Non aux chaires de professeur junior à Paris 1 !

  • par les Doctorant·es mobilisé·es pour l’Université de Paris 1

Version .pdf        –     version en ligne

À l’automne, c’est avec grand étonnement que nous avons vu être abordée, en commission de la recherche, la question des chaires juniors, et ce sans en avoir été informé·es auparavant. À l’étonnement a succédé la colère lorsque, au détour des questions diverses, nous avons appris le 11 janvier dernier que la présidence comptait mettre au vote des conseils la mise en place de ces contrats, sans la concertation préalable qui nous avait été promise en commission de la recherche. Si sur le fond la présidence peut défendre une position, nous sommes floué·es sur la forme : le conseil académique devant trancher cette question se réunira en formation restreinte. Aucun·e doctorant·e ne pourra siéger, alors que nous sommes concerné·es au premier chef par cette question. Présentée comme “solution la moins pire” par certain·e·s, voire comme “bonne solution” par d’autres, nous tenions à rappeler à tou·te·s et à chacun·e que financer de la précarité sur de la précarité n’est pas acceptable.
Les éléments de communication du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) font de ce dispositif un moyen de développer “des carrières plus attractives”. Ainsi, les chaires juniors visent à permettre aux jeunes chercheur·se·s d’accéder plus rapidement à un poste, de favoriser le développement de disciplines émergentes, de mettre en avant les projets de recherche, en sortant des logiques disciplinaires et en prenant en compte “la diversité des mérites des candidats”, de réduire la précarité des années d’après thèse puisque ce dispositif a “vocation à déboucher sur de l’emploi titulaire”. Pour autant, ces belles intentions affichées par le ministère ne doivent pas faire oublier les dangers liés au développement de ces chaires juniors.

Logo de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Continuer la lecture

Corrections de copies non payées : vous en reprendrez bien un lot !? Premier bilan

Combien de copies corrigez-vous gratuitement ce semestre ? L’équipe de “Précarités de l’ESR mobilisées” organise une enquête sur ces tâches de correction réalisées chaque année gracieusement par des non-titulaires de l’ESR.
Voici un bilan d’étape au 31 décembre 2021. L’enquête est toujours en cours. Vous êtes non-titulaire et vous souhaitez y participer ? Remplissez le formulaire de l’enquête.

Nombre de copies que des non-titulaires de l’ESR (20) ont accepté ou refusé de corriger gratuitement lors du 1er semestre de l’année universitaire 2021-22. Relevé réalisé le 31 décembre 20211.

19 non-titulaires (ATER, vacataires, doctorant·es contractuel·les, lecteur·rices) nous ont fait connaître le nombre de copies qu’ils/elles devaient corriger gratuitement pour le premier semestre de l’année 2021-2022. D’autres non-titulaires nous ont également fait connaître les pratiques en matière de correction de copies dans leur composante, ou encore leurs conditions de travail (exemple : rendre 3 notes par étudiant·e pour un TD en accueillant 60…). Nous ne comptons, dans les copies corrigées gratuitement, que celles qui ne correspondent pas à des enseignements assurés par les non-titulaires.

Vous trouverez ci-dessous les réponses apportées aux questions posées dans le cadre de cette enquête. Pour préserver l’anonymat des répondant·es, nous avons choisi de présenter les réponses question par question.

Quelles sont les disciplines concernées par ces corrections de copies gratuites ?

Droit, biologie, géographie, sociologie, sciences du langage, sciences de l’éducation

Combien de copies gratuites les non-titulaires concerné·es corrigent-ils/elles ?

De 31 à 312 copies (nombreu·ses sont les répondant·es à corriger plus de 100 copies gratuitement).

Pourquoi ces non-titulaires réalisent-ils/elles ces corrections gratuitement ?

