Au Bulletin officiel. Modalités d’attribution d’une aide spécifique d’urgence aux étudiant·es en situation de précarité

En passant

Modalités d’attribution d’une aide spécifique d’urgence aux étudiant·s en situation de précarité à la suite de l’épidémie de Covid-19

NOR : ESRS2011376C
circulaire du 11-5-2020
MESRI – DGESIP – A1-2

Texte adressé aux recteurs et rectrices de région académique, chanceliers et chancelières des universités ; aux recteurs et rectrices d’académie ; à la présidente du Cnous ; aux directeurs généraux et directrices générales des Crous

Pour répondre à l’accroissement des difficultés matérielles d’une partie importante de la population étudiante en raison de l’épidémie de Covid-19, il est créé une aide spécifique d’urgence à destination des étudiants en situation de précarité du fait de la crise sanitaire.

Cette aide est destinée :

  • aux étudiants ayant perdu leur emploi ou n’ayant pu réaliser tout ou partie d’un stage gratifié du fait de la fermeture au public de l’établissement où ils exerçaient ou devaient exercer ou de la baisse de son activité à la suite à de la mise en œuvre des mesures de lutte contre la propagation du virus ;
  • aux étudiants ultramarins en mobilité en métropole au moment de la mise en œuvre des mesures d’interdiction de certains déplacements prises pour faire face à l’épidémie de Covid-19.

Cette aide s’inscrit dans le régime des aides spécifiques d’urgence attribuées par les centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires, conformément à l’article D. 821-4 du Code de l’éducation.

Continuer la lecture

Confinée libérée – édition du WE – 9-10 mai 2020

Édition du WE. Samedi 9 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #5
  • 4 mai 2020Chroniques d’une apocalypse universitaire annoncée – épisode 3
    2025, le monde a été transformé par une pandémie mondiale, dont la gestion sociale et politique désastreuse a bouleversé la société. La nouvelle fiction des Facs et Labos en Lutte explore un futur possible de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’épisode 3 raconte les bouleversements intimes provoqués par le confinement, la flambée des inégalités et la violence d’une surveillance qui s’infiltre toujours plus profondément.

    «Surveillance camera» par Corey Burger , 2004

  • 5 mai 2020Étudiant·es confiné·es dans 9m² : précarité au carré
    Si les résident·es des CROUS figurent déjà parmi les étudiant·es les moins privilégié·es – le statut de boursier est un prérequis à la demande – celles et ceux qui furent contraint·es de rester dans leur chambre à la mi-mars l’étaient donc encore moins. Cela a été confirmé dès les premiers jours du confinement lorsque le collectif Solidarité : Continuité Alimentaire a reçu plusieurs centaines de demandes de colis de produits d’alimentation et d’hygiène fondamentaux de la part des étudiant·es confiné·es dans les CROUS de Bordeaux. Depuis, la solidarité s’est organisée un peu partout.

Photo prise le 12 novembre 2019 et mise en ligne par alter1fo

  • 7 mai 2020Tentative d’épuisement d’un lieu quotidien
    Ce semestre je donne un cours de pratique du dessin en L1, enfin sur le papier, puisque depuis la rentrée de janvier et la lutte contre la LPPR il s’agit en fait d’un cours alternatif autour de la mobilisation. Les étudiant·es se retrouvent de manière informelle et volontaire dans l’atelier ou dans les espaces publics de la fac où nous partons parfois nous installer. Ielles viennent des départements d’arts plastiques, de sociologie, de cinéma ou d’ailleurs, mobilisé·es ou non, iels sont là pour échanger, fabriquer, dessiner, graver, imprimer librement du matériel de lutte. […] Pourquoi ne pas impulser une forme de création sous contrainte qui permette aux étudiant·es de créer et de penser depuis cet état qui nous a vu passer de l’émulation libre et collective au repli forcé et solitaire ? À nous de prendre à bras le corps ce devenir confinable, de faire de ce quotidien imposé une source d’inspiration, de ce nouvel horizon étriqué un souffle pour passer les jours.

par Helen (22 mars)

#9 -Chroniques de grève – Kan ha diskan, respons à Mona R

war ar maez \vaʁaʁˈmɛːs\ à la campagne

war ar maez \vaʁaʁˈmɛːs\ à la campagne – Crédit Catherine Guillou

Merci Mona R, 22 ans pour ta « Lettre ouverte à Tes enseignant.e.s de l’Université Rennes 2 dont la lecture m’a touchée. Et dont tu nous a autorisé la publication dans la huitième Chronique de grève.

