Suisse: pétition nationale pour mettre fin à la précarité dans les universités

PÉTITION ADRESSÉE A L’ASSEMBLÉE FÉDÉRALE SUISSE

Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail
Les signataires font appel à l’Assemblée fédérale pour l’adoption de mesures concrètes visant à protéger la santé et la vie familiale du personnel scientifique, améliorer ses conditions de travail et garantir la qualité des connaissances produites. À ce titre, la mesure suivante nous semble indispensable: la création d’un nombre conséquent de postes stables pour les chercheur-euse-s post-doctoraux-ales.

Rapport « Next Generation: pour une promotion efficace de la relève »

Les positions académiques doivent être diversifiées par la création ou l’expansion d’un statut stable, situé entre les assistant-e-s doctorant-e-s et les chaires professorales. Assurer la stabilité de ces postes et leur financement dans la durée implique de «convertir les catégories de postes jusqu’à présent à durée déterminée en postes à durée indéterminée et réduire les ressources destinées aux projets de recherche en faveur d’un financement de base des hautes écoles accru» [1] , comme le suggère l’Académie des sciences humaines et sociales (ASSH) dans son rapport Next Generation. L’Assemblée fédérale doit adresser un message clair aux établissements d’enseignement supérieur, à leurs instances représentatives et au Fonds national suisse (FNS) pour que les politiques d’engagement et de promotion de la relève soient réformées avec l’objectif de créer un nombre conséquent de postes stables, accessibles le plus rapidement possible après l’obtention du doctorat.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

—————————————-

[1] Académie suisse des sciences humaines et sociales (2018). Next Generation: pour une promotion efficace de la relève. Swiss Academies Reports 13 (2), p. 44.

 

Appel aux autorités turques pour la libération immédiate des défenseur·es de la paix !

Release Our Friends Immediately!

Nous, académicien·nes pour la paix, sommes inquièt·es et dévasté·es de suivre les nouvelles concernant les violations des droits auxquelles nos collègues sont confronté·es en Turquie. Beyza Üstün, Cihan Erdal et Can Memis ainsi que d’autres membres et/ou personnes proches du Parti de la paix et de la démocratie ont été arrêté·es le 25 septembre 2020 et emprisonné·es quelques jours plus tard, en raison d’allégations concernant les manifestations qui ont eu lieu à Kobané.

La professeure Beyza Üstün, chercheuse spécialiste de la paix, a consacré sa vie à travailler pour la conservation de la nature et des ressources naturelles, les droits humains, les droits des femmes, le droit du travail, les inégalités entre les sexes et les inégalités ethniques. Elle est connue pour sa position contre la privatisation de l’eau et des bassins hydrographiques, les centrales hydroélectriques, les centrales nucléaires, les mines, les carrières, les terrains de golf et autres pillages. Elle a été députée du Parti démocratique du peuple (HDP) au Parlement en 2015.

Cihan Erdal et Can Memis sont également des partisans de la paix et se consacrent à la lutte collaborative pour les droits humains ; ils sont actifs sur la question de la participation civique et l’émancipation des jeunes.

Nous demandons la libération immédiate de tou·tes nos ami·es détenu·es lors des opérations contre le HDP le matin du 25 septembre 2020 et emprisonné·es par la suite. Nous demandons notamment la libération immédiate de notre camarade signataire de la pétition pour la paix, le Prof. Dr. Beyza Üstün.

 

Pour plus d’informations, voir :

Enseignement supérieur et recherche. Appel solennel à cesser de prendre toute mesure non-urgente en période de confinement

Lien vers la pétition — texte (version .pdf) et signatures collectives ci-dessous

https://www.flickr.com/photos/yasmine-hens/36311243752/in/photolist-XjGBGL-PVKD5x-FsYbrs-V8g1Vz-JGrwhz-pVsoDE-GVbFgY-HQNheN-2iMpypa-BZLaNH-dfL2Xb-a7N19w-2hsXD81-jbnPX-bkyTMR-LrYqHp-78p5zE-Xtof15-V5J56r-9Pz43F-2dDJdCm-R18jiQ-8fceHS-GkXTay-Tw9YfS-SMBMb9-2gppmyD-kUhdu6-32BtAT-5PmEu4-GqMYhE-26csFHk-295eVX1-8CPiTg-f8vVz3-2gYDyns-2hLAgCv-2b28E3Q-6xeGnE-ctEBGm-fq7M6x-JeatNU-2gQBUVU-S89tsK-eMqxTB-Q9HEhs-29V3bu9-29F7BAk-DU58hY-osBK5H

