institution that has become a tool for political repression, and a reminder of the worst dictatorships of the 20th century. In an appeal to your democratic and scientific ideals, I call on you to revise and eventually break off all collaborations with TÜBITAK, and to invite your colleagues to do the same.
More specifically, I want to warn my colleagues in « hard sciences » against a new TÜBITAK call: the TÜBITAK-French Ministry of Foreign Affairs Bosphorus Joint Project Proposal Call (http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr#open-calls). The selection of projects in this call will exclude the academics already banned, and more generally those categorized as « terrorists » or «supporting terrorism », an accusation made against all those who openly oppose the offical policies in Turkey.
Say NO (#HAYIR, in the spirit of the movement against the referendum in Turkey) to these calls, say it loud and proud. Do not participate into these calls if you are in these disciplines, and ask your colleagues to do the same.
In solidarity, Tuna Altinel

BibCNRS: les docteur.e.s sans postes sans accès aux revues?

Sur la liste hist-eco (8 décembre 2016) par docsansposte@precairesesr.frbibcnrs


Au cours des dernières semaines, sans avertissement, les différents portails d’accès aux publications scientifiques ont été remplacé par un nouveau portail intitulé BibCNRS, où l’accès y devient individualisé. Cela exclut de fait les sans-postes, avec des conséquences évidentes quant à leur capacité à poursuivre des recherches.

Continuer la lecture