LVMH à Polytechnique (2) : huit mois de mobilisation

Ce texte est le second d’une série de deux billets relatant la mobilisation contre l’implantation de LVMH à l’École polytechnique. Son objectif est de retracer la chronologie de la mobilisation. Le premier billet documente, quant à lui, les principaux enjeux du projet et les stratégies des différentes parties.

La mobilisation que nous avons menée au sein du collectif “Polytechnique n’est pas à vendre” de mai 2022 à janvier 2023 s’est appuyée sur l’expérience acquise lors de la mobilisation précédente, de novembre 2019 à janvier 2022, contre une implantation similaire prévue par le géant fossile Total. Cette mobilisation avait pris de nombreuses formes : prises de parole publiques, tribunes, discussions avec les parties prenantes, regroupement d’informations sur le projet, demandes de documents administratifs, révélation au public d’informations gardées confidentielles sur le projet, préparation d’une note juridique, recours en justice (notamment contre le permis de construire). Un moment marquant de cette campagne avait été le dépôt d’une plainte contre Patrick Pouyanné (PDG de Total) pour des faits susceptibles de constituer une prise illégale d’intérêts.

Le projet porté par LVMH étant, par certains aspects, semblable à celui de Total, il nous a semblé naturel de nous inspirer en partie de la stratégie victorieuse qui avait mené à l’abandon de Total.

Chronologie simplifiée de la mobilisation contre l’implantation de LVMH

Mai-août 2022 : phase d’approche

Cette première partie de la mobilisation a été l’occasion de regrouper toutes les informations disponibles sur le projet d’implantation, afin de les analyser et de prendre position. Il nous est alors vite apparu que le projet était tout sauf conforme à l’intérêt général et aux besoins et missions de l’école. Le 25 mai, un ancien membre du bureau des élèves publie un article dans le journal des élèves, sous forme d’avertissement concernant la stratégie immobilière court-termiste de la présidence.

Continuer la lecture

Lettre collective au Président de l’Université Grenoble Alpes concernant l’évacuation de la MSH-Alpes

Le 2 mai 2023, 92 membres de la communauté universitaire de l’Université Grenoble Alpes ont signé une lettre adressée au Président de l’établissement en revenant sur les modalités d’évacuation de la MSH-Alpes, occupée depuis quelques jours par des étudiant·es.

Crédit: DL/VL, Le Dauphiné libéré, 20 avril 2023

Le vendredi 21 avril, un peu avant midi, une intervention policière de 14 véhicules a eu lieu à la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes occupée depuis mercredi 19 avril par une trentaine d’étudiant·es mobilisé·es qui demandaient, depuis plusieurs semaines, parmi d’autres revendications adressées à la présidence, un lieu de réunion et de discussion. Cette occupation pacifiste, organisée selon une charte précise, a veillé à respecter les personnels de la structure avec lesquels s’est noué un dialogue. Elle a également respecté ses principes de non- dégradation des bâtiments et du matériel en place.

Les occupations de lieux, comme les blocages, ne sont ni une solution ni une stratégie faisant l’unanimité parmi nous. Force est de constater cependant qu’ils résultent de l’absence de dialogue et de la série de décisions ruineuses du gouvernement actuel ayant entraîné une profonde crise démocratique en France depuis plusieurs semaines et non d’une incartade de quelques étudiant.es.

Nous, membres du personnel de l’Université Grenoble Alpes, signataires de cette lettre, avons été profondément choqué·es par ce recours disproportionné à la force, en particulier à l’encontre des personnes qui font partie de notre communauté universitaire, quelles que soient leurs opinions et leurs positions politiques. Nous déplorons le manque de dialogue de la présidence avec les différents membres de la communauté universitaire dans cette période de crises et de tensions. Nous rappelons notre volonté d’accompagner sereinement les étudiant.es non seulement dans leur réussite, mais aussi dans leur participation à la vie publique.

Dans un lieu dédié à la transmission, au dialogue et à la parole, l’appel aux forces de police comme unique solution pour dénouer une situation de tension est consternant et très préoccupant. Nous rappelons notre attachement profond aux franchises universitaires et condamnons fermement le recours à la force sur le campus.

 

Contre le distanciel, mobilisation générale

L’Assemblée générale des personnels de l’ESR d’Ile-de-France qui s’est tenue le 16 mars 2023 propose de fédérer nos forces pour lutter contre le distanciel qui casse nos mobilisations et, d’une façon plus générale, met en péril nos conditions de travail et d’étude. Pour ne pas nous contenter de dénoncer le passage imposé au distanciel, mais le combattre effectivement, nous pouvons construire collectivement différents outils.Academia a déjà publié un modèle de recours en justice, pour attaquer devant le tribunal administratif des consignes de bascule en distanciel, notamment les jours de grève ou en cas de fermeture administrative des locaux. D’autres collectifs ont proposé différentes modalités d’action, recensées notamment dans un billet d’Université Ouverte.<
Suite à l'AG des personnels de l'ESR d'IdF du 16 mars, nous proposons donc de coordonner des actions contre le distanciel, notamment par des campagnes d'affichage (vous trouverez des visuels ; n’hésitez pas à nous envoyer les vôtres), le recensement de motions des différentes instances et des actions en justice (qui ont déjà été lancées dans certaines universités).

