Orléans, mai 2020

Une université en France en 2020. À côté de la « continuité pédagogique », entre deux séances d’examens numériques, on essaie de faire en sorte que nos étudiant-e-s aient à manger. Bravo à toutes les personnes qui se mobilisent pour ces distributions.

C’est déjà tellement compliqué pour nos étudiant·es de passer des examens, d’écrire des mémoires dans ces conditions, quelquefois après avoir été enfermé·es pendant deux mois dans une petite chambre de CROUS. Ils et elles ne devraient pas en plus à avoir à se demander comment avoir de quoi manger. On n’imagine pas la précarité des étudiant-e-s qui ont perdu leur boulot à cause du coronavirus et qui se retrouvent sans ressources. Dans quel monde on vit pour que leur survie alimentaire soit assurée par des initiatives personnelles?

 

Confinée libérée – édition du WE – 2-3 mai 2020

Édition du WE. Samedi 2 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #4
  • 27 avril 2020 – Chroniques d’une apocalypse universitaire annoncée – épisode 2
    2025, le monde a été transformé par une pandémie mondiale, dont la gestion sociale et politique désastreuse a bouleversé la société. La nouvelle fiction des Facs et Labos en Lutte explore un futur possible de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’épisode 2 raconte “les jours d’après” : l’annonce du confinement, les réactions insolites dans l’ESR et la mise en place de la “continuité pédagogique”.

  • 28 avril 2020 –  Vers l’autonomie des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes
    En France, selon une étude faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 2016, 22,7% des étudiant·es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, dont seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un·e étudiant·e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 2016, 20% des étudiant·es vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteur·tricess ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ? (Article publié en partenariat avec Academia).

Crédit: Elsa Broclain lors de la manifestation parisienne du 5 mars 2020.

  • 29 avril 2020« En résidence CROUS ou dans les palais de la République, les priorités ne sont pas les mêmes »
    Aujourd’hui, la Confinée Libérée donne à la parole à S., syndiquée à Solidaires Etudiant·es, assistante d’éducation (AED) dans un collège et étudiante en M2 de sciences politiques à l’Université Paris 8. Elle revient sur la précarité étudiante, en s’appuyant sur le récit et les analyses des mobilisations du mois de novembre suite à l’immolation d’un étudiant de Lyon II, jusqu’aux dernières initiatives qui ont émergé depuis le début de la crise sanitaire et du confinement, pour assurer la distribution de colis alimentaires aux étudiant·es.

Crédits: Solidaires étudiant-es

  • –  Face à la crise écologique, la recherche doit être publique et indépendante ! Entretien avec Hendrick Davi, directeur de recherche en écologie à l’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE).
    Au-delà de la pandémie actuelle, nos organisations sociales sont face à un défi gigantesque : limiter la destruction écologique liée aux activités humaines (effondrement de la biodiversité, changement climatique, pollutions de l’air, des sols, de l’eau…) et s’adapter à des conditions de vies d’ores et déjà modifiées. La recherche scientifique et la diffusion des savoirs ont été des éléments majeurs dans la formalisation de ces problématiques. Hendrik Davi, chercheur en écologie, aborde dans cette interview comment faire le lien aujourd’hui entre science et société pour faire face à ce défi, et comment les conditions de travail de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) en France impactent directement la plus ou moins grande réussite de cette mise en lien.

Crédit: ligne de contact avec la foret et les terrains agricoles par Kate Evans/CIFOR

L’étudiant qui s’était immolé à Lyon est « totalement réveillé » annonce sa famille, selon Actu

Anas, l’étudiant de 22 ans qui s’est volontairement immolé devant le Crous de Lyon le 8 novembre 2019 est « totalement réveillé » annonce sa famille ce jeudi 30 avril 2020.

Les proches de l’étudiant qui s’est immolé à Lyon (Rhône) s’étaient rassemblés devant le Crous de Lyon quatre jours après son acte pour afficher leur solidarité et revendiquer la dimensions politique de son geste. (©FH / Actu Lyon )

(…)

C’est sur la page Facebook « Soutenons Anas et sa famille », que la sœur du jeune homme a pris la parole pour révéler la nouvelle. « C’est avec une grande joie que je vous annonce qu’Anas est réveillé, depuis quelques semaines maintenant. Il était de moins en moins sédaté et était réveillé d’abord 1h par jour puis 2h etc. Jusqu’à être totalement réveillé », raconte-t-elle.

Nous sommes extrêmement heureux et heureuses de cette bonne nouvelle et souhaitons lui dire que nous sommes toujours et encore plus mobilisé·es pour que la précarité et la pauvreté étudiante soient anéanties.

