L’université Potemkine

Communiqué de l’Assemblée générale des précaires de l’ESR d’Ile-de-France
au sujet de la rentrée 2020/2021

 
« Rien ne vous oblige à donner vos TD si vous en considérez ses conditions inacceptables, étant donné  la forte proportion de doctorants à demander chaque année une charge de cours»,
un collègue titulaire que nous ne nommerons pas.

À en croire notre ministre et nos président·es d’université, la rentrée 2020/2021 et l’adaptation des universités aux consignes sanitaires se dérouleraient avec ordre, souplesse et innovation technologique, un peu comme dans un monde enchanté. Ces discours pourraient presque nous conduire à oublier l’essentiel : plus que jamais avec la crise sanitaire, le fonctionnement de l’Université repose sur les travailleur·ses précaires.

La pluie de mails qui s’abat sur nous et qui nous « incite » à utiliser telle ou telle e-plateforme de cours en ligne est d’ailleurs révélatrice d’un profond décalage entre l’utopie mercantile d’un enseignement dématérialisé et la réalité de nos conditions de travail. Car si le confinement nous a bien appris une chose, c’est que pour pouvoir suivre ou assurer un cours en ligne, il faut au minimum disposer d’une bonne connexion internet, d’un matériel adapté, ainsi que d’un endroit où l’on peut travailler. La précarité tout autant produite qu’ignorée par le système, celle des travailleur·ses non-titulaires et celle des étudiant·es, celle que nous ne cessons de rappeler, empêche, ô surprise, que ces conditions soient réunies. Mais qu’un tiers des effectifs ne soit pas en mesure de suivre les cours à distance, que les frais d’équipements soient à la charge des non-titulaires et des étudiant·es, tout cela semble normal. La fracture numérique, la précarité (pour ne pas dire pauvreté) visiblement n’existent pas.

Dans cette mer de difficultés, on voit ici et là des non-titulaires s’atteler à écoper le navire pour qu’il ne coule pas, à constituer des groupes d’entraide et de pédagogie à distance (tandis que des titulaires se réservent les cours en présentiel). Et de temps en temps, entre deux communiqués provocateurs appelant à la responsabilité individuelle, on peut voir passer un remerciement général à l’adresse des travailleur·ses de l’université.

Les présidences et les membres du ministère peuvent applaudir à leurs fenêtres, mais qu’est-ce qu’on donne concrètement ? Continuer la lecture

« Aujourd’hui, je te demande pardon… » – Ariane Ascaride

Montreuil, le 26 mars 2020

Bonjour « beau gosse »,

Je décide de t’appeler « Beau gosse ». Je ne te connais pas. Je t’ai aperçu l’autre jour alors que, masquée, gantée, lunettée, j’allais faire des courses au pas de charge, terrifiée, dans une grande surface proche de ma maison. Sur mon chemin, je dois passer devant un terrain de foot qui dépend de la cité dans laquelle tu habites et que je peux voir de ma maison particulière pleine de pièces avec un jardin.

Je suis abasourdie de vivre une réalité qui me semblait appartenir à la science fiction. 

À mon réveil chaque jour je prends ma température, j’aère ma maison pendant des heures au risque de tomber malade, paradoxe infernal et ridicule. La peau de mes mains ressemble à un vieux parchemin et commence à peler, je les lave avec force et savon de Marseille toutes les demie heures. Si je déglutis et que cela provoque une légère toux, mon sang se glace et je dois faire un effort sur moi-même pour ne pas appeler mon médecin. Je n’ai d’ailleurs pas fui en province pour rester proche de lui. Je deviens folle !

Sortir me demande une préparation  mentale intense, digne d’une sportive de haut niveau, car pour moi une fois dehors tout n’est que danger ! Et c’est dans cet angoissant état d’esprit, que je t’ai vu, loin, sur ce terrain de foot, insouciant, jouant avec tes copains, vous touchant, vous tapant dans les mains comme des chevaliers invincibles protégés par le bouclier de la jeunesse.

Vous étiez éclatants de sourire, d’arrogance, de vie mais peut-être  aussi porteurs de malheurs inconscients. 

Si vous étiez dehors, c’est qu’il n’est pas aisé d’être je ne sais combien dans un appartement toujours trop étroit, c’est invivable et parfois violent.

https://www.flickr.com/photos/ziyray/18500645515/in/photolist-ubQDmP-VMtuzR-bNS9UD-UvBVqj-pgVRCy-YzGJnA-2inoPmk-EQukr4-8Vm6zp-8AG9YX-8FzqTW-6gf367-8AKfas-5UFpQw-5vcHRM-8AKiwm-5vh7dS-4Bzoxw-2gRaWeb-2gRaWdj-2gRaWcn-7836mC-HXFXiA-aj1z6U-8P8sYu-7cQwfC-7cLCgr-2iiH4Dk-2h764ME-7nKgbv-4oC5Fk-NLDjGv-pgVRqE-piW3m1-2ffDNVF-794tam-Nzykwr-H1u4tq-kZHabo-nGqYfN-G2BEsM-9GrJPo-71uWcA-5ryrmV-kZGFSp-D7ifov-kZGUth-kZHA3N-kZGGzr-MjxrfR

Love of the game, by My Little Corner, 2015

Vos parents travaillent, eux, toujours, à faire le ménage dans des hôpitaux sans grande protection ou à livrer toutes sortes de denrées et de colis que nous récupérerons prudemment avec nos mains gantées après qu’ils ont été posés devant nos portes fermées. Prudence oblige.

Bakari, je suis née dans un monde similaire au tien je n’ai eu de cesse de l’avoir toujours très présent dans mon cœur et ma mémoire, et je n’ai eu de cesse de le célébrer et d’essayer de faire changer les choses.

Aujourd’hui je te demande pardon, à toi porteur sain certainement qui risque d’infecter l’un des tiens. 

Je te demande pardon de ne pas avoir été assez convaincante, assez entreprenante, pour que la société dans laquelle tu vis soit plus équitable et te donne le droit de penser que tu en fais partie intégrante. Tout ce que je dis aujourd’hui, tu ne l’entendras pas, car tu n’écoutes pas cette radio.

Je voudrais juste que tu continues à exister, que ta mère, ton père, tes grands-parents continuent à exister, à rire et non pleurer.

Je ne sais pas comment te parler pour que tu m’entendes : je suis juste une pauvre folle masquée, gantée, lunettée, qui passe non loin de toi et que tu regardes avec un petit sourire ironique car tu n’es pas méchant, tu es simplement un adolescent qui n’a pas eu la chance de mes enfants.

Ariane Ascaride