Menaces de mort contre une universitaire : la haine raciste en procès. Revue de presse

En passant

Extraits. Cette audience laisse donc un goût doux-amer. Dix prévenus sur les milliers de messages reçus, cela semble bien faible. « On a sélectionné les messages les plus outrageants », reconnaît maître Kempf. Mais le mieux est l’ennemi du bien. « Quand on porte plainte, je ne suis pas certain qu’elle aboutisse », nous glisse-t-il.
« Cette audience montre que le système judiciaire est capable de réagir », positive aussi Anne-Laure Amilhat Szary, qui a remercié la cour de sa rapidité. Cette audience participe à faire reculer le sentiment d’impunité en ligne. Dominic V., un prévenu de 56 ans absent à l’audience, a revendiqué ses propos lors de sa garde à vue, croyant que « seuls des rappels à la loi sont prononcés » dans ce genre de cas. La procureure a enjoint la cour à « lui donner tort ». Réponse le 13 janvier.

Lors de la polémique qui visait Sciences Po Grenoble en mars 2021, certains journalistes à l’instar de Pascal Praud et Caroline Fourest, avaient accusé à tort une enseignante. Après avoir subi une vague de cyber-harcèlement, celle-ci avait porté plainte contre dix personnes.

Continuer la lecture

Voix tues, voix entendues : à propos des Suppliantes (Sorbonne, 2019)

Si on cherche “Eschyle + Les Suppliantes + Sorbonne” dans Google Actualités, on retrouve 99 résultats. La “controverse” datée de mars 2019 apparaît même sur la page Wikipédia de la pièce. Systématiquement sont repris plusieurs communiqués : celui de l’Université, celui du metteur en scène Philippe Brunet et le communiqué commun de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et de Franck Riester, Ministre de la Culture — communiqués qui ont servi à la rédaction de plusieurs articles sans guère de réelle enquête. De nombreuses personnes et collectifs ont pris la parole1 une tribune signée par 343 personnes racisées a été publiée sur Mediapart2 en réponse à celle publiée dans Le Monde3. À aucun moment les étudiant·es à l’origine de cet appel au boycott n’ont été écouté·es.

Je voudrais ici revenir sur ce qui s’est joué à l’intérieur de la Sorbonne à ce moment-là, du point de vue d’une militante active dans l’association étudiante qui a relayé l’appel au boycott4.

Blackface

Au second semestre de l’année universitaire une étudiante publie sur le groupe facebook “Etudiant Sorbonne Université” une capture d’écran de ce tweet : 

 

Continuer la lecture

  1. Blackface au théâtre de la Sorbonne | Tribune des 343 racisé•e•s“. Arnaud Maisetti ; “Les Suppliantes : réaction de Joëlle Le Marec, professeure des universités au CELSA, directrice du département Magistère et chercheuse membre du GRIPIC“. La BAFFE []
  2. Racisme dans les arts: Lipanda Manifesto, tribune des 343 racisé·e·s“. Le Club de Mediapart []
  3. « Blackface » à la Sorbonne : « Ne pas céder aux intimidations, telle est notre responsabilité ». Le Monde []
  4. Je ne suis plus en contact avec l’ensemble des étudiant-es concerné·es, et il ne s’agit pas ici de faire seule le récit exhaustif de ce qu’il s’est passé. []

La direction de l’ENSAD fait-elle vraiment “bouger les lignes” en terme de racisme ?

  • Communiqué du Massicot, union syndicale des étudiant·es en école de création
    13 octobre 2022 – version .pdf

Il y a quelques jours, Le Monde Afrique a publié un article intitulé « On nous dit que c’est un truc de Blanc » : ces étudiants africains qui cherchent leur place dans les écoles d’art. Nous avons été interpellé·es par le paragraphe suivant :

Emmanuel Tibloux est de ceux qui, par petites touches, font bouger les lignes. Le patron de l’Ensad a récemment créé un poste d’études postcoloniales et décoloniales au sein du collège « Histoire, théorie, critique ». Pour élargir le spectre social et géographique des étudiants, il a développé l’an dernier avec les Ateliers Médicis, à Clichy-Montfermeil, une école d’un genre nouveau, La Renverse, destinée aux jeunes de Seine-Saint-Denis. Sur quinze élèves inscrits en 2021, douze étaient d’origine africaine, pour moitié du Maghreb.
« On a beaucoup à apprendre des étudiants africains,  insiste Emmanuel Tibloux. Ils apportent à notre école une logique de pensée qui n’est pas basée sur l’innovation, mais sur l’artisanat et la réparation. »

Nous aurions aimé développer les biais racistes qu’expose selon nous cette citation, mais nous sommes surtout surpris de voir le directeur des Arts Déco de Paris ainsi dépeint comme une figure engagée contre le racisme dans les écoles d’art. En effet, le Massicot a été contacté en juin 2022 par des étudiant·es de l’ENSAD. D’après leurs récits, lorsqu’iels témoignent et s’organisent contre le racisme qu’iels vivent au sein de l’école, la direction semble tout à coup avoir moins envie de “faire bouger les lignes”.

