Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture, Street Press, 26 janvier 2021

En passant

Le 19 janvier, Mégane, 26 ans, est mise à la porte de sa chambre étudiante gérée par le Crous. Une expulsion menée par un huissier, sans la présence des forces de l’ordre. Depuis elle alterne nuits à l’hôtel et dans sa voiture.

Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture

Mardi 19 janvier 2021, Lille (59) – Le Crous met à la rue Mégane, étudiante en sociologie. L’expulsion est, raconte la jeune femme, exécutée de force et sans l’autorisation du préfet par maître José L., huissier de justice à Roubaix. Pour l’occasion, il est accompagné de deux « témoins » et d’un serrurier. Alors que l’État d’urgence sanitaire impose un couvre-feu à 18 heures et que la météo est glaciale, l’étudiante alterne désormais les nuits dans sa voiture et à l’hôtel.

Mégane, 26 ans, donne rendez-vous à côté de sa Peugeot qui fait office d’abri depuis mardi. Elle est calme et souriante malgré la situation mais déterminée à faire valoir ses droits. Elle est en rupture familiale depuis ses 15 ans :

« Mes parents ne sont pas dans la métropole lilloise et ne m’ont jamais aidée. »

À la sortie du lycée, elle enchaîne les petits boulots puis travaille un an pour une association pour laquelle elle distribue des paniers alimentaires. C’est en 2018, qu’elle décide de reprendre ses études. Elle s’inscrit en Licence de psychologie à l’Université de Lille. Après deux premières années difficiles, elle se réoriente en septembre dernier en sociologie. Son année, comme beaucoup d’étudiants, est compliquée : confinement, couvre-feu, cours à distance. Sa situation financière est précaire : elle ne peut plus prétendre aux bourses étudiantes.

Pour lire la suite de l’article sur le site de Street Press →

LUTTE, le labo des initiatives citoyennes: Sit-in étudiant à Toulouse

[Photo-sonore] «Combien de suicides faudra-t-il?»

Jeudi 21 janvier, des centaines d’étudiant·es ont manifesté place du Capitole à Toulouse. Face à l’extrême précarité économique et psychique de leurs situations, ils demandent la réouverture des universités. Les appels à la mobilisation se multiplient pour s’auto-organiser, se soutenir et s’opposer aux « mesures liberticides ».

Pour en savoir plus, lire le texte de LUTTE sur le Blog de Médiapart.

Plusieurs d’entre eux/elles se sont livré.e.s au micro et à l’objectif de LUTTE.

Retrouvez les témoignages sonores de Juliette, Leia, Eva, Eva, Rachel, Mathéo, X (anonyme), Lucile et Damien sur souncloud.

Des centaines d’étudiants et de professeurs place du Capitole à Toulouse © Justin Carrette

 

“Pandémie : des étudiants sacrifiés”, Les Pieds sur terre, France Culture, 19 janvier 2021

Les organisations syndicales étudiantes appellent à la grève le 26 janvier!

“Crise sanitaire : la souffrance des étudiants”. Allons plus loin, Public Sénat, 18 janvier 2021

  • Débat avec Christelle Rabier, maîtresse de conférences à l’EHESS, Ulysse Guttmann-Faure, président de l’association étudiante Co’p1, Dominique Monchablon, psychiatre, Rémi Cardon,sénateur (PS) de la Somme — À partir de la 30e minute

Les étudiant·es fantômes

  • par des étudiant·es de Licence 1 de science politique, Université de Montpellier

Crédit photo:  Debs (ò‿ó)♪, 2010

Comprendre les décrochages massifs des étudiant·es

@AltoMediefuck, 9 janvier 2020. « J’ai fait une image pour mieux me faire comprendre sur la situation actuelle des étudiant·e·s et les décrochages massifs enregistrés »

Débrayer une heure, faire une Assemblée générale

Lorsqu’on est désemparé, comme nombre de collègues le sont depuis la traitrise de la Commission mixte paritaire du lundi 9 novembre dernier, il est bon de se poser et de réflechir. Plutôt que d’écumer les réseaux sociaux, ou lire de sombres « tribunes » émanant d’un pouvoir malsain, cela vaut la peine de proposer aux collègues de bonne volonté de se réunir et de discuter. Et, ainsi, plutôt que de perdre une journée de salaire, gagner du temps partagé pour la réflexion et pour l’action.

C’est ce qu’ont proposé les collègues de l’EHESS, réuni en intersyndicale. 

#ResistESR

Vieille Charité, Marseille, mai 2018


CGT-FSU-SUD EHESS
Débrayage et AG lundi 16 novembre 14h30-15h30 – Non à la LPR !

