« Grève, rétention des notes ou blocage ». Communiqué de l’ANCMSP

La fabrique de la loi #33

← Article précédent

Article suivant­ →

L’Association Nationale des Candidat·es aux Métiers de la Science Politique précise à ses interlocuteurs le répertoire d’actions possibles à court et à moyen terme pour contrer les méfaits de la LPR 2021-2031, mais aussi contruire le rapport de force nécessaire pour faire cesser l’ignominie.

Communiqué de l’ANCMSP : LPPR, suite et fin ?

Che·re·s collègues,

Nous avons longuement hésité à écrire un communiqué pour cette rentrée. Pour tout vous dire, la fatigue est bien présente, fatigue à laquelle s’ajoutent le dégoût et la colère alors que la LPPR a été piètrement “examinée” en commission puis adoptée en séance par une Assemblée Nationale aux ordres. Après un an de plaidoyer, de mobilisations, de grèves, de manifestations interrompues par la crise sanitaire, d’efforts pour la “continuité pédagogique”… nous avons vraiment l’impression de pisser dans un violon.

Face à un gouvernement qui refuse la concertation avant d’adopter une loi qui organise une décennie dans l’ESR, les seuls modes d’action efficaces qui demeurent sont la grève, la rétention des notes ou le blocage. La grève reste un moyen central pour exprimer une désapprobation politique, dégager du temps pour la discussion et l’action collectives, et avoir un impact. Pour autant, le contexte est particulièrement difficile du fait de la crise sanitaire et de la précarité qui s’accroît. Comment choisir entre les étudiant·e·s d’aujourd’hui et celles·eux de demain, qui subiront les conséquences de la LPPR ?

La LPPR a été votée à l’Assemblée, mais il reste des choses à faire et à obtenir. Tout d’abord, participer en masse à la manifestation du 13 octobre. Notre objectif reste toujours le retrait de la loi, ou sa modification profonde, et seule une démonstration de nombre pourra permettre de faire pression, a minima auprès du Sénat.

De manière plus réaliste, un plaidoyer ciblé auprès du Sénat, pour “limiter la casse”, ce dont nous vous parlons plus bas. Il faudra ensuite, si la loi passe au Sénat, travailler sur les décrets d’application.

À côté de ces actions nationales, nous vous annonçons que nous relançons l’action pour l’amélioration des conditions de travail des vacataires, à travers un mode d’action plus local, pour bien commencer cette année qui s’annonce belle et radieuse.

LPPR : la loi passe à l’Assemblée, mais le travail n’est pas fini.

https://www.flickr.com/photos/zigazou76/8348625541/in/photolist-dHJTvF-rJ5zbc-f9N8Uo-25MEFts-2h3efEC-bDYyUn-XSQL8h-6y5eKm-2gnQHeZ-ef6gj9-WNV3YV-ef6gMu-dHJSDZ-dHQnxY-dHQfCL-dHJYpk-Vy44V4-dHJVpi-dHQp4d-dHJR2M-dHQkpU-dHQcN5-dHJX6k-dHJUGP-dHQgqh-dHQeKs-dHQi8A-dHJKyc-dHQdNd-25yareL-dHJVXH-5uJELC-sor71g-sCyCmf-sojdMY-6RKzZF-sESyRr-sorcUv-rJ5tpH-4iBFYX-sHYQMQ-sEGF6G-sojwCN-dHQaZS-6RKAJx-dHFK4Z-bgQprv-8z1Dg8-SRE8wr-bHLMpr

Marteaux de chaudronnier, par Frédéric Bisson, 2013

La loi de programmation pluriannuelle pour la recherche a été votée à l’Assemblée nationale. Voici la version du texte adoptée avec les amendements. Sans revenir sur des amendements plus ineptes les uns que les autres (tels que le paiement des doctorant·es en “coupons”) ou les graves mesures prises par la LPPR (on en a déjà parlé pour dénoncer ses limites, prendre position sur les mesures proposées, définir les mesures qui nous paraissent nécessaires, et avec la CJC pour analyser les différents volets de la loi et proposer des amendements précis aux différents stades du projet de loi (voir annexe), les prochaines étapes sont le passage au Sénat, puis les décrets d’application de la loi qui seront rédigés par le Ministère.