Alors pour montrer qu’on est nombreuses et nombreux quel que soit notre âge et notre statut à s’y retrouver, comme dans un Kan a Diskan  à deux voix je fait un respons que vous reprendrez, j’espère, enseignant.es et chercheur.es, personnels techniques et administratifs de l’ESR.

 

 

Parents paysans du Finistère nord
Grands parents paysans
Née dans les années 60

La précarité d’une étudiante avec les petits jobs, j’ai connu
Mais dans les années 80 le parcours a été moins chaotique
Par contre l’idée d’un doctorat j’ai laissé tomber
Trop compliqué de gagner sa vie et d’étudier
Course aux petits boulots, allocations chômage…

Alors le jour où je suis tombée à 30 F/jour
J’ai basculé définitivement dans le salariat
Contractuelle B de la Fonction publique en CDD
J’ai oublié la réécriture du mémoire de maîtrise
Et le démarrage du DEA

Par contre je n’ai pas oublié
mes amies et amis d’enfance, qui sont restés dans le coin
Caissiers et caissières, ouvriers et ouvrières,
paysans et paysannes, infirmières et infirmiers,
techniciens et techniciennes, artisans et artisanes
Prenant aujourd’hui de plus les « ribins » difficiles
pour se maintenir à flots
Sans doute pour certains et certaines
engagés dans les luttes,
Tenant les ronds-points

Aujourd’hui je suis titulaire depuis environ 15 ans
Une « Sapinette », plan de résorption de l’emploi précaire
Personnel de soutien à la recherche (IE)
En lutte et beaucoup en grève

Alors le texte de Mona me touche
Et comme dans un Kan a Diskan
Je lui fait un respons
Et ce texte à vous, adressé
Raisonnera, j’espère

Catherine
(ex étudiante à Brest puis Rennes 2 dans les années 80)

« Le kan ha diskan, que l’on peut traduire par « chant et contre-chant », « chant et re-chant » ou « chant et déchant », est, en Bretagne, une technique de chant à danser a cappella traditionnel et tuilé en breton, pratiquée à deux ou plus ».

#8 – Chroniques de grève – Mona R – Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2

« Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2 »

à la campagne

war ar maez \vaʁaʁˈmɛːs\ à la campagne
Crédit Catherine Guillou

Mon nom est Mona. J’ai 22 ans. Je suis étudiante. Avant de venir faire mes études à Rennes, j’étais scolarisée en Centre-Bretagne, en milieu rural, War Ar Maez. Mon père est ouvrier. Il travaille comme cariste dans l’industrie agroalimentaire. Après plus de vingt ans dans le même groupe, il gagne, à quelques euros près, 1700 euros brut par mois, auxquels s’ajoute une prime de Noël. La « prime des dindes » comme il dit. Une farce. Quelques centaines d’euros dont ma mère se sert pour acheter nos cadeaux et nous organiser un repas de fête qu’elle tient chaque année à arroser de mauvais champagne : « Nous aussi on y a droit ! ». Ma mère, elle, est employée. Employée de maison pour être précise. Une manière bien aimable pour dire qu’elle fait partie de ce salariat subalternisé, essentiellement féminin, qui travaille à temps partiel au service de personnes âgées ou de riches familles, pour pas grand-chose. Une grande partie de son salaire passe d’ailleurs dans les frais d’essence de ses trajets professionnels. Chez nous, les fins de mois sont difficiles, cela va de soi. D’autant que mes deux frères aînés sont au chômage et restent à la charge de mes parents. Maël sort d’un BTS et n’a le droit à aucune indemnité. Gurvan, un CAP de boulanger en poche, ne travaille qu’en intérim… quand il travaille. Il a vu ses allocations chômage fondrent comme neige au soleil ces derniers temps. Moi, je suis boursière, je vis en cité U à Villejean. Mais j’ai aussi des petits boulots à côté : du baby sitting, des inventaires ; caissière ou vendeuse, c’est selon. Nous sommes une famille de Gilets jaunes. Mes frères ont longtemps squatté les ronds-points avant de se faire déloger et sont de toutes les manifs. Ce week-end, c’était l’acte 66. Ils sont montés à Rennes pour dire qu’« ils étaient là », pour gueuler leur colère de n’être rien et se prendre au passage quelques mauvais coups de matraque. Forcément, se faire taper dessus, ça agace et ils ne se sont pas laissés faire. Je suis fière d’eux, de leur détermination à rester debout et à se battre. Ne pas se laisser faire, ne pas se laisser aller à la résignation, ne pas se laisser détruire, reprendre ne serait-ce qu’un peu la main sur son existence. Comme de plus en plus d’individus, mes frères sont déterminés à ne plus se laisser prendre au jeu de la cadence et de l’ordre. C’était chouette cette manif. Des femmes et des hommes qui se battent pour leur dignité, pour ne pas s’abîmer davantage, pour ne pas crever.

