Sur la chute de l’Université, en quatre graphes

  • d’après Guillaume Miquelard, maître de conférences habilité en physique des polymères, auteur d’un blog EducPros Un tout petit monde
https://twitter.com/gmqlrd/status/1317462346734993410

Évolution du nombre d’étudiant∙es à l’Université (modulo de petites incertitudes liées à des chiffres concaténés de sources différentes), par Guillaume Miquelard, 2020

par Guillaume Miquelard, 2020.  Source: Personnels du supérieur: bilans et statistiques

Il s’agit de l’évolution du nombre de postes ouverts aux concours MCF sur plus de 20 ans1. Les chiffres 2020 sont provisoires (mais d’ores et déjà légèrement meilleurs que 2019)

Continuer la lecture

  1. NDRL: texte adapté de la série de tweets de Guillaume Miquelard, 17 octobre 2020. []

La science politique à l’INRAE, c’est un métier d’homme

Sur le wiki de l’ASES, on trouve décidemment des choses intéressantes.

Postes en sociologie ou science politique à l’INRAE (fusion de l’INRA et de l’IRSTEA)

Poste 2 : N° POSTE CRCN20-ECOSOCIO-4
– Profil « Chargé-e de recherche en science politique »
– Mots clés du poste : https://jobs.inrae.fr/concours/concours-charges-recherche-classe-normale-h/f/crcn20-ecosocio-4
– Localisation : Bordeaux (Cestas)
– composition du comité de sélection : https://jobs.inrae.fr/sites/jobs/files/decision_de_composition_crcn-adb_0.pdf
– date d’examen des dossiers : fin avril 2020
– date d’audition : 11-12 juin 2020

– liste des candidat.es auditionnées (liste commune à l’ensemble des postes du concours n°13, qui inclut également deux postes en économie non indiqués ci-dessus)

Mme BOURBLANC Magalie
Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
M. CHEMO DZUKOU Kevin, Randy
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme CORNILLEAU Lise, Laure
M. FALLUCCHI Francesco
Mme GAUDEUL Alexia
M. KOTRAS Baptiste, Paul
Mme LAMANI Viola
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. LUNEAU Aymeric, Claude, Noël
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Résultat:
# ADMIS SUR LISTE PRINCIPALE:

M. KOTRAS Baptiste, Paul
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel

# LISTE COMPLEMENTAIRE:

Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme GAUDEUL Alexia
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Ainsi, l’INRAE auditionne 15 candidat·es, soit 11 candidats et 6 candidates. Au final les femmes se retrouvent sur la liste complémentaire, aucune en liste principale.

Au bord de l’abîme. Vers des recrutements télésurveillés de collègues

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #17
← Article précédent

La direction générale des Ressources humaines du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a mis en ligne une « foire aux questions » sur les « procédures de recrutement pendant la crise sanitaire ». Cette FAQ est destinée à accompagner la mise en œuvre du décret du 16 avril 2020 qui organise les conditions d’une dématérialisation intégrale des processus de recrutement dans la fonction publique. Academia a déjà proposé une analyse critique de ce texte il y a quelques jours, dans la mesure où les recrutements d’enseignant·es-chercheur·es et de chercheur·ses se trouvent directement concernés.

Passons sur le fait qu’une fois encore, le ministère utilise la voie d’une « foire aux questions » – qui n’offre aucune garantie de stabilité et dont personne (et surtout pas la ministre) n’endosse la responsabilité administrative – plutôt que celle d’une circulaire. Ce qui nous inquiète bien davantage, c’est le fait que la FAQ apporte la confirmation de ce que l’on craignait : non seulement les recrutements qui s’opéreraient intégralement par visioconférence sont désormais possibles, mais ceux-ci risquent d’être réalisés par la voie de dispositifs privés de télésurveillance.