Lire la suite sur Actu.fr

19 novembre 2019.  Étudiants, personnels administratifs et militants ont participé au rassemblement. DDM – A.P.

Vers l’autonomie des Universités des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes

  • par Léa Alexandre, étudiante en Master Politiques et gestions de la culture en Europe, Institut d’Études Européennes, Université de Paris-8

Le 8 novembre 2019, un étudiant de 22 ans s’immole devant le bâtiment du CROUS de Lyon-2 où il étudie, après avoir publié un long message sur le réseau social facebook dans lequel il dénonce les éléments qui l’ont poussé à faire ce geste. Le troisième paragraphe de sa publication revendique la mise en place d’un salaire universel étudiant : « Je reprends donc une revendication de ma fédération de syndicats aujourd’hui, avec le salaire étudiant et, d’une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu’on ne perde pas notre vie à la gagner », réactivant ainsi un des leitmotivs des milieux militants étudiants français. De nombreux média et détracteurs ont dénoncé un réemploi par l’extrême gauche d’ « un drame singulier », à l’instar de Jean-Francis Pécresse dans « Pas de salaire pour étudier » (Les Échos, 13 novembre 2019), qui souligne à quel point la France est pionnière en matière d’aides sociales pour ses étudiants.

Figure 1. Source – “Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s.”, Observatoire national de la vie étudiante, 2016.

Or en France, selon une étude  faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 20161, 22,7 % des étudiant∙es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, parmi lesquel∙les seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un∙e étudiant∙e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 20162, 20% des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. Selon une enquête sur la santé des étudiants menée par l’Observatoire national de la vie étudiante en 20183, près d’un tiers des étudiants ne se soignent pas par faute de moyens. Il peut s’étonner alors que, sur l’année 2018/2019, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) annonçait 38% des étudiants étaient boursiers4. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteurs ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ?

Figure 2. Source – “Repères sur la santé des étudiants”, Observatoire national de la vie étudiante, 2018.

Deux analyses peuvent contribuer à répondre à ces questions : la première considère les raisons de l’échec d’un revendication historique par les milieux étudiants militants, de la rémunération étudiante ; la seconde analysera l’ « utopie budgétaire » que le salaire étudiant représente, à partir des exemples scandinaves qui le pratique, en examinant les différentes critiques dont il fait l’objet.

La rémunération étudiante : une revendication ancienne dans les milieux militants

La question de la mise en place d’une rémunération étudiante est apparue très tôt dans les milieux militants universitaires. Tantôt nommée “présalaire”, “salaire étudiant”, “allocation d’autonomie”, “allocation d’études”, elle a figuré de manière omniprésente dans les débats concernant la valorisation du statut d’étudian∙et, statut transitoire entre le jeune scolarisé et le jeune salarié qui peine à trouver sa place dans le système néolibéral. Au moment de l’après-guerre, les discussions autour de cette rémunération du travail étudiant se sont cristallisés lors d’un congrès de l’UNEF en 1946 où a été réalisée la charte de Grenoble revendiquant cet adage : “un étudiant est un jeune travailleur intellectuel”, présentant alors le salariat comme un droit pour l’étudiant∙e. Il s’agissait ainsi pour l’UNEF de conduire à la reconnaissance de l’étudiant∙e comme travailleur∙se∙, de faire reconnaître l’existence d’une population étudiante nombreuse et qualifiée, et de valoriser ce qu’elle apporte à la société. Pour se faire, il a été question de défendre la valeur sociale du travail étudiant, qui bénéficie à l’individu et à la société, tout comme le travail d’un salarié a une valeur productive qui bénéficie à la société. Continuer la lecture

  1. « Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s. », Observatoire national de la vie étudiante, 2016. (voir fig. 1. []
  2. Revenu, niveau de vie et pauvreté en 2016, INSEE, réalisé en 2016 et publié le 20 décembre 2018. []
  3. « Repères sur la santé des étudiants », Observatoire national de la vie étudiante, 2018. []
  4. MESRI, “Les boursiers sur critères sociaux en 2018/2019”, Note Flash n°19, publié en octobre 2019. []

Orléans. Les étudiant·es reçoivent de l’aide alimentaire

Sur le campus d’Orléans, une distribution alimentaire pour les étudiants victimes du confinement

ORLÉANS, Loiret – L’université d’Orléans a procédé mercredi à la distribution de colis alimentaires au bénéfice des centaines d’étudiants restés confinés dans leur chambre et qui ont du mal à se nourrir.