Signalons tout de même les deux seules (modestes) avancées introduites dans le texte adopté par l’Assemblée par rapport à la version originale du texte : d’une part la mensualisation du paiement des enseignant·e·s vacataires (mais pour 2023 !), d’autre part l’introduction d’une durée minimale d’un an pour les contrats postdoctoraux (même si nous demandions deux ans). Deux petits pansements donc sur la jambe de bois de l’ESR, qui se trouve toutefois de plus en plus vermoulue, puisque la LPPR telle qu’adoptée par l’Assemblée contient toujours de nombreux points problématiques : insuffisance globale du budget de l’ESR, calendrier budgétaire trop distendu, concentration des crédits de recherche sur l’ANR, stagnation des postes permanents, trop faible augmentation des financements doctoraux, nouveaux statuts précaires (contrat doctoral en entreprise, contrat postdoctoral, CDI de mission) aux conditions salariales et d’emploi médiocres.

À notre sens donc, la LPPR ne répond à aucun des enjeux centraux de l’enseignement supérieur et de la recherche aujourd’hui, et ne permettra pas de lutter contre la précarité, voire la renforcera. En particulier, la LPPR ne permettra pas aux vacataires d’être payé·e·s au dessus du SMIC, ou d’assurer un financement à tou·te·s les doctorant·e·s (5000 d’entre elles et eux démarrent un doctorat sans financement dédié).

Nous aurions préféré être en mesure de nous opposer entièrement à la loi, mais en l’état actuel du rapport de force, et sauf manifestation monstre le 13 octobre, nous soutenons l’action de la CJC et vous proposons en annexe 1 un kit de plaidoyer et un modèle de courrier, et en annexe 2 des amendements à porter au Sénat : n’hésitez pas à contacter les sénateurs et sénatrices pour défendre ces amendements. Pour constituer une base de données des soutiens à ces amendements et vous tenir informé·e·s de l’avancée de cette action de plaidoyer, nous vous invitons à nous tenir au courant de vos actions à bureau@ancmsp.com. Aucun amendement ne résoudra tous les problèmes de la LPPR, loin s’en faut. Il s’agit uniquement de “limiter la casse”, ce qui toutefois n’empêche pas de continuer à se mobiliser pour le retrait de la loi.

Ce qu’une loi a fait, une autre peut le défaire : organisons-nous !

Si les prochaines échéances sont la loi des finances 2021, puis l’élection présidentielle en 2022, nous devons nous organiser de manière pérenne afin de faire revoir à la hausse les financements, obtenir une augmentation du nombre de postes, augmenter le nombre de contrats doctoraux, aller vers de meilleures conditions pour les contrats post-doctoraux, revoir les conditions d’accueil des doctorant·e·s et chercheur·ses étranger·e·s, etc…

La mobilisation a vu naître ou renaître des collectifs locaux et des organisations à l’échelle nationale, souvent avec une organisation informelle. Du côté des enseignants et chercheurs non-titulaires, nous aimerions inviter les collectifs de précaires, collectifs disciplinaires ou comités de mobilisation constitués à l’échelle locale ou nationale, à se constituer en associations (afin de pérenniser l’expertise militante acquise) et à rejoindre la Confédération des Jeunes Chercheur·ses (afin de mutualiser nos forces), ou à se syndiquer ou monter une section syndicale locale. La formalisation des collectifs nous paraît nécessaire pour continuer à plus long terme les actions de soutien aux précaires, de plaidoyer et d’organisation de l’action collective. Nous vous contacterons prochainement pour en discuter. N’hésitez pas à nous écrire directement (bureau@ancmsp.com).

Le gouvernement n’écoute pas… alors travaillons à construire un rapport de force national à travers des actions locales.

Il est très, très frustrant de n’arriver à (presque) rien au niveau national. Malgré les multiples réunions avec le ministère, les auditions parlementaires ou au CESE, ou encore la production d’argumentaires construits et étayés, le gouvernement fait la sourde oreille. Si l’action à l’échelle nationale reste centrale, l’instauration d’un rapport de force dans les universités peut utilement soutenir les actions entreprises au niveau national. Nous avons décidé cette année de nous concentrer sur les vacataires, puisqu’ils et elles sont absent·e·s (ou presque) de la LPPR. Pour rappel, nous demandons depuis belle lurette la suppression du statut d’Attaché Temporaire Vacataire (ATV), la contractualisation de tou·te·s les vacataires (avec mensualisation et droits sociaux), la revalorisation de la rémunération, la prise en charge des frais de transport, et la fin du travail gratuit (corrections, surveillances, réunions…).