https://www.flickr.com/photos/nigelannisonphotography/10305806965/in/photolist-gGFXmZ-fbayQa-APSEy-eb4i86-yaWoj5-QvLz6f-AbcCU-rdTNuK-6qcMsS-kmec9R-z8MvwR-yzpo8c-dGrNHP-KMaLws-9QzCJD-7QYa4i-yQsc3e-faryxW-aVjA3k-nB9QQt-AxN1Hf-hqRbu3-amot2q-yQmRnU-hqRbEU-F5C1dD-bVCWiv-r92bja-s5FMwo-dPCR2N-9Bk7No-nyXgj3-yaVt85-aiPo7e-AaH99-9KqN3M-wEBoc3-ozM7dq-JygeMy-hqQ7HC-K4TwX8-nd68Bq-8aZae4-hqR2wn-zfSSfx-L2ZgPA-bnwT9B-b8L9KX-AZAQTj-zdbR8i

SinCity-Esque Star Trail, by Nigel Annison – Split Point Lighthouse, 2013

Continuer la lecture

Comités de sélection et mandats universitaires : en attendant les cloches de Pâques ?

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #14
Article précédent

https://www.flickr.com/photos/90709680@N03/30060813055/in/photolist-MNnwqg-s4JgwD-bPYqZp-rGk4Au-ztCkSR-U18Kqs-TZbHsd-PjaH8w-21zqe5T-vdW8Qb-24ywrrK-GC8oLr-LZqhvr-KnEcBf-2bHkfFX-ANhJZ3-s8QEtW-EJtHQJ-2558c8m-s5D1Ja-4ctdrn-29HVUCC-YRQRds-xLP9qy-QvQBXQ-w8vVrG-YtDB56-yGEEQw-FYgDDp-UtFZC3-W4tLia-xUuJsh-MNsTbd-twsNKD-QmSb4y-weFx2z-rNjczs-QScvj8-PK81px-Hyb9Js-o6f4sD-sDrMG1-HYtbio-ubRtiV-24Sx96c-XqcvEF-TRXXAD-Uf5o8R-ZrenMS-vTTazh

Orange Lighthouse, by Alessandro Farne’, 2016

Apparemment, le ministère de l’Enseignement supérieur, de l’Innovation et de la Recherche n’avance plus beaucoup, ces derniers jours, sur deux dossiers d’une très grande importance : les comités de sélection, d’une part, et les mandats dans les universités, d’autre part.

Rêvons une seconde : peut-être réalise-t-on rue Descartes qu’il n’est pas plus mal de réfléchir un peu avant d’agir, plutôt que d’avoir à rétropédaler après. Peut-être même y a-t-on tiré quelques enseignements de l’épisode de la « foire aux questions » sur les vacataires, qu’il a fallu mettre à jour en catastrophe 48h après l’avoir publiée – ce qui, au passage, ne rend pas le document plus acceptable. Peut-être, aussi, y a-t-on été échaudé par l’épisode de la désormais célèbre « fiche n°5 » sur les « examens à distance » qui, après avoir cherché à offrir sur un plateau le marché des examens universitaires à quelques start-ups spécialistes de l’horrible « télésurveillance », a dû revenir à un peu plus de pragmatisme, au prix de quatre corrections successives de la fiche en quinze jours.

Mais on rêve évidemment, car le ridicule ne tue pas : ce ralentissement n’a rien de rassurant et il est presque sûr qu’aucune leçon n’a été tirée. Deux mesures au moins vont être prochainement publiées.

Le grand bazar des comités de sélection

La première de ces mesures a trait aux comités de sélection (CoS), où les choses tournent progressivement au grand bazar.

Rappelons les termes du débat : l’ordonnance du 27 mars dernier sur l’organisation des examens et concours pendant l’épidémie de covid-19 ouvre la possibilité de déroger « à l’obligation de la présence physique des candidat·es ou de tout ou partie des membres de l’instance de sélection, lors de toute étape de la procédure de sélection » (article 5 alinéa 2), ce qui, en tant que tel, coupe l’herbe sous le pied du projet de décret « fixant les conditions de recours à la visioconférence pour l’organisation des concours des chargé·es de recherche et des directeurs de recherche des établissements publics scientifiques et technologiques et des enseignant·es-chercheur·ses des établissements d’enseignement supérieur au titre de l’année 2020 », qu’Academia avait révélé.

