« Islamo-gauchisme, le jeu dangereux de la macronie ». André Gunthert, sur Le Média, 23 février 2021

  • par Théophile Kouamou, Intérêt public, Le Media, 23 février 2021

Ça y est. La Macronie s’en va-t-en-guerre. Elle a décidé de lancer la bataille contre un concept à la fois fumeux et ambigu, l’islamogauchisme. Une bataille qui se mène sur un front particulier : nos universités publiques, qui seraient (et je caricature à peine) des foyers de sédition voués aux idées de Mao Tsé Toung et de l’ayatollah Khomeini. Mais au fait, c’est quoi ce mot, “islamogauchisme” ? D’où provient-il ? Pourquoi Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, prend le risque d’une confrontation avec le monde universitaire en le dégainant, et en annonçant une sorte d’audit idéologique des amphithéâtres ?

Pour répondre à ces questions, j’ai invité André Gunthert, historien des cultures visuelles, enseignant-chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. André Gunthert a publié il y a peu sur son site imagesociale.fr, un article très instructif dont le titre est “Islamogauchisme : un épouvantail en retard d’une crise”.

Note de solidarité à l’intention des chercheuses et chercheurs en poste en France

deutsche Fassung unten
Nous, chercheurs et chercheuses en poste en Allemagne, suivons avec inquiétude les derniers développements de la polémique en France autour du prétendu « islamo-gauchisme » dans les universités françaises ainsi que les attaques répétées faites aux recherches intersectionnelles et postcoloniales. Nous y voyons un effort ciblé pour réduire au silence certains champs de recherche qui, par leurs résultats scientifiques, remettent en question des privilèges et inégalités structurellement ancrés.

Ce débat a des effets dévastateurs sur nos collègues dont on essaie de délégitimer le travail. Nous rejetons résolument les insinuations destinées à semer le doute sur leur intégrité scientifique. Nous voyons dans ces reproches un empiètement inacceptable sur la liberté de recherche et de l’enseignement académique. L’évaluation de la qualité académique d’une approche scientifique n’incombe pas aux ministres ou aux parlementaires, c’est une compétence primordiale de la communauté scientifique. Or, tout comme chercheuses et chercheurs font valoir les fruits de leurs recherches sur la scène publique sous forme d’un transfert des connaissances, leur travail régulier consiste également en l’évaluation des travaux de leurs pairs.

Nous déplorons que cette polémique ait vu certains membres du gouvernement et de la majorité présidentielle apporter leur soutien à des positions et des stratégies rhétoriques jusqu’ici réservées à l’extrême droite. Nous constatons avec inquiétude ces évolutions, qui ouvrent la voie à une profonde remise en question des principes qui sous-tendent jusqu’à présent l’enseignement supérieur et la recherche.

Le débat dépasse le seul cadre de la sphère académique française : il a une dimension européenne et mondiale. Il touche également aux valeurs communes de la coopération scientifique franco-allemande et internationale. Afin de pouvoir continuer notre travail au-delà des frontières tant disciplinaires que nationales, il est essentiel que nos collègues en France puissent poursuivre leurs recherches sans aucune intervention politique dans le choix de leurs approches théoriques, méthodologiques et empiriques. Notre échange d’idées ne saurait se faire si nos travaux étaient soumis à une conditionnalité politique.

C’est pourquoi nous exprimons notre solidarité et notre soutien à nos collègues de toutes les disciplines qui refusent de telles tentatives d’intimidation. Nous lançons un appel solennel à Madame la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et à toutes les personnalités de l’échiquier politique qui alimentent cette polémique : nous vous demandons instamment de cesser les attaques et de revenir immédiatement à une situation de respect absolu de la liberté académique en France.

[Nous suivons de très près les développements actuels de ce débat en France. La collecte des signatures est ouverte jusqu’au 25 février inclus. Si nous arrivons à atteindre un nombre significatif de signatures, nous transmettrons cette note aux médias français et allemands le 26 février.]