Continuer la lecture

À l’intersection

Il y a de ça quelques semaines, alors que je venais tout juste d’arriver à Budapest, je reçois un message d’Academia. Mon article sur l’ouvrage théorique Ecrire à l’encre violette publié cet été a recirculé1 et on me demande si cela ne vaudrait pas le coût de publiciser les intimidations à l’endroit de mon compte rendu. Je réponds rapidement en mettant en avant ce qui pourrait être discuté dans un article (la charte du collectif2 auquel appartiennent certain-es des auteurices, le communiqué qu’elles ont publié en réponse à mon article3 ) et propose qu’on s’appelle quand je rentre.

*
*   *

Je ne suis pas à Budapest pour profiter des thermes, mais à l’occasion d’un congrès lesbien. J’y suis en tant que directrice de collection pour la maison On ne compte pas pour du beurre afin d’y animer un atelier sur les lesbian narratives. Je loge avec une dizaine d’autres lesbiennes, certaines intervenantes, d’autres bénévoles, pour le même événement. Je suis la seule personne non blanche de l’appartement.

https://www.flickr.com/photos/time-to-look/18500711636

Budapest, Paris House. Crédit : Ted McGrath, 2015

Dès mon arrivée, alors que je suis bien trop happée par mes notifications twitter, je commence à compter. Elsa, éditrice chez On ne compte pas pour du beurre, compte toujours le nombre de personnes présentes dans la salle dès qu’on fait une rencontre. Déformation professionnelle qu’elle dit. Moi je compte le nombre de personnes non blanches. Dans une salle, un collectif, une ville. Pendant mon échange en République Tchèque j’en ai compté 6 en 3 mois. Alors qu’on se rend à l’appartement j’en compte aucune. J’en retrouve une le soir même, au lancement4, et bien trop peu pendant le reste du séjour.

J’ai beaucoup de privilèges en ma faveur, je maîtrise l’anglais, j’ai une expérience militante et une formation universitaire, je m’exprime bien et je suis arrivée au sein d’un groupe important de personnes qui se sont engagées à veiller sur ma sécurité, à ne jamais me laisser seule. Ce n’est pas le cas de Pierrette, présidente de l’association Diivines. Elle est seule, personne de son collectif n’a pu l’accompagner, elle ne maîtrise pas l’anglais, elle a dû mal à se faire entendre, beaucoup trop de mal. Elle participe à un panel qui a pour titre Lesbians heading social justice movements qui devrait traiter de l’intersectionnalité des activistes qui sont à la fois lesbiennes et. En l’occurence ici, lesbienne et noire, lesbienne et grosse, lesbienne et handicapée, lesbienne et victimes de violences sexuelles, lesbienne et réfugiée. On se concentre non pas sur ce que ça veut dire d’être à l’intersection de plusieurs marginalisations dans les mouvements militants lesbiens, mais ce que les lesbiennes apportent dans d’autres mouvements en étant lesbiennes. Déjà dans la matinée on parlait de comment résister face au backlash anti-gender et je sentais une colère monter en moi. On parlait de comment eux arrivaient à dépasser leurs différences pour travailler ensemble et comment nous n’y arrivions pas. Comment nous devrions trouver des liens et travailler ensemble de façon aussi efficace. Et je pense à Pierrette qui est seule dans la pièce. Est-ce que c’était aux diivines non présentes de faire l’effort de trouver des liens avec cette assemblée blanche ? Mais comme à chaque panel, il n’y a pas de temps pour les questions.

*
*   *

Le dernier panel du congrès, Lesbianizing the world, tente de discuter des stratégies pour créer des réseaux de mouvements lesbiens. Je vois Rutendo Madzikanda sur scène, qui a l’air bien seule dans cet océan blanc. Je sais que Pierrette est dans la salle. Alors je dépasse la rangée de la délégation française, et quand mon amie me demande ce que je vais faire, je lui réponds très honnêtement : ouvrir ma gueule.

J’ai bloqué mon université, j’ai été attaquée par des fascistes, j’ai vu de beaucoup trop près des barres de fer. Pourtant, jamais je ne me suis jamais sentie autant en danger en tant qu’activiste qu’en prenant ce micro. Mon corps entier sait que je m’apprête à risquer mon intégrité physique et psychologique. Je suis dans un pays étranger et ma sécurité dépend entièrement des personnes qui m’ont invitée, personnes que je m’apprête à remettre en question. Je vais les forcer à voir leurs privilèges. On pourrait me rétorquer que non, jamais on ne mettrait en danger une autre lesbienne, que la solidarité entre lesbiennes primera. Sauf que mon expérience est toute différente, la solidarité blanche prime toujours.

Le 4 juillet 2020 alors que nous organisions la première pride radicale à Paris, je me retrouve à faire partie du service d’ordre du cortège de tête en non-mixité de personnes racisées. Sauf qu’il y a de la musique dans notre cortège, et que les personnes blanches trouvent ça injuste de ne pas pouvoir faire partie de la fête. Pendant tout le trajet j’ai dû protéger de mon corps cette non-mixité, j’ai dû subir la violence des personnes qui essayaient de passer par la force ou la ruse. Mais, surtout, j’ai vu des dizaines et des dizaines de personnes se tourner vers la police pour dénoncer l’injustice qu’iels vivaient. A aucun moment ces personnes n’ont réfléchi à ce qui se jouait, ni à pourquoi ce cortège en non-mixité était important, ni à la violence qu’elles nous infligaient quand iels mettaient leurs envies avant notre lutte, avant notre sécurité. Cette conscience qu’à tout moment une personne blanche peut choisir de me mettre en danger quand ses privilèges sont remis en question est un savoir incorporé gagné au fil de luttes et de violences.

