Démocratie ! Newsletter du 5 au 11 octobre 2020

Au moment où je mets la dernière main à cet éditorial, une journée de mobilisation s’achève : joyeuse, colorée, inventive, peu nombreuse, mais active sur tout le territoire, et mobilisée en ligne, grâce aux centaines de courriels qui continuent d’arriver dans les boîtes des sénatrices et des sénateurs. Une chose est sûre : en dépit de la stratégie du choc suivi par le gouvernement, le vote de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, quelle soit l’issue de la procédure d’amendement, n’entamera pas le rejet quasi unanime de sa loi, de son idéologie, de la conception des métiers et des missions qu’elle incarne. Quels seront les moyens de la résistance ? « Grève, rétention des notes ou blocage », sans doute ; autogestion sans doute ; internationalisation des luttes, certainement. L’imagination restera au pouvoir.

L’intuition s’est faite évidence lorsqu’Emmanuelle Charpentier a reçu son prix Nobel : capitalisant sans vergogne sur sa nationalité, le gouvernement a pourtant salué une femme qui a pris son indépendance à l’étranger, faute de pouvoir rester travailler en France. Elle a eu ainsi des mots aussi attristés que cruels sur les conditions de travail indignes et les chiches financements accordés à ses collègues, avec l’ANR — cet outil de découragement des chercheurs et aux chercheuses. La faiblesse des moyens, la concurrence du marché de l’emploi, conduit à des situations personnelles dégradées : à l’occasion d’une phrase lancée au vol à l’Université Paris-Saclay — « Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant » — Pierre Nocerino revient sur son parcours et interroge, dans la recherche par analogie à la bande-dessinée, les modes de « responsabilisation de soi » qui empêchent de percevoir les dysfonctionnements qui ne sont pas de leurs responsabilités. Devant le massacre humain, ne devrait-on pas dire plutôt : dire « Un doctorant qui ne déprime pas, c’est peu probable vu la manière dont le travail est organisé» ? Aussi la prix Nobel a confirmé, par son parcours, ce que la Ministre a signifié au Sénat, lors de son audition le même jour : « La recherche française a décroché ».

https://www.flickr.com/photos/byzantiumbooks/38355236455/in/photolist-21rjBwg-38zrZ-4qGgt9-aSMaMV-dcW7Qh-ENGoz-bPjMXV-nmeGqm-7jczq7-8DjJ1-8QYzuz-dMx9P-2iaFzbj-2jbywmG-21hcv7m-vyd6X-gnfQ7G-ggbUsF-zz26s-ovyqHa-3dt8KM-v2yd-3ow3t-cavsrb-zLC39-9D7Cd-DFjbMJ-njWuNy-2gVXy87-yWUD82-cxhrYb-EwAG9-53UXz-6jKNTo-CqrhL-2jChMzo-jQyi1F-6yR4F-hz6H-zWg5C-5xyagj-7qKFLj-abXimk-5fNMZh-9o5fH4-x1pceE-9PGuSW-G3wVPP-59Q13A-mk6xx

Old camera (c) Bill Smith, 2017

Continuer la lecture

La Commission Culture du Sénat rend son rapport sur le système de recherche face à la pandémie

Le sénateur Pierre Ouzoulias nous fait l’honneur de nous transmettre le résumé du rapport de la commission de la Culture, de l’éducation et de la communication du Sénat.

Le groupe de travail de la commission de la culture du Sénat a rendu son rapport sur le système de recherche face à la pandémie.
Il dit son admiration et sa reconnaissance pour la mobilisation exceptionnelle de toute la communauté scientifique.
Néanmoins, il regrette le manque de stratégie nationale de recherche sur la Covid-19 et l’absence de structure de pilotage unique. Il demande la mise en place d’une stratégie nationale pilotée par une structure unique.
Il regrette que l’absence d’organisation et de coordination entre les institutions a eu pour conséquence la diffusion de messages au mieux désordonnés, au pire contradictoires.
Il note une dispersion des financements sur un grand nombre de projets, alors qu’il aurait été plus pertinent de consacrer des montants plus élevés sur des projets bien ciblés.

