Un syndicat étudiant obtient 111 remboursements de frais d’inscription à l’université Paul-Valéry Montpellier 3

Le syndicat étudiant de Montpellier annonce aujourd’hui dans un communiqué avoir obtenu le remboursement des frais d’inscription pour 111 étudiantes et étudiants de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. La question des frais d’inscription, indissociable de l’accès à l’enseignement supérieur, revient régulièrement sur le devant de la scène, que ce soit à propos de ses augmentations ciblées pour les étudiants étrangers (le plan “Bienvenue en France”, ou à propos des récentes déclaration d’Emmanuel Macron qui préfigurent une augmentation plus générale.

Voici ici le communiqué du SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier)

Continuer la lecture

Accueillir, écouter et entendre la souffrance. Une to-do list

Il y a quelques temps, j’évoquais mon besoin de formaliser comment accueillir et soutenir collègues ou étudiantEs en souffrance arrivant dans mon bureau.
Avec mon père médecin de père et Renaud Le Goix, nous sommes arrivé·es à un document, si cela peut vous servir
Myriam Houssay-Holzschuch, 14 février 2022

Academia reproduit ci-dessous le document concocté par Myriam Houssay-Holzschuch et Renaud Le Goix, avec l’aide de Dr. Houssay.

Version .pdf

INTRODUCTION

En cette période de crises sanitaire, sociale, économique et politique, l’institution universitaire accentue la pression sur les personnels de moins en moins nombreux pour que « ça passe ». Malheureusement, de plus en plus souvent, « ça casse ».

Un ouvrage récent (Combes, 2022) a mis en lumière la souffrance et la maltraitance systémique des études doctorales à l’université, de nombreux témoignages en France et à l’étranger (plusieurs billets Académia y sont consacrés) rendent compte d’évènements, de harcèlement, autant de pratiques injustifiables et condamnables.

La difficulté à laquelle un·e universitaire peut être confronté·e est de prendre en charge, dans l’urgence, une personne en situation de souffrance et/ou de harcèlement. Pour elle.eux, se tourner vers les services d’aide de l’institution est exclu et les numéros verts ne suffisent évidemment pas : les personnes qui n’y arrivent plus n’ont comme ressources immédiates que de s’appuyer sur leurs collègues, parfois trouvent une porte ouverte et amicale. Si celleux-ci sont solidaires, ils ne savent pas toujours comment s’y prendre, d’autant que les causes du mal-être sont nombreuses et sont souvent difficiles à identifier.

Il peut s’agir du classique burn out parfois trompeur, d’une situation de harcèlement, mais aussi d’une étudiante qui décompense son mal-être par une anorexie mentale ou plus terre à terre d’un étudiant sans ressources financières qui ne peut plus payer son loyer ou même sa nourriture et qui a faim ; sans parler des étudiant·es étranger·es privé·es de contacts avec leur famille. Et c’est à nous que l’on demande de l’aide. Cette demande nous honore car on nous croit solidaires et intelligents.

Elle nous embarrasse aussi car on n’apprend pas forcément la psychiatrie quand on est employé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Première chose à savoir :
cette demande peut être vitale, dernier espoir avant le suicide
.

Il est donc primordial d’accueillir immédiatement la personne en souffrance. Les aides à fournir varient en fonction de la cause mais il est capital d’avoir engagé un parcours d’aide ferme, clair et proche dans le temps, avant la fin du premier entretien : c’est ouvrir un espace d’espérance.

Continuer la lecture

L’insoutenable légèreté de la bureaucratie : comment (ne pas) aider un étudiant

  • Frédéric Le Roux, enseignant-chercheur à Sorbonne Université

L’histoire qui suit est probablement tristement banale. C’est l’histoire d’une tentative modeste, mais sans doute un peu trop optimiste, pour aider un étudiant dans le besoin. Une histoire dans laquelle toustes les collègues impliqué·e·s ont soutenu ma démarche, malgré son aspect inhabituel ; ce qui n’a pas empêché l’échec final, provoqué par l’alliance de la précarité et de la bureaucratie ordinaire.

Voici quelques détails.

À la fin du mois d’aout dernier a eu lieu la soutenance de M2 de O., étudiant étranger dont j’avais co-encadré le mémoire. O. a une proposition de thèse au Canada pour janvier 2022. En discutant avec lui, je découvre qu’après avoir bénéficié d’un financement prestigieux pour son M2, il est sans ressource depuis.