Alors quand je prends le micro je suis énervée. Je suis violente. Parce que c’est une violence pour moi d’être présente dans une assemblée aussi blanche. Parce que c’est un risque mortifère pour moi que de me lever et de prendre le micro. Parce que depuis que je suis là j’ai pris en charge la détresse des personnes racisées présentes. J’aurais pu choisir de leur écrire un mail très poli une fois rentrée. J’avais mille façons de réagir à cette absence de prise en charge des questions raciales. J’ai choisi d’être violente volontairement. J’ai choisi de prendre la détresse infligée par cette structure blanche et de leur montrer. J’ai choisi de les mettre face à leurs responsabilités et à leurs privilèges. Mon but n’était pas de les convaincre, mon but était de ne pas laisser passer la violence subie par mes pairs. Mon but était que chaque personne dans la salle se sente soutenue. Ce n’est pas la première fois que je le fais, je l’ai fait quand les Suppliantes ont joué en Sorbonne5, je l’ai fait après une conférence sur la cancel culture pendant les assises de la littérature jeunesse6, je l’ai fait en quittant les Jaseuses7. Est-ce que j’ai convaincu les personnes à qui je m’adressais ? Non. Est-ce que les Jaseuses, le doyen de Sorbonne Université ou le SNE ont jamais admis avoir été responsables de violences racistes ? Non. Mais ces prises de parole ont permis de soutenir les victimes, de prévenir de potentielles futures victimes et de créer des réseaux de soutien.

Qu’est-ce que j’ai dit en prenant le micro alors ? J’ai dit qu’on avait beaucoup parlé du besoin de faire front, de construire des ponts, créer du lien, de connecter les collectifs et initiatives lesbiennes. Mais qu’avant de vouloir s’étendre il fallait d’abord regarder les espaces qu’on construisait. En l’occurrence, il s’agit d’un espace blanc. On me répond qu’elles savent, mais qu’elles ne savent pas comment faire en sorte d’être moins blanches. Je réponds directement que moi je sais, que toute personne racisée sait et que cette ignorance ne peut être que blanche. Pour permettre à toutes les voix d’être présentes il suffit de reconnaître leurs existences, d’aller à leur rencontre, de demander quels sont leurs besoins, de reconnaître l’ensemble des obstacles les empêchant d’être présentes et de les enlever un à un. Ce n’est pas aux personnes marginalisées de se faire violence pour être présentes. C’est au collectif de faire en sorte que ces personnes puissent être là, mais aussi qu’elles vivent le moins de violences possibles quand elles le sont. C’est au collectif de mettre en place un système pour faire en sorte que les violences soient prises en charge quand elles ont lieu.

*
*   *

Tout de suite, quelqu’un s’est levé pour dire qu’il fallait arrêter avec cette dichotomie blanche et noire, qu’en Europe de l’Est les personnes blanches étaient marginalisées en comparaison du reste de l’Occident de tout de façon. Elle est applaudie. Est-ce que les personnes étaient d’accord avec sa prise de parole ? Est-ce qu’elle a été applaudie parce que tout le monde a été applaudi ? Est-ce que tout le monde était trop fatigué à ce point du congrès pour prêter attention à ce qu’il se disait ?

J’ai bondi, dépassé les personnes faisant la file et arraché des mains de quelqu’un le micro. Tremblante, terrifiée, indignée, énervée plus que les mots ne pourraient le décrire je réponds. Je dis que je n’ai pas parlé de dichotomie blanche et noire, je ne suis moi-même pas noire. Je dis que la race est une construction sociale, qu’être racisée est une assignation subie, et qu’aucune personne blanche en tant que personne blanche ne l’a jamais subie8. Je dis qu’il était très possible d’être marginalisé pour d’autres raisons, mais qu’il n’était pas possible de l’être en tant que personne blanche. Je dis que nous avions passé des jours à parler des spécificités de l’Europe de l’Est, avec raison. Je dis qu’il est inacceptable de prendre la parole pour invalider les propos d’une personne racisée sur des violences racistes subies, encore plus quand c’était la première et la seule. Je suis applaudie.

D’autres personnes prennent la parole pour dire la même chose à d’autres endroits : venir ici pour moi, être présente dans cette assemblée lesbienne a été d’une violence inouïe, violence que vous n’avez pas prise en compte. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et je ne devrais pas avoir honte de l’être. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et j’ai des besoins spécifiques qui auraient dû être pris en compte. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et personne n’étant à cette même intersection n’a fait partie de panels.

L’organisation a demandé à la personne blanche ayant pris la parole de s’excuser publiquement. Quelqu’un est venu vers moi pour s’excuser au nom de l’organisation, on m’a demandé si j’allais bien, si j’avais besoin de quelque chose. J’ai répondu que j’allais bien même si ce n’était pas le cas. Non je n’allais pas bien, mais j’ai l’habitude et elle ne pouvait rien faire après coup. Je dis tout ce qu’elles auraient pu faire par contre, et tout ce qu’elles devraient faire. On prend des notes, on me dit d’écrire un mail avec tous ces retours, précieux.

Cette fois, personne n’a été voir la police, ou n’a critiqué la façon dont j’avais de réagir à des violences racistes. On ne m’a pas qualifiée d’harceleuse, on n’a pas minimisé les violences vécues, on n’a pas protégé avant tout la structure blanche. Pour l’instant. Le courrier sera envoyé, et peut-être que nos demandes seront prises en compte, peut-être.

