Rentrée 2020 : préconisations du Sénat

La commission de la culture et de l’éducation dévoile ses préconisations pour une gestion efficace des effets de la crise sur l’enseignement supérieur

Communiqué


Vendredi 22 mai 2020

Depuis la fermeture des établissements sur l’ensemble du territoire, la commission de la culture et de l’éducation a porté une attention toute particulière à la situation de l’enseignement supérieur et auditionné à ce titre Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation dès les 1er et 6 avril dernier.

La commission a par ailleurs créé un groupe de travail animé par Stéphane Piednoir (LR – Maine-et-Loire), rapporteur des crédits de l’enseignement supérieur, et composé de manière transpartisane, chargé de suivre la gestion de la crise sanitaire dans ce secteur.

Ce groupe a mené un travail d’auditions auprès des principaux acteurs centré sur trois problématiques : la continuité pédagogique, l’organisation des examens et des concours, l’accompagnement sanitaire et social des étudiants. Fort de ces échanges et des remontées d’informations dont ses membres ont été destinataires dans leurs départements respectifs, il constate que la gestion de la crise sanitaire s’est, dans les premières semaines, caractérisée par une réponse globalement réactive et concertée de la part du ministère de l’enseignement supérieur, doublée d’une très grande implication des acteurs du secteur sur le terrain.

Le groupe de travail appelle toutefois à la vigilance

  • la transition entre le second degré et le supérieur pourrait s’avérer délicate, compte tenu des bouleversements de l’année scolaire 2019-2020 ;
  • les limites de l’enseignement supérieur à distance au regard de la fracture numérique qui prive une part non négligeable d’étudiants de la continuité pédagogique ;
  • la mise en place des examens en distanciel interroge tant sur le plan de l’équité entre les candidats que des modalités de surveillance à distance ;
  • l’organisation des concours en présentiel pose un vrai défi en termes de logistique et de sécurité sanitaire;
  • la clarification des moyens dédiés aux mesures d’aide aux étudiants, qui pourraient s’avérer sous-calibrés face à l’ampleur des besoins ;
  • les conséquences financières de la crise sur les Crous qui vont accuser une forte baisse de leurs recettes d’exploitation.

Le groupe de travail formule aussi des préconisations complémentaires pour une gestion des effets de la crise à moyen terme :

  • soutenir les formations professionnalisantes et accompagner les jeunes diplômés 2020 à s’insérer sur le marché du travail, au moyen de mesures incitatives à l’embauche, d’aides ciblées en faveur de la recherche d’emploi, de facilités pour le remboursement des prêts bancaires ;
  • financer le prolongement des contrats doctoraux et postdoctoraux par une augmentation de la subvention pour charges de service public des établissements d’enseignement supérieur et de recherche ;
  • encourager et adapter l’accueil des étudiants internationaux en communiquant davantage, en envisageant des mobilités plus courtes et plus ciblées, en simplifiant les procédures d’obtention de visa, en clarifiant la question d’une éventuelle mise à l’isolement de ces étudiants à leur arrivée ;
  • mieux considérer les études de santé en assouplissant cette année les critères de sélection en Paces, en valorisant les stages effectués dans les services hospitaliers pendant la crise, en attribuant une prime exceptionnelle à l’ensemble des étudiants en médecine, étudiants infirmiers et étudiants techniciens de laboratoire mobilisés durant cette période ;
  • réfléchir à la mise en place d’un plan de rénovation des bâtiments universitaires comme facteur de relance économique.

La synthèse des travaux du groupe de travail est disponible sur le site du Sénat. 

