Pour des cours délivrés intégralement en présence. Motion à l’université de Bourgogne

Motion du Département de Lettres de l’Université de Bourgogne à l’heure où le discours gouvernemental fait de l’enseignement à distance une valeur en soi.

 L’expérience de l’enseignement à distance, qui s’est mise en place dans l’Université française dès le début du confinement de la nation engagé à partir du 17 mars 2020, a été douloureuse à maints égards. Nous sommes à présent en mesure d’en tirer les leçons :

  • Concernant les étudiants, l’enseignement à distance a fonctionné comme un accélérateur des inégalités sociales dans l’apprentissage des connaissances et il a entraîné le décrochage de nombre d’entre eux. Le confinement a conduit à une désocialisation dont les effets psychologiques ont été dévastateurs sans que l’enseignement à distance ne réussisse à les compenser. Nos étudiants ont besoin d’apprendre ; ils ont aussi et surtout besoin d’apprendre à apprendre ; ils ont besoin de réfléchir ensemble et avec leurs enseignants. Tout cela implique une transmission dans un cadre vivant et collectif. Contrairement à ce que l’on entend ici ou là, l’enseignement à distance mis en œuvre dans la panique du Covid n’est en rien comparable à l’enseignement à distance que nous pratiquons à destination d’un public spécifique qui a choisi – souvent par défaut – ce mode d’études.
  • Du côté des enseignants, l’enseignement à distance s’est révélé très insatisfaisant. Il a entraîné une forte déperdition pédagogique, s’est avéré chronophage à l’excès et a généré un épuisement massif. Il a également eu pour conséquence de mettre ceux d’entre nous qui sont enseignants-chercheurs dans l’impossibilité de poursuivre toute recherche et les a ainsi contraints à renoncer à une partie des missions qui font de l’Université un service public.

Malgré l’investissement des enseignants et des étudiants pour sauver ce qui pouvait l’être lors de la période de confinement, l’enseignement à distance a d’ores et déjà fait la preuve de ses graves défauts. Quels que soient les dispositifs mis en place et contrairement à ce qu’annonce notre ministre, ce qui a eu lieu durant la plus grande partie du second semestre de l’année universitaire 2019-2020 ne doit être reproduit ni pour l’année à venir ni dans le futur. Continuer la lecture

Reprendre le chemin des amphis à la rentrée : Lyon-2

De: <diffusion@univ-lyon2.fr>
Objet: [Présidence] Organisation de la rentrée en présentiel
Date: 16 juin 2020 à 10:53:58 UTC+2
À: « diffusion-tous-personnels@listes.univ-lyon2.fr » <diffusion-tous-personnels@listes.univ-lyon2.fr>
Répondre à: <ne_pas_repondre@univ-lyon2.fr>

Chers et chères collègues,
Le discours tenu dimanche 14 juin par le Président de la République tranche singulièrement avec une note que les universités ont reçue vendredi 12 juin et qui contenait des préconisations en matière de santé encore très restrictives. Sans attendre la prochaine circulaire, nous vous proposons de préparer une rentrée en présentiel. Nous ne prendrons en effet aucune décision qui nous placerait en marge de ce qui se passe dans la société et qui imposerait à la communauté universitaire des contraintes sanitaires plus fortes que celles qui seront préconisées au niveau national. La rentrée s’effectuera donc dans des conditions normales si l’amélioration se poursuit et que les conditions sanitaires le permettent avec, comme fil conducteur, l’accueil, l’accompagnement, la réussite de nos étudiant.es et le respect de la santé de toutes et de tous et notamment des plus fragiles.

Dès à présent, les emplois du temps vont être repris dans les conditions habituelles pour les salles de TD. Ils vont être élaborés en prévoyant une place sur deux dans les amphithéâtres et grandes salles afin de préserver un mètre entre chaque place. Le nécessaire sera fait pour équiper ces salles afin de permettre aux étudiant.es qui ne pourraient assister au cours de les suivre à distance. Il va de soi que, si la situation sanitaire le permet, la limitation du nombre de places par salle sera levée. A la rentrée, une attention soutenue devra être accordée aux gestes protecteurs (masques, sens de circulation…) afin de permettre à l’ensemble de la communauté de bénéficier de cette rentrée sur site dans les meilleures conditions sanitaires.

