Projet de loi sur les principes républicains : le niveau des eaux continue de monter

Il se passe quelque chose d’assez étrange en ce moment : si de nombreux·ses collègues et de nombreuses institutions se sont résolument élevé·es contre les attaques en « islamo-gauchisme » et autres « militantismes » lancées de toutes parts dans le sillage de Frédérique Vidal, les dispositions concernant les universités qui ont été introduites dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République ne semblent, en revanche, pas émouvoir grand monde.

Pourtant, nous avons désormais dépassé le seul stade des paroles odieuses sur les plateaux de télévision : le parlement travaille en ce moment à les transformer en obligations et interdictions concrètes.

Peut-être cet intérêt tout relatif de la communauté universitaire s’explique-t-il par le fait que ce sont les étudiant·es qui se trouvent le plus frontalement visé·es. Peut-être est-ce aussi l’effet d’une grande fatigue : le caractère ininterrompu des attaques contre l’ESR fait qu’il est de moins en moins pertinent de parler de « vagues » réactionnaires, alors qu’il s’agit, en réalité, d’une implacable et continue montée des eaux aux émanations pestilentielles.

Double discours de la CPU

Rien, pas une réaction de la conférence des présidents d’université (CPU), par exemple, à la suite des deux nouveaux articles introduits le 18 mars 2021 dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République, alors que c’est le versant étudiant des franchises universitaires qui se trouve remis en question par le parlement, comme nous l’avons déjà expliqué.

Pire même, le président de la CPU, Manuel Tunon de Lara a fait le choix de mettre encore un peu d’huile sur le feu : le 16 mars dernier, il a écrit à tou·tes les membres de la commission des lois et de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat – dans une lettre qu’Academia s’est procurée, mais que la CPU s’est bien gardée de rendre publique – pour alimenter la grande peur panique en cours :

« La vraie menace [écrit Manuel Tunon de Lara] réside dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche, au mépris de la liberté de chaque enseignant d’exprimer sa pensée et de la liberté des étudiantes et étudiants inscrits d’assister aux enseignements dispensés, et en violation des franchises universitaires ».

Il apparaît que c’est un véritable double discours que tient la CPU, quand on sait que deux jours plus tard, elle twittait publiquement toute autre chose de sa rencontre avec le président du Sénat, Gérard Larcher :

Capture d’écran d’un message de la CPU du 18 mars 2021

Continuer la lecture

Academia a demandé audience au président du Sénat au sujet de la protection constitutionnelle due aux libertés académiques et au droit d’étudier

De: Christelle Rabier
À: Gérard Larcher
Cc: academia redaction
Envoyé: Mardi 23 Mars 2021 09:31:59
Monsieur le président du Sénat,
au nom de la rédaction d’Academia, je me permets de vous écrire afin de vous demander audience. 
Àquelques jours de l’examen d’un projet de loi visant à renforcer les principes de la République en hémicycle, la rédaction d’Academia juge désormais critique de confier l’Appel solennel à la protection des libertés académiques et du droit d’étudier (https://academia.hypotheses.org/27287 )- au garant de la Constitution et de ses principes que vous êtes en qualité de président du Sénat. Cet appel a déjà été signé par des dizaines d’acteurs majeurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Cet appel, initié le 28 octobre 2020, soit peu de temps avant le vote définitif de la loi de programmation de la recherche 2021-2030, conserve plus que jamais sa brûlante actualité. Depuis octobre en effet, les attaques n’ont cessé de se multiplier à l’endroit d’universitaires en exercice ou de présidents d’université, tant à l’initiative de parlementaires, que de médias et désormais de la part de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Les médias étrangers ne cessent d’alerter sur les graves dangers que courent les libertés académiques françaises depuis janvier 2021, après que des universitaires du monde entier ont exprimé leur inquiétude. Reprenant la requête formulée par la Commission permanente du Conseil national des universités le 6 novembre 2020 (https://academia.hypotheses.org/27925), qui jugeait que toute communication entre la Ministre et la communauté des universitaire était rompue, une pétition de 22 000 universitaires demandant la démission de Frédérique Vidal sera remise ce jeudi 25 mars au Premier Ministre (https://www.facebook.com/events/274450924273713).
Compte tenu des dispositions que comportent désormais les amendements déposés par la Commission Culture, nous en appelons au troisième personnage de l’Etat afin de nous assister dans la préservation des principes constitutionnels touchant aux libertés académiques et aux franchises universitaires.
C’est pourquoi nous sollicitons une audience qui nous permettrait de lire et de remettre publiquement notre appel, en présence des représentants de la presse, avant l’examen du projet de loi « Principes républicains », soit le lundi 29 en journée, ou le mardi 30 dans la matinée.
Dans l’espoir que vous accéderez à notre demande, je vous prie d’agréer, Monsieur le président, l’expression de la haute considération dans laquelle vous tient la rédaction d’Academia,
Christelle Rabier, pour la rédaction d’Academia
_________________________
La rédaction d’Academia n’a obtenu  à ce jour aucune réponse