En ce qui concerne le plaidoyer, le questionnaire sur les conditions de travail des vacataires, qui a circulé l’année dernière, nous fournira des éléments pour défendre deux objectifs :

  • faire abroger le statut d’ATV et obtenir le recours obligatoire à des contrats d’enseignement pour les vacataires ;

  • faire évoluer les conditions de rémunération pour qu’elles reflètent la réalité du travail réalisé.

À l’échelle locale, nous lançons deux actions pour lesquelles nous aurons besoin de votre soutien :

  • un plaidoyer intensif pour la contractualisation, à mener auprès des universités et établissements recruteurs ;

  • une demande collective de remboursement partiel des frais de transport pour les enseignant·e·s vacataires, afin de faire appliquer partout en France la décision du Conseil d’Etat.

Si les 140 000 vacataires arrêtaient de travailler, l’université s’arrêterait vraiment. Alors que vous soyez vous-même vacataire, doctorant·e contractuel·le, post-doctorant·e, ou fonctionnaire, aidez-nous à faire changer les choses ! Nous publierons prochainement sur cette liste et sur les réseaux sociaux le détail des actions. Si vous êtes adhérent·e de l’ANCMSP, vous pouvez aussi rejoindre nos groupes de travail pour nous aider directement (sinon, vous pouvez adhérer ici).

Enfin, un dernier rappel concernant les prolongations de contrats (doctoraux et post-doctoraux) à la suite de la crise sanitaire : vous avez jusqu’à la fin de l’année pour déposer vos demandes. N’hésitez pas à nous tenir informé·e·s des décisions prises localement.

Bon courage et ne baissons pas les bras !

Le Bureau de l’ANCMSP

ANCMSP – Association nationale des candidat.e.s aux métiers de la science politique

Créée en 1996, l’ANCMSP a vocation à collecter et diffuser toute information et toute opinion relatives aux recrutements universitaires et extra-universitaires, à la politique nationale de la recherche et à l’actualité scientifique, dans le domaine de la science politique et dans les disciplines proches – sociologie, histoire, etc.

Site Internet : http://ancmsp.com/

Contacter le bureau : bureau@ancmsp.com
Pour adhérer à l’association : https://ancmsp.com/l-adhesion-en-cinq-minutes
Pour vous désabonner, envoyer un courriel vide à l’adresse : diffusion-unsubscribe@listes.ancmsp.com

« Les universités n’utilisent pas encore assez de contractuels »: une lecture du dernier rapport des inspections générales sur l’emploi universitaire

Le rapport conjoint de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR), rendu en avril, 2019, vient enfin d’être publié. Academia, en espérant pouvoir en faire rapidement sa propre lecture, propose celle que vient de lui faire parvenir Pierre Ouzoulias, archéologue et sénateur communiste des Hauts-de-Seine, en vous invitant à prendre connaissance du rapport lui-même, mis en ligne à une date inconnue, postérieure au 14 février 20201.

 Le plan de « modernisation » de l’université est déjà en place !

Voici, ci-dessous, quelques citations choisies du rapport rendu par les deux inspections, il y a presque un an. J’ai ajouté des rapides commentaires en italique.

Dans le contexte actuel de mobilisation, le MESRI va nous expliquer que c’est un rapport qui ne l’engage absolument pas et que tout peut être discuté. À sa lecture, on comprend bien que le Gouvernement, qui écoute plutôt Bercy que le MESRI, n’a pas besoin de la LPPR. Tout est déjà en place pour poursuivre la transformation des établissements en « universités entrepreneuriales » qui trouveront, sous la contrainte, des marges de gestion. Les universités ne manquent pas de moyens, elles sont seulement mal gérées.

Le projet de budget pour l’année 2021 mettra en place l’étape décisive demandée par Bercy : la non compensation du GVT.