Bien entendu, des enseignements selon des modalités hybrides peuvent tout à fait trouver leur place dans des formations qui se déroulent majoritairement en présentiel. Les collègues et équipes pédagogiques qui ont le souhait de mettre en place ou de poursuivre des formes d’hybridation pourront bien sûr le faire et bénéficier d’un accompagnement pour cela.
La modification du calendrier universitaire permettra également d’organiser le semestre dans les meilleures conditions. La possibilité d’une rentrée décalée selon les niveaux de formation va être étudiée pour permettre d’étaler la période de rentrée et de nous donner plus de souplesse dans le déroulement du semestre. Pour permettre cela, une réduction de la période d’examens terminaux sera prévue, nécessitant une adaptation d’une partie des modalités de contrôle des connaissances. Nous reviendrons vers vous à ce sujet dans les prochains jours.
Il est bien sûr de notre responsabilité de poursuivre en parallèle un travail sur un Plan de Continuité d’Activité pour prévoir les aménagements nécessaires et réagir rapidement en cas de dégradation sanitaire ultérieure. Il ne s’agit pas de préparer simultanément deux scénarios pour la rentrée mais de prévoir une rentrée en présentiel tout en se donnant les moyens de s’adapter au mieux si les consignes sanitaires le nécessitaient. Les groupes de travail qui ont commencé à se réunir orienteront leur réflexion en ce sens. Selon leurs préconisations, l’université continuera à investir dans les équipements informatiques des étudiant.es et des personnels, dans l’équipement audiovisuel des salles de cours, et surtout dans l’accompagnement pédagogique et la formation sur le travail à distance.
Dans le même temps, notre établissement, en lien avec d’autres universités, portera la demande que l’appel à projet sur l’hybridation du Secrétariat général pour l’investissement (SGPI) soit centré, non pas sur la rentrée, mais sur le soutien durable à la capacité des établissements à accompagner les étudiant.es et à développer des formations en direction des publics empêchés (formation des personnels, équipement des personnels et des étudiant.es, équipement des salles…).

Cette période nous demande adaptation et réactivité, alors que le semestre écoulé a déjà été très éprouvant. Nous tenons à vous remercier encore une fois tous et toutes de votre engagement et de votre investissement pour les étudiant.es et notre établissement. Nous ferons en sorte que les équipes soient accompagnées pour préparer au mieux la rentrée universitaire.

Bien sincèrement,
L’équipe présidentielle

Rentrée au Département d’histoire de l’Université Bordeaux Montaigne : le présentiel maintenant !

Assemblée générale du Département d’histoire

Université Bordeaux Montaigne  – 05 juin 2020

Réunis en assemblée générale, les membres du Département d’histoire ont remercié les responsables des charges administratives et pédagogiques qui ont souhaité achever et transmettre leur mission. Trois nouveaux collègues se sont présentés sur ces missions et ont été unanimement investis, à savoir :

  • aux Relations internationales : Céline Martin, en remplacement de Corinne Marache ;
  • à la FAD : Nicolas Patin, en remplacement d’Ézéchiel Jean-Courret ;
  • à la Responsabilité pédagogique de la L2 : Charles-François Mathis, en remplacement de Dominique Pinsolle.

1. Motions présentées à la présidence dans le cadre de la gestion actuelle

Réuni en assemblée générale à l’université Bordeaux Montaigne, le 5 juin 2020, le Département d’histoire demande à la présidence de l’université :

Motion 1 :

La réouverture sans condition de l’université aux enseignants-chercheurs dans le respect des conditions nationales sanitaires en vigueur à compter du lundi 8 juin à 9h.

Motion 2 :

De même, il demande la possibilité de réaliser en présentiel tout type de réunion pour les nécessités du service, dans le respect des conditions nationales sanitaires en vigueur.

Motion 3 :

De même, il demande que les soutenances de master puissent avoir lieu en présentiel sous réserve de l’accord commun de l’étudiant et des membres du jury, dans le respect des conditions nationales sanitaires en vigueur.

Motion 4 :

De même, il demande que les jurys de la session de rattrapage prévus en juillet puissent se réaliser également en présentiel, dans le respect des conditions nationales sanitaires en vigueur.

Motion 5 :

De même, il demande un allégement des contraintes d’accès aux ouvrages des bibliothèques et un élargissement des jours et horaires d’ouverture.

Vote de l’ensemble des 5 premières motions : vote à l’unanimité moins 7 abstentions.

2. Positions du Département concernant la rentrée 2020-2021

Positions à prendre sur :

  • les modalités d’enseignement à la rentrée prochaine ;
  • la question des évaluations de fin de semestre.

Continuer la lecture

Tonnerre de Brest !

Notre bonne ministre de l’ESRI nous parle depuis Brest, sur France bleu Breizh Izel. On en apprend de belles… Vivement la suite de son périple déconfiné!

