Pour qu’on ne passe pas en distanciel

Chroniques des cours en démerdentiel — épisode 2

NB: Comme à chaque fois avec cette série, ce qui est raconté est absolument véridique

Rentrée 2020 : grosse tension entre cours à distance et clusters du virus, pour RFI

https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox/WhctKJWHzTLgbXlpPbLjRnwssqNFQdWsVwvWDvLHPsnNhftXrGsqdGmrvhhxHFrVrNjwBXB

Un amphi à moitié plein – Université de Paris Nanterre – entrée 2020. RFI/Inès Edel-Garcia

Avec des dizaines de clusters dans les universités françaises, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a rapidement pris des mesures pour limiter les contaminations dont l’enseignement à distance. Aujourd’hui, la capacité de certaines universités, dont Paris et Aix-Marseille est limitée à 50%. Ce mode dégradé peut-il durer ? Quel risque de décrochage pour les étudiants, dont les effectifs ne cessent d’augmenter depuis 10 ans ?

Avec :
– Paul Mayaux, président de la Fage, Fédération des associations générales étudiantes
– Anne Roger, co-secrétaire générale du SNESUP-FSU, Syndicat National de l’Enseignement Supérieur et enseignante en Sciences et Techniques des activités physiques et sportives (Staps) à l’Université CLaude Bernard- Lyon 1. 

Un reportage d’Inès Edel-Garcia à l’Université Paris Nanterre.

« Il n’y avait pas de place pour s’asseoir ». La rentrée universitaire selon France Info

En passant

Covid-19 : « Les universités ont avancé en ordre dispersé » jusqu’à la mise en place de la jauge de 50%

Les bâtiments universitaires ne pourront pas accueillir plus de 50% de leur capacité habituelle, dans les zones d’alerte renforcée et d’alerte maximale. Cette nouvelle mesure doit mettre un terme aux stratégies variables d’un établissement à l’autre.

Objectif : des amphis à moitié remplis. Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a demandé aux universités de réduire le nombre d’étudiants accueillis dans leurs locaux à partir du mardi 6 octobre, quand elles sont situées dans une zone d’alerte renforcée ou d’alerte maximale. Dans le détail, les salles d’enseignement, les cantines et les bibliothèques ne pourront plus accueillir plus de 50% « de leur capacité nominale ».

Branle-bas de combat dans les facs ? « Pour nous, ces nouvelles mesures ne changent rien », répond le président d’Aix-Marseille Université, Eric Berton. Après les annonces d’Olivier Véran concernant Marseille, il y a une dizaine de jours, il a donné la consigne aux 18 facultés, écoles et instituts de réserver la présence des étudiants aux TP, aux étudiants en fracture numérique, aux examens et aux évaluations. Chaque doyen ou directeur de composante doit ensuite affiner le dispositif en fonction des équipements et de la taille des locaux.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-les-universites-ont-avance-en-ordre-disperse-jusqu-a-la-mise-en-place-de-la-jauge-de-50_4129415.html#xtor=CS2-765-[twitter]-

Des étudiants en médecine lors d’un cours magistral à l’université de Nantes (Loire-Atlantique), le 24 septembre 2020. (MAXPPP)

Continuer la lecture

Du darwinisme social à Paris-1

Gouverner Paris-1 S2 épisode 2

Le ministère réserve décidément un traitement d’exception à l’université Paris-1 Panthéon Sorbonne. Par dérogation à la prolongation – elle-même déjà dérogatoire aux règles du Code de l’éducation – des mandats des président·es d’universités du fait de l’épidémie, voilà que l’administrateur provisoire de Paris 1, Thomas Clay, reçoit encore un peu de rab.

Academia salue l’innovation, en se demandant bien à quoi bon au vu de la gestion de la rentrée.

Une « super-exception » à la démocratie universitaire

Par un arrêté du 18 septembre 2020, publié au Journal officiel de ce vendredi 2 octobre, le mandat de ce dernier est en effet prolongé jusqu’au 31 décembre 2020, c’est-à-dire jusqu’à l’extrême limite de la dérogation que permet l’article 15 de la loi d’urgence du 23 mars 2020.

À notre connaissance, cette exception à l’exception, ou « super-exception », est unique en France.

Au passage, on notera que sur le plan juridique, le montage retenu est étonnant. Il est loin d’être sûr que le mandat d’administrateur provisoire de Thomas Clay entrait effectivement dans le champ de l’article 15 de la loi d’urgence : la prolongation prévue par la loi d’urgence ne vaut, normalement, que pour les « mandats, échus depuis le 15 mars 2020 ou qui viendraient à l’être avant le 31 juillet 2020 », ce qui n’est pas le cas du mandat de l’actuel administrateur provisoire de l’université Paris 1, nommé par un arrêté du recteur de l’Académie de Paris du 16 juillet 2020.