Pierre Ouzoulias
24 février 2020

Le budget de l’ESR est suffisant au regard de la réduction de la dépense publique

Bien que se situant, tout financement confondu, juste au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE les universités

sont à ce jour globalement correctement dotées par le budget de l’État pour couvrir leur masse salariale au regard de la situation des finances publiques. Les situations peuvent toutefois varier selon les établissements en raison soit des défaillances du mode d’allocation des ressources, soit de choix de gestion individuels. [p. 3]

 

La solution : les ressources propres ; les mauvais élèves : les SHS

La part des ressources propres dans les recettes des universités, toutes universités confondues, n’a pas évolué entre 2011 et 2017. Les universités fusionnées, les universités scientifiques ou médicales (USM) et les universités de droit, économie, gestion DEG ont un taux de ressources propres 2017 proche de 20%, en augmentation d’un point depuis 2012. Les universités pluridisciplinaires, avec ou sans santé, connaissent un taux de ressources propres supérieur à 16%, stable depuis 2013. Les universités de lettres et de sciences humaines (LSH) ont le plus faible taux de ressources propres, proche de 13% depuis 2011. [p. 16]

 

 

Continuer la lecture

  1. Données-Propriétés du document .pdf. []

Précarité, pauvreté ou rélégation étudiante : la question du logement

En passant

VIDEO – Cafards et odeur pestilentielle : notre reportage dans des résidences étudiantes de Lille

HABITAT INDIGNE – Quelques 500 étudiants de la métropole lilloise vivent dans des cités universitaires insalubres. De nouvelles résidences sont en construction mais elles tardent à sortir de terre. Créé : 15 février 2020

Des cafards sur les lits, les murs, et dans les armoires. Des portes défoncées. Des murs sales et, dans les sanitaires, une odeur pestilentielle. En caméra « discrète », une équipe de TF1 a filmé les conditions de vie des étudiants au sein de plusieurs résidences universitaires de Lille (voir la vidéo ci-dessus). Sur les 45 bâtiments universitaires que compte la ville, un sur deux est en mauvais état.De nouveaux bâtiments sortent de terre ou sont rénovés mais l’ampleur de la tache est telle que la situation de près de 500 étudiants ne devrait pas s’améliorer avant fin 2022.  Et, vu le prix des loyers – moins de 200 euros par mois – aucune autre solution n’est possible pour eux.  « Si je ferme tout, ils vivent dehors », explique le directeur général du Crous qui reconnait qu’il y a du travail pour remettre les bâtiments à niveau.

Pour pouvoir rénover l’ensemble de ces résidences étudiantes, il manquerait encore 30 millions d’euros.

NDLR : Ce reportage invite à considérer que la question des discriminations ou de l’égalité sociale dans l’enseignement supérieur est indispensable et désormais plus qu’urgente.

700 directeurs et directrices de laboratoires de recherchent contestent les principes au fondement de la LPPR

En passant

Recherche : « Notre politique de recherche serait-elle faite par et pour 1 % des scientifiques ? »

Plus de 700 directrices et directeurs de laboratoires de recherche contestent, dans une tribune au Monde, les critères qui président à l’élaboration de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Ils préconisent de « renforcer les collectifs » plutôt que de promouvoir « une infime élite œuvrant au profit d’une infime partie des savoirs ».

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/10/recherche-notre-politique-de-recherche-serait-elle-faite-par-et-pour-1-des-scientifiques_6029044_3232.html

« A l’université, la population étudiante augmente quand les recrutements chutent (de près de 40 % pour les enseignants-chercheurs entre 2012 et 2018. » Stefan Kiefer / ImageBroker / Photononstop

Tribune. Faute de tenir les engagements budgétaires pris par l’État à l’occasion de l’agenda de Lisbonne (2000), le service public de recherche et d’enseignement supérieur décroche. Son indépendance et sa stabilité sont ébranlées par des pratiques d’évaluation, de management et de gestion empruntées au secteur privé. Les politiques publiques favorisent ainsi les contrats courts et précaires au détriment des emplois pérennes, elles promeuvent la compétition contre la coopération et enjoignent de trouver des résultats rentables aux dépens de la liberté de chercher et de son incertitude radicale.

Le 1er février, confirmant le projet d’élaboration d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, le premier ministre déclarait : « Gouverner, c’est choisir, et choisir, c’est renoncer ; nous devons donc faire des choix et décider ce qui est le plus important.» On comprend qu’il ne faudra garder que les « meilleurs » d’entre nous. Mais selon quels critères ? Ceux qui obtiennent des prix internationaux ou des labellisations d’« excellence », déposent des brevets, obtiennent de très gros financements européens et font des recherches à haut « facteur d’impact » ?