Etudiant·es ou personnels, si vous avez reçu des injonctions à passer en distanciel ou que vous voulez devenir référent·es anti-distanciel dans votre établissement ou rejoindre l’équipe, contactez-nous à :

esrPOINTstopPOINTdistancielATprotonmailPOINTcom.

En finir avec ces utilisations du distanciel est crucial, pour la mobilisation en cours, pour les suivantes et pour l’existence même de l’université que nous voulons. Depuis que la pandémie a été déclarée terminée, le retour dans les salles et les bureaux n’a pas été complet : des réunions, des cours, des séminaires passent en distanciel, le plus souvent pour remédier à des conditions de travail et d’étude dégradées. Depuis le début de la mobilisation sur les retraites, nous avons beaucoup vu le distanciel utilisé pour assurer une continuité des enseignements ou des services — que ce soit à l’initiative de certain·es enseignant·es, ou que ce soit imposé par des autorités. Ce sont des atteintes très graves à ce qu’est l’université — en plus d’être nul et illégal. 
L’université en distanciel, c’est une université de téléspectateurices. On ne veut pas de cette université-là !
L’université n’est pas qu’un lieu de consommation de cours, dont les modalités importent peu tant que le service semble rendu et le diplôme délivré. C’est surtout un lieu d’échange et de production collective de savoirs, qui doit être vivant et ouvert, pour toute la société. 

Pour défendre nos retraites, pour défendre l’université !

#ResistESR

À l’EHESS, étudiant∙es en détresse surveillée

UPDATE. 12 février 2021

Depuis plusieurs semaines, les étudiant∙es de l’École des hautes études en sciences sociales se mobilisent : Masterant∙es et doctorant∙es sont très inquiets et inquiètes de leur situation et demandent à la présidence un soutien financier, des espaces de travail et de convivialité pour lutter contre l’isolement mais aussi des cours en hybride, de façon à ce que celles et ceux qui ont besoin de retrouver des relations de travail en présence, et celles et ceux qui ont quitté Paris ou Marseille, ou n’ont pas encore pu se rendre sur le sol de la métropole puissent suivre l’ensemble des séminaires, et pas uniquement ceux de tronc commun, que la direction des études a accordé en application de la circulaire présidentielle de janvier.

La situation de ces étudiant·es est grave. Alors que l’EHESS n’avait pas fait d’enquête lors du premier confinement contrairement à d’autres universités, une initiative — “Étudier à l’EHESS en temps de COVID” — d’un enseignant assisté d’une enseignante donne désormais la pleine mesure de la détresse que ces étudiant·es connaissent depuis la rentrée universitaire : 60% d’entre elleux disent éprouver un sentiment de mal‐être, de tristesse, de dépression, d’anxiété souvent ou en permanence ; plus de trois-quart d’entre elleux ont d’immenses difficultés à se concentrer, pour de multiples raisons matérielles et psychologiques, engageant à court terme leur devenir professionnel.

Academia a rassemblé ici une série de communiqués émanant des étudiant·es et des agents de l’établissement, ainsi que des médias documentant l’évacuation policière du samedi 6 février 2021. Les étudiant·es appellent à une distribution alimentaire et à un rassemblement contre les violences sociales, institutionnelles et policières.

Rassemblement contre la précarité étudiante

Vendredi 12 février, 12h, 54 bd Raspail. Paris 6e

Événement Facebook

RENCONTRE POUR LA SOLIDARITE ETUDIANTE – RASSEMBLONS-NOUS CONTRE LA VIOLENCE SOCIALE, POLICIERE ET D’ETAT.
ROUVRONS LES FACS! CHASSONS LA BAC!
Contre la précarité grandissante des étudiant.es, contre la violence institutionnelle et policière déployée contre les mobilisations étudiantes et pour le redéploiement des solidarités universitaires, étudiant.es, nseignant.es-chercheur.ses et personnel de toutes les facs, retrouvons-nous nombreux.ses vendredi midi devant les bâtiments de l’EHESS au 54 boulevard Raspail !
Vendredi soir, des étudiant.es de l’EHESS ont occupé leurs lieux d’étude dans le but de se réapproprier des espaces de solidarité, d’entraide et de travail. 14 camions de police pour expulser les étudiant.es, voilà la réponse du gouvernement et de la présidence de l’EHESS samedi matin face à la détresse et la précarité étudiante ! La répression policière est leur moyen pour combler l’insuffisance et le mépris des quelques mesures concédées.
Mais cela ne nous fera pas taire, nous appelons à la mobilisation collective et réaffirmons nos revendications :
    • Reprise effective de tous les cours au format hybride
    • Accès autonome et sans réservation à des salles de travail
    • Aide financière pour tou.tes les étudiant.es ( boursier ou non)
    • Augmentation des bourses, RSA dés 18 ans
    • Accès effectif à un soutien psychologique spécialisé
    • Accès au budget prévu pour les initiatives étudiant-es (épicerie, création artistique, activités sportives etc)
Grâce à la recup, nos mains et le soutien de collectifs retrouvons nous pour une DISTRIBUTION de panier de nourriture (légumes, fruits) + Sandwichs (vegan et non vegan) + produits hygiéniques (savon corps, shampoing, protections hygiéniques, dentifrice, brosse à dents)
L’AG des étudiant.e.s de l’EHESS qui ont hâte de vous rencontrer !

Vous aimez l’EHESS et son esprit critique : venez le dire avec des banderoles1 !

Continuer la lecture

  1. La rédaction cherche une photo de la banderole violette et verte bien connue. Écrire à la rédaction []