En fin de manifestation, avant de repartir, ils m’ont payé une bière en terrasse. Il faisait froid, mais nous étions bien. Je les trouvais beaux tous les deux. Beaux comme la lutte. J’aurais aimé vous les présenter mais vous n’étiez pas là. Quelques heures avant, quand nous avons réussi à « prendre le centre-ville », je vous ai pourtant aperçu. Vous flâniez après un retour du marché des Lices, vous vous baladiez en famille, à vélo, vous sortiez d’une librairie avec quelques bouquins en poche, vous rentriez dans un cinéma. La vie peut être douce. J’ai envie d’y croire. Cette douceur est néanmoins réservée à quelques-un.e.s. Ni mes parents, ni mes frères, ni moi n’y avons franchement droit. Dans quelques mois, je décrocherai un bac+5. Ma mère ouvrira une de ces mauvaises bouteilles de champagne. Pourtant, j’irai certainement grossir les rangs des dominé.e.s aux études longues (j’ai lu ça dans un livre passionnant d’Olivier Schwartz).

L’inflation-dévaluation des titres scolaires me fera rejoindre Pôle emploi, ou bien je trouverai un job sous-payé pour sur-qualifié.e, à moins que ça ne soit juste un énième stage croupion. Alors peut-être devrais-je plutôt continuer à étudier ; faire une thèse. Ma directrice de mémoire me l’a proposé à demi-mots, mais seulement si j’ai un financement. On ne prête qu’aux riches répète souvent mon père.

La Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) contre laquelle vous devriez être logiquement tou.te.s vent debout ne m’y invite pas. Pourquoi me lancer dans un doctorat ? Pour gonfler les rangs du précariat de l’ESR ? Pour assurer vos TD, corriger des tombereaux de copies et faire la petite main sur vos projets de recherche, sous pression – surtout ne pas décevoir –, en étant payée moins que le SMIC horaire, plusieurs mois après avoir effectué avec zèle ces missions ? Et puis ça ne sera évidemment pas suffisant pour assurer ma survie matérielle. Alors il faudra que je continue un « travail à côté ». Condamnée à prendre le premier bullshit job ? Surveillante de musée me permettrait de pouvoir lire pendant le temps de travail, ou bien me lancer dans le travail du sexe, nettement plus rémunérateur. Mais quel temps me resterait-il pour mes propres recherches ? À la précarité s’ajouterait sans doute le surmenage, voire le mépris de soi. On y passe tou.te.s paraît-il. Et en admettant que je m’en sorte, ce serait quoi la suite ? L’Université à la sauce LPPR ne donne pas très envie : précarisation accrue, mise en concurrence généralisée, course à l’excellence, marchandisation des savoirs, recul des solidarités, bureaucratisation mortifère. Devenir une sorte d’intello camériste allant de tenure tracks en CDI-chantiers pour espérer peut-être, à près de 40 ans et après avoir porté nombre de vos valises, devenir titulaire d’une institution à la main du néolibéralisme ? C’est ça la promesse ? Et puis c’est sans compter la réforme des retraites : bouffer de l’amphi jusqu’à 67, 68, 69 ans… pour finir épuisée et être finalement pensionnée au lance-pierre ? Ça existe la pénibilité pour port de charge cognitive lourde ?