Je dis nous parce qu’après ma prise de parole toutes les personnes racisées croisées pendant la marche sont venues me remercier et je leur ai proposé de participer à ce courrier. Encore une fois, je me retrouve à prendre en charge les violences racistes vécues qui seraient restées ignorées sans ma prise de parole. Plusieurs personnes m’ont dit qu’elles ne seraient pas venues si elles avaient su que ce serait si blanc, qu’elles n’ont pas réussi à assister à l’ensemble du congrès parce que c’était trop dur d’être la seule personne racisée d’un workshop, qu’elles avaient prévu de renoncer à la marche, de rentrer et de ne jamais revenir. Jusqu’à ce que je me lève.

Il est crucial pour les personnes à l’intersection d’une marginalisation et de privilèges de comprendre les enjeux de cette position. Il est crucial pour toute structure, toute organisation de prendre en charge les rapports de pouvoir de leur espace, de prendre en charge les barrières entre les personnes qui manquent et elleux.

*
*   *

Je suis rentrée, j’ai appelé Christelle Rabier et nous avons beaucoup parlé. Beaucoup trop même, nos téléphones ont renoncé plusieurs fois. Je lui ai parlé du congrès, des Jaseuses, de tous les espaces où j’ai été la seule personne non blanche et de ce qu’il fallait mettre en place, à mon avis, pour qu’un espace soit moins blanc. C’est aussi le cas d’Academia.

J’ai réfléchi à ce que je pouvais faire qui pourrait répondre aux besoins des personnes racisées dans l’ESR, dans mon intérêt et dans la ligne éditoriale d’Academia. A ce stade revenir sur ce qu’il s’est passé aux Jaseuses me semble contre-productif, il faudrait une médiation longue et éreintante pour pouvoir faire le récit global de ce qu’il s’est passé. J’aurais pu diffuser des outils clés en main pour les personnes blanches qui souhaiteraient bien faire, mais proposer du travail gratuit dans l’intérêt d’un collectif pour l’instant blanc me posait problème.

J’ai proposé de laisser une trace des réactions que j’avais pu avoir dans des cas de violences racistes dans l’ESR, que mes témoignages puissent être un support de réflexion. J’ai proposé de rassembler les initiatives et ressources existantes, pour qu’elles puissent être plus facilement accessibles. J’ai demandé à ce quelqu’un d’extérieur aux Jaseuses puissent critiquer leur charte et leur communiqué, afin de ne pas laisser passer et de prévenir.

Ce premier billet fleuve s’adresse aux personnes racisées dans l’ESR. Revenir sur ce qu’il s’est passé à Budapest était un moyen de faire passer un message : ce n’est pas à vous de vous faire violence pour être présent-e. Il est important de se créer des espaces en non mixité, des espaces de respiration. Et bien qu’informels pour l’instant, ils existent. Ma boîte mail vous sera toujours ouverte. J’espère trouver au sein d’Academia une adhésion assez forte pour participer à la création d’un espace qui permettra de remettre en cause la blanchité. J’espère que ce que je pourrai publier ici permettra à d’autres personnes ayant trouvé des espaces où cette remise en question serait possible d’avoir accès à des outils. J’espère que ce billet aura soulagé au moins une personne pour qui personne ne s’est levé mais en aurait eu besoin.

  1. Si cela n’a pas fait partie de vos lectures cet été, vous pouvez retrouver mon article en deux parties ici et ici, la réponse d’une des auteurices ici, et ma lecture de cette réponse . []
  2. Vous pouvez retrouver cette charte sur leur site : https://lesjaseuses.hypotheses.org/les-jaseuses/charte-des-jaseuses. []
  3. Le communiqué a été envoyé dans une newsletter mais elles sont toutes archivées sur leur carnet, vous pouvez retrouver la newsletter en question ici. []
  4. Pierrette si tu me lis tu as encore une fois toute mon admiration. []
  5. Les seuls articles disponibles sur ce qu’il s’est passé autour de cette pièce ne sont que des partages des communiqués du doyen et du metteur en scène, j’espère pouvoir y remédier sur ce carnet. Vous pouvez retrouver les communiqués écrits à l’époque ici et ici. []
  6. Ghelam, S. “Qui a peur des wokes ? – Les 3e Assises de la littérature jeunesse”. Genre de l’édition []
  7. Ghelam, S. “De la sororité”. Genre de l’édition []
  8. Il existe des exceptions de personnes blanches assignées à une identité sociale de race, les personnes juives et irlandaises surtout, mais elles ne l’ont pas été en tant que personne blanche mais en tant que personnes juives ou irlandaises en l’occurrence. Le racisme anti-blanc n’existe pas, le racisme subit par des groupes auxquels on assigne une identité sociale de race selon d’autres critères que leurs couleurs de peau, oui. []

Islamophobie et discriminations à l’université : enquête de l’association Étudiants musulmans de France

Pour répondre à l’enquête, c’est ici

Contact EMF: https://www.emf-asso.fr/

Méderic, co-inventeur de Motchus, décline l’invitation du Figaro

Pour jouer à Motchus (co-conception Denis Beaubiat et Méderic Gasquet-Cyrus), rendez-vous sur MOTCHUS en VO marseillaise.

