Les femmes ne sont pas sélectionnées dans la course à la publication en temps de Covid. Un preprint

En passant

Pas de tickets pour les femmes dans la course COVID-19 ? Une étude sur les soumissions de manuscrits et les évaluations dans 2347 revues publiées par Elsevier durant la pandémie

Au cours des derniers mois de la pandémie COVID-19, le taux de soumission aux revues scientifiques a augmenté de façon anormale (par exemple, plus de 90% dans les revues de santé et de médecine Elsevier). Étant donné que la plupart des universitaires ont été obligé∙es de travailler chez elleux, les femmes ont pu voir leur productivité scientifique pénalisée, alors qu’elles assuraient le suivi de l’enseignement des enfants, les soins à leur apporter, et d’autres tâches relevant du care. Pour tester cette hypothèse, nous avons examiné les manuscrits soumis et les activités d’évaluation par les pairs pour toutes les revues Elsevier entre février et mai 2018-2020, y compris des données sur près de 6 millions d’universitaires. Les résultats établissent que les femmes ont soumis proportionnellement moins de manuscrits que les hommes pendant les mois de blocage de COVID-19. Ce déficit a été particulièrement prononcé chez les femmes à un stade plus avancé de leur carrière. La différence selon le genre est moins prononcée pour ce qui touche aux propositions d’évaluation (peer-review), en dehors de la santé et de la médecine, où les femmes étaient également moins enclines à accepter d’évaluer les articles somis. Nos conclusions indiquent que la pandémie a déjà avantagé les hommes de manière cumulative.1

https://www.flickr.com/photos/kecko/24434785490/in/photolist-DedEr1-2jspEiM-envkrH-RGWDXk-RGWE1g-2enoZbu-2enoZgu-5u18Ud-2enoZcS-2e5sv7D-2e5sv8F-2enoZfs-ekYK1J-2e5svae-2hXHx1m-KFX84b-8o7b9j-8LJehm-8WhdVi-pLPGGv-4tshrT-v574A-efoEAE-v58NZ-7HfLAN-2iAYJTH-2iiJSDg-J718f8-jR1PuL-2iwoPKo-2hkKGYn-YkPaeW-SR6sMo-2hkHRns-UZL8gt-2gnWCi9-civqTC-nvxU8N-5xh7AV-9Ax1ex-Zfug2i-ezhCoo-dwmcyj-2AuGsp-2aZScd-FnB4sy-YNxwb-FKQbj4-6MWCeJ-xxTM8j

Parity Church, Thal, Suisse (c) Kecko, 2018

  • Lien : Squazzoni, Flaminio and Bravo, Giangiacomo and Grimaldo, Francisco and Garcıa-Costa, Daniel and Farjam, Mike and Mehmani, Bahar, No Tickets for Women in the COVID-19 Race? A Study on Manuscript Submissions and Reviews in 2347 Elsevier Journals during the Pandemic (October 16, 2020). Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=3712813
  1. Résumé traduit avec l’aide  www.DeepL.com/Translator (version gratuite). []

Revues en lutte mobilisées contre la LPPR

Le collectif Revues en lutte, qui réunit désormais 156 revues scientifiques de sciences humaines et sociales mobilisées contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), exprime sa colère face au cynisme de la Ministre de lEnseignement supérieur, de la recherche et de linnovation, Frédérique Vidal, et du gouvernement, qui, en pleine crise sanitaire et alors que les universités sont fermées et les personnels occupés par les nombreuses tâches administratives et pédagogiques, viennent de rendre public le texte de loi que la communauté scientifique réclamait depuis plus dun an.

Ce texte confirme les inquiétudes et la colère exprimées par lensemble des personnels de la recherche et de lenseignement supérieur. Malgré notre mobilisation massive depuis janvier et une manifestation historique dans toute la France le 5 mars dernier, le ministère persiste dans une voie qui aboutira à la destruction de notre système public de la recherche en accentuant la précarité et la mise en concurrence des personnels, des laboratoires et des universités, au nom d’une soi-disant « amélioration de l’attractivité des métiers scientifiques ».