Liens

Déconfinement engagé : les premières règles publiées

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #24
← Article précédent

Au JO exceptionnel de cette nuit1, un seul texte : le décret du 11 mai 2020 « prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ». Ce décret a été pris en catastrophe, pour combler le vide laissé par le fait que la loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire, adoptée samedi par le Sénat et l’Assemblée nationale, n’a pas pu être promulguée à temps du fait de la saisine du Conseil constitutionnel, dont la décision est annoncée dans la journée.
Résumons rapidement le contenu général du texte, avant de présenter deux mesures concernant spécifiquement l’ESR :
  1. Plutôt que de reporter la date du déconfinement, pour que les procédures démocratiques (le débat parlementaire, pourtant déjà mené à marche accélérée) et de l’Etat de droit (la saisine du Conseil constitutionnel) puissent être menées à terme, le choix a donc été fait de privilégier la promesse présidentielle de démarrer le déconfinement le 11 mai. Ou comment signifier de manière spectaculaire les priorités.
  2. Ce décret est une mesure règlementaire de transition, donc, en vue d’assurer le début du déconfinement en attendant le texte légal qui était censé donner une base juridique à celui-ci. D’une part, il rappelle — si besoin était encore — que, depuis la loi du 23 mars 2020, les pouvoirs que l’on a reconnus au pouvoir exécutif sont gigantesques. D’autre part, il donne, dans tous les cas, des informations intéressantes sur le contenu à venir des décrets qui organiseront durablement le déconfinement une fois entrée en vigueur la loi en cours d’examen par le Conseil constitutionnel.
  3. La dimension liberticide des mesures prises apparaît, paradoxalement, de manière beaucoup plus crue que lorsque la population était confinée. L’article 6 est particulièrement significatif, de ce point de vue : « Tout rassemblement, réunion ou activité à un titre autre que professionnel sur la voie publique ou dans un lieu public, mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes, est interdit sur l’ensemble du territoire de la République ». L’atteinte à la liberté de réunion et à la liberté de manifestation, et donc à la liberté d’expression, est extraordinaire, et très différente de celle à l’oeuvre en période de confinement : les rassemblements, réunions ou activités « sur la voie publique ou dans un lieu public» étaient déjà interdits en période de confinement, mais désormais, ils le sont, alors même que les transports reprennent, les écoles rouvrent ou encore un nombre non négligeable de centres commerciaux, dont la plupart des commerces ne sont pas « essentiels ».
    Autrement dit, l’article 6 dévoile un ordre de priorité qui fait froid dans le dos : on aurait pu prévoir des hypothèses beaucoup plus subtiles, comme, exemple parmi mille autres, le droit de manifester en respectant les distanciations physiques, tout en interdisant les évènements statiques prolongés (type matchs de foot, concerts, etc). Mais aux yeux du gouvernement, la liberté de manifestation, liberté constitutionnelle, est une liberté située très bas dans la hiérarchie de ses priorités plus bas, en tout cas, que la reprise des activités professionnelles, du commerce, ou du trafic aérien. Elle n’est pas conçue comme « indispensable à la continuité de la vie de la Nation ». Si cette restriction est confirmée dans les décrets qui suivront la promulgation de la loi de prorogation de l’état d’urgence sanitaire, des recours en justice sont très probables.

    Phare, Port au Choix, NL, Michael Leland, 2012

  4. S’agissant, enfin, de l’ESR, le décret prévoit deux mesures spécifiques :

Continuer la lecture

  1. Il n’y a normalement pas de Journal officiel le lundi. []

Marianne veut anticiper les bons et les mauvais côtés du téléenseignement à la rentrée

Pour dédoubler les enseignements — cours magistraux et travaux dirigés — à la rentrée 2020, il faut des locaux et des enseignant·es. Difficile de gérer les locaux, plus simple de recruter des enseignant·es ?

Si Claire doit refaire de l’enseignement en distanciel…

Rentrée 2020 : Vidal à la pêche aux moules

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #23
← Article précédent

Voilà près de deux semaines que la rumeur court.