Je me tourne vers l’entité qui a financé son M2. Aucun prolongement de bourse n’est légalement possible, mais l’entité est disposée à accorder une gratification de stage pour quatre mois, environ 400€/mois, à condition qu’il soit inscrit à l’université. Je peux encadrer un tel stage. Problème : O. ne peut pas se réinscrire dans un M2 qu’il a validé. Après diverses discussion, le responsable de l’unité suggère de l’inscrire dans un autre de nos M2. Nos efforts pour faire aboutir cette idée sont résumés par la chronologie suivante  :

  • 17/09. O. tente de s’inscrire à la formation sur le site de l’université. Impossible car hors délai.
  • 17/09. Tentative avec un code différent, fourni par le responsable du M2. Impossible car nombre maximum d’inscriptions en master atteint. Le  responsable se tourne vers l’administration.
  • 1/10. Accord de l’administration pour l’inscription à l’Université.
  • 10/10. Demande d’information : inscription en cours de traitement.
  • 20/10. Inscription proche d’être finalisée, mais il faut payer 243€, et O. ne peut pas. J’avance l’argent.
https://www.flickr.com/photos/wolfsavard/3515272567/in/photolist-6mCG4H-8mWPzg-oQYioG-8mXn1F-7npLQf-6mCz4D-8n13Pb-skQwqo-JpdZzT-s4qztQ-2WByRk-nKiNgc-MZBGd-KqzuJ-83xhTY-MWpCk-nHigZU-snfNNU-nsSwVG-8n1ycN-8ab1qt-ozjKhT-ueubLU-he33JT-njXhAx-nHkFGQ-8n1JNo-ozoq59-nK1FJe-sJJipA-51BqE2-9QnEBj-nKkzL7-8mXyY6-MZBJb-ftKvHs-ny9Ud3-nK2WAg-sZEsTe-8n1WgG-KyEqX-833Jqo-3YbGn-nKc2qQ-eJDnvw-7zEmSw-nsXNX9-51FCZf-rsxGnu-6fN79S

Canadian geese, by Lara La Rose, 2009

  • 26/10. Réunion en visio avec 3 secrétaires et un responsable de formation pour s’expliquer.
  • 27/10. Inscription validée !
  • Continuer la lecture

Les étudiant·es aux Restos du coeur, par Brut

En passant

 

Bandeau. Resto du Cœur à Saint-Gilles. Crédit: Elio du Rupo, 23.12.2013

 

La “réponse” gouvernementale aux étudiant·es qui crèvent la dalle

Face à l’interminable file d’attente pour la distribution alimentaire, le 9 décembre 2021, Majdi Chaarana posait la questionQue fait le gouvernement pour répondre à cette crise sociale?” sur twitter.

Nous l’avons aussi relayée sur Academia.

Oyez oyez, voici la réponse, tombée sur le même réseau social seulement deux jour après que Majdi Chaarana l’ait posée !!!

A partir du constat que 37% des 18-24 ans sautent au moins un repas par semaine pour des raisons financières, le gouvernement exhorte les personnes de bonne volonté à “aider un étudiant grâce à des dons alimentaires” !

Vous ne nous croyez pas ? En voici la preuve:

#mêmepashonte #ResistESR

Grande distribution solidaire pour rompre avec la précarité et avec l’isolement. Place de la Sorbonne, Paris, 24 mars 2021

Un événement organisé par  Le Poing Levé P1, Le Poing Levé Paris 8 and neuf autres organisations

le mercredi 24 mars 2021, de 11h à 3h, Place de la Sorbonne, Paris

 GRANDE DISTRIBUTION SOLIDAIRE

pour rompre avec la précarité et l’isolement

Depuis plusieurs mois, la détresse dans la jeunesse a explosé au grand jour suite à la vague de suicides étudiants début 2021. Des gestes tragiques, qui ont montré de la manière la plus horrible la réalité d’une jeunesse qui n’en peut plus, après un an sans université et sans vie sociale.

Continuer la lecture

L’université Bordeaux-Montaigne répond à notre ministre … et dénonce les attaques de l’État à l’encontre des SHS

Le flot des critiques à l’encontre de Frédérique Vidal se poursuit avec cette fois-ci une prise de position de l’Université Bordeaux-Montaigne, qui par la voix de son président Lionel Larré, dénonce les attaques de l’État à l’encontre des sciences humaines et sociales.

Au-delà de rappeler l’indigence des accusations de la Ministre et de son absence totale de respect pour les libertés académiques, l’Université de Bordeaux-Montaigne l’invite aussi fermement à agir contre l’explosion de la précarité étudiante.

Enquête sur la situation étudiante : “l’enseigement supérieur face au corona”, par LesÉtudiantsVontBien

Petite contribution à une réflexion sur l’avenir de l’ESR

Il y a quelques jours a été publié sur Twitter un thread affirmant que le problème de la précarité étudiante pourrait être résolu si seulement on admettait que la place de la plupart des étudiant·es précaires n’est pas sur les bancs de l’université publique. Il s’agit du thread disponible juste ici pour les intéressé·es.

Face à cela, l’une de nos contributrices se propose de partager ici une version un peu remaniée de son avis original publié sur Twitter juste . Il s’agit de quelques réflexion sur la place de l’université aujourd’hui, son rôle dans les politiques d’emploi, d’intégration, de citoyenneté. En bref, une petite contribution à ce que pourrait être l’université, aux objectifs qu’elle pourrait se donner et à la signification politique de tout cela.