https://www.flickr.com/photos/cibar/25984209941/in/photolist-FA8SkF-26eHV1u-4qANZb-3swRFN-x74nSW-eahzCt-4jsboo-qyiXGe-qh38Vg-oTj7mr-qh4G1p-pawPET-oTiaAB-paNqy4-p8LhCm-qh38qD-nTNWuM-oTi89H-oTi5kM-oTj956-qgVbiq-qh36gP-oTjbtq-oTjeqM-oTj9iJ-rWD5B3-qgVP6A-qytLm2-BJYbXG-2iCd4ni-rYWjzB-2jvKeQj-pBu9By-qgVNpA-pBu81C-qyiXJZ-qgVPN7-rWD6cS-qh37qc-oqJFSw-2jvKgyP-ayf5p-eaofMQ-9Qh3HP-qyiY6v-e5yzTs-e5sVYk-8ZNXBf-6XxkU4-oFcz9j

(c) Cibar, 2015

Continuer la lecture

La LPPR, la Ministre & la rentrée : Fred est sur le cul

Fred Restagno, directeur de recherches CNRS et directeur du parcours de Master 2 « International center for Fundamental physics/Soft matter and biological physics »6, n’en revient toujours pas.

Rentrée à l’UFR de sciences de l’Université de Montpellier (c) Yann Leredde, 15 septembre 2020

Deux salles, une ambiance : l’enseignement supérieur sur France Inter

Les médias semblent avoir bien compris que le projet de loi Recherche faisait l’objet d’une forte opposition. À l’exception du Figaro, plus aucun article de presse qui n’assortisse les annonces du gouvernement à la mise en scène des virulentes critiques qui lui sont opposées, à l’instar du dernier article d’Ouest-France.  Sur la première radio de France, les critiques sont allées un cran plus loin.

6h20.  Marie Sonnette, maîtresse de conférence en sociologie à l’université d’Angers et membre du comité de mobilisation Fac et labos en lutte est l’invitée de Mathilde Munos.

8h55. Nicole Ferroni, humoriste marseillaise

« Création de 30 000 places à l’université » ? La Ministre Vidal nous insulte

La Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) fait un peu de communication dans un quotidien ami du gouvernement, qui ne manqe pas de titrer le verbiage «Les établissements sont prêts à accueillir les étudiants » et sous-titre que la Ministre annonce la création de 30 000 places à l’université, sutout dans le domaine de la santé et dans le virage numérique que doit prendre l’université (sic).

Les réactions de la communauté universitaire, des enseignants-chercheurs aux bâtiments,  ne se sont pas fait attendre.

Un florilège.

Médical

https://twitter.com/yannbisiou/status/1301826809328218113?s=20Géographique.

https://twitter.com/OuCarPo/status/1301979615079133184?s=20.Linguistique.

https://twitter.com/_P_Y_M/status/1301804323014402051?s=20

Continuer la lecture

Academia fait sa rentrée masquée. Newsletter de la rentrée 2020

Alors que les étudiants, les étudiantes, les membres de l’enseignement supérieur et la recherche font leur rentrée en cette première semaine de septembre, Academia souhaite à tous et à toutes une belle année d’apprentissage et d’engagement.

https://www.flickr.com/photos/willbeardphoto/3992988883/in/photolist-75R7tV-docXAY-docTBz-75R6d4-dodud6-dodvDR-docYoW-dod5xy-docZp1-dod4hE-75UWeN-5RVvGg-pNg32r-5GM87T-oscFRd-6xFfdK-4pFFB1-72KTbR-nV5HXN-bsFp6n-7JKPcZ-q7hh1G-7Ku82r-ae3PEn-3p5H8V-2iUJWVX-F1EF4-6CgsvN-C6Wqu-CZNn7x-5Z8PKj-2jm7LJr-4BrRQA-3bRW-b6Z6yR-7FikqC-4v7s4P-koNt7-3vN15-8n192F-5sJEyQ-6CgsJq-3uYdy-e347Ho-6Cgsjy-PfyAV-62UokU-MexGd-aFxq8p-62Uoys

Mask, by Will in Nashville, 2009

De son côté, l’équipe – bien fatiguée par l’année qui vient de s’écouler – a choisi de poursuivre l’effort d’information et de coordination qui a été le sien dans sa mobilisation contre la loi de programmation de la recherche dite LPPR. Nous vous présentons, dans ce billet de rentrée, les actions en cours :

Continuer la lecture

Revue de presse : Rentrée sous tension à l’Université, pour Alternatives économiques

L’incertitude sur les modalités de la rentrée se double, chez les enseignants, d’une inquiétude vis-à-vis du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche et de ses effets sur la précarité de leur statut.

La consigne est tombée le 6 août : le ministère de l’Enseignement supérieur préconise une rentrée (échelonnée sur le mois de septembre) qui donne la priorité au « présentiel » masqué, autrement dit à la présence des étudiants et enseignants dans les locaux. La circulaire prévoit que la distanciation sociale ne soit observée que « dans la mesure où elle n’affecte pas la capacité d’accueil », le port du masque étant obligatoire dans le cas contraire. Reste à savoir si cela rassurera les agents des universités qui, lors du déconfinement, faisaient partie – avec les discothèques ! – des rares établissements où aucune réouverture n’avait été autorisée avant septembre… Cela avait suscité l’incompréhension des enseignants-­chercheurs en particulier, empêchés de reprendre leur activité normale en raison des risques de contagion, alors même qu’on autorisait, voire qu’on incitait, les Français à se rendre dans les magasins et autres centres commerciaux.

Lire la suite →