Grande distribution solidaire pour rompre avec la précarité et avec l’isolement. Place de la Sorbonne, Paris, 24 mars 2021

Un événement organisé par  Le Poing Levé P1, Le Poing Levé Paris 8 and neuf autres organisations

le mercredi 24 mars 2021, de 11h à 3h, Place de la Sorbonne, Paris

 GRANDE DISTRIBUTION SOLIDAIRE

pour rompre avec la précarité et l’isolement

Depuis plusieurs mois, la détresse dans la jeunesse a explosé au grand jour suite à la vague de suicides étudiants début 2021. Des gestes tragiques, qui ont montré de la manière la plus horrible la réalité d’une jeunesse qui n’en peut plus, après un an sans université et sans vie sociale.

Continuer la lecture

L’université Bordeaux-Montaigne répond à notre ministre … et dénonce les attaques de l’État à l’encontre des SHS

Le flot des critiques à l’encontre de Frédérique Vidal se poursuit avec cette fois-ci une prise de position de l’Université Bordeaux-Montaigne, qui par la voix de son président Lionel Larré, dénonce les attaques de l’État à l’encontre des sciences humaines et sociales.

Au-delà de rappeler l’indigence des accusations de la Ministre et de son absence totale de respect pour les libertés académiques, l’Université de Bordeaux-Montaigne l’invite aussi fermement à agir contre l’explosion de la précarité étudiante.

Enquête sur la situation étudiante : « l’enseigement supérieur face au corona », par LesÉtudiantsVontBien

Petite contribution à une réflexion sur l’avenir de l’ESR

Il y a quelques jours a été publié sur Twitter un thread affirmant que le problème de la précarité étudiante pourrait être résolu si seulement on admettait que la place de la plupart des étudiant·es précaires n’est pas sur les bancs de l’université publique. Il s’agit du thread disponible juste ici pour les intéressé·es.

Face à cela, l’une de nos contributrices se propose de partager ici une version un peu remaniée de son avis original publié sur Twitter juste . Il s’agit de quelques réflexion sur la place de l’université aujourd’hui, son rôle dans les politiques d’emploi, d’intégration, de citoyenneté. En bref, une petite contribution à ce que pourrait être l’université, aux objectifs qu’elle pourrait se donner et à la signification politique de tout cela.

Cette tentative de contribution à la réflexion collective repose sur deux présupposés :

  1. L’autrice soutient ardemment l’idée d’une démocratisation des études supérieures, sans considérer que cette démocratisation doit nécessairement se faire par l’université comme espace.
  2. Elle considère que le problème réside bien plus dans l’allocation des moyens que dans les prétendues compétences de chacun(e) ou dans une notion de mérite.

Image par Michal Jarmoluk via Pixabay

En effet, cette question de la précarité étudiante et des débouchés post-diplômes turlupine la rédactrice de ce billet et cela d’autant plus qu’il ne lui semble pas, qu’en l’état, l’Université a les moyens de garantir la réussite de l’ensemble des étudiant·es qu’elle accueille.

Continuer la lecture

À l’EHESS, étudiant∙es en détresse surveillée

UPDATE. 12 février 2021

Depuis plusieurs semaines, les étudiant∙es de l’École des hautes études en sciences sociales se mobilisent : Masterant∙es et doctorant∙es sont très inquiets et inquiètes de leur situation et demandent à la présidence un soutien financier, des espaces de travail et de convivialité pour lutter contre l’isolement mais aussi des cours en hybride, de façon à ce que celles et ceux qui ont besoin de retrouver des relations de travail en présence, et celles et ceux qui ont quitté Paris ou Marseille, ou n’ont pas encore pu se rendre sur le sol de la métropole puissent suivre l’ensemble des séminaires, et pas uniquement ceux de tronc commun, que la direction des études a accordé en application de la circulaire présidentielle de janvier.

La situation de ces étudiant·es est grave. Alors que l’EHESS n’avait pas fait d’enquête lors du premier confinement contrairement à d’autres universités, une initiative — « Étudier à l’EHESS en temps de COVID » — d’un enseignant assisté d’une enseignante donne désormais la pleine mesure de la détresse que ces étudiant·es connaissent depuis la rentrée universitaire : 60% d’entre elleux disent éprouver un sentiment de mal‐être, de tristesse, de dépression, d’anxiété souvent ou en permanence ; plus de trois-quart d’entre elleux ont d’immenses difficultés à se concentrer, pour de multiples raisons matérielles et psychologiques, engageant à court terme leur devenir professionnel.

Academia a rassemblé ici une série de communiqués émanant des étudiant·es et des agents de l’établissement, ainsi que des médias documentant l’évacuation policière du samedi 6 février 2021. Les étudiant·es appellent à une distribution alimentaire et à un rassemblement contre les violences sociales, institutionnelles et policières.

