« Écœuré par l’Université » : un précaire témoigne sur Révolution permanente

Jeune étudiant, j’ai fait le rêve d’exercer un métier, celui d’être enseignant-chercheur, maître de conférences. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour y parvenir…

Jeune étudiant, j’ai fait le rêve d’exercer un métier, celui d’être enseignant-chercheur, maître de conférences. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour y parvenir : un master recherche avec mention dans la prestigieuse école de Sciences Po Paris, celle-là même qui produit présidents et ministres (qui n’ont pas choisi la même voie professionnelle et politique que moi, la comparaison s’arrête là, je ne veux rien avoir de comparable avec ces minables) ; j’ai écrit une thèse validée avec la plus haute mention qui soit ; j’ai été qualifié à exercer les fonctions de maître de conférences dans trois disciplines ; je viens de publier un livre que j’ai coécrit et un autre que j’ai co-dirigé va sortir prochainement ; j’ai publié également treize articles dans des revues à comité de lecture, dont trois classés, sept chapitres d’ouvrage, quatorze articles dans des revues sans comité de lecture, organisé deux colloques internationaux et trois journées d’études ; j’ai enseigné plus de 900 heures. Et pourtant. Et pourtant, je suis au chômage depuis maintenant près de 6 ans. J’ai bien eu une audition l’année dernière à la Sorbonne, la prestigieuse Université dont le nom fait rêver dans le monde entier. Je suis arrivé deuxième attestant que j’ai sans aucun doute le niveau, le CV requis pour devenir enseignant-chercheur titulaire à l’Université mais sans m’offrir aucune perspective. Les rapports pour chacune de la vingtaine de candidatures que je fais chaque année depuis cinq ans attestent d’un « parcours brillant », de « grande qualité », du « dynamisme de l’activité de recherche » et pourtant, à l’exception de ce comité de sélection de la Sorbonne, tous les autres depuis maintenant cinq ans refusent de m’auditionner, pas assez de formation en langues, pas assez dans le profil du poste, pas assez de publications classées, chacun a sans doute une bonne raison pour ne pas m’auditionner ou plutôt tous ont en dernière instance, la même raison, trop de candidats pour pas assez de postes, trop de jeunes docteurs, une centaine en moyenne pour chaque poste, aux profils toujours plus brillants pour des postes toujours plus rares malgré le nombre d’étudiants qui augmente, un déséquilibre qui conduit forcément à une sélection toujours plus délirante.

Et pourtant, je tente de jouer le jeu de ce milieu professionnel toujours plus sélectif, je travaille à plein temps, les soirs, les week-ends, avec des statuts toujours plus variés (salariés dans certains établissements privés, auto-entrepreneurs dans d’autres établissements privés qui utilisent la législation pour ne pas payer de cotisations sociales, vacataires à l’Université, suivant les préceptes du néolibéralisme « multipliez les statuts pour individualiser la condition de chaque travailleur »). Cette année scolaire qui s’achève, j’ai dispensé 277 heures équivalent TD de cours, soit 144 % d’un service d’un maître de conférences titulaire. En ne comptant que mes activités d’enseignement, sans parler de mes activités de recherche : l’organisation d’un colloque international, la publication d’un chapitre d’ouvrage dans une maison d’édition prestigieuse, la publication d’un ouvrage… Près d’une fois et demi le travail d’un enseignant titulaire donc, mais pas la même paye évidemment, et de loin. Si les entreprises privées payent mensuellement comme le prévoit le Code du travail depuis 1971, les Universités françaises se permettent de payer avec plusieurs mois de retard. Ainsi, le paiement de mes cours dispensés entre septembre et décembre a été versé en février, le paiement de ceux dispensés entre janvier et mars est « en attente ». Mon contrat de travail, qui d’après le Code du Travail doit être signé avant le début des tâches à réaliser, je ne l’ai signé qu’en décembre, trois mois après le début de mes cours. Que se serait-il passé si j’avais eu un accident de travail entre septembre et décembre, par exemple ? Je l’ignore. Les règles les plus élémentaires du droit du travail ne sont donc pas respectées à l’Université mais la précarité a évidemment surtout un objectif budgétaire. Ainsi, en réalisant donc une fois et demi un service de maître de conférences, je gagne un peu moins que le SMIC, soit environ 40 % de ce que gagne un titulaire (tout dépend de son degré d’avancement dans sa carrière évidemment).

