Projet de loi immigration- Lettre ouverte au président de la République

→ Signer la tribune: Lettre ouverte au président de la République, 18 décembre 2023 ←

Un retrait du projet de loi immigration plutôt qu’une tâche indélébile sur nos principes républicains

Lundi 11 décembre, l’Assemblée nationale a adopté une motion de rejet donnant un coup d’arrêt provisoire à la tenue des débats autour du projet de loi asile et immigration. Confronté à plusieurs hypothèses en réaction, le président de la République et le gouvernement ont annoncé leur volonté de poursuivre l’examen du texte en convoquant une Commission Mixte Paritaire, ce 18 décembre.

Cruelle ironie que le choix de cette date, qui se trouve être celle de la journée internationale des personnes migrantes : car cette commission, au vu de sa composition, ne pourra aboutir qu’au prix de la satisfaction des nombreuses demandes de durcissement du texte portées par Les Républicains et le Rassemblement National.

Conditionnement des prestations sociales à 5 ans de présence régulière en France, nouvelles atteintes au droit du sol, rétablissement du délit de séjour irrégulier, suppression de l’aide médicale d’état, fin de non-recevoir à toute perspective de régularisation, durcissement encore accru de l’accès aux titres de séjour, course inflationniste et insensée à l’enfermement et aux expulsions… Autant de mesures qui constituent la base des négociations de la commission mixte paritaire, alors qu’elles portent atteinte à nombre de nos principes républicains, en matière d’inconditionnalité d’accès aux soins ou au logement, de respect de la dignité, de refus d’entériner des logiques de préférence nationale. Et alors que souffle, en Europe comme en France, un vent mauvais de remise en cause du droit international, d’affaiblissement des socles de l’Etat de droit.

Nous demandons aujourd’hui solennellement au président de la République de ne pas céder à cette spirale de la surenchère de propositions attentatoires aux droits fondamentaux des personnes.

Continuer la lecture

Être juifve en France aujourd’hui. Invitation à Volia Vizeltzer

Alertée par l’expression de la peur de collègues universitaires juifves après le pogrom du 7 octobre,  Academia accueille avec reconnaissance les planches du dessinateur Volia Vizeltzer qui explicitent avec justesse la force et l’intrication d’émotions qu’il vit depuis 3 semaines.

Continuer la lecture

50 raisons qui expliquent qu’il n’y a pas de Māori dans votre département de science

Dans le cadre de sa série d’été #DelaracESR, Academia traduit un texte provocateur de Tara MacAllister, chercheuse en sciences environnementales, spécialistes des algues d’eau douce. Néo-Zélandaise, Måori, elle déploie depuis quelques années une activité d’enseignement et de recherche consacrée au racisme dans l’enseignement supérieur néozélandais et aux moyens pour le faire cesser

Son article ‘Why isn’t my professor Māori? A snapshot of the academic workforce in New Zealand universities’ a établi que les Māori ne représentent pas plus de de 5% des agent·es des universitaires en Nouvelle Zélande et que cette proportion est restée identifique depuis six ans au moins, travail qui vient conforter, par ses mesures, l’expérience vécue par les universitaires Māori.

Dans ce texte provoquant, Tara MacAllister partage son expérience de jeune postdoctorante confrontée au racisme opportuniste et au sexisme de l’environnement de travail scientifique particulier de la Nouvelle-Zélande où les Māori ont obtenu du gouvernement la Vision Mātauranga, politique du Ministère des Affaires, de l’Innovation qui est intégrée dans le secteur de la recherche. Il vise à « débloquer le potentiel d’innovation du savoir et du peuple Māori », non sans résistance.

Introduction

« Pourquoi n’y a-t-il pas de Māori dans notre département de science ? » est une question qui me posent souvent des chercheurs et des chercheuses non-Māori bien intentionnées. J’essaie souvent de les inciter à y réfléchir par elleux-mêmes, mais il faut dire qu’en réalité, on ne les compte pas sur les doigts d’une main. Certaines d’entre elles figurent dans la liste qui suit. La professeure Chelsea Watego, en référence à un tweet sur le faible nombre de Noir∙es dans certains départements universitaires, a déclaré que « leur absence dit quelque chose, non sur l’absence noire mais sur la violence blanche » (Watego, 2020). Les raisons à nos insuffisances en recherche scientifique ne figurent pas non plus dans ma liste : preuve en est que nous avons navigué à travers Te Moana nui a Kiwa. J’invite bien plutôt à réfléchir à l’environnement de travail qu’iels entendent nous offrir.

