Relayer les luttes ! Grève des notes face aux suppressions de postes au Goldsmiths College (Londres)

Puisque la lutte n’est pas que française, regardons ce qui se passe en Grande-Bretagne, du côté du Goldsmiths College de l’université de Londres plus précisément.

La présidence de l’université envisage des suppressions de postes massives, qui toucheront en premier lieu les plus précaires et les femmes. Dans ce cadre, les employés appellent à un boycott massif des notes afin de pouvoir négocier avec la présidence et obtenir l’abandon des suppressions de postes. Cela s’inscrit en parallèle d’une lutte des étudiant(e)s pour obtenir des remises de loyers.

Le compte Twitter « Justice for Workers [Goldsmiths] » (@CleanersFor) relaye l’ensemble des informations concernant cette lutte, que nous reproduisons ici.

 

 

Face à la précarité, refusons les vacations !

Nous relayons aujourd’hui une campagne lancée par Université Ouverte autour de la lutte contre la précarité dans le monde de l’ESR. Il s’agit de participer à un mouvement large de refus des recrutements des vacataires (et des heures complémentaires des titulaires), mettant le gouvernement devant une impossibilité de reprendre les cours face au manque de postes de titulaires.

Pour prendre part au mouvement, rendez-vous au lien suivant : https://framaforms.org/pas-de-recrutements-pas-de-rentree-1613164983

 

La rédaction d’Académia compte sur votre engagement !

Département de sociologie de l’université de Bourgogne: Caisse de grève pour les vacataires

Solidarité avec les grévistes vacataires du département de sociologie

Docteure et doctorants, vacataires et contractuel·le·s du département de sociologie de Dijon sont en grève pour faire part du dysfonctionnement structurel au sein de l’université de Bourgogne. La  situation, et le traitement qui est réservé aux vacataires par l’administration, a aujourd’hui atteint un point de non-retour : certains d’entre nous n’ont pas de contrat de travail avant novembre, d’autres ne verront pas les salaires pour les cours déjà effectués versés avant mi-2021, et certains autres ne se voient pas octroyer la possibilité d’effectuer leur service préalablement prévu.

La grève a commencé le lundi 23 novembre, elle est toujours en cours.

Pour alimenter la caisse de grève, c’est ici.

Leurs revendications :

  • Mensualisation des rémunérations des vacataires
  • Souplesse vis-à-vis des « revenus extérieurs » insuffisants des vacataires, particulièrement en cette période de crise sanitaire
  • Titularisation des contractuelles et contractuels exerçant des fonctions pérennes à l’Université
  • Exonération des frais d’inscription en thèse pour les doctorants et doctorantes enseignant plus de 64h ETD
  • Plus de moyens humains dans les composantes de l’université de Bourgogne
  • Ouverture d’un poste d’A.T.E.R.

À quoi sert l’argent récolté ?

La cagnotte sert à atténuer la perte financière qu’implique cette grève pour les vacataires ou contractuel·le·s engagé·e·s pour la fin d’année 2020.

Voir aussi l’article paru le 14 janvier 2021 sur France Bleue: « A Dijon, la grève d’enseignants en sociologie pour dénoncer la précarité à l’université »

Les CDD au CNRS : vous en (re)prendrez bien pour 3-4 mois ?

En l’espace d’une semaine, les offres de poste du CNRS auront démontré le peu de considérations accordées à la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche. Cette précarité touche plus particulièrement le corps des BIATSS, puisqu’il n’est pas rare de voir figurer des CDD d’ingénieur·e de recherche de 3-4 mois, avec des attentes variant entre 1 et 4 ans d’expérience ou bien un niveau supérieur à bac+5, parfois même un doctorat

Offre précaire de 4 mois archivée et à consulter dans son intégralité ici.

Certains de ces emplois précaires sont financés sur des projets ANR, censés être le fleuron de la recherche française et le marqueur de son excellence. Le sentiment de mépris chez les précaires de la recherche n’en est que plus fort.

Offre précaire de 3 mois archivée et à consulter dans son intégralité ici.

Toute honte bue au CNRS donc.