Sur Twitter, on lit des choses comment en réunion d’UFR, on nous a dit qu’on pourrait reprendre avec des TD de 15 ; ou nous ne pourrions pas reprendre en présentiel, ou encore :

ou encore

Un doyen nous assure que la veille en comité de direction, rien n’avait filtré, en dépit d’une demande insistante ; un autre collègue le contredit :  « Nous, on l’a su sur le mode « j’ai interdiction de vous dire que… », notre Président ayant reçu une lettre cette semaine ». Les échanges allaient bon train, jusqu’à jeudi soir.

Jusqu’à cette date, nous ne craignions pas des scénarios pour une rentrée de pandémie : présentiel, présentiel mixte, distanciel, rentrées décalées, etc. En bon∙nes professionnel∙les, en effet, nous souhaitons pouvoir anticiper et préparer, afin que la sidération de mars ne devienne pas cafouillage de septembre. Nous tenons à ce que nos étudiant es soient correctement formés, qu’ielles aient accès aux connaissances et aux méthodes que nous souhaitons leur transmettre, quitte à réfléchir plus longuement aux dispositifs qu’il nous faut imaginer et à demander les moyens dont nous – et dont les étudiant∙es – avons besoin.

En revanche, nous ne souhaitons pas une gestion gouvernementale telle qu’elle a commencé : mesures non-urgentes en lieu et place de gestion de l’épidémie ; défaut de budget supplémentaire pour lutter contre la pandémie et pour continuer à assurer nos missions1 ; communication en lieu et place de consultation et d’administration. Notre énergie n’était-elle pas encore consacrée cette semaine à régler les problèmes d’examens, voire à faire voter les modalités du contrôle de connaissance modifiées par l’état d’urgence sanitaire. Il était temps de disposer de perspectives solides pour la rentrée.

C’est raté. Faute d’utiliser la voie officielle et hiérarchique, la Ministre jette son dévolu sur le Parisien en édition abonnés pour distiller des « informations » discutables. De quoi mettre nombre d’entre nous, du professeur en mathématiques à la maîtresse de conférences en littérature, en passant par des directeurs d’UFR, « en rage ».

Le plan de déconfinement du MESRI nous était parvenu officiellement mardi 5 mai 2020, soit deux jours avant. Il prévoit que nous serions informé∙es mi-juin des dispositions pour la rentrée. Mi-juin : c’est vraiment limite ; on aurait aimé avoir eu idée des grandes lignes ou des possibilités étudiées dès maintenant. Mais c’est le rôle de l’administration d’informer les agents de l’enseignement supérieur. Ce n’est pas celui d’une journaliste.

C’est pourtant Le Parisien en mode péage qui publie notre première circulaire de rentrée. Pourquoi Le Parisien ? On ne saura pas, mais la plupart des titres ont, depuis, repris les informations délayées au compte-goutte dans l’interview. L’opération de communication laisse entendre un travail étroit avec les présidences d’universités. Elle a un but : elle vise à court-cuiter toutes les instances universitaires, les directions opérationnelles des UFR et les organisations syndicales, qui ont pourtant voix à porter au chapitre et qui seront en première ligne à la rentrée.

Que dit Frédérique Vidal ?

Continuer la lecture

  1. Rappelons qu’un quart du budget du MESRI est consacré par le Ministère de l’Économie et des Finances au Crédit Impôt Recherche. []

Union syndicale au CNESER. Motions votées le 21 avril 2020

Deux motions Réussir le confinement pour une rentrée heureuse et Pour une harmonisation nationale de l’évaluation, contre l’échec de masse ont été votées hier, au terme d’une séance du CNESER permanent en distanciel. Selon le compte rendu proposée par une élue étudiante d’Alternative. Les organisations syndicales ont fait un rappel au droit et au respect de la compétence de la Commission de la formation et de la vie étudiante dans les décisions concernant les examens et les modalités de contrôle des connaissances1. La DGESIP a rappelé que le Président ne peut prendre une décision dans le cadre actuel des ordonnances, uniquement si le Conseil adéquat ne peut se tenir. Outre les conditions matérielles et la question de l’équité entre les candidats, l’Alternative a dénoncé, comme d’autres orgnaisations, les «atteintes à la démocratie dans l’ESR sous couvert de crise sanitaire, comme #Paris1 où le président s’assoit sur un vote de la CFVU au mépris du code de l’éducation (art.L.712-6-1)», rappelant que le MESRI « doit être garant de la stabilité de la démocratie ds l’enseignement supérieur et la recherche ».