Waiting
❉ΨᗩSᗰIᘉᗴ HᗴᘉS❉, 2017

Nous, membres des Universités et des EPST, syndicats, sociétés savantes et collectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche, demandons solennellement que le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, s’abstienne de prendre toute mesure réglementaire qui ne soit pas justifiée par l’épidémie de covid-19, en particulier celles qui modifient le Code de l’éducation, le Code de la recherche et les statuts des personnels.

Depuis le début du confinement général de la population, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a par deux fois fait paraître au Journal officiel des mesures réglementaires que l’urgence de l’épidémie de covid-19 ne justifiait en aucun cas.

Il y a d’abord eu le décret du 18 mars 2020, qui donnait aux postes hors-statut enseignant.e-chercheur.se (EC) – postes précaires, tenure-track, chaires d’excellence – l’accès à des primes jusque-là réservées aux titulaires, afin de favoriser de nouveaux recrutements précaires au lieu de titulariser les précaires qui exercent actuellement. C’est ensuite l’arrêté et le décret du 3 avril 2020, qui obligent tout∙e étudiant∙e de licence, licence professionnelle, diplôme universitaire de technologie et BTS à obtenir une certification en anglais délivrée par des entreprises privées étrangères.

Sous couvert de technicité, ces mesures sont tout sauf anodines : la première grignote un peu plus le lien irréductible qui lie les libertés académiques à la situation statutaire des EC, des chercheur∙es et des enseignant∙es ; et les secondes confient au monde marchand une partie des diplômes universitaires, rognant encore le monopole de l’État. Dans les deux cas, c’est la privatisation du service public de l’enseignement supérieur qui avance, sans que le débat soit possible en ce temps de confinement.

Parallèlement, l’effort du MESRI à lutter contre la crise est discutable : pas de remise en cause de tout ou partie du Crédit impôt recherche, alors que le CNRS lance un appel aux dons. Le Ministère n’a pas davantage financé l’acquisition d’un cryomicroscope nécessaire pour étudier le coronavirus, alors que ce dernier est réclamé par les équipes spécialistes depuis plusieures années.

Il est inadmissible que le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation profite du confinement général de la population pour faire passer ces mesures.

C’est inadmissible, d’abord, parce que cela signifie que le Ministère, en pleine épidémie, consacre du temps et de l’énergie à la préparation et à la mise en œuvre de ces mesures, qui, pourtant, ne présentent aucun caractère d’urgence. Pis encore, il le fait au moment même où, par ailleurs, il explique aux 120 000 vacataires de l’enseignement supérieur, pour certains en situation de grande précarité, que faute de temps en cette période d’épidémie, le paiement des heures d’enseignement est reporté, et parfois même remis en cause.

C’est inadmissible, ensuite, parce qu’une partie de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche s’oppose à ces mesures depuis des années. Elle s’y opposait plus encore ces derniers mois, avec la grande tempête de colère qui traversait les établissements jusqu’à ce que le confinement l’interrompe brutalement.

Dans une démocratie, si l’on se résout à prendre une décision aussi radicale que celle de restreindre de façon maximale les déplacements de la population dans son ensemble, on reporte toute réforme qui n’est pas directement liée à la catastrophe rendant nécessaire ce confinement. Dans une démocratie, autrement dit, on ne réforme pas si les citoyens ne disposent ni de leur liberté de manifester, ni de leur liberté de réunion, car, alors, leur liberté d’expression est trop réduite et leur droit à contester, trop affaibli.

C’est cela qu’il ne faut pas perdre de vue : si le président a suspendu la réforme des re)traites, ce n’est pas une faveur qu’il a accordée. C’est parce qu’il ne pouvait faire autrement, sauf à porter une atteinte sans précédent à trois de nos libertés les plus fondamentales : la liberté de réunion, la liberté de manifestation et la liberté d’expression.