*** Solidaritätserklärung mit Forschenden in Frankreich ***

Wir, in Deutschland beschäftigte Forschende, verfolgen mit Sorge die andauernde Debatte in Frankreich um angebliche „islamisch-linke“ Strömungen an den französischen Universitäten und die wiederholten Angriffe auf intersektionale und postkoloniale Forschungsrichtungen. Wir sehen darin einen gezielten Versuch, bestimmte Forschungsfelder zum Verstummen zu bringen, welche auf Basis ihrer wissenschaftlichen Erkenntnisse zahlreiche lange bestehende Privilegien und strukturelle Ungleichheiten offenlegen.

« Les libertés académiques ne sont pas négociables et ne le seront jamais ». Communiqué des associations d’historien∙nes du supérieur, 22 février 2021

La société des professeurs d’histoire ancienne de l’université (SoPHAU), la société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP), l’association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF) et l’association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR) expriment leurs plus vives préoccupations face aux propos tenus par Madame Frédérique Vidal, ministre chargée de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, évoquant un supposé « islamo-gauchisme » qui « gangrène[rait] la société dans son ensemble » et auquel « l’université [ne serait] pas imperméable ». La SoPHAU, la SHMESP, l’AHMUF et l’AHCESR se joignent fermement à de nombreuses autres associations et instances (CP-CNU, CNRS, Alliance Athéna) pour rappeler le principe d’indépendance des enseignants-chercheurs et que, particulièrement en sciences humaines, le choix de leurs objets de recherche et de leurs méthodes de travail ne doit faire l’objet d’aucune forme de pression ou d’intimidation de la part du pouvoir politique. Enfin, elles déplorent cette instrumentalisation politicienne, signe d’une marque de défiance envers la communauté des enseignants et chercheurs. Les libertés académiques ne sont pas négociables et ne le seront jamais.

Sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’Université. Recommandation du CS INSHS, 18 février 2021

RECOMMANDATION DU CONSEIL SCIENTIFIQUE de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Le Conseil Scientifique de l’InSHS tient à faire valoir ses très vives inquiétudes auprès de la direction de l’InSHS et, plus globalement, du CNRS après les propos déplacés de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’Université, qu’elle souhaitait initialement confier au CNRS puis désormais à l’Alliance Athéna, laquelle sera prochainement présidée par Antoine Petit, le président du CNRS. Comme l’a très justement fait remarquer la Conférence des Présidents d’Universités dans un communiqué cinglant, “L’islamo-gauchisme” n’est pas un concept. C’est une pseudonotion dont on chercherait en vain un commencement de définition scientifique, et qu’il conviendrait de laisser, sinon aux animateurs de Cnews, plus largement, à l’extrême droite qui l’a popularisée. » Un maniement plus éclairé des concepts et une meilleure connaissance des recherches menées en Sciences Humaines et Sociales sur la race ou le genre éviteraient à la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation de céder à des facilités idéologiques dont les fins ont visiblement peu à voir avec le développement de la recherche en France ou l’amélioration de la situation si éprouvante des Universités en pleine pandémie.

Par ailleurs, la Ministre voudrait donner à cette enquête la mission de « distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion », en instaurant ce qui s’apparente à une police de la pensée relativement inédite en régime démocratique et, plus encore, dans les instances scientifiques. Nous tenons à rappeler que la recherche, aussi bien en sciences humaines et sociales que dans les autres disciplines scientifiques, se construit suivant le principe de la liberté de pensée, qui permet un échange contradictoire et fructueux de toutes les approches, dès lors qu’elles sont rigoureusement construites, respectueuses des procédures reconnues et administrées selon des protocoles validés par les pairs. Ce principe fondamental de la liberté académique est ce qui anime l’ensemble des recherches menées au CNRS et à l’université. Il est désolant de devoir le rappeler.