https://www.flickr.com/photos/chrisschoenbohm/5096151465/in/photolist-8Lk7hr-m5dbjV-r1SxPs-s1wUoC-r1SJ2S-sfQ4ZG-si5hQM-sfQce1-s1y3cJ-q7apiG-r1SaWu-qLHZFa-r44E6Y-q7b5wG-qLAsLS-s1y6gQ-rm7Pdj-3ZcGko-m5RtZ8-m5zUrg-m5Rvjc-XPDeCX-NQBw4q-m5ScEJ-m3YcSg-m5SdrU-m5zSq2-m5QRrv-m5zRzz-m5Rjjh-m5RmZs-m5PYc6-m5PYR2-m5PQnt-m5SbTy-2ZWzSt-2ZW5AZ-m3YeCR-cP363h-m3XB9v-m3Yb2c-ejpy3z-m5zTLt-aqCLRu-m5PUDK-2c5xCtD-9vL2oB-Batv7-C2msv-BXteL

ew Zeland Mt. Aspiring National Park Haast Pass Hwy. Crédit: Chris Ford, 2010

J’ai rédigé ma liste, en partie du moins, comme une réflexion sur mon premier contrat postdoctoral à l’École des sciences biologiques de l’Université d’Auckland. Quand j’ai terminé mon doctorat en 2018, j’étais une jeune chercheuse un peu naïve ; en 2021, quand j’ai quitté l’École des sciences biologiques, j’avais les yeux grand ouverts. J’étais soulagée de ne plus travailler dans le même département que les deux professeurs qui avaient signé la « Lettre au Listener » — dont je parle ci-dessous — et qui ont ensuite invoqué la loi sur la protection de la vie privée et des avocats pour avoir accès à mes courriels.

Plusieurs expériences déterminantes ont eu lieu au cours de mon premier contrat doctoral. J’ai enfin eu l’occasion de travailler avec d’autres chercheur∙ses indigènes. J’ai rencontré une merveilleuse enseignante du supérieur, Dr Sereana Naepi, et par elle, j’ai acquis progressivement le langage nécessaire pour décrire et comprendre mes propres expériences. Mon premier contrat doctoral m’a donné la disponibilité pour entreprendre de réfléchir plus en profondeur, de manière plus critique, plusieurs que de me concentrer sur les facteurs environnementaux qui accélère le développement d’une espèce spécifique d’algue (qui était le sujet de mon doctorat). Pour moi, ce fut le moment de désapprendre, de questionner et de critiquer tout ce que j’avais appris lors de ma formation très blanche et coloniale dans les universités de Nouvelle Zélande.

Au cours de mon premier contrat postdoctoral, six universitaires Māori qui accusait Waikato University de racisme institutionnel ont déposé plainte auprès du ministère de l’Éducation. Puis, il y a eu des appels à dénoncer le racisme d’autres institutions, y compris Unitec Institute of Technology et l’University of Otago. Une lettre ouverte signée par 37 professeur∙es Māori a appelé à la tenue d’une enquête nationale sur le racisme dans l’ensemble des universités. J’ai été la cible de suprémacistes blanc∙hes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’université. Mon employeur a reçu des signalements nauséabonds à mon sujet et j’ai dû porter plainte pour harcèlement à la police.

Ma première incursion dans le monde de l’activisme universitaire a pris la forme de l’organisation d’un soutien public à celleux qui accusaient l’université de Waikato de racisme institutionnel. Avec mes collègues, la professeure Joanna Kidman, le professeur associé Reremoana Theodore et Dr Sereana Naepi, j’ai préparé une lettre ouverte de soutien aux six universitaires Māori qui avaient déposé plainte auprès du ministère de l’Éducation. En seulement trois jours, la lettre a reçu la signature de près de 7000 universitaires, savant∙es et membres de la communauté Aotearoa en Nouvelle Zélande et à l’étranger. Avec une équipe de bénévoles, j’ai laborieusement transféré à la main le nom de chaque signataire sur la lettre ouverte. J’avais un bébé âgé de trois mois à l’époque, et je n’ai quasiment pas dormi pendant plusieurs jours. J’avais l’impression d’avoir basculé dans un état de conscience altérée, sur un mode automatique, incapable de penser, mais avec le sentiment d’une grande proximité avec mes tīpuna (ancêtres). Sans doute étais-je inspirée par l’ampleur du soutien qui me parvenait du monde entier et par le fait que la lutte contre le racisme dans l’enseignement supérieur réunissait tant de personnes.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Science_Centre_of_The_University_of_Auckland.jpg

Science Center, The University of Auckland. Crédit: Mk6aizsc, 2016

Et puis, il y a eu la « Lettre au Listener » (voir Clements et al. 2021). Continuer la lecture

Contre les politiques européennes et tunisiennes anti-migrant·es et anti-noir·es : une tribune

379 chercheur·ses et membres de la société civile prennent collectivement position contre le « Mémorandum d’entente sur un partenariat stratégique et global entre l’Union Européenne et la Tunisie » signé le 16 juillet et contre les politiques d’externalisation des frontières de l’UE.

