Violences sexistes et sexuelles sous les projecteurs à l’Université Bordeaux Montaigne

En passant

Violences sexistes et sexuelles. L’université de Bordeaux Montaigne dans la tourmente: “on a l’impression que toutes les paroles ne se valent pas”, par Julie Chapman, France 3 Nouvelle Aquitaine, 27 octobre 2023

Les faits remontent sur une période s’étendant de 2006 à 2020. Un enseignant de l’université de Bordeaux Montaigne est accusé, par plusieurs étudiantes et professeurs, de violences sexistes et sexuelles. Parmi eux, Barbara Stiegler, enseignante-chercheuse en philosophie, qui l’accuse de l’avoir violée, en 2020.

Continuer la lecture

Un suicide dans les règles (3). De l’irresponsabilité réglementaire

Marie-Claude Lorne in memoriam (3)

  • par Yves Michaud, Traverses, 4 novembre 2008

Il faudrait être simpliste pour croire que madame Lorne s’est suicidée à cause de la décision de non-titularisation prise par deux de ses collègues, décision avalisée par le Président de son université. Lorsque la philosophe Sarah Kofman, se suicida en 1994, les persécutions dont elle avait été victime dans l’université de la part d’esprits médiocres qui aujourd’hui paradent en pérorant sur la discipline et les valeurs comptèrent, certes, mais aux côtés de bien d’autres choses et notamment des persécutions nazies dont elle avait réchappé mais pas sa famille, pour ne rien dire des relations ambiguës avec celle qui l’avait sauvée1.

Je ne poursuis donc pas sur le drame humain, insondable par nature. De toutes manières, sur les détails de «l’affaire» (modes de convocation de la commission, signification des décisions, formulation des décisions), nous ne connaîtrons probablement jamais la vérité des faits.

La victime n’est plus là pour agir en justice. Les parapluies administratifs ont été déployés. L’omerta universitaire joue à plein.

Le président de l’université de Brest, le président de la commission de spécialistes — celui qui décida en son âme et conscience avec un autre membre consciencieux… — suivent, j’en suis sûr, les conseils de leurs juristes: faire le gros dos le temps qu’un autre fait divers chasse celui qui les embarrasse.

Quant aux syndicats, comme l’a remarqué une lectrice, ils sont très réticents à aborder ces drames individuels. Ils ne sont là, c’est bien connu, que pour le «général». La portée institutionnelle de ce drame n’est en revanche pas anodine du tout.

Indiquons tout de suite que la procédure dont fut victime madame Lorne s’est déroulée dans les conditions en vigueur avant la mise en place de la loi de réforme de l’université (LRU)2.

Je cite sur ce point le président de l’université de Brest dans le message de menace qu’il m’a adressé:

«Par ailleurs, vous faites des amalgames sans intérêt en faisant référence à la LRU. En cette phase de transition, la procédure relative à la titularisation de Mme Lorne s’est déroulée selon les modalités de la loi de 1984, comme nous y étions autorisés. Et j’ai veillé, avec responsabilité, à ce que l’ensemble des procédures soient strictement respectées.»

Bien que ce soit «sans intérêt», parlons-en quand même un peu.

Continuer la lecture

  1. Voir son livre Rue Ordener, rue Labat, paru en 1993 aux éditions Galilée []
  2. NDLR: ((À la différence d’un comité de sélection (COS) constitué ad hoc pour un recrutement, la commission de spécialistes qui a décidé de la non-titularisation est permanente pour les postes d’une discipline donnée. []

Marie-Claude Lorne in memoriam. Un suicide, dans les règles (1)

Academia publie une série de billets en mémoire de Marie-Claude Lorne, maîtresse de conférences à l’Université de Bretagne Occidentale, qui s’est jetée dans la Seine le 22 septembre 2008. Elle venait d’apprendre que l’université refusait sa titularisation, plus de deux mois après la décision. Son corps est retrouvé le 3 octobre. À l’époque, Yves Michaud, professeur de philosophie, avait dénoncé les circonstances scandaleuses de ce suicide dans l’émission L’esprit public sur France-Culture Cela lui avait valu une procédure pour diffamation, dont l’Université de Bretagne occidentale a été déboutée. Il était revenu en détail sur ce drame dans Traverses, le blog qu’il tenait sur le site de Libération — fermé depuis —, pour exposer les méandres malodorantes de l’affaire. Nous remercions Yves Michaud  qui nous a autorisés à reproduire ces textes, aujourd’hui dépubliés1.