Alors que le texte de la LPPR sera présenté au Conseil des Ministres le 8 juillet prochain, le collectif appelle à une mobilisation ferme et massive contre le scandale que constitue à la fois le texte lui-même et la méthode gouvernementale qui consiste à profiter d’une crise sanitaire et passer en force une loi néfaste dont la communauté scientifique ne veut pas.

Avec d’autres collectifs, les Revues en lutte appellent à la tenue de rassemblements partout en France les 12 et 17 juin 2020, dates des examens de la LPPR au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) et au comité technique ministériel de l’enseignement supérieur et de la recherche (CTMESR).

 À Paris, nous appelons à un rassemblement le vendredi 12 juin à 13h30, place de la Sorbonne, pour montrer notre opposition résolue à la LPPR.

Nous appelons par ailleurs à un cortège au côté des soignant.e.s le 16 juin 2020, la LPPR étant inspirée par une idéologie néolibérale qui frappe aussi de plein fouet le secteur hospitalier, avec les conséquences tragiques que l’on a pu observer durant la crise sanitaire que nous traversons.

Pour en savoir plus sur le texte : Avant-projet de LPPR : une gigantesque machine à précariser et à privatiser, 7 juin 2020

LISTE DES REVUES DU COLLECTIF

Liens :

 

Les revers de l’excellence (académique)

  • par Camille Noûs, laboratoire Cogitamus, et par une docteure en sociologie
    33 ans
    qualifiée aux fonctions de maitresse de conférences en section 19

Actuellement recrutée pour un projet d’un an au sein d’un projet ANR, je souhaite témoigner de mon parcours de doctorante puis de jeune docteure.

Après un master de sociologie et un an passé en tant que chargée d’études dans une entreprise, j’ai obtenu un CDD de 6 mois à Paris au CNRS afin de mener à bien une revue de littérature pour une chercheuse CNRS. Elle avait évoqué un voyage à la clé dans une université aux États-Unis qui hébergeait une unité mixte du CNRS. Durant mon stage de 6 mois, j’ai pris des cours de sociologie dans cette université, puis postulé

au programme de doctorat, dans lequel j’ai fini par être acceptée (mon niveau d’anglais n’était pas tout à fait suffisant pour y entrer).

Apprentie chercheuse aux États-Unis

L’insertion dans un PhD program de 5 ans (dont 2 de master) m’a conduite à mener la vie d’une doctorante en sociologie sur un campus états-unien, à bénéficier des installations et des services (bibliothèque, salle de sport) et à suivre sur trois ans des cours et des séminaires, 18 au total, donc à rendre des papiers, à obtenir des notes, à passer des examens (comprehensive exams), à écrire une proposition de thèse de 70 pages.

J’ai pu y vivre des expériences individuelles riches que je ne cherche pas à minorer par ce témoignage. J’y ai appris l’importance du positionnement théorique en fonction de littératures et d’auteurs à citer (savoir à quelle audience on s’adresse) mais aussi à rédiger des papiers selon le formatage intro/ littérature/ méthode/ résultats. J’ai été formée aux multiples pratiques de l’ethnographie, et aux débats qui la traversent (qui opposent de manière plus ou moins cachée celle de Burawoy, multi-située, celle de Wacquant, incarnée ou celle de Duneier, dans l’héritage de l’école de Chicago). Avec le tsunami de l’affaire Alice Goffman1, je voyais apparaitre les règles de l’édition universitaire, des livres qui doivent parler d’inégalités, surtout raciales, et de sujets considérés comme médiatiques, sexy ou intéressants pour le grand public et qui influencent grandement le fonctionnement du travail scientifique.