Le CSI voudrait aussi souligner que toutes les recherches menées au CNRS et à l’université sont évaluées très régulièrement, dans le cadre du Comité National pour les chercheurs CNRS et du CNU pour les universitaires, par un ensemble de pairs qui jugent à la fois de la qualité scientifique des productions, de leur pertinence, et de leur intérêt. Il est stupéfiant que la Ministre de la recherche ne semble pas savoir comment fonctionnent les institutions dont elle est censée avoir la charge et réclame à une Alliance qui n’en a pas les compétences ce travail qui est déjà réalisé collectivement et qui fait précisément la robustesse des travaux du CNRS qui sont menés avec les universitaires et au sein des universités.

Enfin, le CSI rappelle que nombre de travaux sur les études post-coloniales, décoloniales, etc. existent déjà, qu’ils soient publiés par des chercheurs du CNRS ou par des universitaires, et sont publics : il suffirait à Madame la ministre de les consulter pour élever un peu le débat

Pour toutes ces raisons, le Conseil Scientifique de l’InSHS, tout en prenant acte de la première mise au point bienvenue apportée par la direction du CNRS, demande à celle-ci de refuser fermement d’endosser, que ce soit en son nom ou au sein de l’Alliance Athéna, la responsabilité de répondre à une « enquête » ou une « étude » dont le sujet n’est précisément pas une question scientifique et dont les prémisses sont très inquiétantes dans une société démocratique. Nous espérons qu’elle rappellera à la Ministre les propos qu’elle a tenus le 26 octobre 2020 selon lesquels l’Université est « le lieu où s’apprennent le doute comme la modération ainsi que la seule de nos institutions capables d’éclairer l’ensemble de la société, de l’école aux médias, par une connaissance scientifiquement établie, discutée et critiquée collégialement. »

Nathalie VIENNE-GUERRIN Présidente du Conseil Scientifique de l’INSHS

Texte adopté à l’unanimité le 18 février 2021

Destinataires : − Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. − Anne Laude, Conseillère éducation, enseignement supérieur, recherche et innovation. − Antoine Petit, président-directeur général du CNRS. − François-Joseph Ruggiu, directeur de l’InSHS − Jacques Maddaluno, directeur de l’INC, Stéphanie Thiébault, directrice de l’INEE, Astrid Lambrecht, directrice de l’INP, André Le Bivic, directeur de l’INSB, Jean-Yves Marzin, directeur de l’INSIS, Pascal Auscher, directeur de l’INSMI, Nicolas Arnaud, directeur de l’INSU, Ali Charara, directeur de l’INS2I, Reynald Pain, directeur de l’IN3P3. − Yaël Grosjean, président du CS de l’INSB, Claudine Gilbert, présidente du CS INP, Olivier Drapier, président du CS IN2P3, Serge Simoens, président du CS INSIS, Beatrice Marticorena, présidente du CS INSU, Olivier Sandre, président du CS INC, présidente du CS INSHS, Rémi Carles, président du CS INSMI, Isabelle Queinnec, présidente du CS INS2I, Patricia Gibert Brunet, président du CSI INEE. − Olivier Coutard, président de la conférence des présidents du Comité national. − Dorothée Berthomieu, présidente du Conseil scientifique. − Dmitry Peaucelle, coordinateur de la C3N. − Les présidents de sections de l’InSHS.

Vidal et la police politique. Recension des prises de positions des organisations syndicales

Organisations syndicales agents

 

 

Lettre à Frédérique Vidal

Depuis vos dernières déclarations sur « l’islamo-gauchisme », je suis dans un cauchemar terrible. Votre discours réveille tout ce que j’ai vécu et tout ce que mes collègues en Turquie sont en train de vivre. Je vous demande de prêter attention à ma parole qui s’est forgée à travers une expérience très dure de la défense de la liberté de la recherche et de l’autonomie de la production scientifique.
Madame Vidal,

Vous vous souvenez de moi, l’enseignante-chercheure exilée que vous aviez accueillie, dans le cadre du Programme PAUSE, à l’Université Côte d’Azur, quand vous étiez sa présidente. Mais nous nous sommes rencontrées la première fois, le 30 septembre 2019, dans le cadre de la conférence de presse du Programme PAUSE ( Programme national d’Aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil). En tant que ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, vous souteniez ce programme. Je pense que vous le soutenez encore. Tant mieux : vous soutenez les enseignant.es-chercheur.es qui ont fui la répression politique dans leur pays et qui ont besoin d’un espace de liberté pour continuer à poser des questions et à conduire leurs recherches.