Elle s’exprime aussi dans Ouest France (édition de Quimper, 4 juin 2020)

Continuer la lecture

La loi de programmation pluriannuelle de la recherche va à l’encontre des besoins de l’enseignement supérieur et la recherche ! Communiqué CGT-FERC

Le Directeur des ressources humaines a reçu le 4 juin les organisations syndicales pour échanger sur les sujets «COVID-19» et en particulier sur la mise en oeuvre de la prime « COVID » pour le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Les organisations syndicales ayant reçu le 3 juin deux convocations, dont le seul point à l’ordre du jour concerne l’examen du projet de loi de programmation de la recherche : le 12 juin passage au CNESER, le 17 juin passage au comité technique ministériel, le 22 juin passage au CT-U Nous avons appris lors de cette réunion que la ministre recevrait les organisations syndicales le 12 juin. Enfin, le texte devrait passer en conseil des ministres le 8 juillet.

En pleine période de dé confinement, nous sommes confrontés à une tentative de passage en force du projet de LPPR, avec consultation des instances uniquement pour la forme. En effet, à ce jour même si nous avons eu des informations, parfois contradictoires, sur le projet LPPR aucun document écrit n’a été communiqué aux représentants des personnels. C’est inacceptable !

La CGT est intervenue pour dénoncer ce calendrier et une distorsion de l’examen des sujets prioritaires. Ainsi, nous avons dénoncé que l’examen du troisième projet de loi de finance rectificative est actuellement en débat au parlement, alors que les besoins budgétaires liés à la crise sanitaire sont criants dans notre ministère, nous sommes convoqués en urgence pour valider une loi qui devrait programmer 400 millions supplémentaires en 2021. Les établissements de l’enseignement supérieur et la recherche ont besoin tout de suite de financements pour :

  • prolonger immédiatement les contrats doctoraux, CDD et les stagiaires,
  • assumer les dépenses faites dans le cadre de la crise sanitaire (achat de masques, fournitures…),
  • redémarrer les expériences en laboratoire : les matériels ont été données aux hôpitaux,
  • appliquer les textes en matière du forfait « mobilités durables « ,

Nous pouvons mettre en regard les 400 millions « promis » par la ministre pour 2021 avec le déficit croissant des CROUS actuellement de plus de 200 millions, déficit qui va augmenter d’ici la fin d’année. Ce manque à gagner étant dû d’une part à la chute des ressources propres (plus de loyers, ni de repas servis) d’autres par à la distribution d’aides aux étudiants en difficultés, c’est à dire dû à la crise sanitaire !

Ainsi, au lieu de traiter les urgences financières et de les inclure dans la loi de finance rectificative qui sera votée en juillet par le parlement, nous sommes sommés d’examiner le projet de LPPR, qui dans 10 ans devrait augmenter les financements de la recherche de 25 milliards.

Dans dix ans ? Le gouvernement s’engage pour 2021 et seulement pour 400 millions dont on a besoin tout de suite pour répondre aux besoins générés par la crise sanitaire !

De qui se moque-t-on ?

Continuer la lecture

Rentrée : position de l’équipe pédagogique des Sciences du langage (Aix-Marseille Université)