Inria recherche précaires, chasseurs de financements de prestige

Dans un document récent, la Direction Générale vient d’inventer dans l’urgence un nouveau mode de recrutement : la tenure-track sur ERC.
Essentiellement, elle propose un CDD de 3 ans (SRP) aux postdocs/SRP d’équipes Inria qui s’engagent (i) à candidater à l’ERC en 2021 et (ii) à y recandidater en cas d’échec. Elle s’engage à leur fournir un « poste pérenne » en cas de succès.
Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent complètement à cette circulaire qui témoigne d’un triple mépris :
 
        1. Un mépris des chercheur.se.s précaires de la part de la direction, qui ne réfléchit pas aux conséquences en cas d’échec ;
 
        2. Un mépris du travail des jurys de recrutement, en déléguant à l’ERC la décision de recruter
 
        3. Un mépris du travail des instances internes; alors que plusieurs réunions d’instances sont retardées et qu’il n’y a pas eu concertation entre DG/DRH et OS sur ce dispositif.
 
Nous (SNCS-FSU et SNTRS-CGT) exigeons le retrait de cette idée précipitée. Le budget pourra être réutilisé à augmenter les budgets de fonctionnement (ex: thèses, postdoc).
Si la direction générale souhaite augmenter le nombre de soumissions à l’ERC, elle pourrait donner plus de temps aux chercheurs et chercheuses et leur donner les moyens d’un travail de qualité. À l’opposé, les jeunes chercheurs sont de plus en plus fortement encouragés à aller enseigner (PEDR jeunes chercheurs, ISFP etc).
Les seuls postes garants de l’indépendance nécessaire, de la liberté académique (régulièrement attaquée) et d’une recherche de qualité sont ceux de statutaires. Ainsi,
  • Nous rejetons toute tentative de recrutement par tenure track ;
  • Nous rejetons toute tentative permettant de court-circuiter le processus de recrutement par les pairs ;
  • Nous continuons d’alerter face aux risques des politiques qui repose sur l’instrumentalisation et la précarisation des jeunes avec un poste stable promis pour une minorité. 
Enfin, nous notons que cette procédure est un premier effet néfaste de ce COP déjà dénoncé par nos syndicats, elle exacerbe le danger d’indicateurs quantitatifs pour la recherche scientifique: oublier ce qui fait la qualité de la science au profit de la satisfaction stricte de ces indicateurs, en piétinant au passage la liberté académique, les instances et les jurys.
SNCS-FSU & SNTRS-CGT

Faire barrage. Newsletter du 12 au 18 octobre 2020

par Guillaume Miquelard, 2020.  Source: Personnels du supérieur: bilans et statistiques

L’effet Emmanuelle Charpentier a fait long feu. La prix Nobel — qui avait dénoncé assez crûment le sous-financement et le sexisme de l’université française qu’elle avait quitté sans regret, sinon pour ses collègues — n’a pas entraîné l’électrochoc qu’on aurait souhaité.

Dans cette rentrée de « grosse tension entre cours à distance et clusters à virus » selon RFI, la réalité des conditions de vie et de travail s’est au contraire brutalement rappelée à nous avec la mort d’une étudiante, faute de défibrillateur sur le campus de l’université François-Rabelais (Tours), a rapidement rappelé la misère qui y règne ; avec, à côté du sexisme ordinaire, l’ampleur des violences sexistes et sexuelles subies par les étudiant∙es, dévoilée par l’OVSS ; avec la cruelle précarité des docteurs sans postes, usés par la quête d’un emploi. En dépit de la farouche opposition de la CGT Ferc-sup, de FO ESR et de Sud éducation-Sud recherche, l’opération Protokol fut un succès à 50,9% pour le Ministère, grâce aux signatures du SGEN, du SNPTES, de l’UNSA – qui sacrifient sans vergogne toute une génération de jeunes chercheurs et chercheuses pour un plat de lentilles. Si réaction il y a eu, elle a porté sur la défense des libertés et des responsabilités académiques dans l’affaire Mardirossian.