« Pour les étudiant.e.s : pour éviter que leurs notes soient trop basses. Le professeur des universités qui a en charge le cours note très durement et a prétexté une “double” correction sans me prévenir en amont. Joyeux Noël. » (décembre 20201)

« Je découvre que la correction des copies de partiel est censée être à la charge exclusive du chargé de CM » (décembre 2021)

Continuer la lecture

  1. Nombre de répondant·es au sondage ayant corrigé des copies gratuitement : 19
    Nombre de répondant·es au sondage ayant refusé de corriger des copies gratuitement : 1 []

Italie : victoire totale pour Precari Uniti CNR

English below

Le 18 novembre, une occupation permanente au Conseil national italien de la recherche (CNR) a été initiée par ses travailleurs précaires avec  les syndicats afin d’exprimer leur insatisfaction devant l’absence de volonté de mener à bien le processus de stabilisation [de l’emploi]. La mobilisation a eu un fort impact médiatique : un grand nombre d’articles de journaux ont été publiés et plusieurs reportages diffusés. Plusieurs hommes politiques, de différents partis, ont soutenu les travailleurs temporaires. L’ancien premier ministre Giuseppe Conte lui-même a directement interpelé la président du CNR :

“Les ressources économiques sont là ! Le deuxième gouvernement Conte a alloué 22,8 millions dans le décret de relance 2020, 3,3 millions ont été alloués à cette fin dans la loi budgétaire 2021 et 10 millions supplémentaires sont inclus dans la manœuvre en cours de discussion. On ne peut pas parler tous les jours de “jeunes”, d'”avenir” et d'”espoir” et ne pas intervenir de manière décisive sur une question aussi cruciale. Éliminer le chantage à la précarité de leur vie et de celle de nombreuses excellences italiennes est un devoir moral pour toute la classe dirigeante italienne”.

Il a ajouté :

“Investir dans la recherche est une prérogative indispensable pour l’Italie et les deux dernières années de la pandémie ont nouvellement affirmé l’importance de cet investissement au niveau mondial. La recherche est synonyme de développement social et économique, de progrès, de protection de la santé de toute l’humanité. Si elle n’est pas financée, l’espoir d’un meilleur pays mourra”.

Le 30 novembre, le conseil d’administration du CNR a décidé de l’embauche de tous les intérimaires déjà inscrits dans les classements du concours effectué en 2018 (ces classements arrivaient à échéance dans quelques jours) ! C’est un grand succès pour le mouvement “Precari Uniti CNR”, rendu possible grâce à la motivation, l’unité des participant·s et la coordination. Malheureusement, le précariat historique au CNR n’est pas encore anéanti car les concours pour le recrutement de techniciens et d’administrateurs n’ont pas encore été annoncés. En outre, près d’une centaine de chercheurs attendent leur embauche : ils ont les mêmes exigences que le personnel embauché à la fin de 2017, sauf qu’il y a un hiatus entre le début de leur contrat et la date d’entrée en vigueur de la loi italienne qui a permis de commencer le processus de stabilisation (Dlgs.75/17 de 2017 dite ” legge Madia “). Actuellement le gouvernement italien discute d’une réforme du recrutement pour lutter contre le précariat, d’autres travailleurs disposant déjà des conditions établies par la “legge Madia” pour leur stabilisation. Il serait donc souhaitable que le CNR annonce de nouveaux concours réservés aux travailleurs temporaires.Stay tuned!

Precari Uniti CNR – trad. Ch. Rabier d’après Deepl

Twitter : @PrecariUnitiCNR
Facebook : Precari Uniti CNR
Instagram : precariuniti.cnr

Continuer la lecture

Programme B: “Qu’avons-nous fait de la recherche ?”

“C’est une crise qui accable l’univers de la recherche depuis des années, bien avant que le Covid vienne y ajouter son grain de sel. Le constat est assez accablant, au manque de moyens s’ajoutent le manque de postes, de reconnaissance, de débouchés

Malgré l’envie, malgré le dévouement des chercheur·euse·s, leurs parcours se jonchent d’obstacles de plus en plus durs à franchir. Certain·e·s s’accrochent, certain·e·s abandonnent, d’autres partent en quête de solutions alternatives. Toutes et tous ont à l’esprit une même interrogation : qu’avons-nous fait de la recherche ?”

Une série de Norah Benarrosh-Orsoni, réalisée par Alexandre Ferreira, proposée en podcast par Binge Audio.

Pour écouter les 4 épisodes (Faire le métier, Persister, Déserter, Tout changer), cliquez ici.

Programme B est un podcast de Binge Audio présenté par Thomas Rozec. Ces épisodes ont été produits en mars 2021. Réalisation : Alexandre Ferreira. Production et édition : Lorraine Besse. Générique : François Clos et Thibault Lefranc. Identité sonore Binge Audio : Jean-Benoît Dunckel (musique) et Bonnie El Bokeili (voix). Identité graphique : Sébastien Brothier et Thomas Steffen (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.