  • par Yves Michaud, Traverses, 28 octobre 2008

Il ne suffit pas pour devenir fonctionnaire de réussir un concours. Il faut après une période comme fonctionnaire stagiaire être titularisé. À quelques rarissimes exceptions près, il s’agit d’une formalité. Sauf… J’ai parlé il y a quelques temps à la fin de l’Esprit public, dans ma “brève”, de ce qui est arrivé à l’université de Brest à une jeune maître de conférences en philosophie, madame Marie-Claude Lorne. Il me faut y revenir tant l’affaire est grave… et étouffée.

Excellente chercheuse selon ceux qui l’ont dirigée, ayant donné toute satisfaction comme enseignante, Madame Lorne vit sa titularisation refusée lors de ce qu’on appelle « une commission de spécialité » le 13 juin dernier. J’ignore quelle fut la raison de ce refus de titularisation, mais il n’est même pas sûr qu’il y ait eu à donner une raison: les procès-verbaux sont aujourd’hui normalisés et demandent juste le résultat du vote. Elle ne fut pas titularisée à l’unanimité. Soit. L’étrange, c’est que cette unanimité fut de 2 votes sur 2 présents.

À ce qu’il semble, Madame Lorne fut prévenue de la décision fort tard — début septembre, je crois. J’attends qu’on me démente sur ce point. C’est fou ce que dans une administration on ne sait jamais comment trouver ses administrés!

Toujours à ce qu’il semble, Madame Lorne ne sut apparemment pas comment faire recours contre cette décision. Peut-être son possible appel était-il forclos.

Madame Lorne s’est jetée dans la Seine le 22 septembre, de la passerelle Simone de Beauvoir. Son corps fut retrouvé début octobre. Ça au moins c’est certain.

Passerelle Simone de Beauvoir. Crédit: Jean-François Gornet, 2009

Continuer la lecture

  1. La rédaction remercie Olivier Martin d’avoir mis ses archives à notre disposition. []

“Masculin / Féminin – terrain miné et parfois minable” ? Réponse du collectif PhilosophEs

La revue Philosophoire a fait paraître son dernier numéro 56 Masculin/ Féminin dont la couverture met en exergue Peggy Sastre et Rose-Paule Vinciguerra. Ce choix éditorial, de faire co-exister de spécialistes d’études de genre et une traductrice de Causeur, pris par le directeur de la publication, Vincent Citot,  et par l’éditeur Vrin interroge. Le collectif PhilosophEs leur répond. 


Le Collectif PhilosopheEs répond à l’éditorial « miné et minable » de Vincent Citot 

« [I]l est très fréquent que les intellectuels s’autorisent de la compétence (au sens quasi juridique du terme) qui leur est socialement reconnue pour parler avec autorité bien au-delà des limites de leur compétence technique, en particulier dans le domaine de la politique1 »

 

« Le problème que je pose en permanence est celui de savoir comment faire entrer dans le débat public cette communauté de savants qui a des choses à dire sur la question arabe, sur les banlieues, le foulard islamique… Car qui parle (dans les médias) ? Ce sont des sous-philosophes qui ont pour toute compétence de vagues lectures de vagues textes, des gens comme Alain Finkielkraut. J’appelle ça les pauvres Blancs de la culture. Ce sont des demi-savants pas très cultivés qui se font les défenseurs d’une culture qu’ils n’ont pas, pour marquer la différence d’avec ceux qui l’ont encore moins qu’eux. […] Actuellement, un des grands obstacles à la connaissance du monde social, ce sont eux. Ils participent à la construction de fantasmes sociaux qui font écran entre une société et sa propre vérité » ”2.

 

Cher Vincent Citot3,

Couverture du numéro 56 du Philosophoire : ou comment confondre objectivité scientifique et objectification sexiste

Tu as écrit un éditorial pour le dossier « Masculin/Féminin », dossier « accueilli » dans le n°56 de la revue Le Philosophoire, publiée chez Vrin. C’est un éditorial sans aucune source, sans aucune référence, avec seule ta Pure Pensée à l’œuvre – l’unique note de bas de page est une remarque précisant de façon euphémisée que le comité de rédaction se désolidarise4… de ton texte, une première dans l’histoire de la revue, puisque pour les autres éditos, le CR ne s’est jusqu’à lors jamais senti obligé de signaler que « Les éditoriaux du Philosophoire ne présentent pas l’avis général du Comité de rédaction ni la teneur du dossier qu’ils inaugurent. Ils n’engagent que leurs auteurs. ».