Si ce n’est pas un colloque universitaire, qu’est-ce donc ? À propos d’un article dans Libération

Une lecture de

Avec le temps, le journaliste Simon Blin est devenu un fin connaisseur des dissensus initiés il y a plus d’un an par le Manifeste des 100. Ce qui est devenu avec le temps le “danger du wokisme” a d’abord bénéficié d’une large couverture médiatique sous le nom de “islamo-gauchisme” et de “cancel culture” grâce à un accès inouï aux médias d’orientation (extrême-)droitière, comme Le Point ou CNews.

Un nouvel épisode des relations entre le gouvernement avec l’université

CNews a d’ailleurs accueilli Frédérique Vidal pour son chiffon rouge islamogauchiste, au moment où la Ministre était conspuée pour sa gestion de la crise alimentaire étudiante. Présenté comme un débat au sein du monde universitaire, c’est pourtant un phénomène initié par des responsables politiques : le Ministre de l’Éducation nationale en octobre dernier, à des fins de diversion de la calamiteuse gestion de son administration qui a conduit à l’assassinat de Samuel Paty, plusieurs mois après un ballon d’essai dans l’Express en décembre 2019 co-signé, entre autres, par le fondateur du Printemps républicain — feu Laurent Bouvet — et une ancienne membre du Conseil constitutionnel et actuelle présidente du Conseil des sages de la laïcité du Ministère de l’Éducation nationale — Dominique Schnapper1 . Le colloque « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture » organisé aujourd’hui et demain à Paris sous l’égide de trois associations — l’obscur Collège de philosophie2” :, l’Observatoire du décolonialisme et le Comité Laïcité République — officiellement à l’initiative de la professeure des universités Emmanuelle Hénin et les maîtres de conférences Pierre-Henri Tavoillot et Xavier-Laurent Salvador — représente ainsi une nouvelle étape dans une série de

“déclarations successives des ministres [qui] fragilisent plus encore les [études de genre et les études postcoloniales]» (Caroline Ibos) quand il ne s’agit pas de celles  du “président de la République en personne, lequel avait estimé en juin 2020 dans le Monde que les discours tenus par les universitaires reviennent «à casser la République en deux»,

contrefeu incendié quelques jours après la magistrale démonstration de force des partisans et partisanes de la justice pour Adama Traoré, devant le Tribunal judiciaire de Paris.Le “colloque”, selon le nom donné par les organisateurs, représente ainsi un pourrait représenter le point d’orgue — nous dirons, optimistes, le chant du cygne — dans une attaque politique d’ampleur inégalée contre les universités.

Manifestants se rassemblent mardi 2 juin 2020 à Paris. . (AP Photo/Michel Euler)

L’instrumentalisation des libertés académiques

C’est bien un nouvel épisode des relations du gouvernement avec l’université qui va se dérouler les 7 et 8 janvier 2021. Le journaliste commente sujets et particpant·es de ce que nous appelerons, pour notre part, une manifestation.

À vocation scientifique, les tables rondes prévues ne sont pas dépourvues d’enjeux politiques. La présence de Jean-Michel Blanquer est en effet annoncée au colloque. Le ministre de l’Éducation nationale «prononcera à cette occasion un mot d’ouverture», précise l’Observatoire du décolonialisme sur son site. Façon de donner l’assentiment du gouvernement aux débats qui s’y tiendront ? Contacté par Libération, le cabinet du ministre explique toutefois ne pas être en mesure de confirmer sa présence ce vendredi 7 janvier à la Sorbonne.

Au programme, la présence de deux très hauts responsables non-élus interroge. Celle de Jean-Michel Blanquer 3, d’abord, pose question.  Alors que le chaos règne dans les écoles comme jamais depuis le début de la crise sanitaire, et tandis que des centaines de milliers d’élèves passent des heures devant les pharmacies à attendre qu’on veuille bien les tester pour pouvoir retourner en classe, l’actuel Ministre de l’Éducation nationale préfère donc prendre de son temps précieux pour se rendre à un colloque polémique qu’aucun laboratoire de recherche ne cautionne.”. Il n’en faut pas douter : des liens peu académiques justifient l’invitation du Ministre, à moins que cela ne soit le Ministre lui-même qui en soit commanditaire. La tenue de la manifestation dans l’amphithéâtre Liard en est un indice supplémentaire4 : on ne dit pas suffisamment que cet amphithéâtre de la Sorbonne n’est pas un espace géré par une université, mais par une administration d’État, et plus précisément par la chancellerie de Paris, à la tête de laquelle a été nommée Christophe Kerrero — connu pour ne pas disposer du titre universitaire, et partant de la légitimité nécessaire pour accéder à ce poste —, un très proche collaborateur de Jean-Michel Blanquer depuis 2008. Continuer la lecture

  1. Respectivement professeur des universités à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline et directrice d’études retraitée (87 ans)  de l’EHESS. []
  2. “Qu’on ne peut confondre avec le Collège international de philosophie”. []
  3. Ancien directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) sous Nicolas Sarkozy, “Ministre bis” de l’éducation nationale, n’a-t-il pas fait connaissance Pierre-Henri Tavouillot, le co-organisateur du colloque, lorsque ce dernier grenouillait au “Conseil d’analyse de la société” de 2004 à 2013, porté à ce poste par l’ami de son directeur de thèse, Alain Renaut ? []
  4. Comme l’a précisé la présidente de Sorbonne Université aux syndicats CGT et Sud, l’amphithéâtre est géré par la chancellerie des universités de Paris []