En tant que chercheur·euse·s et membres de la société civile, du Sud et du Nord, nous affirmons prendre collectivement position contre le « Mémorandum d’entente sur un partenariat stratégique et global entre l’Union Européenne (UE) et la Tunisie », signé le 16 juillet 2023, et contre les politiques d’externalisation des frontières de l’UE.

Nous nous opposons également aux différentes interventions publiques du président Kaïs Saïed, du Ministère de l’Intérieur, du Ministère des Affaires Etrangères, et de plusieurs membres de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) ciblant les populations migrantes depuis février 2023.

Alors que l’alignement de la Tunisie sur les politiques d’externalisation européennes a été établi de longue date, nous dénonçons un tournant dangereux dans l’acceptation de ces politiques et des présupposés racistes qui les sous-tendent. La Tunisie affiche désormais une volonté propre de maintenir un système d’exclusion et d’exploitation des ressortissant.e.s de pays d’Afrique subsaharienne.

Au lieu de dénoncer cette escalade raciste, fondée sur un discours populiste et conspirationniste, dans un contexte de dérive autoritaire, les responsables européens instrumentalisent l’immigration dite irrégulière en la présentant comme un  « fléau commun ». De manière opportuniste et irresponsable, l’UE consolide le discours présidentiel et alimente la phobie anti-migrant·e·s et anti-noir·e·s, tout en véhiculant l’idée que l’UE aide la Tunisie à protéger ses frontières, et non les frontières européennes.

https://www.flickr.com/photos/macorig/2238579857/in/photolist-4pPiNr-7k6vN7-2z87rJ-7k6ww1-cY7T3E-JxJQ-6Ypo6u-7r2hZe-Jyar-CAzkUL-CAG5rr-fCZKb-6Xtezh-JTHbQ-2FqUD7-5x4xU-2FmG1Z-JwbW-582YRo-2F2fQo-7r6am7-mZg3tu-2FnmTD-2FndDB-4oJHvy-7k6zNS-2jXRkd6-Dy6GQz-2jXUZFR-bVE5uP-D6Z6dL-6Dgm1V-5g54C-7fDhps-2jXRkfk-cXEJ4Q-21ThG4b-2jXUZEi-Dov6US-7fDgN3-CJQAW-6M6Daw-3VMp2-JTXt4-7k2Ddn-7fzpu6-248epGz-d9pmjy-6Xtezo-ags8BZ

Tunisia. Crédit: Paolo Macorig, 2008

Nous exprimons notre pleine solidarité avec toutes les personnes migrantes et notre rejet des discours de haine de part et d’autre de la Méditerranée. En tant qu’universitair.e.s et membres de la société civile travaillant sur ces thèmes, nous souhaitons aussi contraster la désinformation diffusée en Tunisie par certain·e·s responsables politiques, journalistes et des individus se présentant comme universitaires, qui fabriquent des argumentaires racistes dépourvus de tout fondement factuel. Il est urgent de s’interroger sur les raisons pour lesquelles des populations vulnérables sont utilisées comme boucs-émissaires afin de masquer l’échec des politiques publiques en Tunisie.

Non, les ressortissant·e·s de pays d’Afrique subsaharienne ne sont pas un «fléau» pour la Tunisie

Continuer la lecture

Déclaration sur les manifestations en cours en France et sur l’affirmative action par la Western Society of French History

Version originale – en ligne sur le site de la WSFH

La Société occidentale d’histoire de France déplore la mort de Nahel M., adolescent français de parents algériens, âgé de dix-sept ans, à la fois fils, joueur de rugby et livreur, qui est la dernière victime des violences policières en France. Faute de disposer d’informations précises les médias, comme lors des manifestations de 2005, ont décrit la France comme un pays “en feu” ou “en train de s’embraser”, tandis que les politiciens ont accusé la culture urbaine des jeunes, le comportement de leurs parents ou le manque d’intégration, en relation avec l’immigration. Quant à celles et ceux qui sont descendus une nouvelle fois dans la rue, ils considèrent que, comme Nahel M.,  c’est leur  corps “arabe”, “musulman” ou “étranger” qui fait l’objet du maintien de l’ordre. Cependant, nous appartenons à une société savante dont nombre des membres étudient, au cours de l’histoire, les événements et les lieux qui ont produit les conditions des protestations de masse en France et dans d’autres espaces francophones, à l’instar de celles qui ont gagné tant de banlieues, de cités, de rues et d’autres zones urbaines ces derniers jours. Nous entendons rendre hommage à la vie de Nahel M. et aux innombrables autres vies anéanties avant la sienne, ainsi qu’à celles et ceux qui se reconnaissent dans ces dernières, en poursuivant notre enquête sur l’histoire de lieux tels que Nanterre, ainsi que sur le processus du colonialisme, du racisme et d’autres systèmes qui ont façonné et continuent de façonner les espaces français et francophones et les expériences des personnes qui y vivent.