Si parmi les 37% d’enseignant.e.s-chercheur.e.s qui ont voté Macron dès le premier tour, il en est sans aucun doute qui se repaissent de la sélection, de l’augmentation des frais d’inscription et de ce que cela permettra de politiques discrétionnaires dont ils.elles s’imaginent tirer idiotement quelque bénéfice, je sais aussi, pour vous avoir fréquentés, que la plupart d’entre vous voyez dans le macronisme pas autre chose que ce qu’il est : une saloperie qui signe la fin de la citoyenneté sociale, de l’État redistributeur et de tous les services publics (ESR, santé, justice, énergie, etc.). Je me doute que vous n’êtes pas d’accord pour que la pension des femmes soit inférieure à celles des hommes, que vous êtes contre la prolifération des emplois précaires, contre la compétition généralisée, les logiques d’exclusion et les discriminations. Vous pensez que l’Université doit être ouverte à tou.te.s, fondée sur la coopération, qu’elle doit produire des connaissances critiques et transmettre des savoirs émancipateurs. Alors pourquoi êtes-vous si peu solidaires du mouvement social ? Pourquoi restez-vous si timoré.e.s à vous engager pleinement dans cette grève dont nous avons tant besoin ? Ma colère est grande de vous voir englué.e.s dans des réflexes corporatistes, dans le narcissisme de vos petites différences, dans vos postures d’intellos embourgeoisé.e.s défendant votre tout petit pouvoir symbolique (faire cours, nous dispenser vos lumières, nous évaluer). Comment pouvez-vous imaginer qu’un engagement de gréviste puisse ne pas être au moins aussi formateur que vos enseignements ? Dans la grève, on apprend à travailler collectivement, à argumenter, débattre, à élaborer du commun politique.

Autant de choses auxquelles vous avez, en temps normal – reconnaissez-le –, bien du mal à nous éduquer. J’en rage de vous voir accroché.e.s à vos si insignifiantes prérogatives, alors que nous nous trouvons à un tournant historique. Notre avenir, celui de vos enfants et petits-enfants, mais aussi le vôtre, celui de mes parents et de mes frères se joue maintenant. Il nous faut mener la lutte aux côtés des autres secteurs mobilisés pour qu’ensemble nous obligions le gouvernement à retirer l’ensemble de ses contre-réformes. Nous n’avons pas le choix. Contre la marchandisation de nos existences, contre les violences policières et la fascisation rampante de la société, contre les inégalités et les injustices sociales, contre une université à la main du néolibéralisme nous avons le devoir de faire gronder encore plus fort notre colère. Vous avez le devoir d’y prendre votre part. Le 5 mars prochain débutera une autre phase du mouvement universitaire, à l’appel de la Coordination des facs et des labos en lutte : une grève sectorielle illimitée qui pourrait bien prendre des allures de grève majoritaire et générale. Parce que vous m’avez tant apportée et que nous nous sommes tant aimés – comme titre le film –, je n’ose croire que vous resterez figé.e.s dans ces comportements crépusculaires à défendre une identité et des préséances professionnelles qui ne correspondent à aucune des nécessités portées par les luttes actuelles. Le monde universitaire est en crise. Non parce qu’il va mal (bien que ce soit le cas), mais parce qu’il bouge, que ses structures sont fragilisées par les coups de boutoir d’un macronisme pour qui le travail n’est devenu qu’une variable d’ajustement. Nous n’avons d’autres choix que de faire le pari que nous pourrons profiter de cette crise pour imposer pratiquement une autre vision de l’avenir. Si nous devions en rester là et donner, par inertie, avantage au probable sur le possible, nous le payerions au prix fort. Je sais que vous savez. Et si je vous écris cette lettre, c’est que je nourris l’espoir de vous voir pleinement engagé.e.s à nos côtés et, ensemble, de participer à ce mouvement général de construction d’un monde meilleur. J’aimerais, enfin, donner une bonne raison à ma mère d’ouvrir une bouteille de champagne digne de ce nom.