Il estime que la pandémie a mis en lumière les carences structurelles du système de recherche français et plus particulièrement le décrochage de la recherche biomédicale.

Ainsi, il regrette que les travaux de recherche sur les coronavirus ont considérablement été réduits il y a une quinzaine d’années en France, faute de financements et de programmation stratégique.

Il estime que l’érosion continue des dotations de base depuis plusieurs années oblige les opérateurs de recherche à se tourner de plus en plus vers les financements sur projets.

Or, ce mode de financement est peu compatible avec la prise de risques et ne permet pas de mener des projets exploratoires.
« Aussi, [il] estime indispensable de mettre un terme à la diminution constante des dotations de base des laboratoires de recherche et de rééquilibrer leur structure de financement entre ces dotations et les financements sur projets ».

Il considère que l’épidémie de Covid-19 confirme la nécessité d’une réforme globale de la recherche, qui tirerait les leçons de cette crise. Pour cela, il estime nécessaire :

  • d’amorcer une trajectoire financière ambitieuse qui permette d’atteindre l’objectif de 1 % du PIB consacré à la recherche publique ;
  • de rééquilibrer la structure de financement des laboratoires de recherche entre dotations de base et financements sur projets ;
  • de revaloriser très nettement la rémunération et le statut des chercheurs.

À très court terme, il rappelle la nécessité d’un indispensable soutien aux doctorants et post-doctorants pénalisés par la crise.

Enfin, il déplore les excès médiatiques qui vont à l’encontre de la démarche et de l’intégrité scientifiques, lesquelles exigent de la méthode, de la rigueur, de l’esprit critique et de la discrétion professionnelle.

Rapport complet sur le site du Sénat.

Le CNRS, Darwin et la grande chaîne de l’évolution chercheuse: quatre tribunes et une conclusion

Mise à jour : 11 décembre 2019

Suite à l’intervention, à l’occasion des 80 ans du CNRS, d’Antoine Petit et d’Emmanuel Macron à propos de la loi programmatique pluriannuelle de la recherche en cours de préparation, plusieurs chercheurs et chercheuses se sont insurgés contre la vision scandaleusement caricatural qu’ont développée respectivement le PDG du CNRS et le Président de la République, et les dramatiques conséquences qu’ils souhaitent en tirer. Leurs conclusions s’apparentent à de précédentes, tirées au printemps (ce blog: « Bois morts, souches pourries et arbrisseaux: du choix du vocabulaire de la politique de l’emploi au CNRS« ) et en 2014 : l’idéologie qui nourrit la politique scientifique française fait preuve d’une remarquable continuité, même si le discours s’affranchit désormais des convenances. Quelles conclusions en tirer?

Continuer la lecture

Lecture: Qui veut la peau de la recherche publique?

La revue Mouvements consacre son dernier numéro (n°71, 2012/3) aux réorganisations du travail scientifique et à l’influence des transformations institutionnelles sur les activités de recherche, sous le titre: « Qui veut la peau de la recherche publique? »

Présentation:

« Le travail dans la recherche scientifique publique française est profondément bouleversé par les mutations structurelles, opérationnelles et managériales opérées à partir du processus de Bologne et du sommet de Lisbonne sur la « société de connaissance ». Ces bouleversements transforment qualitativement le travail de recherche et produisent des effets tant sur la santé des chercheurs que sur l’objet et la nature de la production scientifique. Nous faisons l’hypothèse que le travail de recherche est au cœur de la relation entre sciences, démocratie et société, et qu’il ne peut y avoir de « sciences citoyennes » sans rouvrir le chantier du travail de la recherche et des « dramatiques de l’activité », ni sans donner la parole à celles et ceux-là mêmes qui la mènent sur ce que produit cette activité. »