Continuer la lecture

Racisme systémique dans les sciences : nos réponses comptent

Plus de dix ans après la publication de On Being Included. Racism and Diversity in Institutional Life, de Sara Ahmed (Duke University, 2012), Academia continue son investigation du problème du racisme dans l’enseignement supérieur, qui touche autant les admissions à l’université en France que les sciences elles-mêmes. Suite à la décision de la Cour suprême des États-Unis de cesser d’exiger une politique égalitaire d’accès à l’enseignement supérieur sur des critères raciaux — qu’on appelle abusivement en français “discrimination poisitive” — Agustin Fuentes rappelle que l’ensemble de l’activité scientifique, de la recherche à la formation à la recherche, qui doit prendre à bras le corps la question des fondements racistes des théories et des pratiques savantes aux États-Unis  et ailleurs. 

Des quantités considérables de données et d’innombrables études réunies au cours de décennies de recherche scientifique établissent sans le moindre doute que les discriminations et les inégalités basées sur des critères raciaux (en d’autres termes, causés par le racisme) ont eu lieu par le passé et continuent encore aujourd’hui dans l’ensemble de la société aux États-Unis (on peut en dire autant de beaucoup d’autres pays). L’enseignement supérieur américain est l’un des lieux où le racisme a commencé à être documenté et continue de l’être encore, encore et toujours. Sans surprise, six des neuf juges de la Cour suprême des États-Unis ont récemment choisi de ne pas tenir compte de ces éléments factuels et de prôner l’admission dans les établissements d’enseignement supérieur « sans tenir compte des critères de race ».

Je dis « sans surprise » parce que les six juges en question ont maintes fois fait la démonstration que les positions et les convictions idéologiques qui leur sont propres les conduisent à rejeter la thèse bien étayée de l’existence d’un racisme systémique. Mais ce qui est profondément dérangeant, c’est que cette même approche idéologique consistant à ne pas tenir compte de résultats aussi manifestes est également répandue parmi nombre de scientifiques. Ne pas tenir compte volontairement de données facilement accessibles et d’analyses bien étayées ne devrait pas être le fait de personnes qui exercent un métier scientifique.

https://www.flickr.com/photos/winslownewjersey/13895058381/in/photolist-naRNL6-89poMz-ncUfdX-4P1QJn-89z2FG-GfFAjG-neTY81-wNvZGu-naRPMe-n5PHqd-GtfN8-8uEgv6-DiFt8W-a4CcUo-QeEvuJ-aD6WAx-5bhv1d-5bdcMK-2kFuXdn-5bhuSY-fzYqqM-2ngCLKC-wk6gBL-5bhuUj-2kHWjC7-ngWSLN-ZujdWr-2mrwDKd-2oceCJq-8aLoK9-fzYqzF-8BEBMX-nwpZ2q-4h1LkY-3cbTmt-4h1L6S-ncXnZS-Fttngy-55SSUJ-4h1L2u-55NFaR-a4CnwE-3cbUwZ-4h1LX7-4WPmbw-naSH11-3bnw8p-a4CjBU-f2wwwd-4gWGED

Princeton University flower show. Crédit: Gary Liu, 2014

Certains scientifiques estiment que le racisme systémique ne constitue pas en lui-même une menace majeure pour la science, mais que ce sont plutôt les efforts déployés par la communauté universitaire, les institutions scientifiques et les revues pour limiter les conséquences du racisme et pour mettre en place des structures antiracistes qui posent problème. De telles déclarations se retrouvent dans des articles, des éditoriaux, et des essais universitaires, soutenant la thèse selon laquelle c’est plutôt la lutte contre le racisme dans les sciences qui pose problème, et que la qualité et l’avenir de la recherche scientifique en pâtissent.

Continuer la lecture

Nanterre solidaire de Nanterre

À la suite des révoltes qui ont éclaté après le décès par balle de Nahel M. lors d’un contrôle policier dans le quartier Pablo-Picasso de Nanterre, un collectif d’enseignant·es de l’université voisine veut faire entendre sa solidarité avec les habitants de la ville qui abrite leur établissement.