Pas de sanction pour un universitaire accusé de violences à caractère sexuel

Témoignage parvenu à Academia où le racisme le dispute au sexisme, et à l’isolement des victimes qui sont contraintes de quitter leur lieu de travail ou de se taire. Rappelons qu’il est indispensable de se former aux violences masculines dans l’ESR, où l’omerta continue de régner. “Il ne faut jamais s’enfermer dans un face à face avec l’administration.” Les victimes doivent savoir s’adresser en priorité aux syndicats et aux associations féministes. #MetooESR

Omerta mode d’emploi #16

L’an dernier, en 2020, nous apprenions qu’une suspension à titre conservatoire1 avait été prononcée à l’encontre d’un Professeur des Universités. Bien avant cette décision, des informations avaient circulé sous le manteau au sujet de ses comportements que d’aucuns considéraient comme douteux du point de vue de la morale et de la loi, mais comme ces commérages ne s’appuyaient sur aucune saisine officielle de quelque autorité que ce soit, elles restaient des rumeurs qui n’avaient pas à être relayées dans l’espace public.

Montauban, Québec . Crédit: Denis Collette, 2012

Les spéculations à propos des motifs justifiant cette mise à l’écart allaient bon train. Dans le milieu, on savait que des dossiers avaient été transmis à la cellule harcèlement après qu’une collègue du même laboratoire se soit confiée à des tiers au sujet de comportements totalement déplacés dont elle aurait été victime. Il était également question d’un dépôt de plainte retiré, du renoncement d’aller plus loin parce que c’était « ma parole contre la sienne » et d’une demande de mise en disponibilité pour fuir le laboratoire. Quant aux manquements – la situation oblige à cultiver outrageusement l’euphémisme — qui étaient imputés à ce directeur de laboratoire, ce n’était encore que des ouï-dire bien que captés directement auprès des « confident∙es » par le biais de conversations et d’échanges de mails. Sans preuve matérielle ni témoins pour les confirmer, il s’agissait d’allégations fragiles dont il aurait été sans doute difficile de démontrer la vérité, cas de figure malheureusement classique.

Continuer la lecture

  1. Les sanctions prononcées à l’encontre de ce professeur ne sont pas motivées par ces faits de violence à caractère sexuel. L’auteur ou l’autrice de ce témoignage a préféré rester anonyme et ne pas indiquer l’université dont il s’agit. []

Travail d’archive (9). “Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème…” — Virginie Despentes

https://twitter.com/laveritepradama/status/1380475550632927234?s=20

“STOP À L’ACHARNEMENT CONTRE ASSA TRAORÉ. Lundi 12 avril TGI de Paris 10h00”
@laveritepradama, 9 avril 2021

Le 10 juin, Emmanuel Macron lançait une offensive contre les universitaires accusé·es de “couper la République en deu”, chiffon rouge agité après le succès de le rassemblement du 2 juin 2020, organisé à l’initiative du collectif La Vérité pour Adama. Dix mois plus tard, la vague n’a pas tari, pas moins que la détermination d’Assa Traoré et de ses soutiens pour demander vérité et justice pour Adama.

Assa Traoré est convoquée demain, lundi 12 avril à 10h, au Tribunal de grande instance de Paris pour se voir signifier une mise en examen pour avoir désigné nommément les trois hommes qu’elle dit avoir tué son frère Adama Traoré, il n’est inutile de reproduire et d’entendre de nouveau la voix d’Augustin Trapenard lire la lettre d’intérieur de Virginie Despentes écrite le mercredi 3 juin 2020, au lendemain du rassemblement appelé par le collectif La Vérité pour Adama, à Paris, Marseille, Lillet et de nombreuses villes françaises.


Paris, le 3 juin 2020

Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème.

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires. Les blanches, pendant ce temps, on nous a vues faire du jogging et le marché dans le septième arrondissement. En France on n’est pas raciste mais quand on a annoncé que le taux de mortalité en Seine Saint Denis était de 60 fois supérieur à la moyenne nationale, non seulement on n’en a eu un peu rien à foutre mais on s’est permis de dire entre nous « c’est parce qu’ils se confinent mal ».  C’est en Seine-Saint-Denis qu’il y a le moins de médecins par habitant de tout le territoire. Ils ont pris le RER tous les jours pour que le travail essentiel à notre vie commune continue d’être assuré. Dans le Centre, c’était “garden-party” tous les jours, en poussette, à vélo, en voiture, à pieds… il ne manquait que les trottinettes. Mais il a fallu qu’on commente : “C’est qu’ils se confinent mal”

Continuer la lecture

Racisme d’État : les “Sages” républicains se réunissent en non-mixité

Il y a quelques jours, le Sénat a remis dans son agenda l’interdiction pour les femmes portant le voile d’accompagner des enfants lors de de sorties scolaires. Aujourd’hui, les “Sages” ont adopté un nouvel  amendement puant relatif au projet de loi “contre les séparatismes”1.

Sous le nom explicite d’“amendement UNEF”, il prévoit que l’organisation de réunions en non-mixité racisée devienne un argument politique pour requérir la dissolution administrative à l’encontre des associations et “groupements de fait”. Outre le fait que ce choix d’intitulé explicite semble inscrire dans la loi la haine des syndicats étudiants, son contenu vise une pratique de lutte spécifique et laisse encore une fois entendre que les antiracistes sont les vrai∙e∙s racistes.