Mon activité étant irrégulière, dépendant du calendrier scolaire, les mois où ma paie est faible, c’est le RSA qui la complète, depuis plus de 4 ans désormais. Le RSA et son cortège de flicage, ses rendez-vous à Pôle Emploi pour se donner l’illusion de vérifier que le chômeur cherche bien un emploi, ses rendez-vous au Pôle Insertion du Conseil départemental aussi. L’an dernier, j’ai dû reculer de deux jours un aller-retour chez ma chérie pour un rendez-vous de dix minutes avec un conseiller qui me proposait de donner des cours dans l’ « école » de Maréchal-Le Pen. Toujours la même démarche, convoquer, humilier pour que certains renoncent à leurs droits à l’indemnisation, pour pouvoir radier un maximum de personnes. Si on ne veut pas que le RSA coûte un « pognon de dingue », la logique ne voudrait elle pas qu’on le consacre à ceux qui sont véritablement exclus du marché du travail et pas à ceux qui sont mis dans une position intermédiaire par les pratiques de l’État. Le véritable problème est que des établissements public ou privé refusent d’établir un véritable contrat de travail avec des congés payés comme l’exige le Code du Travail et que quelqu’un comme moi se retrouve à se faire financer ses mois d’inactivité par les budgets normalement dévolus aux plus démunis.

La précarité, l’incertitude au travail, a des effets destructeurs sur un individu, la perte d’estime de soi, des dizaines d’ouvrages de sociologie l’ont démontré. Le fonctionnement de l’Université a désormais ce pouvoir magique de le faire vivre. Á force de travail pour suivre le rythme effréné d’une sélection sans fin, à force de statuts individualisant ma condition, je me désocialise. Je le constate, année après année, le temps consacré à ma chérie, à mes amis diminue peu à peu. Á force d’enseignements supérieurs de près d’une fois et demi à mes collègues titulaires et d’une activité de recherche sans doute supérieure à nombre d’entre eux, je me sens usé physiquement. Je n’aurais bien évidemment pas l’indécence de le comparer avec ceux qui exercent un travail manuel et qui ont quelque fois leur vie mise en danger par l’exploitation patronale. Depuis le mois de janvier, j’ai chopé deux petites maladies bénignes que j’ai mis des semaines à éliminer. Mon corps en a marre. Lorsque le confinement a été déclaré, j’ai dû passer un mois à m’en remettre, à me soigner mes petits bobos, à enfin retrouver un rythme de sommeil réparateur.

La précarité de l’ESR me désocialise, m’use physiquement, elle devrait logiquement me radicaliser politiquement contre ceux qui sont responsables des maux dont je souffre. Et paradoxalement, et comme des dizaines d’ouvrages de sociologie l’ont montré, ce ne sont pas les plus précaires qui peuvent se mobiliser. Précisément parce qu’on est dans cet aliénation. Parce qu’il faut absolument prendre en charge ce nouveau cours, publier cet article supplémentaire pour avoir une chance de plus de pouvoir obtenir un poste l’année suivante, cette aliénation est tellement puissante. J’ai bien pu participer à quelques manifestations contre la réforme des retraites en décembre quand les cours du premier semestre s’achevaient mais j’ai été forcé d’arrêter toute activité dès la rentrée de janvier en raison de ces cours que je ne pouvais pas déplacer, de ce statut tellement précaire qu’il aurait fait passer ma grève pour une simple fainéantise. Je n’ai même pas pu participer au mouvement naissant en mars contre la Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) qui promet de précariser encore plus des personnes comme moi, de remplacer les hypothétiques statuts de maîtres de conférences que l’on pourrait avoir par des tenures tracks où l’on serait licenciables tous les cinq ans (et qu’on devrait penser reconversion à 45 ans, j’imagine, dans la logique de Mme Vidal). Et pourtant, cette mobilisation me concernerait et j’aurais tenu à y participer. Et pourtant, il ne manquera pas d’un petit porte-parole du capital dans les médias pour dire que les précaires sont absents de ces mobilisations, omettant de préciser que nous sommes absents par l’exploitation que l’on subit.