Chères et chers collègues, chères et chers étudiant.es,
L’intersyndicale de l’EHESS appelle l’ensemble de la communauté de l’établissement, personnels scientifiques, administratifs et techniques, étudiant.es, à se joindre à une assemblée générale en ligne ce lundi 16 novembre, de 14h30 à 15h30, à propos de la Loi de Programmation de la Recherche.
La LPR (ex-LPPR) arrive la semaine prochaine au terme de son parcours législatif. Si elle a perdu en chemin quelques uns de ses mensonges – son caractère “pluriannuel” lui ayant été retiré par le Conseil d’Etat car les promesses budgétaires qu’elle comprenait étaient sans fondement -, cette loi aux dispositions déjà désastreuses pour l’enseignement supérieur et la recherche s’est vue complétée par de nouvelles mesures délétères. Celles-ci rendent plus aiguë encore la dépossession imposée à la communauté universitaire au profit du pouvoir exécutif et de son excroissance évaluatrice, le HCERES, avec notamment la suppression de la qualification au CNU pour les concours MCF et la criminalisation de la contestation estudiantine sous couvert de protection de la tranquillité de nos débats.
Plusieurs collègues et étudiant.es ont exprimé le souhait d’organiser une réunion publique en ligne au sein de notre établissement. Nous invitons donc l’ensemble de la communauté universitaires de l’EHESS, enseignant.es-chercheur.es, personnels BIATSS, étudiant.es à débrayer une heure le lundi 16 novembre, de 14h30 à 15h30, pour se réunir en assemblée générale.

 

Lien : xxxx

En cas d’incident technique sur la plateforme BBB, très sollicitée depuis la rentrée, nous vous transmettrons un autre lien sur tlm.
Ordre du jour :
  • Point sur la LPR
  • Point rapide sur des questions connexes (l’ESR face à la répression et à l’autoritarisme, temps de travail à l’EHESS, télétravail, précarité étudiante), qui feront l’objet d’une heure d’information syndicale la semaine suivante.
  • Discussion
   À lundi !
L’intersyndicale de l’EHESS (CGT, FSU, Solidaires Etudiant-e-s, SUD)

Étudiant immolé par le feu : “Je suis un symptôme de la précarité en France”, sur France Bleu Saint-Etienne Loire

Un an après son geste, Anas témoigne. L’étudiant stéphanois était passé à l’acte après avoir rédigé une lettre évoquant ses difficultés financières. Il dénonçait alors la précarité dans laquelle sont plongés nombre d’étudiants. Un an après, il revient sur son geste au micro de France Bleu Saint-Etienne Loire.

Manifestation étudiante contre la précarité, à Lyon, le 26 novembre 2019. (P.DUBUIS / MAXPPP)

L’étudiant stéphanois qui s’était immolé par le feu le 8 novembre 2019 s’est exprimé pour la première fois sur France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 8 novembre. “Je suis brûlé à 75% du corps et il me reste quelques plaies, des brûlures assez marquées.” Le geste du jeune Anas, alors âgé de 22 ans, avait entraîné une mobilisation contre la précarité étudiante les semaines suivantes. Il était passé à l’acte après avoir rédigé une lettre évoquant ses difficultés financières et dénonçant la précarité dans laquelle sont plongés nombre d’étudiants.

Continuer la lecture

La précarité des étudiants étrangers hante la Cité universitaire de Paris

Les témoignages et analyses ont été nombreux sur les étudiant·es universitaires plongé·es dans une grande précarité et pauvreté lors du premier confinement. Le Monde, dans un article paru le 15 avril 2020, avait ainsi titré “‘Privés de jobs, cloîtrés, les étudiants les plus démunis sont tenaillés par la faim et l’angoisse’“.

Le même journal revient sur l’argument le 8 novembre lors du deuxième confinement, en se focalisant sur les étudiant·es étrangèr·es en France.

Quelques extraits de l’article signé Eric Nunès et Jessica Gourdon paru dans Le Monde:

« On n’a jamais vu ça » : à la Cité universitaire, des étudiants étrangers sur le fil de la précarité

Privés de job, de stage, sans aide familiale du fait de la crise sanitaire internationale, ils sont des centaines d’étudiants étrangers, très diplômés, à avoir recours à l’aide alimentaire pour se nourrir.

Depuis mars, 600 résidents [dans la seule Cité internationale de Paris] qui n’étaient pas connus des services sociaux de la cité ont entamé des démarches pour obtenir un soutien, quatre fois plus qu’en temps normal.

Après avoir payé leur loyer, les transports et leur forfait de communication, « de nombreux étudiants étrangers ont un euro ou moins de reste à vivre par jour », affirme Bérengère Pontet, présidente de l’Association générale des étudiants de Paris.

De nombreux pays ont bloqué les transferts d’argent, empêchant les étudiants de recevoir de l’aide de leur famille… Dont certaines sont aussi en difficulté.

Pour subvenir aux besoins les plus urgents, la Cité universitaire a mis en place un fonds d’aide exceptionnel. Ainsi, 189 résidents ont reçu en moyenne 120 euros, qui s’ajoutent, pour certains, à une aide financière du Crous et aux aides alimentaires, notamment de Restos du coeur.