Mais une fois ce principe dérogatoire posé, le plus grand flou demeure. Les deux questions qu’Academia avait soulevées dans les heures qui ont suivi la publication de l’ordonnance au Journal officiel du 28 mars restent encore entières :

  1. Que « des dérogations [puissent] être prévues à l’obligation de présence physique », comme le dit l’article 5 de l’ordonnance, c’est une chose ; mais qui les prévoit ? Est-ce que cela signifie que c’est à chaque établissement qu’il revient de décider de fixer les conditions et modalités de tenue des réunions, et donc de choisir ou non de déroger à l’obligation de présence physique ? Ou est-ce que cela signifie que les différents décrets prévoyant cette présence physique — décret du 22 décembre 2017, pour la fonction publique de l’État en général, décret du 30 décembre 1983 pour les fonctionnaires des EPST et décret du 6 juin 1984 pour les maîtres de conférences et professeurs des universités — vont être modifiés, sans avoir besoin, d’ailleurs, de consulter les comités techniques et en particulier le comité technique des personnels titulaires et stagiaires de statut universitaire1 ? Mais si c’est cette dernière option qui est retenue, alors on ne voit pas bien l’intérêt de l’ordonnance du 27 mars 2020 : il n’y avait pas besoin d’une ordonnance pour dire que l’on peut faire ce que l’on peut toujours faire, à savoir modifier un décret par un décret.
  2. Le second problème est tiré du fait que, dans tous les cas et comme Academia l’a déjà rappelé à trois reprises, ces dérogations à l’obligation de présence physique dans les CoS ne peuvent pas être appliquées tant que le décret fixant « les garanties procédurales et techniques permettant d’assurer l’égalité de traitement des candidats et la lutte contre la fraude » (article 5 alinéa 2 de l’ordonnance du 27 mars 2020) n’aura pas été édicté. Il le sera très vraisemblablement dans les prochains jours, mais, pour l’instant, ce décret reste un fantôme. Certes, ce texte ne vaut pas seulement pour les procédures de recrutement relevant du MESRI, mais pour l’ensemble de la fonction publique de l’État, de la fonction publique territoriale, de la fonction publique hospitalière et de la fonction publique des communes de la Polynésie française. Mais ça ne change rien au cœur du problème : il est préparé dans la plus grande opacité, et, selon le modèle de la mesure jupitérienne, tombera bientôt sur les comités de sélection, qui seront sommés de l’appliquer sans barguigner. À cet égard, il est sans doute nécessaire d’aiguiser encore un peu plus nos critiques sur ce point : ce n’est pas seulement le fait de généraliser la technique très insatisfaisante de la visioconférence qui pose problème ; c’est le fait, aussi, que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche ne soit à aucun moment consultée sur ces modifications, manière subtile mais bien réelle de nous déposséder de notre prise sur les recrutements, une prise qui, pourtant, est l’une des caractéristiques les plus anciennes des libertés académiques et de la collégialité qui est censée caractériser leur exercice.

Continuer la lecture

  1. L’article 13 d’une autre des très nombreuses ordonnances prises en état d’urgence sanitaire, l’ordonnance du 25 mars 2020 sur l’adaptation des procédures pendant la période d’urgence sanitaire, prévoit que « les projets de texte réglementaire ayant directement pour objet de prévenir les conséquences de la propagation du covid-19 ou de répondre à des situations résultant de l’état d’urgence sanitaire sont dispensés de toute consultation préalable obligatoire prévue par une disposition législative ou réglementaire, à l’exception de celles du Conseil d’État et des autorités saisies pour avis conforme ». []

Une session de recrutement 2020 MCF / PR désynchronisée?

Après la fermeture des dépôts sur Galaxie : contact perdu

Alors que la campagne de recrutement MCF / PR 2020 a été décalée du 26 mars au 9 avril 16h pour les dépôts de candidature, il semblerait que le calendrier soit à l’heure actuelle GLOBALEMENT maintenu en l’état pour la suite des procédures, et cela, malgré les incertitudes. Le calendrier ministériel s’est officiellement décalé d’un mois, laissant jusqu’au 22 juin pour rendre les PV des derniers comités (auditions) et espérant une proclamation des résultats le lundi 13 juillet (attention : susceptible d’être encore modifié évidemment!). Mais localement, les choses sont différentes et certaines universités ont pris les devants. C’est bien le problème : la session synchronisée risque de ne plus l’être vraiment. Beaucoup de comités de sélection (COS) et de driections de ressources humaines (DRH) n’ont pas encore pris de décision, surtout quand les premières réunions étaient programmées en mai. D’autres ont déjà reporté les auditions en juin, privilégiant l’idée qu’un déconfinement partiel sera possible — laissant espérer des auditions en présentiel. D’autres — une minorté pour l’instant — ont dépassé la limite ministérielle avec des comités en juillet ou même en septembre. La grande inconnue est : comment s’y retrouver ? comment programmer une éventuelle audition pour les candidats ? et pour elleux, comment s’y préparer ?