Sur Academia

Impostures médiatiques ou postures politiques ? À propos de l’affaire Sciences Po Grenoble, d’un article de Mediapart et du Sénat

Mediapart publie un article retraçant et analysant les événements qui ont eu lieu, à partir de novembre 2020, à Sciences Po Grenoble, quand un groupe de travail intitulé « Racisme, islamophobie, antisémitisme » a été mis au programme de la semaine de l’égalité et très durement critiqué par un enseignant du même institut. Le Défenseur des droits, interpellé, a estimé que le droit au respect de l’enseignante, membre du groupe de travail et attaquée par son collègue, a été bafoué. Le 6 mars 2021, des collages, nominatifs, sont affichés sur les murs de Sciences Po, et la nouvelle s’invite dans les médias nationaux. « Un traitement médiatique biaisé » dénoncent des enseignant·es et étudiant·es. Médiapart fait le point sur la suite des événements, à plusieurs voix.

Pour Academia, cette relation, importante, illustre de façon exemplaire la #cancelculture — mieux dénommée « harcèlement » — que subissent les personnes minoritaires dans l’institution universitaire : les femmes, en particulier les maîtresses de conférences, et les étudiant·es. Cette culture du harcèlement repose à la fois sur le dénigrement public des personnes, mais aussi sur l’absence de réactions des institutions responsables de la protection des étudiant·es et des agent·es. On a eu tout récemment l’exemple avec l’ENS de Lyon, en dépit d’une couverture médiatique accablante, établissant comme l’établissement participe pleinement de la culture du viol dénoncée par le mouvement #MeToo. Les universités doivent cesser d’ignorer leur participation à la maltraitance active, par défaut d’action et l’omerta qu’elles organisent, de leurs personnels et des étudiant·es.

L’ « affaire » de Sciences po est particulièrement grave, car la version des harceleurs a immédiatement été instrumentalisée par les médias qui montent la sauce « islamo-gauchiste » depuis janvier. « Il est logique de voir CNews, liée aux opérations africaines de Bolloré, militer contre l’étude des séquelles du colonialisme », écrivait Philippe Bernard dans Le Monde du 6 mars 2021. La chaîne a renchéri hier, avec l’intervention de son présentateur-vedette, qui a donné le nom d’une directrice de laboratoire, engageant aussitôt une campagne d’injures et de diffamation par les activistes d’extrême droite sur les réseaux sociaux1. L’inaction — par paresse ou par déni — des institutions explique pour l’essentiel la persistance de pratiques qui mettent en danger la santé et la sécurité des personnes victimes. Mais l’absence de lutte contre les pratiques anti-démocratiques au sein des universités met en danger les institutions elles-mêmes désormais.

La médiatisation à outrance de l’affaire Sciences Po Grenoble a lieu dans un moment politique particulier, sur lequel Academia est déjà longuement intervenu : l’examen de la loi « confortant le respect des principes de la République » par la Commission de la Culture du Sénat, qui doit donner son « avis » sur le texte pour les sujets qui la concernent : la culture, l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche2.

Or, depuis mercredi 10 mars 2020, en raison du traitement médiatique organisé par les grands groupes de presse aux puissants intérêts industriels dans l’extraction néo-coloniale et dans la vente d’armes, les attaques parlementaires se multiplient à toute vitesse, et même les organisations syndicales sont désormais visées. Ainsi, à l’Assemblée, alors que les étudiant·es connaissent la plus grave crise sociale et sanitaire depuis des dizaines d’années, une députée — Virginie Duby-Muller, première vice-présidente du parti Les Républicains, formant avec les députés Damien Abad et Julien Aubert, ainsi qu’avec le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, les « cadets Bourbons » de la précédente mandature — a ainsi été jusqu’à demander la dissolution de l’UNEF. Du côté du Sénat qu’Academia craint comme la peste brune, Nathalie Delattre, apparentée à gauche, co-secrétaire du Mouvement radical et sénatrice de la Gironde, vient de reprendre à son compte la demande des députés Damien Abbad et de Julien Aubert du 25 novembre dernier et exige « une commission d’enquête sur la laïcité à l’université ». Pire, sur la base des fausses informations et d’une méconnaissance ignominieuse de l’affaire de Grenoble, des amendements attaquant directement les franchises universitaires des étudiant·es – car les étudiants sont aussi protégés par les franchises, ce que certain·es semblent avoir oublié – viennent d’être déposés par le sénateur Piednoir, d’après nos informations (ces amendements ne sont pas encore publiés).