Le décès par balle de Nahel M. à la suite d’un contrôle policier s’est produit à quelques encablures de l’université qu’abrite la ville de Nanterre. Comme enseignant·es de cet établissement, nous avons en commun avec ses habitant.es plus qu’un territoire. Nous partageons aussi leur douleur et les mêmes inquiétudes sur le sort réservé aux quartiers populaires et aux jeunes qui y vivent. Les universitaires ne sont pas de purs esprits reclus dans leur campus : nous sommes au contact quotidien des centaines d’étudiant·es de tous milieux, que nous formons et préparons à la vie professionnelle. Nahel aurait pu être l’un d’entre eux. Nanterre ne peut être que solidaire de Nanterre.

Comme chercheuses et chercheurs, nous ne sommes pas étrangers aux événements en cours et nous avons aussi des choses à dire sur les réalités sociales qu’ils manifestent. L’université de Nanterre est un haut lieu de production de savoirs critiques dans les domaines du droit, des sciences humaines et sociales, des humanités. Les savoirs critiques ne sont certes pas de même nature que les discours militants. Ils sont avant tout le fruit d’une recherche rigoureuse et indépendante des pouvoirs constitués, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. C’est bien ce qui fait leur force critique : ils brisent les discours convenus et les conceptions dominantes de l’ordre social, ils remettent les choses à leur place au-delà des idées reçues.

Savoirs critiques et démocratie

Les savoirs critiques que nous développons avec bien d’autres universités ont à voir avec la démocratie et l’émancipation. Ils chassent les faux problèmes et les faux-semblants. Ils aident à mieux poser les termes des débats citoyens. C’est pourquoi ils sont aussi peu entendus quand ils ne sont pas carrément attaqués par les pouvoirs publics : ceux-ci n’ont pas toujours intérêt à dissiper les fantasmes sociaux qui font écran entre une société et sa vérité. L’un des meilleurs exemples est justement les quartiers populaires et les « violences urbaines ». Passés les premiers mots d’apaisement du pouvoir exécutif, leur cadrage politico-médiatique est demeuré presque inchangé depuis les émeutes de novembre 2005. Aussi suffisants qu’insuffisants, nombre de responsables politiques, de syndicats policiers et de médias fredonnent encore et toujours le même petit refrain : euphémisation du tir mortel du policier d’un côté et culpabilisation de la victime de l’autre ; dépolitisation des émeutes réduites à une explosion barbare de jeunes incultes, tout à la fois islamisés, obnubilés par la société de consommation et abrutis par les jeux vidéo et les réseaux sociaux.

Crédit: Valerie Dubois / Hans Lucas via AFP

Continuer la lecture

Meurtre de Nahel: motions de l’ESR

L’Association française de sociologie et la CGT EHESS viennent de prendre position publiquement, s’inquiétant de la montée de l’extrême-droite.


Sur les révoltes en cours dans les quartiers populaires

Motion de l’AG de l’Association française de sociologie du 6 juillet 2023

Le meurtre par la police la semaine dernière de Nahel, un jeune de 17 ans, livreur, racisé, habitant de Nanterre, a suscité un vif émoi dans la population. Cet assassinat a provoqué une colère légitime de la part de celles et ceux qui vivent au quotidien l’expérience croisée de différentes discriminations, la précarité, les violences de la part de l’État, et les restrictions de circulation par les contrôles policiers. Il a aussi donné lieu à une contre-mobilisation réactionnaire : une collecte en ligne a ainsi réuni plus d’un million d’euros pour soutenir le policier qui a tué Nahel ; l’extrême droite en a profité pour organiser des manifestations racistes dans plusieurs villes ; deux syndicats de police sont même allés jusqu’à développer un discours ouvertement factieux.

Ces événements nous amènent forcément à interroger le rôle des sciences sociales, alors que nous sommes réuni·e·s lors du 10ème congrès de l’Association Française de Sociologie, dont le thème, « intersections, circulations », résonne tout particulièrement avec cette actualité.

Les sciences sociales, et en particulier la sociologie, ont pour vocation d’analyser le monde et de proposer des explications, mais aussi de déconstruire les discours et les pratiques qui naturalisent et justifient les différentes dominations sociales imbriquées (racisme, sexisme et exploitation notamment).

Parce qu’elles jouent ce rôle, les sciences sociales sont particulièrement importantes, et c’est pourquoi il est d’autant plus préoccupant qu’elles soient aujourd’hui attaquées, dans un contexte de montée depuis plusieurs années de la répression et de l’autoritarisme, de la militarisation du maintien de l’ordre (notamment lors des révoltes de 2005 ou plus récemment lors du mouvement des Gilets jaunes, pour ne citer que ces deux exemples).