Nous avons été étonnées de cette désinvolture, car ta page Wikipédia, pourtant très élogieuse, ne mentionne aucune compétence en matière d’études de genre. Mais pour tout te dire, au vu du contenu de ton texte, nous sommes finalement encore plus surprises d’apprendre sur cette page que « [l]a recherche de VC porte principalement sur des questions relatives aux exigences de la pensée philosophique ».

Les critiques que nous t’adressons aujourd’hui ne portent pas seulement sur la confusion qui règne dans ton discours au niveau conceptuel et théorique, mais aussi sur celle que tu participes à entretenir politiquement. Tu publies ce papier à quelques jours d’un pseudo-colloque visant à dénoncer les prétendues dérives « identitaires » de la recherche française, quelques semaines après que la ministre de l’ESR a parlé de « wokisme » et d’« islamogauchisme » menaçants dans les universités, à un moment où Éric Zemmour trouve des allié·es parmi les membres de l’Observatoire du décolonialisme. Si le kairos est une intelligence de la situation, soit tu manques terriblement de prudence, soit tu as une visée qui n’est pas la nôtre.

Continuer la lecture

  1. Bourdieu, “Comment libérer les intellectuels libres?” in Questions de sociologie, Paris, Minuit, 2002, p.72-73. []
  2. Pierre Bourdieu, Interventions 1961-2001, Marseille, Agone, 2002, p.233. []
  3. VC dans la suite du texte, par commodité et pour éviter les lourdeurs. []
  4. On aurait aimé qu’ils fassent un peu plus —le corriger, le refuser, démissionner, soyons folles ? Update. À la lecture du texte, Sophie Galabru nous a déclaré avoir démissionné suite à la parution de l’éditorial. Update 2. Isabelle Aubert, maîtresse de conférences à Paris 1, nous a indiqué avoir également quitté le comité et ce, avant même la lecture de l’éditorial de Vincent Citot. Suite à des échanges au sein du groupe, elle ne sentait plus en accord avec la ligne éditoriale empruntée par la revue dans ce numéro Masculin/féminin.. []

Alerte parité *philo* à Nantes: 5 auditionnés, 5 hommes

Suite à la publication de la liste des candidats auditionnés pour un poste de philosophie contemporaine à l’Université de Nantes, le collectif PhilosopheEs tient à exprimer son étonnement. Dans un département déjà très majoritairement masculin, les candidats auditionnés sont tous des hommes. Faut-il penser que les femmes, nombreuses parmi les 144 candidats, comme récemment au CNRS (concours 2017 de la section 35), ont toutes été incapables de remplir les critères de recrutement ?
Nous appelons les comités à se montrer attentifs à la question de la parité et à faire tout leur possible pour dépasser les biais cognitifs empêchant une juste appréciation des dossiers.
Le collectif PhilosopheEs
 
#ParitePhilo 
#PariteCNU

Alerte parité – concours CNRS 35

Citation

Journée d’études “Les femmes philosophes” – Aix-Marseille Université – 30 mars 2015

A la demande du collectif PhilospheEs, Academia publie le texte qui suit.

Le CNRS proposait cette année 5 postes de chercheurs en philosophie, littérature et sciences de l’art. À l’issue des auditions, les résultats d’admissibilité viennent d’être rendus publics : les 5 candidats classés en liste principale sont des hommes, choisis à partir d’un vivier de 224 candidat-e-s composé de 46% de femmes. 5 postes, 5 hommes.  

Parmi les sciences humaines et sociales, la philosophie a longtemps détenu le triste record du privilège masculin. Ces dernières années, nous constations que cette tendance s’inversait : le ratio femme-homme dans les recrutements se rapprochait des proportions rencontrées dans les candidatures, tant au CNRS (chargé-e-s de recherche) que dans les universités (maître-sse-s de conférences). Soulignons, en outre, qu’au CNRS la section 35 du Comité national, chargée du recrutement, comprend aussi les sciences philologiques et les sciences de l’art, où la présence féminine est traditionnellement plus élevée qu’en philosophie.

Continuer la lecture

Le suivi des recrutements universitaires en philosophie. Un premier bilan (2012-2016)

Le bilan qui suit peut-être téléchargé ici.