Crédit photo: Association La Chorba

« Avancez-vous en respectant les distances de sécurité », lance un membre de l’UFR Sciences et Techniques, invitant les étudiants à entrer dans une salle du bâtiment des Sciences où se trouvent du lait, des pâtes, des gâteaux, des boîtes de maquereaux, mais aussi des produits d’hygiène collectés auprès d’un supermarché local.

Ils sont près d’une centaine à faire la queue.

“La première solution trouvée avait été de leur attribuer des bons d’achat dans l’un des supermarchés du centre-ville. Mais la distance entre le campus et le centre (une douzaine de kilomètres, ndlr) et le temps d’attente pour respecter les règles de distanciation sociale rendaient les choses compliquées”, déclare à Reuters Marielle Brame, présidente locale du syndicat étudiant UNEF.

Continuer la lecture

Enquête sur les conditions d’étude en période de confinement auprès d’étudiant∙es de sociologie de l’Université de Lorraine (Nancy)

  • Synthèse réalisée par Simon Paye et Elsa Martin

Ce compte-rendu d’enquête vient s’ajouter à ceux déjà publiés par des collègues des universités de Grenoble, de Nanterre, de Dauphine, de Paris 8, ainsi que de Rennes 2.

À Nancy, le conseil de formation de l’Université de Lorraine a indiqué que « des possibilités d’examen à distance sont bien réelles et opérationnelles. Il appartient à chacun d’adapter l’évaluation au regard des possibilités offertes. » Nous souhaitions avant tout vérifier s’il était possible pour tous les étudiants de poursuivre leurs études à distance et sans interaction en présentiel avec leurs enseignants et leurs camarades de promotion. Sont abordés ici les aspects matériels de la question du travail à distance, ce qui constitue à nos yeux une des bases essentielles pour l’appréhender sereinement.

Méthodologie d’enquête et profil des répondants

Un court questionnaire (19 questions, cf. Rapport complet) a été envoyé à l’ensemble des étudiants de sociologie de Nancy sur leur messagerie électronique de l’université. Nous avons également mis sur l’ENT le lien vers le questionnaire et avons demandé aux tuteurs de relayer l’information sur les réseaux sociaux (Facebook, Messenger).

La première sollicitation auprès des étudiants a été faite le vendredi 3 avril et a été suivie de deux relances (les 6 et 7 avril). L’analyse des données porte sur les questionnaires exploitables à la date du 8 avril. Les étudiants ont donc eu 5 jours complets pour répondre.

On compte 299 étudiants officiellement inscrits au semestre B de l’année 2019-2020 en sociologie à Nancy. Au total, l’enquête en ligne a conduit à la collecte de 210 questionnaires exploitables (sans doublons). Le taux de réponse s’élève à 70,2% (cf. Tableau 1). Ce taux plutôt élevé n’est pas pour autant satisfaisant, puisque nous restons sans nouvelle de 89 étudiants. On ne peut connaître les raisons de leur absence parmi les répondants, mais on peut faire l’hypothèse que la part des étudiants mal équipés pour étudier à distance est plus élevée parmi les non-répondants à l’enquête. Ainsi, les problèmes rencontrés pour étudier à distance seront sans doute sous-estimés dans nos analyses.

Tableau 1 : Nombre d’inscrits et de répondants par année

Effectifs des inscrits Effectifs des répondants Taux de réponse
L1 142 67 47,2%
L2 68 52 76,5%
L3 52 43 82,7%
M1 23 17 73,9%
M2 24 12 85,7%
Ensemble 299 21 70,2%

Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année, qui ne sont que 47,2% à avoir répondu à l’enquête. De manière générale, le taux de réponse croît avec le niveau d’études, pour atteindre chez les étudiants en master 2 un niveau très élevé, autour de 85%.

Il est utile de rappeler que parmi les étudiants en sociologie, plus de 60% sont des femmes et que seule la promotion de master 2 compte plus d’hommes que de femmes (respectivement 6 et 8). Les profils d’âge sont relativement homogènes en L1 et en L2, puis plus dispersés dans les années d’études ultérieures.

Dans le questionnaire, nous avons fait le choix de limiter le nombre de questions pour obtenir un taux de réponse le plus élevé possible. Nous n’avons donc pas inclus de questions visant à objectiver les positions et les trajectoires sociales des étudiants. Une question en revanche permet de connaître leurs conditions de logement et de vie au moment de l’enquête :

  • les trois quarts des enquêtés déclarent vivre dans un ménage de plusieurs personnes au moment de l’enquête ;
  • ils sont un peu plus de 7% à vivre seuls ;
  • ils sont 4% à vivre en résidence universitaire.