Aix-Marseille Université, mardi 2 juin 2020
L’équipe pédagogique du département des Sciences du Langage s’est réunie à plusieurs reprises et a pris connaissance du questionnaire envoyé par la direction de l’UFR relatif à la rentrée 2020.
Elle regrette le caractère essentiellement technique de ce questionnaire qui ne pose pas les questions essentielles liées au sens de nos missions d’enseignement dans un contexte comme celui que nous traversons, sans poser non plus le sens de l’enseignement « à distance ».
Elle déplore le caractère individuel du questionnaire qui précède une réflexion collective de l’équipe pédagogique. Elle déplore aussi qu’un questionnaire similaire n’ait pas été envoyé aux étudiants, la seule enquête digne de ce nom faite auprès des étudiants étant celle organisée par des personnels mobilisés.
À ce jour, personne n’est en mesure de prédire à quoi ressemblera la rentrée, à quelque niveau que ce soit (UFR, AMU, ministère…).
Nous devons cependant anticiper les choses et ne pas nous laisser dicter des modalités de travail qui iraient contre nos principes et contre ce que nous jugeons pertinent d’un point de vue pédagogique. Chaque membre a répondu à sa convenance à ce questionnaire ; cependant, comme cela a pu être fait par le département d’études italiennes, l’équipe pédagogique tient à faire connaître ses positions communes sur le sujet.
  •  Le déconfinement généralisé et l’ouverture des écoles, lycées, entreprises, services, bars, restaurants, transports nous invite à penser que, sauf conditions sanitaires exceptionnelles, la rentrée devra(it) se passer le plus « normalement » possible (en tenant compte évidemment des règles de distanciation physique, des gestes-barrière, etc.). En cas de rebond dramatique de l’épidémie, il serait toujours temps de prendre des mesures adéquates en cours de semestre (y compris une fermeture temporaire). La rentrée étant un moment essentiel d’information, de prise de contact et d’encadrement, nous souhaitons que tous les efforts soient concentrés pour garantir une rentrée en présentiel.
  • Nous souhaitons que les modalités d’enseignement à distance ne deviennent pas la norme ni ne soient le prétexte à des économies ou à des façons de changer notre métier
  • L’enseignement à distance ponctuel en mode dégradé n’est pas l’équivalent des cours du SFAD (publics et contenus spécifiques ; contenus adaptés à un enseignement en permanence à distance ; progression choisie librement par l’étudiant·e et non subie du fait du contexte, etc. : voir les très bons arguments mis en avant par le département d’études italiennes).
  • Égalité de traitement entre étudiant·e·s : nous ne souhaitons pas instaurer des régimes différenciés entre les étudiant·e·s internationaux/-ales qui pourraient se voir dispenser des enseignements à distance et les étudiant·e·s locaux en présentiel.
  • Refus de l’hybridation : à de rares exceptions près, l’hybridation des enseignements distanciel/présentiel ne nous paraît pas une solution pédagogiquement satisfaisante, qui entraîne une quantité de travail supplémentaire non rémunérée. Par ailleurs, elle peut créer deux types de publics traités inégalement et recevant deux types de cours, même si on envisage des rotations de public.
  • Nous refuserons toute modalité pédagogique qui conduirait à filmer et/ou enregistrer des cours en amphi : d’une part pour des raisons pédagogiques, d’autre part car nous aurons toujours des doutes sur le devenir des fichiers enregistrés de même que sur les droits de ces contenus.
  • Nous souhaitons que des investissements soient faits au niveau de l’hygiène de nos locaux : plus de personnel de nettoyage, matériel d’entretien, organisation de désinfections au cours de la journée, etc.
  • Les dépenses prévues pour des équipements multimédia ou des ingénieurs pédagogiques ne nous semblent pas prioritaires : le budget de l’université doit prioritairement être destiné au recrutement de personnels titulaires (enseignants, personnels d’entretien).

 

Déconfinement des universités : nouvelles mesures

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #27
← Article précédent

Voilà des mesures qui tombent du ciel, sans concertation, ni information, et que chacun·e regarde un peu ahuri·e : le décret du 20 mai 2020, puis celui du 31 mai 2020 lâchent enfin un peu de lest dans l’accès aux universités. Est désormais autorisé l’accès aux « bibliothèques et centres de documentations », aux « laboratoires et unités de recherche » ou encore « aux locaux donnant accès à des équipements informatiques » (article 34). Dans un communiqué de presse publié hier – 30h après la publication du décret au Journal officiel, conformément à la légendaire réactivité du ministère… – la ministre précise deux points d’interprétation des décrets particulièrement importants : d’une part, ces mesures ont pour conséquence « le libre accès aux laboratoires pour les doctorants qui y sont rattachés » ; et d’autre part, les BU « seront intégralement ouvertes », « qu’il s’agisse des services de prêts ou des salles de lecture ».

Que ces décisions soient prises, c’est une très bonne chose, en particulier parce que la situation des doctorant·es sans lieu de travail devenait intenable, alors même que la prolongation des thèses est traitée avec une immense mesquinerie, comme cela a été rappelé jeudi dernier au Sénat lors du débat sur le projet de loi relatif à diverses dispositions liées à la crise sanitaire. Encore eût-il fallu que les président·es d’université, les responsables de composantes, de laboratoires et d’unités, et les responsables de bibliothèques universitaires soient informé·es de ces décisions, pour les anticiper un minimum : à l’évidence, l’immense majorité a découvert le décret au moment de sa parution. Face à cette « mesure surprise », les responsables de BU sont placé·es dans une situation particulièrement difficile : après avoir très largement communiqué autour d’une réouverture des salles de lecture en septembre, les voilà contraint.e.s de se réorganiser dans la précipitation, au rythme des coups de menton ministériels et au risque des tensions dans leurs équipes – légitimement inquiètes – et avec leurs usager·es – légitimement demandeu·ses.

Et les élections ? Et les comités de sélection ?

On notera que le communiqué de presse ministériel passe sous silence deux sujets pourtant de première importance, sur lesquels on est fatigué de revenir une fois encore.