C’est pourquoi nous demandons solennellement au Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation la suspension de toutes les mesures autres que celles qu’exige strictement l’urgence de la situation, et en particulier la suspension des mesures qui modifieraient le Code de l’éducation, le Code de la recherche et les statuts des personnels. Au moins le temps que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche puisse à nouveau se réunir.

Pour soutenir cet appel, lien vers la pétition

NB: il n’est pas nécessaire d’indiquer d’autres coordonnées que votre e-mail
pour que votre signature soit prise en compte

Premiers signataires (en violet, les ajouts depuis le 21 avril 2020)

Academia.hypotheses.org, équipe de rédaction du carnet d’information sur l’emploi dans l’ESR

Sociétés savantes1
  • Association des  chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères (ACEDLE)
  • Association des enseignant·es-chercheur·es en science politique (AECSP)
  • Association des enseignants-chercheurs en psychologie des Universités (AEPU)
  • Association Française dÉtudes Américaines (AFEA)
  • Association française d’économie politique (AFEP)
  • Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA)
  • Association française de sociologie (AFS)
  • Association des historiens modernistes universitaires de France (AHMUF)
  • Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des Universités (APAHAU)
  • Association des professeurs de langues en IUT (APLIUT)
  • Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs (ARES)
  • Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES)
  • Groupe d’étude et de recherche en anglais de spécialité (GERAS), par son Conseil d’administration
  • Société d’Anthropologie de Paris
  • Société Française d’Études du Dix-Huitième Siècle
  • Société Française de Génétique
  • Société  Française de Virologie
  • Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (SHMESP)
  • Société française d’histoire politique (SFHPo)
  • Société française de microscopies (SFM)
  • Société d’Histoire Moderne et Contemporaine (SHMC)
  • Société Professionnelle des Enseignants et Chercheurs en Informatique de France (SPECIF Campus), avec le soutien de la Société informatique de France

Syndicats 

  • CGT Ferc-Sup
  • SNTRS-CGT
  • fédération Solidaires étudiant·es
  • Sud Education
  • Sud Recherche EPST
  • CGT Ferc-Sup Aix-Marseille Université
  • CGT Ferc-Sup Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne
  • CGT FercSup Université de Franche Comté
  • SNESUP-FSU de l’Université de Guyane
  • SNESUP-FSU de l’Université de Strasbourg
Collectifs
  • Facs et labos en lutte (FFL)
  • Assemblée des directions de laboratoires (AdL)
  • Sauvons l’université (SLU)
  • Université ouverte (UO)
  • Collectif des précaires de l’ESR – Lorient
  • Collectif des précaires de l’ESR – Nantes
  • Comité de mobilisation de l’EHESS
  • Comité de mobilisation de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence)
Revues
Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines – Biens symboliques/Symbolic Goods – Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (BMSAP) – Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique – Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs – Cahiers de littérature orale – Cahiers d’études africaines – Cahiers d’Outre-Mer – Cahiers François Viète – Carnets de géographes – Clio, Femmes, Genre, Histoire – Communication & langages – Communications – Critique internationale – Diasporas. Circulations, migrations, histoire – Dix-Huitième Siècle – Droit et société – Esprit critique – Études decommunication – Feuilles de géographie – Filigrane. Musique, esthétique, sciences société – FLUX – Genèses – Genre et histoire – ¿Interrogations? – Itinéraires. Littérature, textes, culture – Journal des anthropologues – Justice Spatiale / Spatial Justice – Kentron – Langage et Société – Lectures anthropologiques – L’Homme. Revue française d’anthropologie – Le temps des médias –  L’Homme et la Société – Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est – Natures Sciences Sociétés – Nouvelle Revue du Travail – Participations – Politiques de communication –  PolitixProjets de paysage – Questes – Recherches en danse – Recherches en didactique des langues et des cultures – Regards sociologiques – Revue française de socio-économie – Revue des droits de l’homme – Revue de sciences sociales – Revue d’histoire des sciences humaines – Revue d’histoire moderne et contemporaineSavoir/Agir – Semen – Sociétés contemporaines – Sociologie du travail – South Asia Multidisciplinary Academic Journal – STAPS – Strenæ – Terrain – Tracés. Revue de sciences humaines – TranspositionVolume ! 
  1. Mention en ce sens, de l’Association des Germanistes d’Enseignement Supérieur (AGES) dans un communiqué sur la certification des langues. []