Le sursaut attendu du Sénat n’a pas eu lieu, en dépit d’une belle mobilisation du 13 octobre à Paris, où les organisations syndicales ont boycotté le CNESER, à Marseille et en ligne – qui nous a valu la réconfortante réponse de Pierre Ouzoulias. À mesure qu’approchait l’échéance du vote de la loi, les motions se sont multipliées : Ens (Paris), Institut national des sciences de l’univers (INSU). Un cap a même été franchi pour la section CNU 72 Histoire et épistémologie des sciences et des techniques, pour qui la « discipline se trouve désormais en danger », en raison de la démoralisation et de la désaffection qui touche titulaires et aspirant∙es à la titularisation. L’inquiétude de la section a trouvé confirmation dans les dernières analyses de Guilaume Miquelard-Garnier : la chute du nombre de postes ouverts à la titularisation est vertigineuse : alors qu’il y a dix ans, un∙e docteur sur 5 devenait maître∙sse de conférences, aujourd’hui, seuls 7% peuvent en caresser l’espoir.

https://www.flickr.com/photos/krishnacolor/32335488503/in/photolist-RgnQbt-587aKZ-qCP1N8-HGfFem-GPz712-6tSr1r-8AVMuB-B8DKbx-6gkkLL-9oNGJD-VSpY7w-Z45WQ3-5ZCvDK-doyHt6-5WrSqj-Q1gT3t-5JTrTn-9pKPbM-e87LCH-ejhwzJ-2jWmmDm-587nkP-zBNUVJ-9pNQA3-21eb5NG-8t9sRU-8t9sJJ-8t6qxD-8t6s9a-8t9rLW-8t9rsS-9pNQhq-9pKPrr-BFZRRN-id7AG1-SgAPEy-7iZe9u-6vHqcq-id7MDu-5CYRSu-dpLbZ-W1qw1s-pRZ6E5-v3Byka-5ZGHFu-23tkYvs-SUxsf2-imUeU-2hFUies-2jqLQ72

Prakasam Barrage, Vijayawada (c) Hari K Patibanda, 2016

Continuer la lecture

Alexandre est l’avenir de la recherche

Continuer la lecture

Don’t forget me…

  • par Penelope II, le retour

Alors que Dexter Morgan n’est qu’un tueur en série de fiction, l’État français, quant à lui, écartèle et démantèle bel et bien l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Pour illustrer ce triste constat, j’ai souhaité vous partager deux œuvres extraites de mon corpus de thèse1.

Laocoon, par Saâdane Afif (2005)

Continuer la lecture

  1. Ma thèse porte sur les références à l’Antiquité grecque et romaine dans l’art contemporain (post 1980). []

Suisse: pétition nationale pour mettre fin à la précarité dans les universités

PÉTITION ADRESSÉE A L’ASSEMBLÉE FÉDÉRALE SUISSE

Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail
Les signataires font appel à l’Assemblée fédérale pour l’adoption de mesures concrètes visant à protéger la santé et la vie familiale du personnel scientifique, améliorer ses conditions de travail et garantir la qualité des connaissances produites. À ce titre, la mesure suivante nous semble indispensable: la création d’un nombre conséquent de postes stables pour les chercheur-euse-s post-doctoraux-ales.

Rapport « Next Generation: pour une promotion efficace de la relève »

Les positions académiques doivent être diversifiées par la création ou l’expansion d’un statut stable, situé entre les assistant-e-s doctorant-e-s et les chaires professorales. Assurer la stabilité de ces postes et leur financement dans la durée implique de «convertir les catégories de postes jusqu’à présent à durée déterminée en postes à durée indéterminée et réduire les ressources destinées aux projets de recherche en faveur d’un financement de base des hautes écoles accru» [1] , comme le suggère l’Académie des sciences humaines et sociales (ASSH) dans son rapport Next Generation. L’Assemblée fédérale doit adresser un message clair aux établissements d’enseignement supérieur, à leurs instances représentatives et au Fonds national suisse (FNS) pour que les politiques d’engagement et de promotion de la relève soient réformées avec l’objectif de créer un nombre conséquent de postes stables, accessibles le plus rapidement possible après l’obtention du doctorat.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

—————————————-

[1] Académie suisse des sciences humaines et sociales (2018). Next Generation: pour une promotion efficace de la relève. Swiss Academies Reports 13 (2), p. 44.

 

La chute de l’Université

À l’instar d’Université ouverte, et du recueil de témoignages « Notre Université est de qualité, mais jusqu’à quand ? » depuis février, Academia accueille les réflexions et les témoignages de collègues, jeunes ou expérimentées, que la rentrée 2020 ou l’expérience du conflit LPPR leur inspirent. La collègue qui écrit ici énonce enfin ce que nous craignons depuis plusieurs années : elle ne choisira pas de travailler à l’université, toxique. Le choix de l’anonymat — demandé par l’autrice — est un autre indicateur d’un monde gouverné par l’omerta.