Cette tentative de contribution à la réflexion collective repose sur deux présupposés :

  1. L’autrice soutient ardemment l’idée d’une démocratisation des études supérieures, sans considérer que cette démocratisation doit nécessairement se faire par l’université comme espace.
  2. Elle considère que le problème réside bien plus dans l’allocation des moyens que dans les prétendues compétences de chacun(e) ou dans une notion de mérite.

Image par Michal Jarmoluk via Pixabay

En effet, cette question de la précarité étudiante et des débouchés post-diplômes turlupine la rédactrice de ce billet et cela d’autant plus qu’il ne lui semble pas, qu’en l’état, l’Université a les moyens de garantir la réussite de l’ensemble des étudiant·es qu’elle accueille.

Continuer la lecture

À l’EHESS, étudiant∙es en détresse surveillée

UPDATE. 12 février 2021

Depuis plusieurs semaines, les étudiant∙es de l’École des hautes études en sciences sociales se mobilisent : Masterant∙es et doctorant∙es sont très inquiets et inquiètes de leur situation et demandent à la présidence un soutien financier, des espaces de travail et de convivialité pour lutter contre l’isolement mais aussi des cours en hybride, de façon à ce que celles et ceux qui ont besoin de retrouver des relations de travail en présence, et celles et ceux qui ont quitté Paris ou Marseille, ou n’ont pas encore pu se rendre sur le sol de la métropole puissent suivre l’ensemble des séminaires, et pas uniquement ceux de tronc commun, que la direction des études a accordé en application de la circulaire présidentielle de janvier.

La situation de ces étudiant·es est grave. Alors que l’EHESS n’avait pas fait d’enquête lors du premier confinement contrairement à d’autres universités, une initiative — “Étudier à l’EHESS en temps de COVID” — d’un enseignant assisté d’une enseignante donne désormais la pleine mesure de la détresse que ces étudiant·es connaissent depuis la rentrée universitaire : 60% d’entre elleux disent éprouver un sentiment de mal‐être, de tristesse, de dépression, d’anxiété souvent ou en permanence ; plus de trois-quart d’entre elleux ont d’immenses difficultés à se concentrer, pour de multiples raisons matérielles et psychologiques, engageant à court terme leur devenir professionnel.

Academia a rassemblé ici une série de communiqués émanant des étudiant·es et des agents de l’établissement, ainsi que des médias documentant l’évacuation policière du samedi 6 février 2021. Les étudiant·es appellent à une distribution alimentaire et à un rassemblement contre les violences sociales, institutionnelles et policières.

Rassemblement contre la précarité étudiante

Vendredi 12 février, 12h, 54 bd Raspail. Paris 6e

Événement Facebook

RENCONTRE POUR LA SOLIDARITE ETUDIANTE – RASSEMBLONS-NOUS CONTRE LA VIOLENCE SOCIALE, POLICIERE ET D’ETAT.
ROUVRONS LES FACS! CHASSONS LA BAC!
Contre la précarité grandissante des étudiant.es, contre la violence institutionnelle et policière déployée contre les mobilisations étudiantes et pour le redéploiement des solidarités universitaires, étudiant.es, nseignant.es-chercheur.ses et personnel de toutes les facs, retrouvons-nous nombreux.ses vendredi midi devant les bâtiments de l’EHESS au 54 boulevard Raspail !
Vendredi soir, des étudiant.es de l’EHESS ont occupé leurs lieux d’étude dans le but de se réapproprier des espaces de solidarité, d’entraide et de travail. 14 camions de police pour expulser les étudiant.es, voilà la réponse du gouvernement et de la présidence de l’EHESS samedi matin face à la détresse et la précarité étudiante ! La répression policière est leur moyen pour combler l’insuffisance et le mépris des quelques mesures concédées.
Mais cela ne nous fera pas taire, nous appelons à la mobilisation collective et réaffirmons nos revendications :
    • Reprise effective de tous les cours au format hybride
    • Accès autonome et sans réservation à des salles de travail
    • Aide financière pour tou.tes les étudiant.es ( boursier ou non)
    • Augmentation des bourses, RSA dés 18 ans
    • Accès effectif à un soutien psychologique spécialisé
    • Accès au budget prévu pour les initiatives étudiant-es (épicerie, création artistique, activités sportives etc)
Grâce à la recup, nos mains et le soutien de collectifs retrouvons nous pour une DISTRIBUTION de panier de nourriture (légumes, fruits) + Sandwichs (vegan et non vegan) + produits hygiéniques (savon corps, shampoing, protections hygiéniques, dentifrice, brosse à dents)
L’AG des étudiant.e.s de l’EHESS qui ont hâte de vous rencontrer !

Vous aimez l’EHESS et son esprit critique : venez le dire avec des banderoles1 !

Continuer la lecture

  1. La rédaction cherche une photo de la banderole violette et verte bien connue. Écrire à la rédaction []