Zoë, doctorante, va pour la première fois de sa vie chercher un colis alimentaire

Continuer la lecture

La précarité des étudiants étrangers hante la Cité universitaire de Paris

Les témoignages et analyses ont été nombreux sur les étudiant·es universitaires plongé·es dans une grande précarité et pauvreté lors du premier confinement. Le Monde, dans un article paru le 15 avril 2020, avait ainsi titré « ‘Privés de jobs, cloîtrés, les étudiants les plus démunis sont tenaillés par la faim et l’angoisse’« .

Le même journal revient sur l’argument le 8 novembre lors du deuxième confinement, en se focalisant sur les étudiant·es étrangèr·es en France.

Quelques extraits de l’article signé Eric Nunès et Jessica Gourdon paru dans Le Monde:

« On n’a jamais vu ça » : à la Cité universitaire, des étudiants étrangers sur le fil de la précarité

Privés de job, de stage, sans aide familiale du fait de la crise sanitaire internationale, ils sont des centaines d’étudiants étrangers, très diplômés, à avoir recours à l’aide alimentaire pour se nourrir.

Depuis mars, 600 résidents [dans la seule Cité internationale de Paris] qui n’étaient pas connus des services sociaux de la cité ont entamé des démarches pour obtenir un soutien, quatre fois plus qu’en temps normal.

Après avoir payé leur loyer, les transports et leur forfait de communication, « de nombreux étudiants étrangers ont un euro ou moins de reste à vivre par jour », affirme Bérengère Pontet, présidente de l’Association générale des étudiants de Paris.

De nombreux pays ont bloqué les transferts d’argent, empêchant les étudiants de recevoir de l’aide de leur famille… Dont certaines sont aussi en difficulté.

Pour subvenir aux besoins les plus urgents, la Cité universitaire a mis en place un fonds d’aide exceptionnel. Ainsi, 189 résidents ont reçu en moyenne 120 euros, qui s’ajoutent, pour certains, à une aide financière du Crous et aux aides alimentaires, notamment de Restos du coeur.

Photo: Als33120 (wiki commons)

Misère des universités et universités de la misère (II)

Texte publié le 20 mai 2020 sur le blog de Olivier Le Cour Grandmaison

Première partie

23 janvier 2004. Le journal Le Monde titrait : « La grande misère des universités françaises » dans un contexte de mobilisations des étudiant·es, du personnel administratif et enseignant. S’y ajoutaient celles de nombreux conseils d’administration qui menaçaient de ne pas voter leur budget pour protester contre l’insuffisance des moyens alloués par l’État. Déjà, on apprenait que les universités étaient condamnées à « faire des économies de bout de chandelle » en réduisant les dépenses de chauffage (sic), les déplacements professionnels des enseignants-chercheurs et, faute de recrutement suffisant, en multipliant les heures complémentaires au risque de grever plus encore leurs finances. Perverse dynamique de la politique d’austérité imposée aux établissements d’enseignement supérieur. En lieu et place du « gagnant-gagnant », seriné par les défenseurs de la modernisation prétendue, triomphaient « le perdant-perdant » et la paupérisation de tous consciencieusement organisés par la majorité.

Dans l’entourage de l’oublié Luc Ferry, alors ministre de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche, seuls les spécialistes se souviennent qu’il a exercé pareilles responsabilités, on reconnaissait que la « France a favorisé le premier degré et les lycées. Les collèges et l’enseignement supérieur ont été sous-financés. »

Très juste. En effet, dans ce beau pays dont les dirigeants successifs, de droite comme de gauche, ont pour habitude d’enfiler les perles rhétoriques sur l’importance des universités et de la recherche en vantant l’ancienneté, l’excellence et le prestige de « nos établissements » dont témoigne la glorieuse Sorbonne, la dépense par étudiant·e était alors inférieure de 11% à la moyenne des pays de l’OCDE. Misère et inégalités remarquables aussi puisque l’État accordait 6840 euros par étudiant·e inscrit·e à l’université et 11450 euros aux élèves des classes préparatoires.« Élitisme républicain » ? Ce dernier adjectif, employé par celles et ceux qui justifient ces orientations en prétendant être fidèles aux principes de la République, est ici parfaitement superfétatoire. Après beaucoup d’autres possibles, ces chiffres mettent au jour une politique, qui a défaut d’être publiquement assumée, est cependant fort claire : donner plus à ceux qui sont déjà les mieux dotés sur le plan social, culturel et académique.

15 octobre 2015. Mitan du quinquennat de François Hollande, cet extraordinaire dirigeant qui a réussi deux exploits qui resteront dans les annales de la Cinquième République et dans celles de la formation socialiste qui l’a soutenu : être obligé de renoncer à se représenter à l’élection présidentielle et transformer un parti de gouvernement en un groupuscule marginal qui tente aujourd’hui de survivre. Admirable. Au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la docile Najat Vallaud-Belkacem qui a servi tous les gouvernements de cette période glorieuse en apportant ainsi sa contribution réitérée au désastre que l’on sait. Elle est alors flanquée d’un transparent et dispensable secrétaire d’Etat chargé du monde universitaire, Thierry Mandon. Par charité, on n’évoquera pas ici ses exploits ultérieurs en tant que directeur de publication de L’Ebdo ; cette formidable aventure intellectuelle et éditoriale qui devait révolutionner la presse. La longue et triomphale marche promise s’est transformée en une pitoyable déambulation qui, débutée en janvier 2018, s’est achevée trois mois plus tard. Quel talent !

