« Retraites : la réforme macroniste renforce une conception masculine du travail »

  • par Céline Bessière et Sibylle Gollac. Initialement publié par Libération, 31 janvier 2023

Depuis la parution dans la presse de l’étude d’impact de la réforme des retraites, même le gouvernement reconnaît ce que la quasi-totalité des économistes, sociologues et journalistes explique depuis plusieurs semaines : les femmes vont pâtir de la réforme encore plus que les hommes. Elles vont devoir fournir davantage de trimestres supplémentaires si elles veulent prétendre au même niveau de pension qu’avant — déjà 40% plus bas que celui des hommes ! Elles subiront plus fortement les décotes liées aux carrières incomplètes. Et même celles qui avaient tous leurs trimestres, grâce aux majorations dues à la maternité, vont devoir travailler un à deux ans de plus – comme si ces majorations avaient été supprimées. La prise en compte des congés parentaux, des aides familiales et la revalorisation des minima de pension (à condition d’avoir une carrière complète) n’amélioreront la situation que pour quelques milliers de femmes. Pour la grande majorité des travailleuses des classes moyennes et populaires, la situation se détériorera franchement, davantage que pour leurs collègues masculins, pour leurs conjoints, leurs ex-conjoints ou leurs frères.

Invité sur une matinale lundi 23 janvier, le ministre Olivier Dussopt a tenté une esquive : « Les inégalités de retraite que l’on constate entre les hommes et les femmes ne sont pas liées au système des retraites en lui-même ». Sous-entendu : elles sont dues aux inégalités de carrières. Certes, mais cela dédouane-t-il le gouvernement ? Ces inégalités sont dues au genre du travail et du capital : notre société attribue moins de valeur au travail exercé par les femmes, et les femmes accumulent plus difficilement du patrimoine que les hommes.

Continuer la lecture

Contre le recours à la violence dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Communiqué de la FERC CGT

COMMUNIQUÉ de la Fédération Éducation Recherche Culture – CGT

Le jeudi 19 janvier 2023, plus de 2 millions de personnes ont manifesté dans le calme pour protester contre le projet de casse de nos retraites par le gouvernement Macron – Borne. La jeunesse participait à cette déferlante au côté des travailleur·ses, et continue à se mobiliser dans les lycées et les universités.

En réponse à cette mobilisation légitime de la jeunesse, le pouvoir semble vouloir répondre par la violence : à l’université de Strasbourg, une Assemblée générale étudiante réunie après la manifestation du 19 a été expulsée par les CRS à la demande du Président de l’université. Sur le campus Condorcet à Paris, après une Assemblée générale étudiante réunie le lundi 23 janvier, une trentaine d’étudiant·es décident d’occuper un espace de réunion. Le président du campus Condorcet appelle immédiatement la police, conduisant à une intervention dans les locaux et à l’interpellation des étudiant·es, placé·es en garde à vue pendant vingt-deux longues heures émaillées de violences, d’insultes et de menaces contre plusieurs d’entre elles et eux.

La FERC CGT condamne avec la plus grande fermeté ces recours à la violence à l’initiative des chef·fes d’établissements en violation des franchises universitaires, garanties séculaires des libertés d’expression et de mobilisation au sein des universités. Elle appelle la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche et les chef·fes d’établissements à veiller au respect des libertés fondamentales, et à préférer la discussion plutôt que le recours à une violence aveugle face à cette mobilisation massive.

La FERC CGT soutient la mobilisation de la jeunesse pour défendre sa retraite, en lien avec tou·tes les travailleur·ses, et selon les modalités qu’elle aura décidées elle-même avec ses organisations.

Elle appelle les personnels et les étudiant·es à continuer d’amplifier le mouvement pour défendre nos retraites, tous et toutes ensemble, afin de faire du mardi 31 janvier une journée encore plus puissante que le 19.

Montreuil le 27 janvier 2023

Continuer la lecture

Dix jours de grève commencent aujourd’hui au Royaume-Uni

  • Semaine 1 (pour les retraites, USS pension only, 44 institutions): 5 jours; du lundi 14 au vendredi 18 février
  • Semaine 2 (grève pour les retraites, les salaires et les conditions de travail, 68 institutions): 2 jours; lundi 21 and mardi 22 février
  • Semaine 3 (salaires et conditions de travail: 63 institutions): 3 jours; ludni 28 février, mardi 1 and mercredi 2 mars

Pour en savoir plus →

“Faire la grève est notre dernier moyen pour réparer notre système universitaire cassé”: grève dans 58 établissements d’enseignement supérieur britanniques

58 établissements d’enseignement supérieur ont commencé une grève dont les revendications portent sur les salaires, les conditions de travail, les inégalités salariales hommes-femmes, les charges de travail trop lourdes et l’insécurité de l’emploi, affectant un million d’étudiant·es. 42, dont Imperial College, London, sont également en grève pour leurs retraites.

