Lecture: Qui veut la peau de la recherche publique?

La revue Mouvements consacre son dernier numéro (n°71, 2012/3) aux réorganisations du travail scientifique et à l’influence des transformations institutionnelles sur les activités de recherche, sous le titre: « Qui veut la peau de la recherche publique? »

Présentation:

« Le travail dans la recherche scientifique publique française est profondément bouleversé par les mutations structurelles, opérationnelles et managériales opérées à partir du processus de Bologne et du sommet de Lisbonne sur la « société de connaissance ». Ces bouleversements transforment qualitativement le travail de recherche et produisent des effets tant sur la santé des chercheurs que sur l’objet et la nature de la production scientifique. Nous faisons l’hypothèse que le travail de recherche est au cœur de la relation entre sciences, démocratie et société, et qu’il ne peut y avoir de « sciences citoyennes » sans rouvrir le chantier du travail de la recherche et des « dramatiques de l’activité », ni sans donner la parole à celles et ceux-là mêmes qui la mènent sur ce que produit cette activité. »