Pour lire la suite →

Confinée libérée – édition du WE – 25-26 avril 2020

Édition du WE. Samedi 25 avril 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Édito #3 Imaginer la suite
    Aujourd’hui, il est difficile d’imaginer ce que seront l’université et la recherche dans les prochains mois. Dans quelles conditions la rentrée 2020 pourra-t-elle avoir lieu ? Comment organiserons-nous nos luttes après le déconfinement, alors que “l’urgence sanitaire” se prolongera, et interdira sans doute les rassemblements ? Quelles stratégies de luttes collectives pourrons-nous élaborer avec les autres secteurs, en particulier les autres services publics ? D’ores et déjà, il nous faut reprendre les discussions au sein de nos collectifs pour préparer une rentrée universitaire et sociale à la hauteur des défis qui nous font face !

20 avril 2020 – Chroniques d’une apocalypse universitaire annoncée – épisode 1
2025, le monde a été transformé par une pandémie mondiale, dont la gestion sociale et politique désastreuse a bouleversé la société. La nouvelle fiction des Facs et Labos en Lutte explore un futur possible de l’enseignement supérieur et de la recherche. Pour cet épisode 1, nous remontons le temps jusqu’au “jour où tout s’est arrêté”.

21 avril 2020Enquête militante sur les conditions de vie et de travail des doctorant·es et docteur·es face à l’état d’urgence sanitaire

Depuis la mise en place du confinement (décret du 16 mars 2020) et l’adoption de l’état d’urgence sanitaire (loi du 23 mars 2020) en réponse à l’épidémie de Covid-19, les doctorant·es et docteur·es, précaires, sont nombreux·ses à devoir poursuivre leurs travaux de recherche en « télétravail » depuis leur lieu de résidence, à être soumis·es à l’injonction d’assurer la « continuité pédagogique », à devoir se plier aux calendriers des campagnes de recrutement ou encore aux exigences des écoles doctorales et des comités de thèse pour la réinscription en doctorat. Dans ces conditions, pouvons-nous tou·tes réellement répondre à ces différentes injonctions ?

24 avril 2020Portraits de précaires – entretiens dessinés avec Cyril Pedrosa
“C’est une logique où on est en permanence en train d’écrire des projets, de faire des candidatures, de se vendre”, “on voit que c’est des sujets super sensibles quand on commence à libérer la parole là-dessus”, « on n’avait pas de salaire mensuel, ça veut dire qu’on cotise pas pour le chômage, qu’on cotise pas pour la retraite ». A la fin du mois de février 2020, en plein cœur de la mobilisation des facs et labos, plusieurs jeunes chercheur·ses et enseignantes-chercheuses confronté·es à la précarité ont accepté de partager leurs expériences. Cyril Pedrosa a réalisé les portraits qui accompagnent et incarnent leurs voix.

Confinée libérée. Édition du week-end 11-12-13 avril

Édition du WE. Samedi 11 avril 2020 – en partenariat avec Université ouverte

Illustration : fabrication de masque artisanale et solidaire. Photographie par Cécile Rolland.

  • lundi 6 avril 2020Comment (ne pas) payer les précaires confiné·es ?
    Ce n’est ni par une conférence de presse, ni même par un communiqué de presse, mais au détour d’une innocente “foire aux questions” de la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) que le ministère a choisi de rendre publique sa décision de ne pas rémunérer les heures d’enseignement des vacataires.

Crédit illustration : photographie prise par Gilles Martinet lors de l’action du collectif des précaires de l’ESR d’Ile-De-France à l’Hôtel de ville de Paris le 11 février 2020.