Pas un mot sur les élections universitaires, en dépit du traitement très particulier de la prolongation des mandats des président·es d’université, établi dans des conditions particulièrement indignes par l’entremise du député Berta. Pas un mot non plus s’agissant de la tenue des comités de sélection. Rappelons qu’aucun commencement de réponse n’a jamais été apporté aux 16 associations professionnelles et 65 président·es de comité de sélection issus de 16 sections CNU différentes qui, en avril dernier, avaient demandé à ce que tout soit fait pour que les recrutements en présentiel soient maintenues. Résultat : nombre de CoS ont dû se tenir à distance ces dernières semaines, avec des résultats très variables dont le bilan reste à faire. Et l’on déduit du communiqué de presse d’hier que rien de plus ne sera donc fait pour les trois semaines à venir, particulièrement cruciales au vu du nombre d’auditions à venir. Il semble bien qu’on a tellement perdu de vue, rue Descartes, ce qui distingue un recrutement collégial à dix ou douze personnes, d’une part, d’un entretien de ressources humaines, d’autre part, qu’on n’y comprend littéralement pas pourquoi les recrutements à distance posent problème.

Et la rentrée ?

La dernière phrase du communiqué de presse est, enfin, à signaler : « sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, les activités de formation initiale en présentiel pourraient reprendre de manière régulière au sein des campus à la rentrée ». Certes, la formule, tout au conditionnel, ne mange pas de pain ; mais elle prend à contre-pied les précédentes annonces du ministère et, plus encore, les prises de position de plusieurs universités qui, ces jours-ci, annonçaient un enseignement très majoritairement à distance pour la rentrée 2020 (80% d’enseignements à distance pour 20% en présentiel). Peut-être vise-t-elle à calmer la grogne montante dans les établissements : le fait que « le Covid-19 ne doit pas être un prétexte pour installer dans la durée une université virtuelle » fait relativement consensus, et c’est heureux, tant il est clair que « de façon cynique, le ministère de l’enseignement supérieur trouve dans l’épidémie de Covid-19 le moyen commode d’installer ce qu’il promeut depuis des années : une université virtuelle, baptisée «Université numérique», qui permettrait enfin de gérer les flux énormes d’étudiants inscrits dans les établissements du supérieur ».

https://www.flickr.com/photos/richardleonard/104837076/in/photolist-agjpN-pPNida-8ioBVU-dUVE1i-e9ryr5-2eQDFb-3D7gB-Rbxu47-azAhw6-7bpPLN-jQnMq-9vVR4-y2u6X-a7JBCg-b7oSsV-cbSjr5-eNS4h-21Gthu-24PM3i-7bm2jc-7ArD3P-aQCVjg-GzcWLg-5BBR6D-81fJ57-56JUci-9y5NBN-4dGLq-5evgZn-9tzbC-tHa93-63VDU-Aob8Q-6Q7knn-eXTkxr-vdUhf-bKNVT-fQbf94-9zzgC5-8a7rVa-diMXvJ-3oY4fP-6UKHSt-XkiPCw-nvXwS1-jjuGMQ-82KLY-p8NCPL-3MgJwR-2Pj3j

Phare de Talacre au nord du Pays de Galles,par Richard Loanes, 2006

Continuer la lecture

Rentrée 2020 : préconisations du Sénat

La commission de la culture et de l’éducation dévoile ses préconisations pour une gestion efficace des effets de la crise sur l’enseignement supérieur

Communiqué


Vendredi 22 mai 2020

Depuis la fermeture des établissements sur l’ensemble du territoire, la commission de la culture et de l’éducation a porté une attention toute particulière à la situation de l’enseignement supérieur et auditionné à ce titre Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation dès les 1er et 6 avril dernier.

La commission a par ailleurs créé un groupe de travail animé par Stéphane Piednoir (LR – Maine-et-Loire), rapporteur des crédits de l’enseignement supérieur, et composé de manière transpartisane, chargé de suivre la gestion de la crise sanitaire dans ce secteur.

Ce groupe a mené un travail d’auditions auprès des principaux acteurs centré sur trois problématiques : la continuité pédagogique, l’organisation des examens et des concours, l’accompagnement sanitaire et social des étudiants. Fort de ces échanges et des remontées d’informations dont ses membres ont été destinataires dans leurs départements respectifs, il constate que la gestion de la crise sanitaire s’est, dans les premières semaines, caractérisée par une réponse globalement réactive et concertée de la part du ministère de l’enseignement supérieur, doublée d’une très grande implication des acteurs du secteur sur le terrain.