Et pourtant, la grande orchestratrice de l’attaque contre les universitaires et les étudiant·es, Frédérique Vidal, est encore en poste.

Cibler les universitaires dans leur ensemble : tel est l’objet de cette puissante attaque médiatique commencée il y a plus de deux mois. L’affaire Sciences Po Grenoble se trouve ainsi fallacieusement médiatisée à outrance, dans un contexte où tout est bon pour cibler individuellement ou collectivement les universitaires qui contestent la politique du gouvernement, ou mettent en cause, par leurs travaux, l’ordre patriarcal et capitaliste. C’est le cas de l’extrême droite qui recourt à ses méthodes habituelles pour stigmatiser des personnes, à l’instar de la récente « liste des 600 gauchistes complices de l’islam radicale [sic] qui pourrissent l’université et la France » par laquelle Philippe Boyer, un jardinier de Nancy aux opinions très droitières, a lié les noms de centaines de collègues ayant demandé la démission de Frédérique Vidal à leurs pages professionnelles.

Mais qui est responsable de tout cela ? Après ce qui vient de se passer concernant les deux enseignants de Sciences Po Grenoble, le rôle des grands groupes médiatiques est évident, mais aussi celui de la ministre elle-même. Philippe Boyer lui-même ne s’y est d’ailleurs pas trompé — du moins quand les instances universitaires ont entrepris de défendre leurs agents. S’il doit être poursuivi pour diffamation ou injure, il faut également porter plainte contre la Ministre, a-t-il rétorqué.

Toujours soutenue par Jean Castex et Emmanuel Macron, « la ministre Frédérique Vidal est entièrement responsable de la situation« . Pour la CGT FercSup, la ministre

a créé les conditions pour que le travail, la recherche universitaires soient stigmatisés, pour que des personnels de son ministère soient montrés du doigt, dénoncés et leurs noms jetés en pâture sur la place publique. Par ses propos et déclarations, par ses attaques publiques, elle a mis en danger des personnels de son ministère, malgré les alertes et les courriers.

« Elle a ainsi engagé sa responsabilité pénale. Elle pourra ensuite démissionner. »

#ResistESR


Accusations d’islamophobie: la direction de Sciences Po Grenoble a laissé le conflit s’envenimer

  • par David Perrotin, paru dans Médiapart le 11 mars 2021

Extraits

Une violente polémique agite Sciences Po Grenoble depuis que l’Unef a relayé des affiches accusant de manière nominative deux professeurs d’ »islamophobie ». Des enseignants et étudiants dénoncent pourtant l’« instrumentalisation de cette affaire » et un « traitement médiatique biaisé ». Depuis décembre, d’après nos informations, de nombreuses instances avaient été alertées sans entraîner de réaction de la direction.

Il est midi mardi 9 mars lorsqu’une vingtaine d’étudiants de l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble déploient une banderole au pied de l’université. « Islam ≠ Terrorisme », peut-on lire en plus de deux autres inscriptions affichées sur des cartons pour rappeler que le « racisme est un délit » et pour dire « stop à l’islamophobie ». (…)

Quelques jours avant, ce sont d’autres affiches qui avaient été placardées sur ces mêmes murs de l’IEP avec les noms de deux enseignants de l’IEP. (…) De manière unanime, la classe politique a dénoncé cette action, représentant selon elle une véritable mise en danger pour les deux enseignants. (…)

Visé par ces collages, Klaus Kinzler, professeur d’allemand, enchaîne les médias depuis, pour témoigner et livrer sa version de la genèse de l’affaire. Cette « cabale » serait née simplement parce qu’il contestait le choix d’utiliser le terme « islamophobie » lors d’une semaine de l’égalité. D’après lui, « la liberté d’expression n’existe plus à Sciences Po ». « Ils voulaient nous faire la peau à moi et mon collègue », dit-il aussi dans Le Point en évoquant une partie des étudiants de l’institution. (…)

« Une réécriture de l’histoire » qui ferai « honte » à l’IEP de Grenoble. Retour sur une affaire de harcèlement

Continuer la lecture

  1. Analyse de la séquence par David Guiraud, 12 mars 2021. Alertes Academia : Tweet 1 ; Tweet 2. []
  2. Stéphane Piednoir, sénateur Les Républicains, en est le rapporteur. Sur Stéphane Piednoir, consultez avec projet les billets Academia : « L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat, 28 septembre 2020 ; Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat, 29 octobre 2020; Les coulisses de la CMP : comment la suppression de la qualification a été maintenue, 14 novembre 2020. []