Rennes, le 17 février 2020.
Mona R.

Publié avec l’autorisation de l’autrice et de Révolution Permanente que nous remercions.

Source : Texte paru le samedi 22 février

Joker ? Parution du « contrat de projet dans la fonction publique »

Après les CDI de chantier, le gouvernement invente le contrat de projet dans la fonction publique, pour ses trois versants (territoriale, hospitalière inclus). Au Journal officiel du 28 février 2020.

« Art. 2-9.-La rupture anticipée du contrat de projet peut intervenir à l’initiative de l’employeur, après l’expiration d’un délai d’un an à compter de la date d’effet du contrat initial, dans l’un des deux cas suivants :
« 1° Lorsque le projet ou l’opération ne peut pas se réaliser ;
« 2° Lorsque le résultat du projet ou de l’opération a été atteint avant l’échéance prévue du contrat.
« L’agent est informé de la fin de son contrat dans les conditions fixées à l’article 2-8.

Comment dire ?

https://www.flickr.com/photos/113700018@N06/16294932676/in/photolist-qPVMM7-BfwfA-6uNADx-fth7ju-6SyW8Z-rbLLUJ-riTYm5-PiuPX5-9iWkp7-672sQq-PbyLL4-8pZyQw-7Q34NB-9K8Aq2-raPKbX-qZ726Z-r4HikH-9G6xaR-a3Fcm1-9zbRyD-qQGvcj-EbaNHx-qkC32a-6Mr4Hh-2h4hhfG-P95iDC-66XdeH-7Q34PD-PmE6wK-7Q6oos-672pxf-9cDWaK-J8mo9J-J48Z1B-P95hnE-PmE6kn-esjHoj-Hwm3D2-J48YSv-JtNUPo-8Hu4qF-qUHcSC-C8Co9c-27iMQjU-w9ueHb-LCZApQ-C6jRnQ-jDNTZQ-K3bHpr-2hUXPYy

Rage, par Den7on, 2015

Lien : Décret n° 2020-172 du 27 février 2020 relatif au contrat de projet dans la fonction publique

Le MESRI envisage un jour peut-être de rémunérer ses enseignements à un montant supérieur ou égal au SMIC horaire

En passant

Les vacataires de l’université sont-ils vraiment payés en dessous du SMIC horaire ? Une info Checknews

Selon des collectifs contre la précarité des enseignants chercheurs, les vacataires de l’enseignement supérieur sont payés en dessous du smic, si l’on se réfère au taux horaire effectif1.

Question posée par Gilles le 12/02/2020

Bonjour,
Depuis plusieurs semaines, les enseignants vacataires des universités se mobilisent pour dénoncer la précarité de leur métier. Libé a consacré un article à ce sujet, le 12 février, recensant plusieurs témoignages de précaires. La question de leur rémunération y est abordée :

« Les vacataires, « ceux pour qui c’est le pire », comme le souligne Juliette, touchent 41,41 euros brut de l’heure. « Sauf qu’on est payés uniquement à l’heure de cours donnée ! », rappelle Paula, exaspérée ».

Ces rémunérations sont dénoncées par plusieurs collectifs de l’enseignement supérieur depuis des mois : en temps de travail effectif, les vacataires seraient payés moins que le smic horaire. Ainsi, la Confédération des jeunes chercheurs s’insurgeait, en mai de l’année dernière : « Depuis le 1er janvier 2019, les vacations d’enseignement du supérieur sont payées 17 centimes sous le SMIC ».

Les vacataires sont des enseignants auxquels fait appel l’enseignement supérieur, mais qui ne sont pas titulaires de la fonction publique2. Il peut s’agir de professionnels qui exercent une activité à côté, et sont invités à intervenir ponctuellement en raison de leur expérience: des chargés d’enseignement vacataires, ou bien des doctorants qui ont encore le statut d’étudiants ou des retraités de moins de 67 ans : il s’agit alors d’agents d’enseignement vacataires. Ceux qui ne sont pas doctorants doivent pouvoir justifier d’au moins 900 heures d’activité rémunérée à côté ou être chefs d’entreprise. « Ça varie selon les universités, mais certaines demandent même à des docteurs qui n’ont pas de postes de se déclarer autoentrepreneurs pour pouvoir les embaucher comme vacataires », dénonce auprès de CheckNews Frédéric Erard, de la CGT Ferc Sup3.