Le groupe de travail appelle toutefois à la vigilance

  • la transition entre le second degré et le supérieur pourrait s’avérer délicate, compte tenu des bouleversements de l’année scolaire 2019-2020 ;
  • les limites de l’enseignement supérieur à distance au regard de la fracture numérique qui prive une part non négligeable d’étudiants de la continuité pédagogique ;
  • la mise en place des examens en distanciel interroge tant sur le plan de l’équité entre les candidats que des modalités de surveillance à distance ;
  • l’organisation des concours en présentiel pose un vrai défi en termes de logistique et de sécurité sanitaire;
  • la clarification des moyens dédiés aux mesures d’aide aux étudiants, qui pourraient s’avérer sous-calibrés face à l’ampleur des besoins ;
  • les conséquences financières de la crise sur les Crous qui vont accuser une forte baisse de leurs recettes d’exploitation.

Le groupe de travail formule aussi des préconisations complémentaires pour une gestion des effets de la crise à moyen terme :

  • soutenir les formations professionnalisantes et accompagner les jeunes diplômés 2020 à s’insérer sur le marché du travail, au moyen de mesures incitatives à l’embauche, d’aides ciblées en faveur de la recherche d’emploi, de facilités pour le remboursement des prêts bancaires ;
  • financer le prolongement des contrats doctoraux et postdoctoraux par une augmentation de la subvention pour charges de service public des établissements d’enseignement supérieur et de recherche ;
  • encourager et adapter l’accueil des étudiants internationaux en communiquant davantage, en envisageant des mobilités plus courtes et plus ciblées, en simplifiant les procédures d’obtention de visa, en clarifiant la question d’une éventuelle mise à l’isolement de ces étudiants à leur arrivée ;
  • mieux considérer les études de santé en assouplissant cette année les critères de sélection en Paces, en valorisant les stages effectués dans les services hospitaliers pendant la crise, en attribuant une prime exceptionnelle à l’ensemble des étudiants en médecine, étudiants infirmiers et étudiants techniciens de laboratoire mobilisés durant cette période ;
  • réfléchir à la mise en place d’un plan de rénovation des bâtiments universitaires comme facteur de relance économique.

La synthèse des travaux du groupe de travail est disponible sur le site du Sénat. 

Liens

Déconfinement engagé : les premières règles publiées

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #24
← Article précédent

Au JO exceptionnel de cette nuit1, un seul texte : le décret du 11 mai 2020 « prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ». Ce décret a été pris en catastrophe, pour combler le vide laissé par le fait que la loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire, adoptée samedi par le Sénat et l’Assemblée nationale, n’a pas pu être promulguée à temps du fait de la saisine du Conseil constitutionnel, dont la décision est annoncée dans la journée.
Résumons rapidement le contenu général du texte, avant de présenter deux mesures concernant spécifiquement l’ESR :
  1. Plutôt que de reporter la date du déconfinement, pour que les procédures démocratiques (le débat parlementaire, pourtant déjà mené à marche accélérée) et de l’Etat de droit (la saisine du Conseil constitutionnel) puissent être menées à terme, le choix a donc été fait de privilégier la promesse présidentielle de démarrer le déconfinement le 11 mai. Ou comment signifier de manière spectaculaire les priorités.
  2. Ce décret est une mesure règlementaire de transition, donc, en vue d’assurer le début du déconfinement en attendant le texte légal qui était censé donner une base juridique à celui-ci. D’une part, il rappelle — si besoin était encore — que, depuis la loi du 23 mars 2020, les pouvoirs que l’on a reconnus au pouvoir exécutif sont gigantesques. D’autre part, il donne, dans tous les cas, des informations intéressantes sur le contenu à venir des décrets qui organiseront durablement le déconfinement une fois entrée en vigueur la loi en cours d’examen par le Conseil constitutionnel.
  3. La dimension liberticide des mesures prises apparaît, paradoxalement, de manière beaucoup plus crue que lorsque la population était confinée. L’article 6 est particulièrement significatif, de ce point de vue : « Tout rassemblement, réunion ou activité à un titre autre que professionnel sur la voie publique ou dans un lieu public, mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes, est interdit sur l’ensemble du territoire de la République ». L’atteinte à la liberté de réunion et à la liberté de manifestation, et donc à la liberté d’expression, est extraordinaire, et très différente de celle à l’oeuvre en période de confinement : les rassemblements, réunions ou activités « sur la voie publique ou dans un lieu public» étaient déjà interdits en période de confinement, mais désormais, ils le sont, alors même que les transports reprennent, les écoles rouvrent ou encore un nombre non négligeable de centres commerciaux, dont la plupart des commerces ne sont pas « essentiels ».
    Autrement dit, l’article 6 dévoile un ordre de priorité qui fait froid dans le dos : on aurait pu prévoir des hypothèses beaucoup plus subtiles, comme, exemple parmi mille autres, le droit de manifester en respectant les distanciations physiques, tout en interdisant les évènements statiques prolongés (type matchs de foot, concerts, etc). Mais aux yeux du gouvernement, la liberté de manifestation, liberté constitutionnelle, est une liberté située très bas dans la hiérarchie de ses priorités plus bas, en tout cas, que la reprise des activités professionnelles, du commerce, ou du trafic aérien. Elle n’est pas conçue comme « indispensable à la continuité de la vie de la Nation ». Si cette restriction est confirmée dans les décrets qui suivront la promulgation de la loi de prorogation de l’état d’urgence sanitaire, des recours en justice sont très probables.