Depuis vos dernières déclarations sur « l’islamo-gauchisme », je suis dans un cauchemar terrible. Votre discours réveille tout ce que j’ai vécu et tout ce que mes collègues en Turquie sont en train de vivre, sous l’islamo-fascisme. Je pense que tout.es les scientifiques exilé.es qui sont aujourd’hui accueilli.es par le Programme PAUSE sont entrés dans le même cauchemar, car elles-ils savent aussi très bien comment les libertés académiques se rétrécissent quand les pouvoirs politiques interviennent dans le champ scientifique avec la justification de la lutte contre le terrorisme. En général, c’est comme ça que ça se passe. En Turquie, en Chine, en Iran. Et aujourd’hui en France.

J’ai envie de vous dire que si vous ne revenez pas publiquement sur vos propos ou si vous ne démissionnez pas, le cancer se diffusera et des scientifiques français.es prendront le chemin d’exil.

Ne me dites pas qu’en France ce n’est pas possible. Si, Madame Vidal, si. Vous le savez mieux que moi : le pétainisme n’est pas si vieux que ça. Rappelez-vous dans les années 1940, il y avait beaucoup d’universitaires français exilés, refusant de se soumettre au fascisme.

Vous vous souvenez peut-être, dans la conférence de presse de PAUSE, j’avais commencé mon intervention en disant ceci :

« Pour vous épargner un récit victimisant et pour me distancier d’une vision intégrationniste imprégnée de colonialisme, j’avais pensé d’abord rappeler que chaque pays a besoin de passeurs des théories scientifiques. Surtout la France qui a de grandes difficultés de traduction. Elle a besoin de savant.es qui se sont formés dans d’autres pays. De plus, accueillir les scientifiques qui ne sont pas soumis à l’autorité ne peut être qu’une richesse pour ceux et celles qui les accueillent. »

Je vous demande de prêter attention à ma parole qui s’est forgée à travers une expérience très dure de la défense de la liberté de la recherche et de l’autonomie de la production scientifique.

Madame Vidal, essayez d’écrire des articles scientifiques, avec votre casquette universitaire, pour remettre en question les notions scientifiques et inscrivez-vous dans le débat collectif des chercheur.es, mais surtout cessez d’intervenir en mettant votre casquette politique !

Sinon vous allez mettre la machine infernale en marche.

Et la machine du pouvoir peut aller plus loin que vous ne l’imaginez.

Pinar Selek

Pour aller plus loin

Pétition : Vidal démission !

Tribune publiée par Le Monde le 20 février 2021 et sur Université ouverte
Premier·es signataires ci-dessous. Vous pouvez signer sur WeSign.it

Le mardi 16 février, à l’Assemblée nationale, la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal confirmait ce qu’elle avait annoncé deux jours plus tôt sur la chaîne Cnews : le lancement d’une « enquête » sur l’ « islamogauchisme » et le postcolonialisme à l’université, enquête qu’elle déclarait vouloir confier au CNRS à travers l’Alliance Athéna. Les raisons invoquées : protéger « des » universitaires se disant « empêchés par d’autres de mener leurs recherches », séparer « ce qui relève de la recherche académique de ce qui relève du militantisme et de l’opinion » ainsi que … « l’apparition au Capitole d’un drapeau confédéré ».

Si le propos manque de cohérence, l’intention est dévastatrice : il s’agit de diffamer une profession et, au-delà, toute une communauté, à laquelle, en tant qu’universitaire, Frédérique Vidal appartient pourtant et qu’il lui appartient, en tant que ministre, de protéger. L’attaque ne se limite d’ailleurs pas à disqualifier puisqu’elle fait planer la menace d’une répression intellectuelle, et, comme dans la Hongrie d’Orban, le Brésil de Bolsonaro ou la Pologne de Duda, les études postcoloniales et décoloniales, les travaux portant sur les discriminations raciales, les études de genre et l’intersectionnalité sont précisément ciblés.