Soumettant la recherche à une pensée utilitariste et comptable, le management public mesure aujourd’hui la performance à court terme et ne considère le fruit du travail scientifique que par les seuls travaux à haute visibilité et à rentabilité immédiate. Pourtant chacun sait que la recherche ne peut être que le fait d’une vaste communauté, « stars » comprises : aucun « génie » n’existe sans un collectif stable, compétent et à l’abri de la précarité.

Continuer la lecture

Les professeurs des universités britanniques contre la précarisation, 20 janvier 2020

Nous refusons de tenir les examens tant que les universités ne règlent pas le problème des employé·es –  Lettre ouverte, The Guardian, 22 janvier 2020

« Notre rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, mais tout aussi nécessaires sont rémunérationjuste , retraite et  sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités », affirment 29 professeurs d’universités britanniques.

Un representant syndical UCU harangue une manifestation aux abords du siège de University College London le 4 décembre 2019. Photograph: Guy Smallman/Getty Images

La plaie de la précarisation (Des milliers d’universitaires britanniques traité∙es comme des citoyen∙nes de deuxième classe’, 20 janvier) ne représente malheureusement qu’un des problèmes de ressources humaines que les universités doivent de toute urgence s’atteler à traiter.

Par la présente, nous faisons savoir, en notre qualité d’universitaires expérimenté∙es, que nous nous démissionnons de nos fonctions d’examinateur∙trices externes (external examiners) et/ou refusons d’accepter de nouveaux contrats d’expertise pour des formations d’universités ou de collègues dans tout le Royaume-Uni, et exhortons nos collègues à faire de même. Nous refusons d’endosser la fonction d’examinateur externe parce que nous croyons que ce rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, il est tout aussi crucial d’offrir une juste rémunérations, retraite et sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités.

Dans le conflit qui oppose actuellement le syndicat University and College Union et les employeurs universitaires, le syndicat a mis en lumière la proliferation de la précarisation, la moitié des personnels de première ligne à ne disposant pas de contrat ; des coupes dans les allocations de retraite qui ont appauvri les membres du Universities Superannuation Scheme ; de scandaleux écarts de salaire en raison du genre ou de l’ethnicité : et une culture systémique de la surcharge de travail qui contribue à l’existence de hauts niveaux de stress et de maladie. Cela fait trop longtemps que les universités auraient dû traiter ces maux, et nous croyons qu’il est de notre responsabilité de prendre maintenant position pour marquer notre soutien aux collègues au début de leur carrière. Nous vous invitons à nous rejoinder et à démissionner de vos fonctions d’examinateur externe et de refuser de souscrire à tout nouveau contrat jusqu’à ce que les universités prennent des mesures pour régler ces problèmes.

Prof Melanie Simms University of Glasgow, Prof Jane Holgate University of Leeds, Prof Phil Taylor University of Strathclyde, Prof Jo Brewis The Open University, Prof Sian Moore University of Greenwich, Prof John Kelly Birkbeck, Prof Megan Povey University of Leeds, Prof Claire Squires University of Stirling, Prof Richard Taffler University of Warwick, Prof Cathy Urquhart Manchester Metropolitan University, Prof Keith Attenborough The Open University, Prof Jenny Pickerill University of Sheffield, Prof Natalie Fenton Goldsmiths, Prof Nicki Hitchcott University of St Andrews, Prof Andreas Bieler University of Nottingham, Prof Mike Danson Heriot-Watt University, Prof Julian Eastoe University of Bristol, Prof Erik Swyngedouw Manchester, Prof Jeremy Guggenheim University of Cardiff, Prof Victor van Daal Edge Hill University Prof Sally Munt University of Sussex Prof Ozlem Onaran University of Greenwich, Prof Albert Sanchez Graells University of Bristol, Prof Ruth Aylett Heriot-Watt University, Prof Tony Carbery, University of Edinburgh, Prof Raphael Salkie University of Brighton, Prof Sarah Salway University of Sheffield, Prof Peter Styles Keele University, Prof Willy Maley University of Glasgow

traduction: Christelle Rabier

Source: We refuse to act as external examiners until universities deal with staffing issues. Tribune. The Guardian, 20 janvier 2020