Comités en visio-conférence, et les auditions ?

On sait que les comités de sélection (COS) fonctionnent en deux temps : une première réunion, après la répartition des dossiers, décide des candidatures qui viendront pour l’audition. Cette dernière est programmée avec la seconde réunion du comité généralement courant mai jusque début juin. La plupart des premières réunions de la session synchronisée sont toujours maintenues : elles opéreraient le choix des auditionné·es avec un comité en visio conférence.

Mais une fois cette première sélection faite, quand pourraient avoir lieu les auditions ? dans quelles conditions ? et surtout, grande question : se dérouleront-elles en vision conférence ? (une pétition circule en ce moment pour éviter cette option). Un décret initial stipulait que le comité doit être pour moitié présent physiquement (décret 2017-1748 du 22/12/17) : il a été modifié par une ordonnance du 27 mars 2020 permettant une dérogation de la « présence physique des candidats ou des membres de l’instance de sélection », et ouvrant la voie à des auditions en visio-conférence complète.

Un projet de décret, qui voulait déroger aux décrets de 2017 sur la fonction publique, de 1983  sur les concours chercheurs et de 1984 sur les concours EC avait d’ailleurs été soumis au Comité technique de l’enseignement supérieur et de la recherhe (CTESR), avant que cette réunion ne soit reportée sine die. Le projet de décret prévu par l’ordonnance, quant à lui, porte sur un point plus précis : les « garanties procédurales et techniques permettant d’assurer l’égalité de traitement des candidats et la lutte contre la fraude ». Sa publication serait imminente, selon nos sources.

Report des prises de fonction

La plupart des universités espèrent pouvoir tenir le calendrier synchronisé afin d’avoir leurs recrues pour la rentrée en septembre. À ce jour, quelques postes – notamment des « fil de l’eau » qui étaient simultanés avec la session synchronisée – ont reporté leur date de prise de fonction au 1er décembre 20201. Une autre université a décidé certaines prises de postes bien plus tard, le 1er février 2021 ((Information interne)). Quant à une troisième elle essaie de basculer ses postes au fil de l’eau2. Les candidat·es seront à coup sûr informés, car les président-es de comité sont depuis le début de la crise très inquiets des responsabilités qui leur incombe et des possibles dénouements. Mais ce qui ressort de cette première remontée de terrain, c’est que TOUS les postes ne sont pas uniformément concernés par ces reports !

Bad Day Calendar Showing Rough Or Stressful Time

Inquiétudes légitimes

Ce qui est inquiétant, ce n’est pas tant que le calendrier soit bousculé, mais plutôt la désynchronisation totale du processus, avec des prises de postes réparties au petit bonheur la chance en fonction des volontés locales et des auditions réalisées dans des conditions inédites et complètement expérimentales. On dirait que la crise Covid est vraiment l’occasion de passer outre toutes les instances nationales pour pousser encore plus à l’autonomie des universités et laisser chacun se débrouiller dans son coin. Aussi, à ce sujet, malgré les cadrages ministériels parcellaires envoyés aux instances universitaires, on risque de voir se multiplier ensuite les recours divers, notamment pour inégalité de traitement. Ces inégalités peuvent être techniques, d’accessibilité ou encore poser question sur les informations qui pourraient circuler en direct entre membres du comité et candidat·es par exemple ? un décret est annoncé contre la « fraude » et l’égalité de traitement des candidats… mais tout reste soumis à l’évolution de la situation sanitaire, avec le risque que certaines zones soient plus en tension que d’autres. La difficulté de maintenir un COS avec les mêmes membres du début à la fin étant en temps normal une gageure, l’exercice est ici encore plus compliqué.