Chercheur·es au CNRS, enseignant·es chercheur·es titulaires ou précaires, personnels d’appui et de soutien à la recherche (ITA, BIATSS), docteur·es et doctorant·es des universités, nous ne pouvons que déplorer l’indigence de Frédérique Vidal, ânonnant le répertoire de l’extrêmedroite sur un « islamo-gauchisme » imaginaire, déjà invoqué en octobre 2020 par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Mais, plus encore, nous nous insurgeons contre l’indignité de ce qu’il faut bien qualifier de chasse aux sorcières. La violence du projet redouble la lâcheté d’une ministre restée silencieuse sur la détresse des étudiant·es pendant la pandémie comme elle avait été sourde à nos interpellations sur une LPR massivement rejetée par tout·es celles et ceux qui font la recherche, y contribuent à un titre ou un autre.

La crise économique et sociale la plus grave depuis 1945 assombrit l’avenir des jeunes adultes, l’anxiété face à la pandémie fissure la solidarité entre les générations, la pauvreté étudiante éclate aux yeux de tous·tes comme une question sociale majeure, les universités – lieux de vie et de savoirs – sont fermées. Mais pour Frédérique Vidal, le problème urgent de l’enseignement supérieur et de la recherche, celui qui nécessite de diligenter une « enquête » et d’inquiéter les chercheur·es, c’est la « gangrène » de l’ « islamo-gauchisme » et du postcolonialisme.

Amalgamant un slogan politique douteux et un champ de recherche internationalement reconnu, elle regrette l’impossibilité de « débats contradictoires ». Pourtant, et nous espérons que la ministre le sait, nos universités et nos laboratoires déploient de multiples instances collectives de production et de validation de la connaissance : c’est bien dans l’espace international du débat entre pair·es que la science s’élabore, dans les revues scientifiques, dans les colloques et les séminaires ouverts à tous·tes. Et ce sont les échos de ces débats publics qui résonnent dans nos amphithéâtres, comme dans les laboratoires.

Contrairement à ce qu’affirme Frédérique Vidal, les universitaires, les chercheur·es et les personnels d’appui et de soutien à la recherche n’empêchent pas leurs pair.es de faire leurs recherches. Ce qui entrave notre travail, c’est l’insincérité de la LPR, c’est le sous-financement chronique de nos universités, le manque de recrutements pérennes, la pauvreté endémique de nos laboratoires, le mépris des gouvernements successifs pour nos activités
d’enseignement, de recherche et d’appui et de soutien à la recherche, leur déconsidération pour des étudiant·es ; c’est l’irresponsabilité de notre ministre. Les conséquences de cet abandon devraient lui faire honte : signe parmi d’autres, mais particulièrement blessant, en janvier dernier, l’Institut Pasteur a dû abandonner son principal projet de vaccin.

Notre ministre se saisit du thème complotiste « islamo-gauchisme » et nous désigne coupables de pourrir l’université. Elle veut diligenter une enquête, menace de nous diviser et de nous punir, veut faire régner le soupçon et la peur, et bafouer nos libertés académiques. Nous estimons une telle ministre indigne de nous représenter et nous demandons, avec force, sa démission.

Vous pouvez signer la pétition ici.

Premier·es signataires

Continuer la lecture

« Une vague de pyromanie ». Revue de presse internationale

Plusieurs journaux étrangers publient des articles sur l’option proposée par Frédérique Vidal, à la demande d’Emmanuel Macron et de Gérald Darmanin qui a envoyé hier la police sur un campus, à l’occasion de l’hommage rendu par la communauté universitaire de l’Université Paris-Nanterre à Guillaume, à l’origine du mouvement #MeTooGay. The New York Times avait déjà titré le 18 février 2021 sur « La France entend nettoyer les universités des ‘idées qui corrompent la société’ ». Academia recense les article à mesure qu’elle en a connaissance.