https://www.flickr.com/photos/8404101/31397800390/in/photolist-PQvWb3-yAsDy4-7G6LN2-6FoEsU-T5n9n-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-6W1cNB-9CAzpy-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-NGTvka-2e4Wkpu-bAcrUP-aAAhj5-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-JNEaQj-cX3h21-ppU5o-m2UU-9hiMWv-4sF7xv-RGeJMx-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-9qgen8-adFXch-LGrV-2htuPzS-p5MHR-nDgjv-4wPJHw

Touch, par Philippe, 2016

Ce que j’ai pu observer, c’est aussi le fonctionnement d’un département de sociologie en fonction de son classement dans la hiérarchie universitaire. Le programme de sociologie de cette université locale était généralement classé entre 15e et 20e. Ce classement, dont tout le monde dans le département prend bien conscience, positionne le programme au sein même de l’université et définit certaines lignes de crédit pouvant ouvrir des postes, ce qui conditionne de fait toute une série de pratiques : l’importance du recrutement des doctorant·es à profils prometteurs, l’importance des publications dans des revues indexées pour les doctorant·e·s qui expliquent notamment la multiplication de séminaires collaboratifs du type publish or perish, des publications qui de préférence ont gagné auparavant toute une série de prix (awards) pour espérer être repérées par des universités qui recrutent, et obtenir un poste tenure track (CDD de 5 ans pour un éventuel CDI à la clé) dans une université dite de rang A (recherche).

Si ces conditions de fonctionnement et ces rites de passage ont constitué en soi une des richesses du parcours doctoral (j’y ai été suivie, relue et encadrée, et cela m’a permis d’y apprendre le métier de chercheur·e, d’avoir un nombre conséquent de publications à mon actif et de produire de fait un document de thèse), elles sont aussi tributaires d’un fonctionnement très inégalitaire du monde de la recherche académique aux États-Unis.

L’injonction à la productivité

Il existe dès la deuxième année du doctorat une forte pression à produire  en effet : cela est en partie dû à la raréfaction des postes et à la titularisation des chercheur·e·s. Les doctorant·e·s apprennent dès le départ la hiérarchie des revues en sociologie (ASR, AJS, Social Forces), elles·ils apprennent à maitriser les plateformes des éditeurs, à se confronter à 3 sessions de R&R (revise and resubmit) qui peuvent durer jusqu’à plus de 2 ans pour être rejeté·e (reject) à la fin. Continuer la lecture

  1. Voir par exemple, https://www.nytimes.com/2016/01/17/magazine/the-trials-of-alice-goffman.html []

La question du plagiat selon Evaluation de la recherche en SHS

Alain Minc fait l’objet d’une plainte pour avoir utilisé plus de 300 extraits d’un ouvrage dont il n’est pas l’auteur, sans citer sa source. La pratique de plagiat touche largement le monde académique en SHS sans faire l’objet d’une telle médiatisation. C’est pourquoi il n’est peut-être pas inutile de rappeler sur Academia le texte très complet rédigé en 2010 par Sylvain Piron sur le carnet Evaluation de la recherche en SHS. Vous le trouverez ici:

http://evaluation.hypotheses.org/940

Continuer la lecture

Transparence des procédures de recrutement: déclaration de la 17e section du CNU

Publié sur Theuth par Sophie Audidiere, assesseure du bureau (13/1/2013)

Le Bureau de la 17e section du CNU tient tout d’abord à rappeler la position
adoptée, à l’unanimité par la section le 7 juillet 2012, en ce qui concerne la
transparence des procédures de recrutement, la publicité des résultats et le
respect, par les CA des universités, des résultats du concours :

  1. La 17e section considère que la publicité accordée aux résultats descomités de sélection ne pose aucun problème déontologique ou juridique. Continuer la lecture

Les publications en mathématiques

Pour information, et parce qu’il est toujours intéressant de regarder vers les autres disciplines (on dit d’ailleurs que les maths seraient, des non SHS, les plus proches), une journée de réflexion organisée par la Société mathématiques de France sur la question des publications: « Quel avenir pour les publications mathématiques?« .

Elle est ouverte à tous.