  • mardi 7 avril 2020Sous-traitance = mal-traitance dans nos facs et labos
    La sous-traitance – en particulier pour les personnels de sécurité, de ménage, d’accueil et de restauration – est de plus en plus importante dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Les conditions de travail de ces travailleurs et travailleuses sont catastrophiques : salaires extrêmement faibles, travail dissimulé, marchandage, sanctions et licenciements abusifs, endettement des salarié·es auprès des entreprises

Image mise en avant : illustration de l’entretien avec Tiziri Kandi intitulé « Hôtel Ibis des Batignolles : une grève emblématique des femmes de chambre », publié par le site Contretemps le 7 janvier 2020.

  • jeudi 9 avril 2020Allô, précaire confiné·e ?
    Pour rompre l’isolement, organiser la solidarité et accroître encore la puissance de nos collectif de lutte, l’assemblée générale nationale des précaires de l’ESR réunie “à distance” le 27 mars à décidé de la mutualisation de deux outils créés par des collectifs locaux : un répondeur et un tumblr.

  • vendredi 10 avril 2020Une caisse de solidarité contre la précarité !Le confinement ayant contribué à aggraver la situation des membres les plus précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), le comité de mobilisation des Facs et Labos en Lutte, en concertation avec des collectifs d’étudiant·es et de précaires, réuni·es en assemblée générale nationale le 27 mars, met en place une caisse de solidarité.

Précarité et diversité dans l’enseignement supérieur en Allemagne… parlons-en !

Un groupe de chercheur·es s’est réuni à Cologne le 6 mars 2020 pour former une sorte alliance symbolique avec les grèves ayant cours en France et au Royaume-Uni.

Le groupe diversity precarious lutte, depuis l’Allemagne, contre la poussée néolibérale dans le monde universitaire.

Une chercheuse a envoyé à Academia une carte mentale réalisée à partir des notes du brainstorming issues de cette journée : qu’elle en soit remeciée.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

En passant

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli e Alessia La. Derrière ces trois noms, il y a trois chercheuses de l’équipe qui a isolé la souche du Coronavirus en Italie.

Elles ont un CDD et sont payées moins de 1.200 euros par mois.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

Source:

L’urgence est à la solidarité ! Communiqué de l’assemblée générale nationale des précaires de l’ESR du 27 mars 2020

Le 27 mars 2020, s’est réunis, à distance, via le logicielDiscord, l’Assemblée général des Précaires de différents collectifs — Rennes, Picardie-Jules Verne, Lille, Rouen, Toulouse, Nantes, Grenoble, Angers, Saint-Etienne, IDF (P1, P3, P5, P7, P8, P10, P13, IEP, EHESS, INSPE Créteil, INSPE Cergy).

Academia reproduit ici le texte du communiqué.

Assemblée générale des précaires, 27 mars 2020
L’urgence est à la solidarité !

L’AG nationale des personnels et usagèr.es précaires de l’ESR qui s’est tenue en ligne le 28 mars 2020 rappelle que ce sont les précaires, les ouvrièr.es, les femmes et minorités de genre, les personnes racisé.es et étrangèr.es, invalides et malades, qui sont encore une fois les plus pénalisé.es par les mesures prises pendant la pandémie de coronavirus COVID-19. La crise que nous vivons nous montre en pleine lumière qui sont les véritables « premièr.es de cordée », en l’occurrence celles et ceux qui actuellement exercent des professions à risque (personnel soignant et hospitalier, agent.es de caisse, livreur.ses, etc.), qui ont été tant malmené.es, et auxquel.les nous devons tant. Dans « l’état d’urgence sanitaire » actuel, nous devons être solidaires de ces dernièr.es, mais également continuer à mener les luttes sociales engagées contre la LPPR, la réforme de l’assurance chômage et celle des retraites, et à demander plus de moyens pour les services publics. En outre, nous demeurons d’autant plus vigilant.es que les mesures prises en période de crise peuvent donner lieu à d’inquiétantes dérives si elles s’inscrivent dans le droit commun. Pour l’ESR, nous nous inquiétons des ordonnances qui passent actuellement et préfigurent l’institutionnalisation de la dématérialisation de l’enseignement supérieur, avec toutes les inégalités qu’elle implique.

