Soulèvement de l’ESR allemand : #IchbinHanna

Depuis mercredi dernier, 10 juin 2021, nous assistons à un embrasement général de l’enseignement supérieur et la recherche en Allemagne, suite à une vidéo postée sur Twitter par le laboratoire Autrichien Böttcher (groupe de recherche en chimie basé à Vienne et Constanz. Cette vidéo realisée par le Ministère de l’éducation et de la recherche fédéral allemand BMBF se présente comme un tutoriel d’information pour les chercheurs et chercheuses en début de carrière ; il y met en scène une jeune universitaire fictive prénommée Hanna, qui joue le rôle d’une doctorante à qui sont accordées six années de financement pour stimuler l’innovation à l’universitaire. Hanna n’est pas seulement une jeune femme qui a réussi à faire la preuve de son intelligence en terminant son doctorat en trois ans ; elle stimule également l’innovation dans le paysage universitaire allemand avant l’expiration des six ans. Nous devrions tous être fiers du choix difficile, mais conscient, d’embrasser la carrière universitaire que fait Hanna; car elle utilise à bon escient ces six généreuses années sans encombrer (sic!) le système, afin que d’autres jeunes diplômé∙es prometteuses puissent faire exactement la même chose pour servir la société et stimuler l’innovation.

La shitstorm est devenue une « tendance », restant parmi les 10 premières tendances pendant plusieurs heures le 10 juin (capture d’écran le soir du 10 juin 2021 sur Twitter, Crédit: C. Blanchet).

Comme on peut l’imaginer, 92% des universitaires en Allemagne, qui survivent dans un marché compétitif défini par des lois néolibérales et des contrats temporaires, ne sont pas restés sans rien faire : iels ont aussitôt déclenché  un formidable shitstorm sur les réseaux sociaux. Le nombre de tweets a atteint son maximum vendredi 11 juin, mais la campagne continue sous le hachetague #IchbinHanna (#JesuisHanna) depuis, avec le soutien de chercheurs et chercheuses du monde entier.

Avec l’aide de  plusieurs twitt@s qui se sont saisi∙es de l’occasion pour publier des éclaircissements sur les particularités du système allemand, je vous propose un résumé des récentes lois du travail et les inquiétudes qu’elles suscitent.

Capture d’écran de la vidéo réalisée par le BMBF, où figure Hanna, la jeune chercheuse à succès.

L’ancienne étudiante derrière le compte @1repas1euro explique ce que la dénutrition induit

Continuer la lecture

Réguler le recours au travail précaire dans l’ESR.

— Le cas des fonctions d’enseignement et de recherche —

Les vacations et le travail gratuit dans l’enseignement supérieur et la recherche conduisent à masquer le manque structurel d’emplois titulaires d’enseignantes-chercheurs/ses. Il est nécessaire de revenir à des pratiques plus vertueuses en matière d’emploi.

La vacation : uniquement pour des besoins ponctuels.

Abolir la précarité dans l’Enseignement supérieur et la recherche ? On peut peut-être le souhaiter. Mais on nous objectera que cela est impossible car le recours à des personnels précaires « permet aux établissements d’ajuster de manière optimale leur besoin en personnel, qui ne peut être satisfait par le seul recours aux enseignants-chercheurs titulaires et aux enseignants non-permanents ». (Questions Assemblée nationale – Réponse publiée au JO le : 01/12/2020 –
https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-32536QE.htm )
Le problème ne vient pas d’un recours aux vacataires mais d’un recours systématique à ces dernier.e.s, sur des tâches d’enseignement – le cas de l’intervention de professionnels extérieurs dont l’enseignement n’est pas le métier est différent. On constate alors que la vacation dans l’enseignement supérieur tend à remplacer l’emploi pérenne. Or, cet usage est expressément contraire aux textes qui régulent le travail dans les universités : les vacations dans l’enseignement supérieur « correspondent à un besoin ponctuel de l’établissement pour faire face à la charge d’enseignement » (Questions Assemblée nationale – Réponse publiée au JO le : 01/12/2020 –
https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-32536QE.htm )
À la place d’un emploi ponctuel, nous assistons au développement de l’emploi vacataire et au gel des recrutements des enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses statutaires, de manière concomitante. Y a-t-il un lien délibéré entre les deux ?
Les textes précisent que « les conditions d’emploi et de rémunération des chargés d’enseignement vacataires (CEV) et des agents temporaires vacataires (ATV) feront l’objet d’un examen avec les organisations syndicales, les représentants des employeurs et les associations représentant les jeunes chercheurs et les candidats aux métiers de l’enseignement supérieur ». (Questions Assemblée nationale – Réponse publiée au JO le : 01/12/2020 – https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-32536QE.htm )
Ces discussions doivent impérativement réguler le recours à l’emploi vacataire en ne le déviant pas de son sens originel: l’emploi vacataire doit être limité à des besoins ponctuels.