À suivre de près

Le plus pénible sera évidemment pour les candidat-es de s’y retrouver et d’obtenir des informations claires en amont afin de se préparer au mieux à des auditions déjà sources d’angoisse en temps normal, mais relevant désormais en plus de la figure acrobatique. C’est a priori la DRH (direction des ressources humaines) des universités où les candidatures ont été déposées qui pourront répondre. Pour l’heure si quelques messages officiels on pu arriver, à la clôture des candidatures, c’est le plus grand flou qui règne, augmentant encore le stress dans un contexte contraint pour tout le monde, et encore plus pour les candidat-es aux postes de MCF, chaque année plus difficiles à obtenir. À toutes celles et ceux qui sont dans l’expectative, on leur souhaite bien du courage et de la patience. Elles et ils en auront malheureusement grandement besoin.

  1. Annonce faite par mails aux candidat·es []
  2. Idem []

Recrutements des enseignant·es-chercheur·es 2020 : Communiqué commun d’associations et de président·es de comités de sélection

Contre les recrutements intégralement par visio-conférence
Pour un report de plusieurs semaines du calendrier en vigueur

Mise à jour  mardi 14 avril 2020 – Communiqué 14/04/2020 (version .pdf)

En dépit de la crise sanitaire mondiale, la campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es continue actuellement de se dérouler. La baisse dramatique du nombre de postes de titulaires ouverts aux concours depuis quinze ans rend l’enjeu de ces recrutements d’autant plus important. Leur faible nombre, au regard des besoins des universités et du volume de candidates et de candidats, confère une encore plus grande responsabilité aux membres des comités de sélection. Dans ces conditions, en tant que président·es de comités de sélection en science politique et en sociologie, et en tant qu’associations représentatives de différentes disciplines des sciences sociales, nous souhaitons collectivement défendre plusieurs principes essentiels au bon déroulement de cette campagne.

Les circonstances exceptionnelles ne sauraient justifier que le processus de recrutement contrevienne au principe d’égalité entre les candidat·es, ou conduisent à renoncer à des conditions rigoureuses d’évaluation, de délibération et de vote entre les membres des comités de sélection. C’est pourquoi nous refusons la dématérialisation intégrale du processus de recrutement via des dispositifs de visioconférence, et nous demandons un report de plusieurs semaines supplémentaires du calendrier en vigueur de la campagne synchronisée 2020.

Il est pour nous inconcevable que la totalité du processus de recrutement soit dématérialisée. Il ne saurait être question que la douzaine de membres d’un jury (en moyenne) se retrouvent contraint·es d’échanger par ordinateurs interposés. Nous refusons encore davantage que la totalité des candidates et des candidats soient auditionné·es à distance, derrière un écran, dans des conditions techniques, matérielles et sanitaires extrêmement variables et sujettes à caution. Ce dispositif inacceptable créera d’innombrables inégalités et fera peser sur toutes et tous de nombreuses contraintes qui s’ajouteront à un contexte moral fortement dégradé par le nombre de malades et de décès.

Dès lors, nous demandons un report du calendrier de recrutement de plusieurs semaines supplémentaires. En dépit des inévitables incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire, permettre aux auditions de se tenir jusqu’à la mi-juillet au maximum semblerait offrir une marge raisonnable, sans remettre en cause la temporalité des affectations à la rentrée. Dans de telles conditions, nous encourageons le regroupement des auditions d’une même discipline autour d’un même lieu durant une même semaine, afin de faciliter leur déroulement. Dans ce contexte perturbé, nous appelons enfin les universités à faire preuve de souplesse afin de faciliter par tous les moyens possibles la prise de poste des nouveaux et des nouvelles recruté·es en septembre, que ce soit sur le plan administratif ou pédagogique.

