À l’Inria, les “conflits d’intérêts” peuvent cacher des conflits d’intérets. Une motion SGEN-SNCS-SNTRS

Update : 24/2/2022
À l’Inria, la Commission d’Évaluation (CE) est l’instance en charge de l’évaluation scientifique de l’institut (équivalente du Comité National du CNRS (CoNRS)). Elle contribue à l’élaboration des orientations scientifique de l’établissement, participe au recrutement et à la promotion des chercheurs et des chercheuses, ainsi qu’à l’évaluation de l’activité des équipes-projets Inria.

En janvier, le PDG de l’institut a décidé de nommer une mission en charge d’évaluer les conflits d’intérêt des processus de promotions (DR1, CRHC), des PEDR et de recrutements DR2. C’est à-dire couvrant exactement le périmètre des processus dont les jurys d’évaluation scientifique sont présidés par la CE. Et rien d’autre.

Cette mission est composée de trois personnes que Bruno Sportisse connaît bien, au moins pour deux d’entre elles. Éric Germain, titulaire d’une thèse en histoire de l’Afrique du Sud, travaille depuis une dizaine d’années pour le Ministère des armées ; Malik Ghallab, directeur de recherche émérite au CNRS a été délégué général de l’INRIA de 2007 à 2010 et ainsi supérieur hiérarchique de l’actuel Pdg ; Catherine Rivière est désormais à la direction générale de l’IFPEN1, au Conseil d’administration auquel siège Bruno Sportisse.

Cette mission est censée évaluer l’intégralité des processus de promotions: considérant que le PDG est seul décisionnaire pour les promotions et les primes, comment une mission qu’il a lui même nommée pourrait-elle juger les conflits d’intérêts que lui-même pourrait avoir dans ces processus? Comment ne pas y voir la définition même d’un conflit d’intérêt ?

Personne n’est dupe : avec ces sous-entendus de “conflits d’intérêt”, c’est bien le travail de la Commission d’Évaluation que le PDG essaye de saper
Car, s’il y avait réellement eu des conflits d’intérêt, il aurait fallu nommer une commission d’enquête et pas une mission sans pouvoir d’investigation. Et si le sujet est vraiment celui des conflits d’intérêt à l’Inria, il aurait fallu inclure dans la mission l’ensemble des processus d’évaluation, et pas uniquement ceux gérés par la CE.
Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le PDG de l’Institut tente de décrédibiliser le travail des instances statutaires.

Communiqué des organisations syndicales SGEN-SNCS-SNTRS
en soutien la Commission d’Évaluation

Continuer la lecture

  1. Institut Français du Pétrole Énergies nouvelles, où elle a conduit une partie de sa carrière comme ingénieure de recherche. []

Les membres du CNU sur le point de démissionner. Motions de la session d’hiver

lAcademia a l’habitude de recenser les motions des sections du CNU. Cette année, elles sont tellement nombreuses, que nous abandonnons l’idée de pouvoir le faire et invitons les collègues à les enregistrer dans la base CPESR.

L’ensemble dénonce le mépris du MESRI, la politique de ressources humaines apportées par les décrets de la Loi de programmation de la recherche et menacent de démissionner si leurs revendications ne sont pas entendues.

Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, et Fabrice Planchon, membre du bureau,  ont été reçus, à leur demande, par un membre du cabinet de la Ministre. Ils attendent désormais une confirmation par écrit des clarifications qui ont été apportées sur le sujet des promotions de grade.

Podiums « dévalorisation – pas de promo »

Academia salue l’esprit LPR de cette initiative du SNESUP et son classement très prometteur de lendemains radieux.

Classement 2020 des établissements
qui entravent l’avancement des enseignants-chercheurs

La phase locale de la campagne 2020 d’avancement des enseignants-chercheurs, retardée en raison de la crise sanitaire, a débuté. Le bilan 2019 de cette phase mérite publicité tant il est désastreux pour nos collègues. Le principe d’égalité de traitement au sein d’un corps est bafoué : la politique malthusienne d’un certain nombre d’établissements d’enseignement supérieur quant à l’utilisation des quotas de promotions locaux qui leurs sont notifiés porte préjudice aux enseignants-chercheurs qui y sont affectés.

Comment expliquer, si ce n’est par les choix politiques des équipes présidentielles, que :

  • l’université de Rennes 1 refuse à 24 candidats promouvables au moins une promotion autorisée à la 1ère classe des professeurs ?

  • l’université Paris 10-Nanterree refuse 11 promotions autorisées à la hors-classe des maîtres de conférences à 25 candidats promouvables ?

  • l’université de Lorraine attribue seulement 8 des 25 promotions autorisées à l’échelon exceptionnel de la hors-classe des maîtres de conférences en présence de 29 candidats ?

Comment croire que les collègues de ces établissements-là s’investissent moins qu’ailleurs ?

En 2019 les établissements ont fait perdre aux enseignants-chercheurs plus de 200 promotions, soit plus de 10% des contingents d’avancement qui leur avaient été notifiés par le ministère. La perte est plus sensible pour les maîtres de conférences puisqu’elle approche 15% pour le total des avancements à la hors-classe et des avancements à son échelon exceptionnel. De nombreux collègues au seuil de la retraite ayant assuré leurs missions avec compétence et sérieux toute leur carrière sont délibérément privés du niveau de pension dont ils devraient normalement bénéficier. Les enseignants-chercheurs paient au sens propre les politiques combinées d’autonomie des universités, d’austérité budgétaire et d’individualisation salariale donnant la priorité aux primes de quelques-uns sur les possibilités d’avancement du plus grand nombre.

Pour comprendre l’initative et la méthodologie, cliquez ici.