Une nécessaire régulation du travail gratuit

En l’absence de volonté gouvernementale, les personnels ne sont pas entièrement démunis. Ils peuvent aider à stopper le recours au travail gratuit. Ils le peuvent notamment, en suivant ce Vade mecum de bonnes pratiques contre le travail gratuit non rémunéré des chercheurs sans postes :
  • ne pas inviter une personne sans poste à un colloque ou un séminaire sans s’assurer de lui garantir l’argent pour l’inscription, le transport et l’hébergement ( et donc ne pas lui annoncer après l’avoir invitée qu’en fait c’est elle qui doit tout payer de sa poche)
  • ou quand on organise un colloque, faire en sorte que les précaires et/ou étudiant·e·s, ou les personnes sans postes de chercheurs/ses, qui participent à l’organisation du colloque soient rémunéré·e·s (car dans les lignes des budgets pour les colloques, la main d’œuvre n’est, de manière générale, pas incluse)
  • ou encore, lorsqu’on sollicite un précaire ou une personne sans poste de chercheur/se pour l’édition d’un dossier de revue ou d’un livre collectif ou toute autre tâche de ce genre (animation d’un site internet par exemple), veiller à ce que cela soit payé
  • et de manière générale, lorsqu’on sollicite un-e précaire ou personne sans poste de chercheur/se pour des tâches de recherche, qu’une rémunération soit sollicitée auprès des laboratoires bénéficiant de ce travail. »

Mais le plus important reste de remettre la réglementation au coeur des pratiques : qu’elle vienne mettre un terme aux pratiques actuelles.

 

Continuer la lecture

Suisse: Ouverture du débat parlementaire sur la précarité des conditions de travail du corps intermédiaire des universités suisses

Comme l’annonce l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) dans un billet publié le 24 février 2021, « le débat sur la précarité des conditions de travail du corps intermédiaire1 des universités suisses a atteint le Parlement national« .

Les discussions parlementaires doivent répondre à une interpellation parlementaire (n° 20.4622) déposée par le député Christian Dandrès (PS) et intitulée « Lorsque la faim est à la porte, les chercheur-euses s’en vont par la fenêtre« .

Texte déposé par Christian Dandrès et cosigné par huit Conseillères nationales et Conseillers nationaux du PS et des Verts:

Suite à ma question 20.5974, je prie le Conseil fédéral2 d’indiquer:

1. Comment juge-t-il l’efficacité des mesures prises dans le Message FRI 2017-20203 et qu’il veut reconduire ?

2. Quelle est sa détermination sur les recommandations 9, 19, 20 et 23 du rapport « Next Generation: pour une promotion efficace de la relève » (p. 59-61) pour le renforcement des postes en CDI aux échelons intermédiaires de la hiérarchie académique?

3. Quelle est sa détermination sur les revendications des collaborateur-trices des hautes écoles citées dans la pétition « Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique » et sur les témoignages de souffrance au travail relayés par la presse ?

Pétition pétition nationale pour mettre fin à la précarité dans les hautes écoles suisses.

4. Connaît-il l’impact du système de mise en compétition généralisée sur la santé du personnel académique et sur la qualité de sa recherche ? Peut-il documenter ses éventuels constats ? A défaut, comment pourrait-il le faire et envisage-t-il de le faire ?

5. Quelles mesures peut-il et va-t-il prendre pour résoudre le problème de la précarité parmi les collaborateur-trices très qualifié-es du monde académique, mais trop âgé-es pour envisager une reconversion extra-académique ?