Il est difficile de savoir lesquelles de ces situations sont les plus propices pour faire face à l’épreuve du confinement.

https://actu.fr/societe/blocage-facs-metz-de-nancy-cours-annules-reportes-examens-maintenus_16393177.html

Etudiant-es à Nancy (2018),

Principaux enseignements

Consulter des contenus ou déposer des devoirs est permis par l’existence de plusieurs supports de communication internes à l’Université de Lorraine, mis à disposition sur un Environnement Numérique de Travail, supposés favoriser le maintien des liens entre étudiants et enseignants.

Continuer la lecture

Université de Paris-8 et AMU : nos étudiant∙es ont faim

Solidaires étudiant.es Paris8, RUSF Paris8, l’antenne du Secours Populaire de Paris8 et des membres de notre université se sont mobilisé.es pour venir en aide au premier problème rencontré actuellement par les étudiant.es : LA FAIM !!
Nous organisons des distributions avec le Secours Populaire, par lots de 100 colis alimentaires devant Paris8  – et à domicile pour les étudiant.es malades, handicapé.e ou sans papier.
En 3 jours, notre petit collectif a reçu 700 mails de demande de colis alimentaire. Une intense détresse émane de la plupart des messages. Certain.es en sont déjà à plusieurs jours voire semaines de disette.
Aller sur le site de la collecte en ligne pour l’Université de Paris-8.
À Aix-Marseille Université, les paniers-repas fournis aux étudiants par le CROUS et AMU, l’UNEF s’est mis à le faire également pour compléter ce que font ces institutions et il lance un appel au don.
L’EHESS va remettre plus de 300€ à tous les étudiant·es qui en ont fait la demande, sur justificatif, pour pallier les besoins les plus criants.

« Privés de jobs, cloîtrés, les étudants les plus démunis sont tenaillés par la faim et l’angoisse »

Tribune. La faim. Vous avez bien lu. C’est elle qui menace les étudiantes et les étudiants restés confinés dans les logements de leur centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) ou dans leurs studios de location. Depuis un mois déjà, restaurants universitaires, épiceries solidaires et autres relais d’alimentation habituels ont fermé leurs portes. Les campus déserts prennent l’allure de no man’s land.

Les étudiantes et les étudiants qui le pouvaient ont rejoint leur famille. Mais pas les étrangères et les étrangers, pas celles et ceux qui vivent loin de leurs proches ou « en rupture de ban », pas les précaires enfin. Tous ceux-là sont restés isolés, parfois sans connexion Internet, voire sans ordinateur – à plusieurs kilomètres du premier supermarché, s’il peut encore leur être utile. Privés de leurs jobs étudiants, ils et elles n’ont d’autre choix que de rester cloîtrés, tenaillés par la faim. La faim et l’angoisse. Celle qui naît du sentiment d’avoir été oublié de tous.

Le Monde, 14 avril 2020

Comment en sommes-nous arrivés là ? Les Crous se félicitent d’avoir adopté des « dispositifs d’urgence » : distributions de bons d’achat dématérialisés, prises de contact par téléphone, mises à disposition de paniers repas… En réalité, tributaires de leurs méthodes de recensement et d’évaluation sociale, de tels dispositifs ont moins apaisé la faim que la mauvaise conscience.

La mobilisation de la société civile

Leurs rouages se sont empêtrés dans des monceaux de formulaires et de pièces justificatives, interdisant à nombre d’étudiantes et d’étudiants d’accéder aux soutiens auxquels ils et elles ont droit. Aux lourdeurs administratives et au manque de moyens, humains et financiers, s’est ajoutée l’absence d’information claire et accessible : serveurs saturés, standards téléphoniques occupés, aucun affichage papier sur les campus, assistantes sociales et assistants sociaux en sous-effectif…

Pis, loin de prendre la mesure de l’urgence, le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (Cnous) aggrave les conditions de vie des plus vulnérables en exonérant de loyer seulement les étudiantes et les étudiants qui ont pu regagner leur foyer familial. Tous ceux qui n’ont pu faire autrement que de rester sont mis en demeure de payer. Or, ce sont précisément les plus démunis, celles et ceux que le confinement plonge dans la déréliction.