  • par Claire C., chercheuse en sciences humaines et sociales

À l’heure où la LPPR est débattue à l’Assemblée nationale, plusieurs générations de jeunes chercheur·es sont désespéré·es. La dépression est une constante dans notre milieu face au panorama auquel nous faisons face. La précarité s’accroit et touche peu à peu aussi celles et ceux qui ont eu des financements… Comment attendre 15 ans sur le banc de touche en faisant des missions similaires à des titulaires, sans en avoir la reconnaissance matérielle, ni aucune assurance qu’une issue heureuse — un emploi de titulaire — arrivera au bout du chemin ?

Face aux politiques menées ces dernières années, le Ministère et ses rares partenaires se sont engagés à faire des réformes qui n’en ont que le nom : elles approfondissent la privatisation de l’enseignement supérieur et la recherche et sacrifient sans vergogne la jeune génération sur l’hôtel du profit. Pour les jeunes chercheur·es  plusieurs éléments vont achever définitivement de faire sombrer le navire de l’ESR, qui prend l’eau depuis de trop nombreuses années.

L’arrivée du doctorat « chocolatine » nous rend allergiques au chocolat

Commençons par la mauvaise surprise de cette fête de célébration désespérée et précipitée à l’occasion de l’examen du projet de loi de la LPPR par l’Assemblée nationale : la mort du doctorat comme titre universitaire validant un niveau d’expertise et de réflexion dans le secteur de la recherche. Depuis quelques années, la production des thèses sur article avait déjà creusé un fossé, entre la production de 3 à 5 articles enrobée à l’anglo-saxonne, face à la rédaction de manuscrits de plusieurs centaines de pages auxquelles s’ajoutent des publications d’articles. La dévalorisation de la recherche doctorale était déjà à l’œuvre, sous prétexte que la quantité ne reflète pas la quantité, articulée à une pression accrue pour la réduction de la durée des thèses.

https://www.flickr.com/photos/deniscollette/22707255250/in/photolist-2j3dJTy-HD9QHV-BVGy5u-21fLwuX-2bt1ghH-qZXa4E-jvVe5Z-2jsUs4J-REey14-iAXAFi-9nMn1M-xgjdCm-p6S9YX-p5sXxN-AAyBSS-61oaBY-qZsHY4-23umT7z-oEtYio-4VFLSq-Vpvwrm-6b3fih-bs5t5D-G8FJP4-qHbwp6-D2McAH-7aUXws-hZFdJL-83NdDX-aJFHMK-2j6UWbL-AFrZKJ-Bicw6r-9EGzrg-g37yuu-GN5G5F-qZwAUY-6Vj2XZ-2iKGwvi-2gs95pw-25rxXMh-2ir6CYs-23Mjeh5-DgJgYY-Y8XFmM-92mYK1-r64zq7-5GEC3N-4BKhvS-5QG33D

Arbre des marais, par Denis Collette, 2015

Continuer la lecture

C’est la rentrée : Dr. Animula n’a plus de bureau

https://www.flickr.com/photos/bibliotequescat/11098726856/in/photolist-hUKSPA-7w3E4o-8GAD1x-bZYBgG-6nPBXk-bmwFnQ-82mFsT-4uTxr5-2nsFX-8Mi2Ez-aRWE6x-aRWTyB-bNgMAe-a9Znjh-6QQtUZ-bjk9N4-AEMXLA-PEMnB-dsMgZG-nQjjva-6VdENH-5nNLhr-4mxxtE-AJ2V1j-mHsJJK-iWvDRY-d2KqvS-2FUu8-5FzqxL-2itTS2-836dHv-4awsdb-6hF1WE-2kyGgz-fKJW6s-b6PLXa-vov5zm-5ScSoD-f92xj-FPgQRr-d1Yndb-6Bpost-79Nsyg-64Jk8L-6M6LRA-KEXEV-4BfeuX-t2dLd-pz73sY-Nhyeh

Ceci n’est pas un bureau (© Jordi Casañas, 2017)