Service civique et consorts: les voies diverses de l’exploitation

Le 21 décembre 2020, un collectif publiait un texte à la suite d’un défi lancé par Academia : comment caractériser les conditions de travail offertes à la génération des 18-25 ans, en âge de travailler, de faire des études, et partant, de travailler pour payer leurs études. Dans le contexte de l’installation dans la pandémie, les étudiant·es faisaient déjà la queue aux distributions alimentaires. C’était l’occasion de réfléchir au rapport au travail qui était imposé à celles et ceux qui y entraient pour la première fois.

  • par Comme les prises électriques et les madeleines sans gluten, blog de Mediapart, 21 décembre 2020

Le dernier reportage de Cash Investigation 1 mené par Élise Lucet rend compte de l’exploitation des jeunes adultes (de 16 à 25 ans) dans les services publics français via le service civique. Le dispositif crée en 2010 aime à confondre « engagement citoyen », bénévolat et travail gratuit. Néanmoins, les dispositifs qui permettent de tirer profit de la précarité sont nombreux, le service civique n’est pas le seul mais il dépeint l’envers d’un système qui promeut un salaire minimum alors même que celui-ci n’existe pas tant les mesures pour le contourner sont nombreuses. La crise pandémique du COVID19, a été l’occasion d’utiliser les stagiaires infirmier·es pour des salaires de moins de 2 euros de l’heure. Dans le même temps, une prime de 5000 à 8000 euros est offerte aux entreprises qui recrutent des jeunes alternant·es (ce qui revient à peu près à décharger celles-ci du coût total d’un·e alternant·e pour près d’un an). Ces mêmes primes n’ont pas profité aux étudiant·es alternants dont le salaire débute à 415 euros pour 35h par mois pour les plus jeunes. Les jeunes sont souvent les premier·es a être confronté·es à ces formes « d’exploitation » mais ils/elles ne sont pas les seul·es.

Le service civique

« L’engagement citoyen » prend la forme d’un contrat établi entre une structure (pas nécessairement associative) et un·e jeune pour une durée allant de 6 à 12 mois, avec un « service » de 24 à 35 heures hebdomadaires, pour une indemnité de 580 euros par mois. Il est à noter que le « service civique » ne prétend pas payer les jeunes, l’indemnité perçue n’est pas basée sur le nombre d’heures effectuées (travaillées) et dès lors, toutes les dérives sont permises.  Si l’on basait ce travail effectué sur le salaire minimum de croissance (SMIC), un travail à 24 heures par semaine devrait être payé à minima à hauteur de 827 euros par mois. Nous sommes loin des 580 euros qui parfois couvrent un « engagement » à 35 heures, voire plus, par semaine2.

Mission locale, Montreuil-sur-Mer

Continuer la lecture

  1. https://www.france.tv/france-2/cash-investigation/2113317-service-public-liberte-egalite-rentabilite.html et https://www.youtube.com/watch?v=63DyMWIy7jI. []
  2. « La durée hebdomadaire de la mission de Service Civique doit représenter entre 24 heures et 48 heures, reparties sur au maximum six jours. Pour les volontaires de 16 à 18 ans, la durée hebdomadaire ne doit pas excéder les 35 heures, reparties sur au maximum cinq jours. La possibilité de proposer une mission d’une durée hebdomadaire de 48 heures doit rester exceptionnelle ; il s’agit d’une durée maximale. En règle générale, les missions proposées en Service Civique ont une durée hebdomadaire de 24 à 35 heures. » https://www.service-civique.gouv.fr/faq-volontaire. []