Mais il nous faut d’abord répondre au plus urgent : la précarité et la pauvreté s’aggravent dangereusement dans l’ESR en cette période de confinement. Nous exigeons pour cette raison :

    • la mise en place immédiate d’un fonds d’urgence par le CROUS pour les précaires de l’ESR en difficulté, quel que soit leur statut ;
    • la suspension des loyers des résident.es au CROUS durant la période du confinement, sans rattrapage après le confinement, et la possibilité pour tout.es les résident.es de rester dans leur logement, de le réintégrer à l’issue du confinement, ou d’obtenir alors un autre logement du CROUS en cas de départ définitif du logement actuel en raison de la crise sanitaire ;
    • le maintien de tous les salaires, primes comprises, pendant le confinement, et le renouvellement automatique des contrats qui se terminent pendant le confinement ;
    • la rémunération de tou.tes les vacataires sur la base de leur service prévisionnel, qui doit être partout considéré comme assuré ;
    • le maintien et le versement immédiat à la demande des bénéficiaires de tout autre financement provisoire ciblé, notamment les bourses de recherche, y compris quand tout ou partie du travail afférent ne peut être réalisé en raison du confinement (y compris pour des questions de mobilités), et leur prolongement pour une durée équivalente à la durée du confinement ;
    • l’absence d’obligation d’assiduité et non-tenue des examens, des jurys et des comités (incluant les comités de suivi de thèse) à distance, avec validation automatique de l’année (y compris des crédits correspondant à des stages ou autres activités qui n’auront pu être réalisés).

Et plus largement, hors de l’ESR :

    • la suspension des loyers et un moratoire sur les préavis de départ ;
    • la reconnaissance du Covid 19 comme maladie professionnelle pour tout le monde.

Par ailleurs, pour ne pas aggraver la précarité sous ses multiples formes (financière, liée au droit de séjour…) suite au confinement et préserver la santé mentale de tou.tes en cette période de stress intense, nous demandons :

    • le prolongement des contrats de travail à durée déterminée pour une durée équivalente à celle du confinement au sein de l’ESR (y compris les contrats doctoraux et postdoctoraux : que ceux-ci puissent être prolongés au-delà de leur période de validité originelle, eu égard notamment à l’impossibilité de travailler en bibliothèque, en laboratoire, ou d’accéder aux ressources habituelles). Cela concerne également les personnels employés par les entreprises de sous-traitance offrant leurs services aux établissements de l’ESR ;
    • le respect des droits liés aux congés : les jours de congés ou de RTT ne peuvent pas être imposés et les autorisations spéciales d’absence doivent donner droit aux RTT ;
    • la validation automatique de l’année universitaire 2019-2020 et la réinscription automatique de tou.tes les étudiant.es pour l’année universitaire 2020-2021 dans l’année suivante du cursus pour les étudiant.es le demandant, ceci concernant également les doctorant.es (en particulier les doctorant.es en 4e année « dérogatoire » ou au-delà) ;
    • la non tenue à distance et/ou de façon dématérialisée (visioconférence) des jurys et des concours de recrutement (CAPES, agrégation, enseignement supérieur, MCf, PR, CNRS) et leur report à une date ultérieure à l’issue du confinement ;
    • l’absence d’obligation de travail ou d’étude en présentiel ou à distance en général, sauf en cas d’absolue nécessité, y compris au nom de la « continuité pédagogique »

Mais également, de manière tout aussi urgente le prolongement ou la délivrance automatique des titres de séjour des étudiant.es, chercheur.es et enseignant.es étrangèr.es pour une année universitaire supplémentaire, de manière à ce que les personnes étrangères qui seraient dans l’impossibilité de renouveler leurs titres de séjour puissent continuer à toucher les assurances sociales, et candidater aux différents postes sans avoir à fournir de récépissé, et pour tenir compte de la situation des docteur.es étranger.es qui n’ont pas actuellement de contrat avec l’ESR.