Photo: Als33120 (wiki commons)

Orléans, mai 2020

Une université en France en 2020. À côté de la “continuité pédagogique”, entre deux séances d’examens numériques, on essaie de faire en sorte que nos étudiant-e-s aient à manger. Bravo à toutes les personnes qui se mobilisent pour ces distributions.

C’est déjà tellement compliqué pour nos étudiant·es de passer des examens, d’écrire des mémoires dans ces conditions, quelquefois après avoir été enfermé·es pendant deux mois dans une petite chambre de CROUS. Ils et elles ne devraient pas en plus à avoir à se demander comment avoir de quoi manger. On n’imagine pas la précarité des étudiant-e-s qui ont perdu leur boulot à cause du coronavirus et qui se retrouvent sans ressources. Dans quel monde on vit pour que leur survie alimentaire soit assurée par des initiatives personnelles?

 

Confinée libérée – édition du WE – 2-3 mai 2020

Édition du WE. Samedi 2 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #4
  • 27 avril 2020 – Chroniques d’une apocalypse universitaire annoncée – épisode 2
    2025, le monde a été transformé par une pandémie mondiale, dont la gestion sociale et politique désastreuse a bouleversé la société. La nouvelle fiction des Facs et Labos en Lutte explore un futur possible de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’épisode 2 raconte “les jours d’après” : l’annonce du confinement, les réactions insolites dans l’ESR et la mise en place de la “continuité pédagogique”.

  • 28 avril 2020 –  Vers l’autonomie des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes
    En France, selon une étude faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 2016, 22,7% des étudiant·es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, dont seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un·e étudiant·e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 2016, 20% des étudiant·es vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteur·tricess ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ? (Article publié en partenariat avec Academia).

Crédit: Elsa Broclain lors de la manifestation parisienne du 5 mars 2020.

  • 29 avril 2020« En résidence CROUS ou dans les palais de la République, les priorités ne sont pas les mêmes »
    Aujourd’hui, la Confinée Libérée donne à la parole à S., syndiquée à Solidaires Etudiant·es, assistante d’éducation (AED) dans un collège et étudiante en M2 de sciences politiques à l’Université Paris 8. Elle revient sur la précarité étudiante, en s’appuyant sur le récit et les analyses des mobilisations du mois de novembre suite à l’immolation d’un étudiant de Lyon II, jusqu’aux dernières initiatives qui ont émergé depuis le début de la crise sanitaire et du confinement, pour assurer la distribution de colis alimentaires aux étudiant·es.

Crédits: Solidaires étudiant-es

  • –  Face à la crise écologique, la recherche doit être publique et indépendante ! Entretien avec Hendrick Davi, directeur de recherche en écologie à l’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE).
    Au-delà de la pandémie actuelle, nos organisations sociales sont face à un défi gigantesque : limiter la destruction écologique liée aux activités humaines (effondrement de la biodiversité, changement climatique, pollutions de l’air, des sols, de l’eau…) et s’adapter à des conditions de vies d’ores et déjà modifiées. La recherche scientifique et la diffusion des savoirs ont été des éléments majeurs dans la formalisation de ces problématiques. Hendrik Davi, chercheur en écologie, aborde dans cette interview comment faire le lien aujourd’hui entre science et société pour faire face à ce défi, et comment les conditions de travail de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) en France impactent directement la plus ou moins grande réussite de cette mise en lien.

Crédit: ligne de contact avec la foret et les terrains agricoles par Kate Evans/CIFOR

L’étudiant qui s’était immolé à Lyon est « totalement réveillé » annonce sa famille, selon Actu

Anas, l’étudiant de 22 ans qui s’est volontairement immolé devant le Crous de Lyon le 8 novembre 2019 est “totalement réveillé” annonce sa famille ce jeudi 30 avril 2020.

Les proches de l’étudiant qui s’est immolé à Lyon (Rhône) s’étaient rassemblés devant le Crous de Lyon quatre jours après son acte pour afficher leur solidarité et revendiquer la dimensions politique de son geste. (©FH / Actu Lyon )

(…)

C’est sur la page Facebook « Soutenons Anas et sa famille », que la sœur du jeune homme a pris la parole pour révéler la nouvelle. « C’est avec une grande joie que je vous annonce qu’Anas est réveillé, depuis quelques semaines maintenant. Il était de moins en moins sédaté et était réveillé d’abord 1h par jour puis 2h etc. Jusqu’à être totalement réveillé », raconte-t-elle.

Nous sommes extrêmement heureux et heureuses de cette bonne nouvelle et souhaitons lui dire que nous sommes toujours et encore plus mobilisé·es pour que la précarité et la pauvreté étudiante soient anéanties.

Lire la suite sur Actu.fr

19 novembre 2019.  Étudiants, personnels administratifs et militants ont participé au rassemblement. DDM – A.P.