C’est pourquoi le congrès de l’AFS rassemblé en AG le jeudi 6 juillet 2023 apporte son soutien aux revendications légitimes qui émanent des quartiers populaires : vérité, justice et égalité. L’AFS dénonce les violences policières systémiques, s’indigne contre la « justice » expéditive et la répression judiciaire lourde à laquelle nous assistons depuis plusieurs jours, et s’inquiète de la montée de l’extrême-droite.

 

 

 

Marche pour Adama déplacée à République, paèrs l’interdiction de la préfecture du Voil d’Oise pour celle de Beaumont-sur-Oise

CGT EHESS. Nous faire entendre, 7 juillet 2023

La CGT EHESS s’associe au deuil et à la colère exprimés dans un communiqué signé par de nombreuses organisations syndicales, associations et organisations politiques, après le meurtre du jeune Nahel Merzouk par un policier à Nanterre le 27 juin (communiqué du 1 juillet 2023).

Déjà 5 morts après des refus d’obtempérer présumés depuis le début de l’année, dont Alhoussein Camara, 19 ans, tué il y a deux semaines au volant de sa voiture par la police à Angoulême alors qu’il se rendait au travail avant l’aube. Cette série de jeunes hommes racisés tués ou visés par la police – refus d’obtempérer ou pas – s’est allongée ces derniers jours : Mohamed B., jeune père de 27 ans, livreur à scooter, est mort d’une crise cardiaque à Marseille la nuit du 1er au 2 juillet, victime d’un tir de LBD, d’après le parquet ; Aimène Bahouh est dans le coma depuis le 30 juin, après avoir été visé par un tir d’agents du RAID mobilisés en Meurthe-et-Moselle alors qu’il ne faisait, d’après les premiers éléments de l’enquête, que passer à proximité en voiture.

Continuer la lecture

“Où sont les femmes racisées dans la salle ?”

Est-ce que vous faites votre boulot ?

  • par Vinciane Mandrin

En avril 2023, j’ai été invitée à intervenir dans un colloque1 autour du travail d’Audre Lorde essayiste et poètesse américaine, bibliothécaire, militante féministe, lesbienne et noire. Je suis artiste et j’ai une pratique de l’écriture et de la recherche, mais je n’étais jamais intervenue dans un colloque auparavant. Cette proposition m’est apparue comme un défi enthousiasmant.

On m’a prévenue en amont que cette intervention ne serait pas rémunérée mais que mon trajet et mon hébergement seraient pris en charge, et j’ai donc décidé d’accepter ces conditions en connaissance de cause. Les propositions de travail non rémunéré sont fréquentes pour les travailleur·euses de l’art, et j’accepte pour ma part de travailler gratuitement dans certains contextes militants, si je suis défrayée et/ou que cela ouvre des possibilités très claires de rémunération future. Dans le cas de ce colloque, j’ai accepté en me disant que cela me permettrait d’avancer dans mon travail de recherche et de découvrir le travail de chercheuses et de traductrices d’Audre Lorde. Mes ami·es chercheur·euses m’ont aussi informée que les interventions dans des colloques universitaires étaient très rarement rémunérées car pensées comme faisant partie du contrat de chercheur·euse. J’ai donc accepté de jouer le jeu d’outsider non affiliée à un labo. J’ai commencé à travailler sur mon intervention, qui portait sur ma rencontre avec l’écriture d’Audre Lorde et ses effets sur ma pratique de l’écriture et de la pédagogie artistique. Je m’étais promis de ne pas y passer trop de temps, et j’ai finalement travaillé pendant une grosse dizaine d’heures sur cette intervention, à la fois par enthousiasme pour mon sujet et par peur de ne pas être à la hauteur.

De la blanchité

https://www.flickr.com/photos/kkendall/2733757260/in/photolist-5azdMS-PF1J9X-5LKREz-2iSV8sx-6cSuNk-4n6SZf-Pg2B4x-2mrPa75-U49bZh-EG5EMh-TD3DDQ-7ezCqm-2Kdddv-52WGN8-e3r3Ea-PvHH1L-DB49yv-5PnGAX-QcvY3r-q45mNa-vsRQUd-WwPzp-k7UKmw-9Xng9Z-6YzmEB-9XnhPK-9Xnfs4-M8Lcjg-9Xq84j-9Xqas1-6YzmHp-9XnhtM-6YDotC-9XnePe-6YDoh3-6YDobL-6YDnPU-MVe15h-9Xq9Qq-9Xnf9t-9Xng3M-6Yznje-9Xqag7-6Yzntk-6YDo2h-6Yzmt6-2iJW8vy-6YDoBw-6YzmWv-9Xni3D

Portrait d’Audre Lorde, 1980. Crédit: K. Kendall

En arrivant à l’université pour assister à la première journée du colloque, j’ai découvert, non sans stupeur, que la grande majorité des intervenantes et du public étaient blanches.