Étant donné que nombre de précaires de l’ESR vivent et travaillent grâce aux allocations chômage ou à des emplois hors de l’ESR :

    • le prolongement des allocations de chômage pour une durée équivalente à celle du confinement ;
    • le prolongement des contrats de travail à durée déterminée hors de l’ESR, pour une durée équivalente à celle du confinement (avec mise en chômage partiel le cas échéant pendant la période de confinement).

En réponse aux injonctions actuelles, nous appelons les personnels de l’ESR et étudiant.es à la « discontinuité pédagogique et scientifique » : à un moment où l’on compte littéralement les morts, et où la priorité devrait être donnée aux relations de solidarité permettant à tou.tes de vivre cette période dans les conditions les moins douloureuses, demander aux précaires d’abattre la même quantité de travail (démultipliée par les nécessités de l’enseignement dématérialisé)  qu’auparavant est inadmissible et irresponsable. Nous rappelons qu’en tant que précaires, nous avons des accès inégaux à internet ainsi qu’aux équipements numériques et que, nous aussi, nous avons des enfants, des problèmes de santé, des proches fragiles dont nous nous soucions à même à l’hôpital. La précarité liée à l’incertitude concernant notre avenir (sans garantie de pouvoir avoir un emploi stable dans l’ESR, de valider nos diplômes, de continuer à étudier et/ou travailler en France) est un facteur supplémentaire d’angoisse que la situation actuelle ne fait qu’exacerber. La priorité est à l’organisation de la solidarité, entre personnels et usagèr.es de l’ESR, et cela ne peut pas vouloir dire : poursuivre coûte que coûte les enseignements initialement prévus pour organiser des évaluations. Plus généralement, cette période de crise doit être l’occasion, non d’exercer un contrôle accru sur les étudiant.es et travailleur.ses de l’ESR, mais de se concentrer sur l’essentiel : préserver sa santé physique et mentale, ainsi que celle de ses proches, de ses collègues et de tou.tes celles et ceux qui prennent cette crise de plein fouet.

Même confiné.es, nous restons déterminé.es à lutter contre les inégalités qui sévissent dans l’Enseignement supérieur et la Recherche. Nous soutenons celles et ceux qui luttent au quotidien contre la pandémie, et nous constatons, comme d’autres, que les dégâts qu’elle cause sont exacerbés par des décennies de mépris pour les services publics hospitaliers, ainsi que par de nombreuses coupes budgétaires qui n’ont d’autres conséquences que d’accélérer les inégalités sociales et la précarisation de nos vies. Nos revendications pour l’ESR s’inscrivent ainsi dans la même logique de défense d’un service public gratuit, accessible à toutes et tous, et présent sur l’intégralité du territoire. 

Alors non, nous ne sommes PAS disponibles par Skype, ni pour continuer comme si de rien n’était, ni pour le remake macroniste de l’Union Sacrée. L’heure est à l’organisation d’une véritable solidarité collective qui permette de traverser cette dure période en se protégeant les un.es les autres.

Continuer la lecture

Allô précaire confiné∙e ? Une ligne téléphonique, un Tumblr

Depuis que le confinement a commencé, la situation des précaires de l’ESR ne s’est pas améliorée ! Désormais isolé-es non seulement dans nos départements et nos laboratoires, mais aussi dans nos domiciles… il est devenu encore plus difficile d’échanger sur nos situations.

Sous l’appel « Allô précaire confiné·e ? », les collectifs réunis en AG nationale (27/03) souhaitent maintenir le contact et recueillir des témoignages de précaires sur le vécu du confinement, ses incertitudes financières, les injonctions au télé-travail et ses conditions. Nous disposons de deux outils :

Plus d’information sur le site des Précaires de l’ESR de Rouen

Vademecum du MESRI : pas de viatique pour les vacataires

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #9
Article précédent

Un document intitulé Vademecum vient d’être mis en ligne sur le site du Ministère. Daté du 27 mars 2020, il est censé apporter des réponses aux administrations des Universités et des EPST. Avant de le lire plus complètement arrêtons-nous sur le sort réservé aux vacataires.