Liste des signataires ci-dessous

Signataires :

  • 16 associations représentatives de différentes disciplines du monde académique
  • 65 président·es de comité de sélection issus de 16 sections CNU différentes

 Liste intégrale des signataires ci-après

Continuer la lecture

Le recrutement des enseignants-chercheurs à distance envisagé par le MESRI pose de nombreuses questions. Une dépêche AEF

Le débat commence à agiter les listes de discussions des universitaires : faut-il maintenir les concours de recrutement des maîtres de conférences et professeurs, quitte à les faire à distance, ou les reporter à la période post-confinement, au risque de ne pas avoir suffisamment d’enseignants devant les étudiants dès la rentrée ? Alors que le MESRI avait prévu de soumettre au CTMESRI du 24 mars un décret autorisant – entre autres – les recrutements 100% en visio, les syndicats ont demandé – et obtenu – davantage de temps pour trouver la meilleure solution.

https://www.flickr.com/photos/timvz/27250022576/in/photolist-HvZuks-9KJDNm-2iriCSg-JtUWbz-FC5oxG-2aMEHxT-2e7Xs65-CXMMSM-2hZ9ZpR-2hXJFuy-Jr2j2a-4G49tk-2e3LeF4-2ioKMx1-qzrvrc-Z4esn9-xnNRBR-27AgaiU-2hw626d-2iBFjxq-Xr4cjy-VN4k14-UdB9Xw-2f1gkMk-QNeZNY-Q3cwr5-77R6T4-27iN7ut-ijfm9u-h6pB1w-narjJL-2iA3U6o-CypaP5-Nfy5Uz-WeSNYH-2hxFEYX-WjdxGY-CJAKbL-dzwyA8-A2acJ6-2bCfrVK-eQU65P-24Yi476-4dCd9j-2isxsqz-djhBMt-7e4TUG-KZfrck-JTjG4g-ATwZ5u

Safe at a distance, by Tim van Zundert, 2016

La pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement qui en découlent arrivent au moment de la campagne synchronisée de recrutement des enseignants-chercheurs. Les candidats ont en effet, en principe, jusqu’au 26 mars pour déposer leur dossier sur Galaxie, les auditions devant se tenir en avril et mai.

« Si les recrutements des chercheurs peuvent être décalés dans le temps, ceux des enseignants-chercheurs sont un peu plus contraints, car nous aurions du mal à imaginer qu’ils ne soient pas recrutés avant la rentrée de septembre, pour être intégrés aux services et faire face aux étudiants», explique Stéphane Leymarie, secrétaire fédéral du Sgen-CFDT.

Mais comment procéder à ces recrutements en période de confinement ? 100% à distance ? Dans l’état actuel des textes, cela n’est pas possible car le décret statutaire dispose que « le comité de sélection ne peut siéger valablement si le nombre de membres physiquement présents est inférieur à quatre »1

Continuer la lecture

  1. Article 42 du décret du 15 février 2011 : « Les réunions des comités techniques peuvent, lorsque les circonstances le justifient, être organisées par visioconférence, sous réserve que le recours à cette technique permette d’assurer que, tout au long de la séance : n’assistent que les personnes habilitées à l’être dans le cadre du présent décret ; chaque membre siégeant avec voix délibérative ait la possibilité de participer effectivement aux débats ; le président soit en mesure d’exercer son pouvoir de police de la séance ». []

Concours titulaires de l’enseignement supérieur et de la recherche : un projet de décret en « distanciel »

Au lieu de prendre un décret sur les visio-conférences, organisons le report des concours de recrutement, à commencer par le report de la date de dépôt des dossiers !

Le mardi 24 mars 20201, sera soumis au Comité technique du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation un projet de décret sur le recours à la visio-conférence pour les concours de chercheur·euses et d’enseignant·s-chercheur·ses.

Le CTMESR est une instance représentative et consultative, devant laquelle le Ministère a l’obligation de présenter tous ses projets en matières d’emploi, de rémunération et de conditions de travail. Son rôle est de fait limité : s’il ne peut abroger un projet qui lui serait soumis, il peut néanmoins les retarder si ses membres, à l’unanimité le juge insuffisant. Dans ce cas, le MESR est censé reconvoquer le CT pour l’examen d’une nouvelle mouture2.

Compte tenu de l’importance du sujet, il est utile de faire connaître à la communauté, titulaires ou candidat·es au recrutement, le projet du Ministère, qui ne semble pas bien prendre la mesure de l’épidémie. De fait la question des concours poursuit sous une autre forme celle de la « continuité pédagogique » dont Academia a déjà eu l’occasion de présenter les termes du débat3.