Protesters burn an effigy of French President Emmanuel Macron during an anti-France demonstration in Pakistan last November. Photo: DIBYANGSHU SARKAR/AFP via Getty Images (Couverture de l’article de Vice)

L’ « islamogauchisme » — et le HCERES — au tapis. Jean Chambaz et Pap Ndiaye — et Thierry Coulhon — sur Radio France

L’islamogauchisme, concept de Pierre-André Taguieff au début des années 2000 pour signaler des formes de dérives d’une extrême-gauche pro-paléstinienne tendant à des discours antisémites, se trouve désormais récupéré par l’extrême-droite à des fins d’anathème.

Deux interventions matinales très claires de Jean Chamblaz, président de Sorbonne Université, et de Pap Ndiaye, professeur à Sciences po.

  • Jean Chamblaz, France info, 8h30

  • Pap Ndiaye, Invité du Grand entretien, « L’islamogauchisme n’a aucune réalité à l’université », France inter, 19 février 2021

 

À l’occasion du journal de 13h-14h, après l’intervention de Jean Chamblaz, Thierry Coulhon, président (du collège) du HCERES, invité à commenter la présence d’ « islamogauchisme » à l’université, explicite comment le HCERES ne sert à rien et fait faire ce rien à d’autres.

  • Jean Chamblaz (11′) et Thierry Coulhon, 13h/14h, France inter, jeudi 18 janvier 2020 – Ecouter le 13/14

Écouter aussi

« La France entend nettoyer les universités des ‘idées qui corrompent la société' ». The New York Times, 18 février 2021

President Emmanuel Macron and some of his top ministers have spoken out forcefully against what they see as a destabilizing influence from American campuses in recent months.Credit…Francois Mori/Agence France-Presse — Getty Images

The government announced an investigation into social science research, broadening attacks on what it sees as destabilizing American influences.

PARIS — Stepping up its attacks on social science theories that it says threaten France, the French government announced this week that it would launch an investigation into academic research that it says feeds “Islamo-leftist’’ tendencies that “corrupt society.’’

News of the investigation immediately caused a fierce backlash among university presidents and scholars, deepening fears of a crackdown on academic freedom — especially on studies of race, gender, post-colonial studies and other fields that the French government says have been imported from American universities and contribute to undermining French society.

While President Emmanuel Macron and some of his top ministers have spoken out forcefully against what they see as a destabilizing influence from American campuses in recent months, the announcement marked the first time that the government has moved to take action.

It came as France’s lower house of Parliament passed a draft law against Islamism, an ideology it views as encouraging terrorist attacks, and as Mr. Macron tilts further to the right, anticipating nationalist challenges ahead of elections next year.

Frédérique Vidal, the minister of higher education, said in Parliament on Tuesday that the state-run National Center for Scientific Research would oversee an investigation into the “totality of research underway in our country,’’ singling out post-colonialism.

Sortir toute armée de la cuisse de Jupiter. Communiqué de l’Alliance Athéna, 18 février 2021

Communiqué de l’alliance Athéna du 18 février 2021

Fév 18, 2021 | Communiqué de presse

L’alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales (Athéna) est un lieu de concertation et de coopération stratégique entre les universités et les organismes de recherche. Elle a pour mission d’organiser le dialogue entre les acteurs majeurs de la recherche en sciences humaines et sociales, sur des questions stratégiques pour leur développement et leurs relations avec les autres grands domaines scientifiques. L’alliance porte les positions partagées qui émergent de ce dialogue auprès des instances de décision et de financement de la recherche, de niveau national et européen notamment. L’alliance Athéna consacre ainsi exclusivement ses réflexions aux questions de recherche avec pour objectif constant de servir le débat scientifique, de préserver les espaces de controverses et de favoriser la diversité des questions et des méthodes. A cet égard, il n’est pas du ressort de l’alliance Athéna de conduire des études qui ne reposeraient pas sur le respect des règles fondatrices de la pratique scientifique, qui conduiraient à remettre en question la pertinence ou la légitimité de certains champs de recherche, ou à mettre en doute l’intégrité scientifique de certains collègues.

Tirer les conséquences (1). Communiqué du Lest (AMU-CNRS), 18 février 2021