L’idée de ce bilan nous était commune à Bruno Ambroise et moi, même si je l’ai finalement écrit toute seule. Je remercie Bruno pour sa relecture attentive et ses suggestions. Je remercie également Jean-Pascal Anfray, Martine Pécharman et Didier Piau pour m’avoir aidée à supprimer coquilles et maladresses d’expression, Christophe Grellard et Thomas Benatouïl pour leurs remarques sur un premier traitement du localisme, et ce dernier tout particulièrement pour la longue discussion qui s’en est suivie. Continuer la lecture

Les femmes restent sur le seuil de l’Université: bilan de la campagne de recrutement 2012

Source: Observatoire de l'emploi scientifique, rapport 2009, p. 72 et 74

Source: Observatoire de l’emploi scientifique, rapport 2009, p. 72 et 74

Baptiste Coulmont vient de proposer une analyse du “Portrait des recrutements universitaires” sur son blog, à partir de l’analyse “Campagne de recrutement et d’affectation des maîtres de conférences et des professeurs des universités. Session 2012 “, mis en ligne en juin 2013 DGRH-A1 du Ministère de l’enseignement supérieur.

Le sociologue en tire plusieurs analyses intéressantes sur l’âge moyen des recrutements Mcf et PR, qu’il désagrège pour établir des dynamiques de carrière par discipline – et reprend une conclusion du rapport sur la mobilité des McF parisiens qui partent en province quelques années comme PR, avant de rentrer en région parisiennne.

Un fil d’analyse touche à la place des femmes dans ce recrutement 2012 et établit les différentes formes de discrimination à l’oeuvre.

Continuer la lecture

Quand l’Université s’engage dans la voie de l’excellence : 384 heures de cours de philosophie pour un salaire d’ATER

tortue_sous_elephantDe qui se moque-t-on : des enseignants ou des étudiants ? C’est la question que ne manquera pas de se poser quiconque prendra connaissance de l’annonce de poste diffusée discrètement  par l’université Montpellier-III [1]. Cette annonce scandaleuse, est parue sur la liste des doctorants de l’université de Paris-1, le 19/6/2013 :

Pour la rentrée 2013-2014, le département de philosophie de l’Université Montpellier III – Paul Valéry doit pourvoir un poste d’enseignant contractuel devant assumer 384h/an, pour un salaire d’ATER. Continuer la lecture

Transparence des procédures de recrutement: déclaration de la 17e section du CNU

Publié sur Theuth par Sophie Audidiere, assesseure du bureau (13/1/2013)

Le Bureau de la 17e section du CNU tient tout d’abord à rappeler la position
adoptée, à l’unanimité par la section le 7 juillet 2012, en ce qui concerne la
transparence des procédures de recrutement, la publicité des résultats et le
respect, par les CA des universités, des résultats du concours :

  1. La 17e section considère que la publicité accordée aux résultats descomités de sélection ne pose aucun problème déontologique ou juridique. Continuer la lecture

Publications des classements: vote favorable à l’unanimité de la section 17 du CNU

Transmis par Bruno Ambroise (9 juillet 2012)

Décision de la section 17 du Conseil national des universités:

“3.2.) Transparence des procédures et des résultats :

La 17e section considère que la publicité accordée aux résultats des comités de sélection ne pose aucun problème déontologique ou juridique. A court terme, elle est donc très favorable à leur publication sur le site Academia (http://academia.hypotheses.org/293) par les Présidents des comités. Elle s’engage à mettre tout en œuvre, si cela est possible, pour que ces résultats soient très rapidement accueillis par le site de la Section 17 du CNU, après vérification auprès des intéressés par son Bureau. Cela permettrait une plus grande transparence, améliorerait sans nul doute les pratiques et assurerait un accès direct et égal des candidats aux informations.

Vote : à l’unanimité”

Pour une réforme des comités de sélection (Claire Crignon, MCF Philosophie Université Paris-Sorbonne, Véronique Le Ru, MCF habilitée, Université de Reims)

Nous voudrions témoigner par ce billet d’une situation désastreuse sur le plan institutionnel et humain.
Une série d’annulations de recrutements de maîtres de conférences ou de professeurs vient en effet de frapper le milieu universitaire. D’abord à la faculté de lettres de Strasbourg, ensuite au département de philosophie de l’Université d’Aix-Marseille et en histoire de l’art à Clermont-Ferrand.
Continuer la lecture

Le recrutement universitaire est-il discriminatoire envers les enseignants engagés dans une carrière secondaire?

Baptiste Coulmont nous signale une pétition rédigée par deux collègues enseignant la philosophie en lycée, se jugeant victime de discrimination.En l’absence d’études, il reste à se demander si le ressenti correspond bien à une exclusion de ce type de candidatures. Continuer la lecture