Dans cette pièce où on allait passer la journée à parler d’Audre Lorde, il y avait deux personnes non-blanches, et aucune personne noire. Mon malaise a grandi au cours de cette première journée, mais je n’ai rien réussi à dire. J’ai fini par décider de partir avant la fin, en me demandant si je voulais intervenir le lendemain, dans ces conditions. En rentrant dans ma chambre d’hotel, j’avais besoin de formuler ma colère, ma frustration, ma lassitude.

J’ai donc rédigé ce texte, d’une traite, et j’ai décidé de le lire avant mon intervention.

Continuer la lecture

  1. Je reste volontairement floue sur le contexte de ce colloque, parce que je ne souhaite pas accuser
    des personnes en particulier, mais bien dénoncer des responsabilités collectives face à une situation qui est généralisable à un grand nombre de milieux professionnels et universitaires, et qui résulte de mécanismes d’oppression systémiques. []

Racisme dans les écoles de journalisme : l’inaction

En passant

Academia reproduit des extraits d’un excellent article de Margaux Houcine sur le racisme ordinaire dans les écoles de journalisme, car il pointe des processus à l’œuvre plus généralement à l’université. Moqueries quotidiennes à l’endroit des personnes, mobilisation de stéréotypes, absence de sanctions, sanctions trop faibles — et promotion des élèves responsables de comportements et de discours racistes —, irresponsabilité des institutions en toute connaissance de cause et resposnabilisation des étudiantes vicitimes. Un article vraiment éclairant.

Le 3 juillet 2018, Libération publiait un article intitulé « La rédaction de Libé est-elle blanche ? », après un selfie publié sur Twitter.

Enquête : Entre déni et inaction, le racisme s’ancre dans les écoles de journalisme,

  • par Margaux Houcine, GuitiNews, 16 mai 2023

Extraits. Insultes, stéréotypes, humiliations… Là où les journalistes de demain se forment aux questions sociales, politiques et économiques, les clichés racistes persistent, et les promotions restent en majorité blanches. Dans les écoles de journalisme, les femmes racisé·e·s subissent la double peine.

Le 21 mars dernier, des journalistes signent une tribune dans Libération pour déplorer le manque de diversité raciale dans les médias, créant ainsi la première association de journalistes non-blancs : l’AJAR, pour Association des journalistes antiracistes et racisé·es.

Quelques jours après sa création, l’association publie une suite de messages sur Twitter. Des journalistes et étudiants en journalisme issus de diverses formations racontent les insultes ou remarques racistes prononcées par des camarades ou des enseignant·e·s. Cas isolés ou répandus ?

Continuer la lecture

Université polytechnique de Turin (Italie): “Frontex hors du campus!”

Michele Lancione est professeur de géographie économique et politique à l’université polytechnique de Turin (Politecnico di Torino), en Italie. En juillet 2021, il a découvert que son université avait accepté de produire des cartes et des infographies pour Frontex afin de “soutenir les activités” de l’agence. Avec des collègues, il a depuis mené un combat pour que le contrat soit annulé, sans succès.

Poster Abolish Frontex

Pour rappel, depuis la création de l’agence en 2004, ces “activités” ont joué un rôle central dans la sécurisation et la militarisation des frontières de l’Union européenne. Nombreux·ses sont celleux qui ont affirmé qu’elles ont également produit sans relâche les “crises migratoires” que Frontex prétend combattre.

Maurice Stierl (Institute for Migration Research and Intercultural Studies (IMIS) Osnabrück University) a publié une interview à Michele Lancione sur le blog Border Criminologies de l’Université de Oxford (28.04.2023):

“Frontex off Campus! An Interview with Professor Michele Lancione”

https://blogs.law.ox.ac.uk/blog-post/2023/04/frontex-campus-interview-professor-michele-lancione

Pour plus d’informations sur les événements: https://seenthis.net/messages/933912

Travail d’archive (11). À Jussieu, un mort

Academia se lance dans la mise en ligne progressive d’archives (tracts, photos, …) des luttes universitaires, afin de réinscrire les combats actuels dans une histoire. Deuxième billet, après celui de la semaine dernière.

