Pourquoi signer la pétition “Carrières universitaires” de la CP-CNU ?

Relayer la pétition lancée par la commission permanente du Conseil national des universités pour “que l’université et la recherche restent un service public national” a suscité quelques discussions au sein de la rédaction d’Academia. Les étudiant·es font la queue aux distributions alimentaires et résistent désormais à la menace d’une augmentation des droits ; les jeunes docteur·es sans poste font des vacations moins rémunérées que le SMIC tandis que l’emploi statutaire s’érode inexorablement. Pire, la loi de Transformation de la Fonction publique, passée en catiminié l’été 2019, a privé les Commissions administratives paritaires(CAP) de leurs prérogatives en matière de promotion, condamant des dizaines de milliers d’agent·es BIATSS à dépendre exclusivement de leur hiérarchie pour leur avancement de carrière et ce, sans aucune réaction au sein de l’université1. Dans ce contexte, demander, comme le fait le début de ce texte, aux “étudiantes et étudiants, personnels d’accompagnement, citoyennes et citoyens” de défendre nos modes de promotion ne nous paraît pas être la manière la plus heureuse d’entrer dans le débat. Et pétitionner à propos de la procédure nationale d’avancement de grade ne nous semble pas tout à fait à la hauteur des enjeux du moment pour l’ESR.

Mais il est vrai aussi que lorsque chacun chipote, on ne fait plus rien collectivement. Il est vrai, surtout, que cette histoire de promotions est un marqueur : cette réforme, qui va toucher presque immédiatement la totalité de 60 000 enseignant·es-chercheur·ses, compromet effectivement “l’intégrité, la diversité et la qualité du travail universitaire, en amputant le CNU de ses principales compétences décisionnelles et en conférant aux chefs d’établissements une capacité exclusive de décision de toute promotion au sein des corps universitaires. En cela, elle est, de fait, une attaque majeure contre la liberté académique et le service public de l’ESR. Une parmi d’autres.

“Carrières universitaires : pour l’équilibre entre le local et le national”

→ Signer la pétition ←

Affiche, 2018

  1. Academia espère publier rapidement un billet sur ce sujet et en appelle aux bonnes volontés. []

Le décret “repyramidage” pour les nuls

Le “Décret no 2021-1722 du 20 décembre 2021 créant une voie temporaire d’accès au corps des professeurs des universités et aux corps assimilés” vient de paraître. Tentative d’explications

  • par Fabrice Planchon, vice-président de la Commission permanente du Conseil national des universités

UPDATE 17/05/2022. Ajout d’une note concernant la répartition des supports ouverts cette année.

Le décret no 2021-1722 du 20 décembre 2021  décrit l’implémentation de l’opération de repyramidage des corps d’enseignants-chercheurs, telle qu’elle a été prévue dans le cadre du protocole de revalorisation décidé par le MESRI en parallèle des discussions qui ont mené à la LPR.

Il crée pour 5 années consécutives (2021-2025) la possibilité, pour un‧e  maitre‧sse de conférence, de devenir professeur des universités dans son établissement actuel. L’objectif est de tendre vers un équilibre 60%-40% dans les 2 corps, et 2000 possibilités devraient être offertes en 5 ans. Concrètement : prenons un établissement avec 70 MCF et 30 PR, l’idée est que 10 de ces MCF deviennent PR1. La dénomination MCF englobe les “assimilés”, c’est-à-dire les corps régis par le décret de 84 sur les ECs (Observatoires, MHN, EHESS, etc).

Nos 70 MCF ne seront pas éligibles : il est nécessaire d’avoir l’HDR, et d’être, soit MCF de classe normale avec 10 ans au moins d’ancienneté, ou MCF hors classe2. Les conditions doivent être vérifiées au 01/01/202x, où x sera l’année où le support sera ouvert pour une telle promotion.

Une répartition comme moyen de contrôle by design

Il y en aura 400 par an : comme on est déjà en 2022, il y en aura 800 à traiter en 2022, mais qui seront différenciées entre celles prononcées au titre de 2021 et celles prononcées au titre de 2022 (avec rétro-effet pour celle de 2021). Comme l’impact budgétaire n’est pas le même suivant le type de candidat‧e‧s (CN ou HC), le ministère a fixé à 3/4 la proportion de MCF HC et à 1/4 celle des MCF CN. Le décret n’indique pas clairement comment le système va permettre de respecter ces proportions : la réponse apportée par la DGRH lors d’un rendez-vous avec la CPCNU est que chaque support ouvert le sera explicitement pour l’une ou l’autre des catégories, au choix des établissements, avant le début du processus de sélection (le ministère se chargeant d’équilibrer les demandes si besoin au vu des souhaits remontés par les établissements)3. Et si, au bout de 5 ans, les 2000 supports prévus n’ont pas été ouverts, le processus pourra être renouvelé une dernière fois en 2026 pour solder ce qui restera.

Pyramide, par Christophe André, 2008

Continuer la lecture

  1. L’impact sur la masse salariale de l’établissement est donc minime et à long terme, via une évolution dans les grilles indicielles plus rapide pour un PR par rapport à un MCF HC, EE inclus, mais il n’est pas nul : le ministère s’engage à compenser ce différentiel []
  2. L’impact budgétaire sera différent suivant le cas : plus important pour un MCF CN, qui va plus progresser dans la grille en passant PR. []
  3. 17/05/2022devant l’impraticabilité d’un tel choix préalable, les supports ont finalement été ouverts indifféremment pour tous les candidats satisfaisant l’une ou l’autre des conditions d’éligibilité. Il sera intéressant de faire un bilan à l’issue de la campagne en cours, et de voir quelle action éventuellement corrective sera faite ultérieurement… A noter qu’au jour de cette note, et alors que les candidatures sont déjà closes, la liste des supports ouverts par établissement n’a toujours pas été communiquée aux sections CNU, malgré leurs demandes répétées. []

Du concours à la promotion: proposition des MCF-HDR qualifiés

Academia vient de repérer une pétition émanant d’un groupe de maîtres.ses de conférénces, disposant de l’habilitation à diriger des recherches et qualifiés pa le Conseil national des universités, dont les propositions originales méritent un examen attentif.

Continuer la lecture