Les vice-chancellors (équivalent de président·e), jugeant que le mouvement est dirigé  par une minorité de “gauchistes”, ne montrent aucune volonté de négotiation. Les syndicats étudiants, quant à eux, soutiennent la grève. Selon un sondage, 78% des étudiant’es soutiennent la grève, tandis que 9% s’y opposent. À Londres, les étudiant·es se joignent à la manifestation des grévistes universitaires ce vendredi 3 décembre 2021 à Londres.

Grève à SOAS, University of London. Photo: Naaz Rashid, 2 novembre 2021

LPPR à l’Assemblée : bonneteau avec les retraites

 La fabrique de la loi #26

← Article précédent

Article suivant­ →

Le projet de loi de programmation de la recherche (LPPR) a été adopté en première lecture par l’assemblée nationale ce 24 septembre 2020. Les débats ont pu mettre en lumière la perspective d’un bonneteau consistant à financer cette loi grâce à la diminution des cotisations employeurs prévue dans le projet de loi relatif au système universel de retraite. Ce serait donc par un désengagement progressif des retraites des personnels de la recherche que l’Etat pourrait à terme refinancer les travaux de recherche, mais aussi l’ANR et le CIR. Comment cela pourrait se passer concrètement ?

La perspective du financement de la LPPR par un transfert des cotisations employeurs pour les retraites des personnels de l’ESR intrigue. D’abord soutenue par le Groupe Jean-Pierre Vernant, elle a fait l’objet d’insistantes questions de MM. Patrick Hetzel (LR) et Régis Juanico (Soc). Mme. Frédérique Vidal n’a cependant pas souhaité apporter de réponse claire (voir quelques verbatims).

Le bonneteau s’explique ainsi : d’une main, le gouvernement finance effectivement la LPPR ; mais de l’autre, il intègre la fonction publique dans le régime général des retraites. Or, les cotisations employeurs sont beaucoup plus basses dans le régime général : 17% contre 74% actuellement. Ainsi, l’Etat réduirait sa dépense pour le compte d’affectation spéciale pensions (CAS pensions), qui assure l’équilibre des caisses de retraite des personnels de la recherche, dégageant des marges de financement pour la LPPR.

Il faut effectivement reconnaître qu’aucun autre moyen concret de financement n’a été évoqué : ni hausse d’impôt, ni baisse d’une autre dépense. De plus, le caractère progressif de la baisse des cotisations retraites correspond assez bien au caractère progressif du refinancement de la recherche prévu dans la LPPR, lui aussi largement discuté sans que le gouvernement n’apporte de réponse satisfaisante.

Actuellement, les contributions aux CAS pensions sont intégrées aux subventions pour charge de service public (SCSP) que touchent les établissements. Sa compensation en cas de hausse n’est pas automatique. Il faudra vérifier lorsqu’il baisse si les SCSP baissent d’autant ou pas. Si c’est le cas, c’est que ce bonneteau est une réalité.

Continuer la lecture

StructuresMinimalistes témoigne de l’accroissement de la charge de travail… et invite d’autres à faire de même

La discussion a été précédée par un fil Twitter de mixlamalice du 29 juin 2020, relatant un épuisement professionnel certain, entre courses à la demande de financement, aux publications, et, à lire Sylvain Deville, ne plus en voir l’intérêt. S’en est suivie une discussion avec Erwan G. (chercheur dans la vraie vie), maître de conférences de huit ans d’ancienneté, dont les responsabilités se considérablement accrues sans augmentation de salaire — sans doute sans compensation horaire significative. Structures minimalistes complète alors son témoignage :

Continuer la lecture

Sébastien explique les retraites à un collègue

En passant

« Notre système de retraites n’a pas de problème de financement… »

Alors on répète : notre système de retraites actuel n’a pas de problème de financement. C’est le très officiel Conseil d’Orientation des Retraites qui l’illustre : voir ses deux derniers rapports : Évolutions des retraites et perspectives en France (juin 2019) et Perspectives des retraites à l’horizon 2030 (novembre 2019)

Actuellement il y a ZÉRO déficit Continuer la lecture

Motion de l’Ined

En passant

Motion de l’assemblée générale de l’Ined

Le personnel de l’Ined – ITA, doctorant∙es, postdoctorant∙es, chercheur∙es, précaires et titulaires – s’est réuni en assemblée générale le mardi 28 janvier 2020.