Face à cette incurie, la société civile s’est mobilisée. Sur le campus bordelais, par exemple, un collectif composé d’étudiantes et d’étudiants, de doctorats et de doctorants, ainsi que de maîtresses et maîtres de conférences s’est constitué pour venir en aide aux étudiantes et aux étudiants. Grâce aux dons recueillis en ligne, le collectif « Solidarité continuité alimentaire Bordeaux » a livré près de 800 colis alimentaires, sur environ 950 demandes enregistrées. Son action courageuse, menée dans le respect des mesures sanitaires, a été couverte par la presse.

Besoin d’une aide d’urgence organisée par le gouvernement

Des actions comparables prennent forme ailleurs. Comble de malchance, la cagnotte en ligne ouverte par le collectif a été bloquée, le gestionnaire du site arguant de mesures de sécurité. Ce blocage a contraint les bénévoles à œuvrer sur leurs deniers personnels, puis à suspendre leurs activités, le 10 avril. Depuis, les demandes continuent d’affluer, sans aucune réponse possible. Certains étudiants ont maintenant passé plusieurs jours sans manger…

Ce qui est fait pour les sans-domicile-fixe et dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ne l’est toujours pas pour ces invisibles. Question aux universités : pourquoi n’ont-elles pas débloqué d’urgence leurs fonds de solidarité étudiants ? Même si certaines universités ont déjà mis en place des actions d’aide sociale, elles ne sauraient, vu l’ampleur des besoins, se substituer à une aide d’urgence organisée par le gouvernement.

Quand les pouvoirs publics responsables ne répondent plus et que les bonnes volontés sont dans l’impasse, comment éviter l’escalade ? Isolés, sous-alimentés, incapables de payer leur loyer, a fortiori de continuer d’étudier, certaines étudiantes et certains étudiants ont perdu tout espoir. Comment les empêcher de craquer ? Des cas de suicide ou de décès sur les campus ont été déjà été signalés dans la presse. Ces tragédies augurent-elles de la catastrophe à venir ? Que faire pour empêcher le pire d’arriver ?

Porter assistance aux étudiants

Les solutions ne peuvent venir que des responsables au plus haut niveau : celles et ceux qui ont entre leurs mains le pouvoir de décider. Autrement dit, le Cnous et le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, dont il dépend. C’est à eux qu’il revient d’agir vite, c’est eux que nous interpellons !

Nous proposons les mesures suivantes :

  • l’annulation immédiate de tous les loyers Crous ;
  • la simplification et l’accélération de toutes les procédures d’aide alimentaire, financière, et informatique, associée à une communication sur le terrain ;
  • la mise en œuvre d’une assistance psychosociale adaptée ;
  • enfin, et il s’agit du simple bon sens, la subordination de la « continuité pédagogique » à la certitude de pouvoir manger à sa faim.

Car exiger d’étudiantes et d’étudiants qu’ils continuent d’apprendre et d’être évalués le ventre vide n’est pas seulement absurde, mais cruel et inhumain. C’est ajouter à la peur du lendemain l’angoisse d’échouer. Face à cette pression intolérable, c’est la vie de milliers d’étudiantes et d’étudiants qui est aujourd’hui menacée. Comme notre président s’y est engagé dans son allocution du 13 avril, il revient au gouvernement de leur porter assistance. Maintenant.

Premiers signataires : Etienne Balibar, professeur émérite de philosophie politique, université Paris-10-Nanterre ; Ludivine Bantigny, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, université de Rouen ; Marc Crépon, directeur de recherches en philosophie, CNRS/ENS/PSL ; Pierre Antoine Fabre, directeur d’études, EHESS ; Bernard Friot, professeur émérite de sociologie, université Paris-10-Nanterre ; Mathilde Larrère, maîtresse de conférences en histoire politique du XIXsiècle, université Gustave-Eiffel ; Frédéric Le Roux, professeur des universités, mathématiques, Sorbonne université ; Jean-Claude Monod, directeur de recherches au CNRS) ; Willy Pelletier, sociologue, université de Picardie, coordinateur général de la fondation Copernic ; Guislaine Refrégier, maîtresse de conférences en biologie, université Paris-Saclay ; Marina Seretti, maîtresse de conférences en philosophie, université Bordeaux-Montaigne ; Nathalie Sigot, professeure d’économie, université Paris-I-Panthéon-Sorbonne ; Barbara Stiegler, professeure de philosophie politique, université Bordeaux-Montaigne ; Constance Valentin, CR CNRS Physique, université de Bordeaux ; Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite d’histoire, université Claude-Bernard-Lyon-1

Le texte de la tribune publiée dans le le quotidien Le Monde du mercredi 15 avril 2020

La liste complète des signataires est accessible en cliquant sur ce lien