Le document mis en ligne aujourd’hui, à l’occasion de la journée de mobilisation du 28 mars 2023 contre la réforme des retraites, date du printemps 1980 et résonne, 43 ans plus tard, avec notre triste actualité. Entre mai 1980 et mars 2023, il y a beaucoup de différences, bien sûr, mais aussi d’étonnantes similitudes. En 1980 comme en 2023, la police, gangrenée par le racisme, est terriblement brutale, et l’on ne sait plus bien si le gouvernement n’ose plus la recadrer ou a la claire conscience qu’elle représente son dernier rempart. En 1980 comme en 2023, les universités bouillonnent et les forces de l’ordre interviennent directement dans les campus. En 1980 comme en 2023, des textes xénophobes réformant le statut des étrangers sont en discussion – et il est loin d’être sûr que, point de vue xénophobie, ceux de 2023 soient en-deça de ceux de 1980.


En mémoire d’Alain Bégrand.

Photos Marc Fontanel et Marc Bulka / Agence Gamma, 1980

Verso de la photographie précédente

Cette photographie est issue d’un tirage original de l’agence de photographie parisienne Gamma, doublement créditée à Marc Fontanel et Marc Bulka. On y voit deux jeunes hommes courir devant des affiches du film Johnny got his gun, au niveau de la tour 16 du campus de Jussieu – donc à l’angle de la rue Jussieu et de la rue des fossés Saint-Bernard à Paris. Ils sont masqués, l’un deux porte un bâton ou une barre, et l’on ressent, dans la rapidité de leurs mouvements comme dans leurs regards, une grande tension.

Continuer la lecture

L’extrême droite à Université Côte d’Azur ou la faillite d’une présidence

Demain, jeudi 9 mars 2023, le militant d’extrême-droite Stanislas Rigault est convié par le syndicat étudiant UNI – dont le délégué national expliquait au Monde il y a quelques mois que « l’immense majorité » de ses membres milite chez Génération Z, l’organisation de jeunesse du parti d’Eric Zemmour — à prononcer une conférence à la faculté de droit de Nice.

Il est sûr que du côté de l’UNI et plus généralement de l’extrême-droite, on glousse du bon coup qui est fait aux « islamogauchistes », « traîtres à la nation » et autres « wokistes » dont les universités sont remplies. Ainsi, l’identitaire Philippe Vardon s’esclaffe dans l’un des canards locaux :

“Pendant que dans toute la France, c’est le député LFI, ancien dealer revendiqué, Louis Boyard qui fait la tournée des facs, à Nice c’est Stanislas Rigault qui est invité pour parler de l’engagement de la jeunesse ! Merci à l’UNI”.

Liberté académique pour l’extrême droite

Si le coup est apparemment bon, c’est parce que l’organisation de cette conférence se drape tout à la fois dans la liberté académique et dans la liberté d’expression :

  • Dans la liberté académique, d’abord, car c’est au titre du versant étudiant de la liberté académique, c’est-à-dire au titre de la liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels dont disposent les étudiant·es sur les campus conformément à l’article L. 811-1 du code de l’éducation, que la conférence est organisée par l’UNI.
  • Dans la liberté d’expression, ensuite, car c’est au titre de cette liberté que la présidence de l’université de Nice se refuse, par ailleurs, à intervenir de quelque façon que ce soit dans ce dossier, revendiquant au contraire fièrement que l’université soit « un lieu d’échange où l’on n’interdit pas la liberté d’expression ».

Aussi, les masques seraient tombés lorsque la CGT Campus, puis l’intersyndicale CGT-FSU-SUD de l’université ont réclamé que cette conférence de Stanislas Rigault ne soit pas organisée dans les locaux de l’université, arguant, de manière très juste, que cela revient à :

« offrir une tribune à une organisation raciste, sexiste et homophobe, comme son leader, Éric Zemmour, condamné à plusieurs reprises pour injure à caractère raciste et appel à la haine raciale ; qui falsifie l’Histoire du régime de Vichy en minimisant le rôle du Maréchal Pétain dans la déportation et l’assassinat massif des juifs, des tziganes, des homosexuels et des opposants politiques ; qui se scandalise de la réhabilitation du jeune mathématicien Maurice Audin —dont un prix créé par la Société Mathématique de France porte le nom) en déclarant qu’il ‘méritait 12 balles dans la peau’ »,

En s’opposant à cette conférence, les « islamogauchistes », les « traîtres à la nation » et autres « wokistes » des universités auraient confirmé qu’ils et elles sont les vrais fascistes, ennemi·es des libertés car intolérant·es à tout discours qui ne correspondrait pas au leur. Il ne reste donc plus, désormais, qu’à attendre que les grands génies de l’Observatoire du décolonialisme ajoutent leur pierre à l’édifice et prennent solennellement la parole pour louer le président de l’université de Nice d’avoir ainsi héroïquement défendu Stanislas Rigault la Liberté universelle et l’Université éternelle face au déferlement des hordes syndicales barbares.

Continuer la lecture