    Phare, Port au Choix, NL, Michael Leland, 2012

  4. S’agissant, enfin, de l’ESR, le décret prévoit deux mesures spécifiques :

Continuer la lecture

  1. Il n’y a normalement pas de Journal officiel le lundi. []

Marianne veut anticiper les bons et les mauvais côtés du téléenseignement à la rentrée

Pour dédoubler les enseignements — cours magistraux et travaux dirigés — à la rentrée 2020, il faut des locaux et des enseignant·es. Difficile de gérer les locaux, plus simple de recruter des enseignant·es ?

Si Claire doit refaire de l’enseignement en distanciel…

Rentrée 2020 : Vidal à la pêche aux moules

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #23
← Article précédent

Voilà près de deux semaines que la rumeur court.

Sur Twitter, on lit des choses comment en réunion d’UFR, on nous a dit qu’on pourrait reprendre avec des TD de 15 ; ou nous ne pourrions pas reprendre en présentiel, ou encore :

ou encore

Un doyen nous assure que la veille en comité de direction, rien n’avait filtré, en dépit d’une demande insistante ; un autre collègue le contredit :  « Nous, on l’a su sur le mode « j’ai interdiction de vous dire que… », notre Président ayant reçu une lettre cette semaine ». Les échanges allaient bon train, jusqu’à jeudi soir.

Jusqu’à cette date, nous ne craignions pas des scénarios pour une rentrée de pandémie : présentiel, présentiel mixte, distanciel, rentrées décalées, etc. En bon∙nes professionnel∙les, en effet, nous souhaitons pouvoir anticiper et préparer, afin que la sidération de mars ne devienne pas cafouillage de septembre. Nous tenons à ce que nos étudiant es soient correctement formés, qu’ielles aient accès aux connaissances et aux méthodes que nous souhaitons leur transmettre, quitte à réfléchir plus longuement aux dispositifs qu’il nous faut imaginer et à demander les moyens dont nous – et dont les étudiant∙es – avons besoin.

En revanche, nous ne souhaitons pas une gestion gouvernementale telle qu’elle a commencé : mesures non-urgentes en lieu et place de gestion de l’épidémie ; défaut de budget supplémentaire pour lutter contre la pandémie et pour continuer à assurer nos missions1 ; communication en lieu et place de consultation et d’administration. Notre énergie n’était-elle pas encore consacrée cette semaine à régler les problèmes d’examens, voire à faire voter les modalités du contrôle de connaissance modifiées par l’état d’urgence sanitaire. Il était temps de disposer de perspectives solides pour la rentrée.

C’est raté. Faute d’utiliser la voie officielle et hiérarchique, la Ministre jette son dévolu sur le Parisien en édition abonnés pour distiller des « informations » discutables. De quoi mettre nombre d’entre nous, du professeur en mathématiques à la maîtresse de conférences en littérature, en passant par des directeurs d’UFR, « en rage ».

Le plan de déconfinement du MESRI nous était parvenu officiellement mardi 5 mai 2020, soit deux jours avant. Il prévoit que nous serions informé∙es mi-juin des dispositions pour la rentrée. Mi-juin : c’est vraiment limite ; on aurait aimé avoir eu idée des grandes lignes ou des possibilités étudiées dès maintenant. Mais c’est le rôle de l’administration d’informer les agents de l’enseignement supérieur. Ce n’est pas celui d’une journaliste.

C’est pourtant Le Parisien en mode péage qui publie notre première circulaire de rentrée. Pourquoi Le Parisien ? On ne saura pas, mais la plupart des titres ont, depuis, repris les informations délayées au compte-goutte dans l’interview. L’opération de communication laisse entendre un travail étroit avec les présidences d’universités. Elle a un but : elle vise à court-cuiter toutes les instances universitaires, les directions opérationnelles des UFR et les organisations syndicales, qui ont pourtant voix à porter au chapitre et qui seront en première ligne à la rentrée.

Que dit Frédérique Vidal ?