Manifestation d’enseignant-es contre la réforme des retraites, place de la Sorbonne, janvier 2020. Photo: Mathieu Menard. Hans Lucas

Selon le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le nombre de vacataires s’élève à près de 128 000 en 2018-2019. Les agents d’enseignement vacataires ne peuvent enseigner sur l’année plus de 96 heures de travaux dirigés ou 144 heures de travaux pratiques. Les chargés d’enseignement vacataires peuvent aussi effectuer 64 heures de cours. Leur statut est défini dans ce décret du 29 octobre 19874 « Un vacataire n’effectue le plus souvent que quelques heures d’enseignement par an, seulement 18% des chargés d’enseignement vacataires ont exercé plus de 96 heures dans l’année », précise le ministère.

Une heure de TD équivaut à plus de 4 heures de cours effectif

En plus de la conférence des jeunes chercheurs, l’université ouverte, le collectif des travailleurs précaires de l’enseignement supérieur, et plusieurs collectifs d’universités ont fait le calcul pour dénoncer un salaire inférieur au smic. Leur logique est simple : selon le bulletin officiel de l’enseignement supérieur, les vacataires sont rémunérés 41,41 euros brut par heure de travaux dirigés (TD). Or, selon un arrêté sur les équivalences horaires pour les enseignants-chercheurs, une heure de TD correspond à 4,2 heures de travail effectif. Cela signifie qSMICue, pour les TD, les vacataires sont payés (41,41/4,2), 9,85 euros brut de l’heure. Or, le smic brut horaire s’élève aujourd’hui à 10,15 euros.

Continuer la lecture

  1. NDLR: Academia avait signalé le problème le 31 mai 2019 dans son article : .Temps de travail #ESR (1): 192h de service ? []
  2. NDLR : Les vacataires peuvent être des titulaires de la fonction publique. C’est le cas de chargé-es de recherche du CNRS, de titulaires universitaires, mais aussi d’enseignant-es du second degré, par exemple. []
  3. En théorie, l’auto-entrepreneur doit être assujetti à la contribution économique territoriale (CET) qui a remplacé la taxe professionnelle et tirer de cette activité « des moyens d’existence réguliers depuis au moins trois ans ». []
  4. NDLR: Il existe deux catégories de vacataires : les chargé-es d’enseignement vacataires (CEV) qui ont un emploi principal et les agents temporaires vacataires (ATV) qui sont des doctorant·s. La première catégorie n’est pas limitée en heures sauf les limites fixées en interne par l’université. La deuxième catégorie ne peut pas faire plus de 96 heures TD et ne peut pas enseigner en CM. []

UFR Théâtre, Paris-8, 2020

En passant

À l’Université de Paris-8, la licence d’informatique n’ouvrira pas à la rentrée 2020, faute d’enseignant·es titulaires. Qu’en sera-t-il en études théâtrales ? Aujourd’hui, pour 296h de cours/semaine assurées, 133 sont assurées par des EC titulaires (soit 44%), 15 par des ATER-moniteurs (soit 0,5%), et 148 par des vacataires (soit 50%), très inégalement répartis.

Continuer la lecture

#6 – Chroniques de grève – Slam de la tech’

Pour les petites mains des plateformes, sites web et autres lieux déshumanisés, les usines d’aujourd’hui …

Ca dys’fonctionn’
Fait un ticket
Tu veux d’ l’info
C’est dans le driv’

Procédur’
Il faut appliquer les procédur’

Tu te questionn’
C’est pour ta pom’
Y a pas un hom’
Ya pas une fem’

Procédur’
Il faut appliquer les procédur’

L’ Turn over
de l’enfer tech’
Abat tage
On a la rage

La claviste

NDC [Note de la claviste] : 

Mes choix iconographiques sont soit des images de la lutte en court mises à disposition par les  collectifs en lutte , soit des images personnelles également mises à disposition des collectifs de lutte soit issues de Gallica.