L’Académie suisse des sciences humaines et sociales pose la question si « le domaine de la relève est-il de la seule compétence des hautes écoles« . Heinz Nauer y répond ainsi:

Dans sa déclaration du 17 février 2021, le Conseil fédéral rappelle que « le domaine de la relève est de la compétence des hautes écoles et de leurs collectivités responsables, respectivement du Conseil des EPF ». Il note également que les hautes écoles ont déjà augmenté le nombre de postes à durée indéterminée et que le Message FRI 2021-2024 prévoit une augmentation annuelle stable de 2 % des contributions de base aux hautes écoles.

Cette interpellation n’est pas la première dans ce domaine : le Conseiller national Fabien Fivaz (Parti des Verts) avait soumis une interpellation en mars 2020 (20.3121), dans laquelle il souhaitait savoir, entre autres, comment le Conseil fédéral évaluait la situation du corps intermédiaire deux ans après la publication du rapport «Next Generation» de l’ASSH.

La discussion au Conseil est toujours en cours dans les deux cas. En 2012 déjà, un groupe de jeunes chercheurs et chercheuses avait publié une prise de position appelant la politique à agir. Deux ans plus tard, le Conseil fédéral a déclaré dans un rapport que le problème avait été reconnu, mais que les mesures concrètes relevaient de la seule compétence des hautes écoles.

Rapport du conseil fédéral (2014) « Mesures pour encourager la relève scientifique en Suisse« 

 

 

  1. Catégorie regroupant doctorant-e-s, post-doctorant-e-s, chargé-e-s d’enseignement et collaborateurs-trices scientifiques []
  2. organe exécutif de la Confédération suisse []
  3. Message relatif aux « Mesures d’économies dans la Formation, Recherche et Innovation«  []

Relayer les luttes ! Grève des notes face aux suppressions de postes au Goldsmiths College (Londres)

Puisque la lutte n’est pas que française, regardons ce qui se passe en Grande-Bretagne, du côté du Goldsmiths College de l’université de Londres plus précisément.

La présidence de l’université envisage des suppressions de postes massives, qui toucheront en premier lieu les plus précaires et les femmes. Dans ce cadre, les employés appellent à un boycott massif des notes afin de pouvoir négocier avec la présidence et obtenir l’abandon des suppressions de postes. Cela s’inscrit en parallèle d’une lutte des étudiant(e)s pour obtenir des remises de loyers.

Le compte Twitter « Justice for Workers [Goldsmiths] » (@CleanersFor) relaye l’ensemble des informations concernant cette lutte, que nous reproduisons ici.

 

 

Face à la précarité, refusons les vacations !

Nous relayons aujourd’hui une campagne lancée par Université Ouverte autour de la lutte contre la précarité dans le monde de l’ESR. Il s’agit de participer à un mouvement large de refus des recrutements des vacataires (et des heures complémentaires des titulaires), mettant le gouvernement devant une impossibilité de reprendre les cours face au manque de postes de titulaires.

Pour prendre part au mouvement, rendez-vous au lien suivant : https://framaforms.org/pas-de-recrutements-pas-de-rentree-1613164983

 

La rédaction d’Académia compte sur votre engagement !

Département de sociologie de l’université de Bourgogne: Caisse de grève pour les vacataires

Solidarité avec les grévistes vacataires du département de sociologie

Docteure et doctorants, vacataires et contractuel·le·s du département de sociologie de Dijon sont en grève pour faire part du dysfonctionnement structurel au sein de l’université de Bourgogne. La  situation, et le traitement qui est réservé aux vacataires par l’administration, a aujourd’hui atteint un point de non-retour : certains d’entre nous n’ont pas de contrat de travail avant novembre, d’autres ne verront pas les salaires pour les cours déjà effectués versés avant mi-2021, et certains autres ne se voient pas octroyer la possibilité d’effectuer leur service préalablement prévu.

La grève a commencé le lundi 23 novembre, elle est toujours en cours.

Pour alimenter la caisse de grève, c’est ici.