Continuer la lecture

  1. Rappelons qu’un quart du budget du MESRI est consacré par le Ministère de l’Économie et des Finances au Crédit Impôt Recherche. []

Union syndicale au CNESER. Motions votées le 21 avril 2020

Deux motions Réussir le confinement pour une rentrée heureuse et Pour une harmonisation nationale de l’évaluation, contre l’échec de masse ont été votées hier, au terme d’une séance du CNESER permanent en distanciel. Selon le compte rendu proposée par une élue étudiante d’Alternative. Les organisations syndicales ont fait un rappel au droit et au respect de la compétence de la Commission de la formation et de la vie étudiante dans les décisions concernant les examens et les modalités de contrôle des connaissances1. La DGESIP a rappelé que le Président ne peut prendre une décision dans le cadre actuel des ordonnances, uniquement si le Conseil adéquat ne peut se tenir. Outre les conditions matérielles et la question de l’équité entre les candidats, l’Alternative a dénoncé, comme d’autres orgnaisations, les «atteintes à la démocratie dans l’ESR sous couvert de crise sanitaire, comme #Paris1 où le président s’assoit sur un vote de la CFVU au mépris du code de l’éducation (art.L.712-6-1)», rappelant que le MESRI « doit être garant de la stabilité de la démocratie ds l’enseignement supérieur et la recherche ».

Deux motions ont été votées.

1. Motion Réussir le confinement pour une rentrée heureuse

La première, votée à une très large majorité. Ont voté contre 2 représentants de la Conférence des présidents d’université et la tête de la liste syndicale Qualité de la science française.

 

2. Pour une harmonisation nationale de l’évaluation, contre l’échec de masse. Motion portée par l’UNEF

Continuer la lecture

  1. Voir le conflit à ce sujet en cours à Paris-1. []

Scénarios de déconfinement de l’école à l’université : septembre, est-ce si loin ? Une synthèse à J+21

Si l’heure est à l’espoir d’un déconfinement, les modalités de ce dernier sont loin d’être connues. Tant que le remède miracle, le vaccin ou même des tests sérologiques fiables (pour vérifier la fameuse immunité de groupe) ne seront pas disponibles, la situation ne pourra en rien revenir à la « normale ».  Aussi, envisager la rentrée, même en septembre, passe par une multitude de scénarios à rêver en amont, afin d’imaginer quel arc narratif nous allons emprunter dans quelques mois : autrement dit, se reposer sur un retour à la normal me semble aussi illusoire que d’imaginer les pires des scénarios (dans lequel nous sommes d’ailleurs en ce moment !).

Pour ma part et à ce jour dimanche 5 avril (J+21 de confinement), je suivrai donc le scénario sans plus d’aide médicale que celle que nous avons maintenant. C’est le scénario le plus pessimiste. Mais il peut se mélanger avec d’autres événements positifs qui viendraient l’assouplir. Je ne parlerai pas des évaluations, examens ou concours, j’évoquerai juste l’organisation concrète et matérielle des retours en classe à partir d’une revue de presse et informations en provenance de contacts en Europe (Belgique, Italie, Espagne) et en Chine.

Que savons-nous des zones qui commencent le déconfinement scolaire dans le primaire et le secondaire (Chine principalement) ?

Voilà trois semaines qu’élèves et étudiant-es ont été plongé-es de force dans une « école / université à la maison » et déjà, beaucoup espèrent ardemment un retour dans des salles de classe. Alors que la Chine a pris des mesures drastiques face au Covid-19 depuis fin janvier, où en sommes-nous deux mois après ? Sur un territoire qui fait 15 fois la France et dont la population est 20 fois plus importante, toutes les zones ne sont pas touchées de la même façon. En particulier Wuhan identifiée comme « community spread of covid », ressemble fort à certaines zones européennes actuelles. Il faut savoir qu’en dehors du Hubei (province de Wuhan), les cas ont été présumés tracés et pistés, une doctrine appliquée également à Taïwan ou Hong Kong par ex. Je laisse en tirer les conclusions sur le statut de Paris et la France dans cette configuration.

Des éléments venus de Chine donnent déjà quelques indications sur ce qui est possible en ce qui concerne les réouvertures d’écoles[1]. Regardons d’abord quelques informations données par la presse en français (Euronews, 17 mars) à propos d’une école (primaire apparemment) située dans une zone à faible taux de contamination (donc l’Ile de France et le Grand Est, ne rêvez pas trop). On y retrouve ces éléments d’organisation de classe :

  • Groupes réduits (30 en Chine)
  • « Division des élèves pour les activités »
  • Horaires échelonnés
  • Chaises et tables espacées
  • Prise de température plusieurs fois par jour

Continuer la lecture