Nous réaffirmons notre soutien total à l’UNEF qui subit depuis des semaines les attaques racistes et réactionnaires des responsables politiques et du gouvernement. Nous sommes révolté·e·s et très sincèrement effrayé·e·s par le virage fasciste que prend la sphère politique française.

Continuer la lecture

  1. https://www.mediapart.fr/journal/france/020421/amendement-unef-au-senat-la-gauche-tombe-dans-le-piege?onglet=full… []

Ouvrir la voix. Être noir·e à l’université en France, par Candyce Bosson IV, 2021

Ouvrir la voix est la première partie de mon projet “Vers une réussite universitaire noire française”. Ce projet est issu du mémoire que j’ai effectué en master de géographie à la Sorbonne, entre 2017 et 2019. J’étais alors tutrice de méthodologie pour l’UFR de géographie et je voulais com-prendre pourquoi il y avait si peu d’étudiants noirs dans certains hauts lieux français du savoir. La première phase de mon enquête consistait à observer les dynamiques sociales et spatiales d’un campus de la Sorbonne (Clignancourt) et y récolter les témoignages de plusieurs étudiants noirs.

Ouvrir la voix est un compte rendu de ce riche matériau universitaire dont émanent plusieurs réflexions et enjeux.Quels sont les éventuels éléments qui obstruent l’ascen-sion de cette minorité étudiante noire française ? Quelles stratégies met-elle en place pour pouvoir briller, malgré les obstacles ? Quels sont les points communs, mais aussi les divergences entre ces étudiants qui partagent l’expérience d’être racisés, dans un prestigieux géosymbole du savoir français ? Autant de questions soulevées par cet ouvrage qui entrecroise des témoignages anonymisés d’étudiants noirs avec des planches d’observation de mon carnet de terrain.

Continuer la lecture

Impostures médiatiques ou postures politiques ? À propos de l’affaire Sciences Po Grenoble, d’un article de Mediapart et du Sénat

Mediapart publie un article retraçant et analysant les événements qui ont eu lieu, à partir de novembre 2020, à Sciences Po Grenoble, quand un groupe de travail intitulé Racisme, islamophobie, antisémitisme” a été mis au programme de la semaine de l’égalité et très durement critiqué par un enseignant du même institut. Le Défenseur des droits, interpellé, a estimé que le droit au respect de l’enseignante, membre du groupe de travail et attaquée par son collègue, a été bafoué. Le 6 mars 2021, des collages, nominatifs, sont affichés sur les murs de Sciences Po, et la nouvelle s’invite dans les médias nationaux. “Un traitement médiatique biaisé” dénoncent des enseignant·es et étudiant·es. Médiapart fait le point sur la suite des événements, à plusieurs voix.

Pour Academia, cette relation, importante, illustre de façon exemplaire la #cancelculture — mieux dénommée “harcèlement” — que subissent les personnes minoritaires dans l’institution universitaire : les femmes, en particulier les maîtresses de conférences, et les étudiant·es. Cette culture du harcèlement repose à la fois sur le dénigrement public des personnes, mais aussi sur l’absence de réactions des institutions responsables de la protection des étudiant·es et des agent·es. On a eu tout récemment l’exemple avec l’ENS de Lyon, en dépit d’une couverture médiatique accablante, établissant comme l’établissement participe pleinement de la culture du viol dénoncée par le mouvement #MeToo. Les universités doivent cesser d’ignorer leur participation à la maltraitance active, par défaut d’action et l’omerta qu’elles organisent, de leurs personnels et des étudiant·es.

L’ “affaire” de Sciences po est particulièrement grave, car la version des harceleurs a immédiatement été instrumentalisée par les médias qui montent la sauce “islamo-gauchiste” depuis janvier. « Il est logique de voir CNews, liée aux opérations africaines de Bolloré, militer contre l’étude des séquelles du colonialisme », écrivait Philippe Bernard dans Le Monde du 6 mars 2021. La chaîne a renchéri hier, avec l’intervention de son présentateur-vedette, qui a donné le nom d’une directrice de laboratoire, engageant aussitôt une campagne d’injures et de diffamation par les activistes d’extrême droite sur les réseaux sociaux1. L’inaction — par paresse ou par déni — des institutions explique pour l’essentiel la persistance de pratiques qui mettent en danger la santé et la sécurité des personnes victimes. Mais l’absence de lutte contre les pratiques anti-démocratiques au sein des universités met en danger les institutions elles-mêmes désormais.

La médiatisation à outrance de l’affaire Sciences Po Grenoble a lieu dans un moment politique particulier, sur lequel Academia est déjà longuement intervenu : l’examen de la loi “confortant le respect des principes de la République” par la Commission de la Culture du Sénat, qui doit donner son “avis” sur le texte pour les sujets qui la concernent : la culture, l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche2.