FAQ MESRI, vademecum, 27 mars 2020, p. 6

On peut souligner d’emblée l’effort qu’invite à faire le Ministère vis-à-vis des contractuel·les et des vacataires, afin de ne pas appauvrir ou priver totalement de ressources celles et ceux qui, rémunérées à la tâche, ne peuvent effectuer leur service.

Pour autant, avec le même geste, le Ministère écarte un groupe de « chargés d’enseignement vacataires », caractérisé·es qui « n’intervienne que pour quelques heures d’enseignement » et qui « doivent justifier d’une activité professionnelle par ailleurs ». En effet, selon le Ministère, ces personnes justifient de revenus suffisamment stables pour ne pas bénéficier de l’aumône publique.

https://www.flickr.com/photos/-breathealittle/6070956298/in/photolist-afteNj-2a9nZio-6Ka8ZV-2gECCmV-23o35bp-WCGQ7j-RZkMaN-poL2qx-pQMtt5-8oEUtz-qo8zMB-pTDFfr-pmxy1b-KxxBgn-6Eo1MC-y1HbT3-aRVNFM-uSdZtw-21X6HLH-7Z1No4-DeTpot-NoKcPG-23Zw5Mr-4DbBWM-HNEfjQ-2hUuxay-CS9wLh-qmjVcS-AjUrE-bgxpH2-RzJq8T-HtYaLT-vhaN3i-4DbBWF-H7shij-uUfot2-yf6NS1-4DbBWZ-97RueW-FYnvnu-23DSGrH-4DbBWB-8wKbVR-HaS2gA-bNKDW2-2hS8RX7-6Bg6vq-2hUVXKk-4DbBWH-2hN8mEo

Bare, by Genia English, 2010

Continuer la lecture

UFR Théâtre, Paris-8, 2020

En passant

À l’Université de Paris-8, la licence d’informatique n’ouvrira pas à la rentrée 2020, faute d’enseignant·es titulaires. Qu’en sera-t-il en études théâtrales ? Aujourd’hui, pour 296h de cours/semaine assurées, 133 sont assurées par des EC titulaires (soit 44%), 15 par des ATER-moniteurs (soit 0,5%), et 148 par des vacataires (soit 50%), très inégalement répartis.

Continuer la lecture

#7 – Chroniques de grève – Hommage aux correcteurs et correctrices anonymes

Régles typo et art de la ponctuation

Les indispensables de la correction
Collection personnelle

A Jean-Luc, un amoureux des mots

Je te surnommais amicalement le correcteur fou
Nous pouvions passer des heures à parler de la ponctuation
Tu m’avais offert ton exemplaire de La ponctuation, Art et finesse de Jean-Pierre Colignon
Parce que de la correction tu n’en faisais plus guère
Un correcteur mort à la guerre
Des restructurations, externalisations, compétitions mortifères

De ces difficultés tu ne parlais guère
Je n’ai jamais su pourquoi
Tu me disais : syndicat des correcteurs, tarifs conventionnés, respect du métier
Et je t’ai écouté

Et quand dans mon métier d’éditrice
J’ai arrêté de corriger tous les manuscrits
Qu’il m’a fallu recruter des correctrices et correcteurs extérieurs
J’ai appliqué des tarifs, du respect, des délais,
De l’éthique en accord avec nos principes
Et je sais pourquoi

Tarif à l’heure non rabaissant
Pas de dumping sur le nombre de signes traités à l’heure
Délai de rendu calculé en jours ouvrables sur une base de 35 heures
Un tiers à la commande, un tiers à mi-parcours, le solde au rendu possible
Paiement rapide, oui c’est possible
Ça nécessite juste de mettre les mains
Dans le cambouis administratif

Et cela a fait de belles rencontres et amitiés
Jeunes doctorants et doctorantes apprenant le métier
Dans l’attente du poste tant espéré de MC
Jeune correcteur et moins jeune correctrice
Débutant le métier

Continuer la lecture