L’assemblée générale réitère son opposition à la réforme que le gouvernement tente d’imposer sur les retraites.

Elle conteste les principes qui fondent la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), principes qui portent gravement atteinte à l’exercice des métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche alors que ceux-ci seraient déjà lourdement pénalisés par la réforme sur les retraites.

La mise en œuvre de la LPPR se soldera par une précarisation accrue pour toutes et tous. Celle-ci est déjà très forte à l’Ined, elle a produit des effets déplorables sur les individus, sur l’organisation des services et sur les activités de recherche. La LPPR se traduira par un renforcement des inégalités :

  • avec les autres institutions de recherche qui devraient être des partenaires et non des concurrentes,
  • au sein de l’établissement via des dotations différenciées entre les équipes et entre les membres du personnel grâce à des modes de rémunérations toujours plus individualisés, discrétionnaires et opaques.

Continuer la lecture

Communiqué de la Conférence des Doyens de Droit et de Science Politique

En passant

À la lumière des rapports publiés le 23 septembre 2019 pour éclairer le projet de loi de programmation sur la recherche et des dernières interventions de Madame la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation dans la semaine du 20 janvier 2020, la CDDSP rappelle fermement les principes qu’elle a toujours défendus :

  • Université de Paris, Faculté de droit

    le maintien d’une qualification nationale ou d’un concours national pour accéder aux carrières pérennes de l’enseignement supérieur ;

  • le maintien du référentiel national et statutaire d’enseignement de 192 heures, ce qui exclut toute modulation des heures de service.

Continuer la lecture

Compte-rendu de l’entrevue des représentant-e-s de Sud éducation et Sud Recherche EPST avec Frédérique Vidal le 15 Janvier 2020

En passant

Avec quelques jours de retard sur le communiqué émanant du SNTRS-CGT à la suite de la rencontre entre syndicats et Frédérique Vidal, au Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Sud Education et Sud Recherche publient leur communiqué conjoint, que nous reproduisons ici.

Compte-rendu de l’entrevue
des représentant-e-s de Sud éducation et Sud Recherche EPST
avec Frédérique Vidal le 15 janvier 2020

SUD éducation et SUD Recherche EPST ont été conviés à une rencontre avec Frédérique Vidal – ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (ESRI) – mercredi 15 janvier à 18h30.

Initialement invités « Dans le cadre des négociations sur la réforme des retraites », nous nous apprêtions à refuser de discuter d’un projet contre lequel nous sommes mobilisé-e-s et dont nous demandons le retrait. Mais le ministère a fait un correctif pour nous indiquer qu’il s’agirait de faire un point sur le chantier du projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). N’ayant aucune information quant aux arbitrages du ministère depuis la publication, en septembre 2019, des rapports des groupes de travail ad hoc1, nous avons fait le choix de rencontrer la ministre dans le but d’obtenir des informations après avoir reçu l’assurance qu’aucun amalgame ne serait fait avec un système de retraites dont nous ne voulons pas. (Message ci-dessous)

Continuer la lecture

  1. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid145221/restitution-des-travaux-des-groupes-de-travail-pour-un-projet-de-loi-de-programmation-pluriannuelle-de-la-recherche.html []

« Les promesses n’engagent que ceux qui y croient » : sur l’avant-projet de loi Retraites

Le gouvernement vient de dévoiler l’avant-projet de loi sur les retraites. Faute de pouvoir en faire une lecture cursive rapidement, Academia vous propose dès à présent de consulter les textes. Ce billet sera complété aussi vite que possible.

D’ores et déjà, sachez qu’en échange de l’adoption de cette loi, “le gouvernement s’engage à revaloriser” les traitements des enseignants et des enseignants-chercheurs.

https://www.flickr.com/photos/83071998@N06/8192085307/in/photolist-dtUzy8-5G8VfD-97u1mQ-dtZUXy-NpujG1-9MMcs2-22wT5YW-8FXkCF-ywf1Df-5Hhhxk-HVzCGx-FSzB3R-7ssJ8-dNSgGz-GgcMN-rmcFJa-siTm8S-9Urqer-AnR2V-dNTieB-s9odrg-X1gvN7-aMXvr-apMxj9-6gFtta-dvqxCn-CFLRR8-2cBG2UU-gMjjQe-99QFic-dvqyWP-FiXi78-27u854m-HMsrP5-8ox8XF-6CPSKN-pUTxqk-Ab11xY-5SdXgn-QzZsiX-dPgyXC-sViqfT-8aU4uS-pRSbbs-eX6vfu-7gdkdh-5DDuQ4-osTAf3-a7GQsR-71Sf

O2cu, Faith, 2012