Or, depuis mercredi 10 mars 2020, en raison du traitement médiatique organisé par les grands groupes de presse aux puissants intérêts industriels dans l’extraction néo-coloniale et dans la vente d’armes, les attaques parlementaires se multiplient à toute vitesse, et même les organisations syndicales sont désormais visées. Ainsi, à l’Assemblée, alors que les étudiant·es connaissent la plus grave crise sociale et sanitaire depuis des dizaines d’années, une députée — Virginie Duby-Muller, première vice-présidente du parti Les Républicains, formant avec les députés Damien Abad et Julien Aubert, ainsi qu’avec le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, les “cadets Bourbons” de la précédente mandature — a ainsi été jusqu’à demander la dissolution de l’UNEF. Du côté du Sénat qu’Academia craint comme la peste brune, Nathalie Delattre, apparentée à gauche, co-secrétaire du Mouvement radical et sénatrice de la Gironde, vient de reprendre à son compte la demande des députés Damien Abbad et de Julien Aubert du 25 novembre dernier et exige « une commission d’enquête sur la laïcité à l’université ». Pire, sur la base des fausses informations et d’une méconnaissance ignominieuse de l’affaire de Grenoble, des amendements attaquant directement les franchises universitaires des étudiant·es – car les étudiants sont aussi protégés par les franchises, ce que certain·es semblent avoir oublié – viennent d’être déposés par le sénateur Piednoir, d’après nos informations (ces amendements ne sont pas encore publiés).

Et pourtant, la grande orchestratrice de l’attaque contre les universitaires et les étudiant·es, Frédérique Vidal, est encore en poste.

Cibler les universitaires dans leur ensemble : tel est l’objet de cette puissante attaque médiatique commencée il y a plus de deux mois. L’affaire Sciences Po Grenoble se trouve ainsi fallacieusement médiatisée à outrance, dans un contexte où tout est bon pour cibler individuellement ou collectivement les universitaires qui contestent la politique du gouvernement, ou mettent en cause, par leurs travaux, l’ordre patriarcal et capitaliste. C’est le cas de l’extrême droite qui recourt à ses méthodes habituelles pour stigmatiser des personnes, à l’instar de la récente “liste des 600 gauchistes complices de l’islam radicale [sic] qui pourrissent l’université et la France” par laquelle Philippe Boyer, un jardinier de Nancy aux opinions très droitières, a lié les noms de centaines de collègues ayant demandé la démission de Frédérique Vidal à leurs pages professionnelles.

Mais qui est responsable de tout cela ? Après ce qui vient de se passer concernant les deux enseignants de Sciences Po Grenoble, le rôle des grands groupes médiatiques est évident, mais aussi celui de la ministre elle-même. Philippe Boyer lui-même ne s’y est d’ailleurs pas trompé — du moins quand les instances universitaires ont entrepris de défendre leurs agents. S’il doit être poursuivi pour diffamation ou injure, il faut également porter plainte contre la Ministre, a-t-il rétorqué.

Toujours soutenue par Jean Castex et Emmanuel Macron, “la ministre Frédérique Vidal est entièrement responsable de la situation. Pour la CGT FercSup, la ministre

a créé les conditions pour que le travail, la recherche universitaires soient stigmatisés, pour que des personnels de son ministère soient montrés du doigt, dénoncés et leurs noms jetés en pâture sur la place publique. Par ses propos et déclarations, par ses attaques publiques, elle a mis en danger des personnels de son ministère, malgré les alertes et les courriers.

“Elle a ainsi engagé sa responsabilité pénale. Elle pourra ensuite démissionner.”

#ResistESR


Accusations d’islamophobie: la direction de Sciences Po Grenoble a laissé le conflit s’envenimer

  • par David Perrotin, paru dans Médiapart le 11 mars 2021

Extraits

Une violente polémique agite Sciences Po Grenoble depuis que l’Unef a relayé des affiches accusant de manière nominative deux professeurs d’”islamophobie”. Des enseignants et étudiants dénoncent pourtant l’« instrumentalisation de cette affaire » et un “traitement médiatique biaisé”. Depuis décembre, d’après nos informations, de nombreuses instances avaient été alertées sans entraîner de réaction de la direction.

Il est midi mardi 9 mars lorsqu’une vingtaine d’étudiants de l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble déploient une banderole au pied de l’université. “Islam ≠ Terrorisme”, peut-on lire en plus de deux autres inscriptions affichées sur des cartons pour rappeler que le “racisme est un délit” et pour dire “stop à l’islamophobie”. (…)

Quelques jours avant, ce sont d’autres affiches qui avaient été placardées sur ces mêmes murs de l’IEP avec les noms de deux enseignants de l’IEP. (…) De manière unanime, la classe politique a dénoncé cette action, représentant selon elle une véritable mise en danger pour les deux enseignants. (…)

Visé par ces collages, Klaus Kinzler, professeur d’allemand, enchaîne les médias depuis, pour témoigner et livrer sa version de la genèse de l’affaire. Cette “cabale” serait née simplement parce qu’il contestait le choix d’utiliser le terme “islamophobie” lors d’une semaine de l’égalité. D’après lui, “la liberté d’expression n’existe plus à Sciences Po”. “Ils voulaient nous faire la peau à moi et mon collègue”, dit-il aussi dans Le Point en évoquant une partie des étudiants de l’institution. (…)

“Une réécriture de l’histoire” qui ferai “honte” à l’IEP de Grenoble. Retour sur une affaire de harcèlement

Continuer la lecture

  1. Analyse de la séquence par David Guiraud, 12 mars 2021. Alertes Academia : Tweet 1 ; Tweet 2. []
  2. Stéphane Piednoir, sénateur Les Républicains, en est le rapporteur. Sur Stéphane Piednoir, consultez avec projet les billets Academia : « L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat, 28 septembre 2020 ; Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat, 29 octobre 2020; Les coulisses de la CMP : comment la suppression de la qualification a été maintenue, 14 novembre 2020. []