Je me refuse à utiliser les banques d’images mondialisées alimentées par des photographes non rémunérés et spoliés de leurs droits d’auteurs.

Et mon penchant d’éditrice en histoire me fera naturellement aller vers des images issues de Gallica et mises en valeur grâce au travail des bibliothécaires de la BNF

Crédit photographique : Olivetti écriture électrique l’Editor est la machine d’Ursula, [éditeur inconnu], [ca 1970] (Paris), lithogr., en coul. ; 173 x 119 cm. Reproduction réservée à un usage strictement privé. Source :Ville de Paris / Bibl. Forney. Permalien : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000833927

Image repérée grâce à l’excellente bibliographie sélective de la BNF publiée en janvier 2020 : Machine(s) à écrire

 

Précarité, pauvreté ou rélégation étudiante : la question du logement

En passant

VIDEO – Cafards et odeur pestilentielle : notre reportage dans des résidences étudiantes de Lille

HABITAT INDIGNE – Quelques 500 étudiants de la métropole lilloise vivent dans des cités universitaires insalubres. De nouvelles résidences sont en construction mais elles tardent à sortir de terre. Créé : 15 février 2020

Des cafards sur les lits, les murs, et dans les armoires. Des portes défoncées. Des murs sales et, dans les sanitaires, une odeur pestilentielle. En caméra « discrète », une équipe de TF1 a filmé les conditions de vie des étudiants au sein de plusieurs résidences universitaires de Lille (voir la vidéo ci-dessus). Sur les 45 bâtiments universitaires que compte la ville, un sur deux est en mauvais état.De nouveaux bâtiments sortent de terre ou sont rénovés mais l’ampleur de la tache est telle que la situation de près de 500 étudiants ne devrait pas s’améliorer avant fin 2022.  Et, vu le prix des loyers – moins de 200 euros par mois – aucune autre solution n’est possible pour eux.  « Si je ferme tout, ils vivent dehors », explique le directeur général du Crous qui reconnait qu’il y a du travail pour remettre les bâtiments à niveau.

Pour pouvoir rénover l’ensemble de ces résidences étudiantes, il manquerait encore 30 millions d’euros.

NDLR : Ce reportage invite à considérer que la question des discriminations ou de l’égalité sociale dans l’enseignement supérieur est indispensable et désormais plus qu’urgente.

#4 – Chroniques de grève – Appel des invisibles, mai 2008

par Eliane Daphy, sur le site de Sauvons la recherche, 26 mai 2008

Nous sommes la recherche et l’université
Nous sommes la partie d’un tout
Nous sommes fiers de nos métiers
Nous sommes fiers de nos disciplines, de nos savoirs et de nos savoir-faire
Nous sommes les petits, les clandestins, les précaires
Nous sommes invisibles

Nous sommes en danger. Nous sommes en colère
Nous ne nous laisserons pas faire
Nous sommes la partie d’un tout. Nous sommes la recherche et l’université
Nous avons bien constaté que certains des privilégiés nous ont déjà laissés tomber
Ces mandarins trop occupés à protéger leur notoriété
Nous les petits, les clandestins, les précaires

Nous les CDD les sans-statuts les sans-droits
Nous appelons à la solidarité des statutaires
Nous demandons la fin du travail gratuit, des CDD
Nous demandons la fin des concours bidons
Nous demandons de travailler dans la dignité
Nous demandons la fin des DU et chefs de service méprisants exploiteurs

digital.lib.muohio.edu/u?/snyder,1765

Secretary at typewriter, College administration, Miami University, 1912

Nous sommes la recherche et l’université
Nous sommes la partie d’un tout
Nous sommes des milliers
Des masques blancs derrière nos visages
Pour bien monter notre existence
Nous nous donnons rendez-vous

 

Le 27 mai dans la rue
À l’Academic Pride
Marche de tous les savoirs

Texte écrit par Eliane Daphy, ingénieure d’études CNRS 2e classe,
intégrée au CNRS à 50 ans en 2002, après 20 années de bons et loyaux service
comme chercheure hors-statut précaire dans l’enseignement supérieur et la recherche,
et comme bonne à tout faire bénévole dans un labo CNRS.