Leurs revendications :

  • Mensualisation des rémunérations des vacataires
  • Souplesse vis-à-vis des « revenus extérieurs » insuffisants des vacataires, particulièrement en cette période de crise sanitaire
  • Titularisation des contractuelles et contractuels exerçant des fonctions pérennes à l’Université
  • Exonération des frais d’inscription en thèse pour les doctorants et doctorantes enseignant plus de 64h ETD
  • Plus de moyens humains dans les composantes de l’université de Bourgogne
  • Ouverture d’un poste d’A.T.E.R.

À quoi sert l’argent récolté ?

La cagnotte sert à atténuer la perte financière qu’implique cette grève pour les vacataires ou contractuel·le·s engagé·e·s pour la fin d’année 2020.

Voir aussi l’article paru le 14 janvier 2021 sur France Bleue: « A Dijon, la grève d’enseignants en sociologie pour dénoncer la précarité à l’université »

Les CDD au CNRS : vous en (re)prendrez bien pour 3-4 mois ?

En l’espace d’une semaine, les offres de poste du CNRS auront démontré le peu de considérations accordées à la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche. Cette précarité touche plus particulièrement le corps des BIATSS, puisqu’il n’est pas rare de voir figurer des CDD d’ingénieur·e de recherche de 3-4 mois, avec des attentes variant entre 1 et 4 ans d’expérience ou bien un niveau supérieur à bac+5, parfois même un doctorat

Offre précaire de 4 mois archivée et à consulter dans son intégralité ici.

Certains de ces emplois précaires sont financés sur des projets ANR, censés être le fleuron de la recherche française et le marqueur de son excellence. Le sentiment de mépris chez les précaires de la recherche n’en est que plus fort.

Offre précaire de 3 mois archivée et à consulter dans son intégralité ici.

Toute honte bue au CNRS donc.

Inria recherche précaires, chasseurs de financements de prestige

Dans un document récent, la Direction Générale vient d’inventer dans l’urgence un nouveau mode de recrutement : la tenure-track sur ERC.
Essentiellement, elle propose un CDD de 3 ans (SRP) aux postdocs/SRP d’équipes Inria qui s’engagent (i) à candidater à l’ERC en 2021 et (ii) à y recandidater en cas d’échec. Elle s’engage à leur fournir un « poste pérenne » en cas de succès.
Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent complètement à cette circulaire qui témoigne d’un triple mépris :
 
        1. Un mépris des chercheur.se.s précaires de la part de la direction, qui ne réfléchit pas aux conséquences en cas d’échec ;
 
        2. Un mépris du travail des jurys de recrutement, en déléguant à l’ERC la décision de recruter
 
        3. Un mépris du travail des instances internes; alors que plusieurs réunions d’instances sont retardées et qu’il n’y a pas eu concertation entre DG/DRH et OS sur ce dispositif.
 
Nous (SNCS-FSU et SNTRS-CGT) exigeons le retrait de cette idée précipitée. Le budget pourra être réutilisé à augmenter les budgets de fonctionnement (ex: thèses, postdoc).
Si la direction générale souhaite augmenter le nombre de soumissions à l’ERC, elle pourrait donner plus de temps aux chercheurs et chercheuses et leur donner les moyens d’un travail de qualité. À l’opposé, les jeunes chercheurs sont de plus en plus fortement encouragés à aller enseigner (PEDR jeunes chercheurs, ISFP etc).
Les seuls postes garants de l’indépendance nécessaire, de la liberté académique (régulièrement attaquée) et d’une recherche de qualité sont ceux de statutaires. Ainsi,
  • Nous rejetons toute tentative de recrutement par tenure track ;
  • Nous rejetons toute tentative permettant de court-circuiter le processus de recrutement par les pairs ;
  • Nous continuons d’alerter face aux risques des politiques qui repose sur l’instrumentalisation et la précarisation des jeunes avec un poste stable promis pour une minorité. 
Enfin, nous notons que cette procédure est un premier effet néfaste de ce COP déjà dénoncé par nos syndicats, elle exacerbe le danger d’indicateurs quantitatifs pour la recherche scientifique: oublier ce qui fait la qualité de la science au profit de la satisfaction stricte de ces indicateurs, en piétinant au passage la liberté académique, les instances et les jurys.
SNCS-FSU & SNTRS-CGT