Nicolas Poussin, La peste d’Ashdod, ca. 1630–31, oil on canvas, 148 x 198 cm. Paris, Musée du Louvre, inv. 72

Continuer la lecture

  1. Séance reportée.> []
  2. Actuellement, la représentation syndicale (15 titulaires, 15 suppléant·es)  — SGEN-Cfdt (3), FSU (Snesup, Snasub, SNCS) (2), Ferc CGT (3), Sud (Education-Recherche) (1), FO (1), SNPTES (4), UNSA (1). []
  3. Sur le sujet de la difficulté, sinon l’absurdité de la « continuité pédagogique », voire sur ce blog COVID-19 : instructions de la Ministre ESRI, 15 marsBons baisers de Marseille, 17 mars ; Continuité pédagogique ? Témoignages d’enseignantes-chercheuses, 21 mars ; Covid19 : Plan de (dis)continuité académique, 21 mars []

Vices et vertus de la mobilité : débats mathématiques

Academia, carnet consacré aux sciences humaines et sociales (SHS), s’intéresse aujourd’hui au débat lancé par Olivier Garet et Barbara Schapira à la suite de la publication par le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interactions (INSMI) du CNRS, Pascal Auscher, qui précise que « l’objectif de la mission nationale est de maintenir l’école mathématique française au meilleur niveau international. Se pose donc la question de comment faire. Une réponse est la mobilité dans les recrutements ». La réponse de ces deux mathématicien-ne-s mérite que les acteurs des SHS s’y arrêtent. Ils ont aimablement autorisé Academia à le reproduire : nous les en remercions.

La mobilité heureuse*

https://www.flickr.com/photos/maddzakk00/8190818862/in/photolist-dtN65S-23U6TLP-8CCUAM-Yjw11E-fvbUAA-QoziLg-nEAc1s-dL73X3-6iH4vS-Zv3AvU-4VBaTN-28XxCNn-shrxFX-dZ8VJ9-itAyDC-28EaZ62-e4PUJN-95aWhh-25HyWb1-f5byka-cRDnMb-6uH1Ji-8xTuvp-itYr2P-XD5nKK-HeKYuu-dC5a4t-3PuKxJ-nqUtuC-qTfHUM-r529Ld-7S1UHi-bCL6w7-Y63xzT-JJJBB-6xtA7-aXRLSz-bwPtxf-9ZD2cp-23QuUcK-ki19r-qEAs3p-fXoHEG-8A7THS-ao8qFJ-f95kos-SKMs19-5CMLuR-fKq4CL-opSeGF

Train And I was waiting, by Zakk Chaibi, 2012

 

par Olivier Garet et Barbara Schapira

février 2019

*La « maternité heureuse » est l’ancêtre du planning familial

 

Préambule : Nous1 écrivons cette tribune en réaction à un texte de Pascal Auscher, directeur de l’INSMI (Institut de Mathématiques au CNRS). Ce texte, intitulé Position de l’Insmi sur la mobilité au recrutement en Mathématiques2 , a été diffusé dans les laboratoires de mathématiques en janvier 2019.

Le texte de l’INSMI réaffirme avec force sa volonté d’imposer la pratique de la communauté mathématique consistant à promouvoir les MCF et CR en PR et DR uniquement en mobilité, c’est-à-dire dans un autre laboratoire que là où ils exercent au moment de leur promotion. Il y voit un élément important pour la défense des postes en mathématiques.

Ce texte, s’il constitue un simple rappel d’évidences pour certains collègues3 , en a choqué d’autres. Nous souhaitons dans cette tribune nous opposer à ce point de vue, et discuter la notion de mobilité au sein de la communauté mathématique.

La mobilité et le non-recrutement local, de quoi s’agit-il ?

Ne boudons pas notre plaisir de mathématiciennes4 , définissons les termes employés.

Le Larousse propose « Mobilité = changement de lieu de résidence ou d’activité économique ». Dans la vision dominante au sein de la communauté mathématique française, rappelée par l’INSMI, la « mobilité » sous-entend changement de laboratoire lors d’un premier recrutement sur un poste permanent ou lors du passage de rang B à rang A. En particulier, cette « mobilité » suivant l’INSMI n’implique pas forcément de changement de lieu de résidence pour les franciliens5 . D’autre part, cette « mobilité » ne concerne pas les collègues cherchant à changer de laboratoire du fait d’un changement de résidence familiale passé ou futur (mutation pour rapprochement familial).

Continuer la lecture