Deux motions ont été votées.

1. Motion Réussir le confinement pour une rentrée heureuse

La première, votée à une très large majorité. Ont voté contre 2 représentants de la Conférence des présidents d’université et la tête de la liste syndicale Qualité de la science française.

 

2. Pour une harmonisation nationale de l’évaluation, contre l’échec de masse. Motion portée par l’UNEF

Continuer la lecture

  1. Voir le conflit à ce sujet en cours à Paris-1. []

Scénarios de déconfinement de l’école à l’université : septembre, est-ce si loin ? Une synthèse à J+21

Si l’heure est à l’espoir d’un déconfinement, les modalités de ce dernier sont loin d’être connues. Tant que le remède miracle, le vaccin ou même des tests sérologiques fiables (pour vérifier la fameuse immunité de groupe) ne seront pas disponibles, la situation ne pourra en rien revenir à la « normale ».  Aussi, envisager la rentrée, même en septembre, passe par une multitude de scénarios à rêver en amont, afin d’imaginer quel arc narratif nous allons emprunter dans quelques mois : autrement dit, se reposer sur un retour à la normal me semble aussi illusoire que d’imaginer les pires des scénarios (dans lequel nous sommes d’ailleurs en ce moment !).

Pour ma part et à ce jour dimanche 5 avril (J+21 de confinement), je suivrai donc le scénario sans plus d’aide médicale que celle que nous avons maintenant. C’est le scénario le plus pessimiste. Mais il peut se mélanger avec d’autres événements positifs qui viendraient l’assouplir. Je ne parlerai pas des évaluations, examens ou concours, j’évoquerai juste l’organisation concrète et matérielle des retours en classe à partir d’une revue de presse et informations en provenance de contacts en Europe (Belgique, Italie, Espagne) et en Chine.

Que savons-nous des zones qui commencent le déconfinement scolaire dans le primaire et le secondaire (Chine principalement) ?

Voilà trois semaines qu’élèves et étudiant-es ont été plongé-es de force dans une « école / université à la maison » et déjà, beaucoup espèrent ardemment un retour dans des salles de classe. Alors que la Chine a pris des mesures drastiques face au Covid-19 depuis fin janvier, où en sommes-nous deux mois après ? Sur un territoire qui fait 15 fois la France et dont la population est 20 fois plus importante, toutes les zones ne sont pas touchées de la même façon. En particulier Wuhan identifiée comme « community spread of covid », ressemble fort à certaines zones européennes actuelles. Il faut savoir qu’en dehors du Hubei (province de Wuhan), les cas ont été présumés tracés et pistés, une doctrine appliquée également à Taïwan ou Hong Kong par ex. Je laisse en tirer les conclusions sur le statut de Paris et la France dans cette configuration.

Des éléments venus de Chine donnent déjà quelques indications sur ce qui est possible en ce qui concerne les réouvertures d’écoles[1]. Regardons d’abord quelques informations données par la presse en français (Euronews, 17 mars) à propos d’une école (primaire apparemment) située dans une zone à faible taux de contamination (donc l’Ile de France et le Grand Est, ne rêvez pas trop). On y retrouve ces éléments d’organisation de classe :

  • Groupes réduits (30 en Chine)
  • « Division des élèves pour les activités »
  • Horaires échelonnés
  • Chaises et tables espacées
  • Prise de température plusieurs fois par jour

Continuer la lecture