Rassemblement contre la précarité étudiante

Vendredi 12 février, 12h, 54 bd Raspail. Paris 6e

Événement Facebook

RENCONTRE POUR LA SOLIDARITE ETUDIANTE – RASSEMBLONS-NOUS CONTRE LA VIOLENCE SOCIALE, POLICIERE ET D’ETAT.
ROUVRONS LES FACS! CHASSONS LA BAC!
Contre la précarité grandissante des étudiant.es, contre la violence institutionnelle et policière déployée contre les mobilisations étudiantes et pour le redéploiement des solidarités universitaires, étudiant.es, nseignant.es-chercheur.ses et personnel de toutes les facs, retrouvons-nous nombreux.ses vendredi midi devant les bâtiments de l’EHESS au 54 boulevard Raspail !
Vendredi soir, des étudiant.es de l’EHESS ont occupé leurs lieux d’étude dans le but de se réapproprier des espaces de solidarité, d’entraide et de travail. 14 camions de police pour expulser les étudiant.es, voilà la réponse du gouvernement et de la présidence de l’EHESS samedi matin face à la détresse et la précarité étudiante ! La répression policière est leur moyen pour combler l’insuffisance et le mépris des quelques mesures concédées.
Mais cela ne nous fera pas taire, nous appelons à la mobilisation collective et réaffirmons nos revendications :
    • Reprise effective de tous les cours au format hybride
    • Accès autonome et sans réservation à des salles de travail
    • Aide financière pour tou.tes les étudiant.es ( boursier ou non)
    • Augmentation des bourses, RSA dés 18 ans
    • Accès effectif à un soutien psychologique spécialisé
    • Accès au budget prévu pour les initiatives étudiant-es (épicerie, création artistique, activités sportives etc)
Grâce à la recup, nos mains et le soutien de collectifs retrouvons nous pour une DISTRIBUTION de panier de nourriture (légumes, fruits) + Sandwichs (vegan et non vegan) + produits hygiéniques (savon corps, shampoing, protections hygiéniques, dentifrice, brosse à dents)
L’AG des étudiant.e.s de l’EHESS qui ont hâte de vous rencontrer !

Vous aimez l’EHESS et son esprit critique : venez le dire avec des banderoles1 !

Continuer la lecture

  1. La rédaction cherche une photo de la banderole violette et verte bien connue. Écrire à la rédaction []

Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture, Street Press, 26 janvier 2021

En passant

Le 19 janvier, Mégane, 26 ans, est mise à la porte de sa chambre étudiante gérée par le Crous. Une expulsion menée par un huissier, sans la présence des forces de l’ordre. Depuis elle alterne nuits à l’hôtel et dans sa voiture.

Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture

Mardi 19 janvier 2021, Lille (59) – Le Crous met à la rue Mégane, étudiante en sociologie. L’expulsion est, raconte la jeune femme, exécutée de force et sans l’autorisation du préfet par maître José L., huissier de justice à Roubaix. Pour l’occasion, il est accompagné de deux « témoins » et d’un serrurier. Alors que l’État d’urgence sanitaire impose un couvre-feu à 18 heures et que la météo est glaciale, l’étudiante alterne désormais les nuits dans sa voiture et à l’hôtel.

Mégane, 26 ans, donne rendez-vous à côté de sa Peugeot qui fait office d’abri depuis mardi. Elle est calme et souriante malgré la situation mais déterminée à faire valoir ses droits. Elle est en rupture familiale depuis ses 15 ans :

« Mes parents ne sont pas dans la métropole lilloise et ne m’ont jamais aidée. »

À la sortie du lycée, elle enchaîne les petits boulots puis travaille un an pour une association pour laquelle elle distribue des paniers alimentaires. C’est en 2018, qu’elle décide de reprendre ses études. Elle s’inscrit en Licence de psychologie à l’Université de Lille. Après deux premières années difficiles, elle se réoriente en septembre dernier en sociologie. Son année, comme beaucoup d’étudiants, est compliquée : confinement, couvre-feu, cours à distance. Sa situation financière est précaire : elle ne peut plus prétendre aux bourses étudiantes.

Pour lire la suite de l’article sur le site de Street Press →

LUTTE, le labo des initiatives citoyennes: Sit-in étudiant à Toulouse

[Photo-sonore] «Combien de suicides faudra-t-il?»

Jeudi 21 janvier, des centaines d’étudiant·es ont manifesté place du Capitole à Toulouse. Face à l’extrême précarité économique et psychique de leurs situations, ils demandent la réouverture des universités. Les appels à la mobilisation se multiplient pour s’auto-organiser, se soutenir et s’opposer aux « mesures liberticides ».

Pour en savoir plus, lire le texte de LUTTE sur le Blog de Médiapart.

Plusieurs d’entre eux/elles se sont livré.e.s au micro et à l’objectif de LUTTE.

Retrouvez les témoignages sonores de Juliette, Leia, Eva, Eva, Rachel, Mathéo, X (anonyme), Lucile et Damien sur souncloud.

Des centaines d’étudiants et de professeurs place du Capitole à Toulouse © Justin Carrette

 

« Pandémie : des étudiants sacrifiés », Les Pieds sur terre, France Culture, 19 janvier 2021

Les organisations syndicales étudiantes appellent à la grève le 26 janvier!