Le 15 mars 2015, donc, Le Monde publie un article : « Les universités dans la rue pour crier misère. » Ce titre et les éléments d’information apportés prouvent ceci : la politique mise en œuvre s’inscrit dans la continuité de celle appliquée par la droite antérieurement. En attestent les faits suivants : 44% des établissements universitaires sont vétustes, 13% sont très dégradés, selon un rapport établi par la Cour des comptes, et les dépenses publiques et privées pour l’enseignement supérieur — 1,5% du PIB — sont toujours inférieures à la moyenne des pays de l’OCDE et plus encore à celle des pays d’Europe du Nord — 2 %. Quant aux inégalités précitées, elles demeurent. En 2015, le coût d’un·e élève en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) s’élève à 14850 euros soit 40% de plus que son “homologue” des premiers cycles universitaires (10850 euros). Les mieux dotés sont les élèves des écoles d’ingénieur (16 000 euros). Entre 2008 et 2018, la hausse des budgets des universités a été inférieure à 10%, le recrutement des enseignant·es-chercheur·ses a baissé de 40% alors que dans le même temps le nombre d’étudiant·es a augmenté de 20% à 26%.

https://www.flickr.com/photos/122837542@N02/47580807432/in/photolist-2e7ZW7K-2fuy5mQ-9D5WTn-oZazd-rFZ5jS-REEwNe-nwhFkY-2fkKkUL-2e3eHbg-5LK2L7-26UGCxi-rdS3Sq-25m8EVs-VMF4JU-HgWJPE-WULyog-25Bu16v-2iPqXzA-HgWKSG-X9kMTc-2e854Th-2iWgzuh-2iHMtJ2-VFnkXk-shHLSe-VSrpfC-X9kua6-UGgxMW-UeYyXa-HgWKuY-nuoMLs-9yi4nS-e6inkb-VYFu2D-nH7KGX-VtTCAt-H6Sckt-HdYysK-HgWKdA-WTAHYf-TU2dzj-X7rpA6-UZWw8E-2iXErhp-2e2vKoM-2fduJNU-edLur9-GpkGUA-2fmqnCC-RN84n6/

Refuge, by Andrew Morse, 2019. Ontario en débâcle

« Liberté, Égalité, Fraternité » ? « Destin, Inégalité et Lutte des places », telle est en réalité la devise de celles et ceux qui, depuis des années, s’obstinent à traiter l’enseignement supérieur en chien crevé au nom de ce qu’ils nomment « sérieux budgétaire » et « adaptation indispensable à la compétition internationale ». Crise des universités ? Assurément à condition d’ajouter qu’elle est structurelle et qu’elle est la conséquence directe des politiques publiques mises en œuvre par les majorités de droite comme de gauche qui se sont succédé au pouvoir. Nombreux sont les concepteurs et les agents d’exécution de ces orientations qui se gaussent des analyses de Pierre Bourdieu — voir Les Héritiers (avec J.-C. Passeron, 1964) et La Reproduction (avec J. C. Passeron, 1970) — alors qu’ils les valident pour l’essentiel en favorisant les pires mécanismes de sélection et de ségrégation sociales qui frappent les plus démunis. Quant aux mieux dotés, ils jouissent de conditions privilégiées — cf. les classes préparatoires, entre autres — et/ou parviennent à déjouer les pièges nombreux de la sélection universitaire en accédant aux formations et aux diplômes valorisés et valorisant de leur choix. Ceux-là mêmes qui leur permettront de maximiser leur chance de trouver un emploi bien rémunéré. Organisation, permanence et triomphe du darwinisme social cher au président-directeur général du CNRS, Antoine Petit (26 novembre 2019).

Continuer la lecture

Misère des universités et universités de la misère (I)

Le 4 février 2020

Novembre 1997. L’Association de réflexion sur les enseignements supérieurs et la recherche (ARESER) publie un ouvrage auquel de nombreux universitaires et chercheur-e-s-ont participé1. Parmi eux, Pierre Bourdieu qui, avec l’historien Christophe Charle et le sociologue Bernard Lacroix, a coordonné cette publication. Les diagnostics établis sont graves et, déjà, révélateurs de la situation alarmante des universités Sous-investissement chronique de la puissance publique, manque d’encadrement des étudiant-e-s en particulier en sciences humaines et en droit ce qui a notamment pour conséquence un taux d’échec élevé en premier cycle dont sont victimes les personnes socialement et culturellement les plus fragiles, démoralisation des enseignants toujours plus absorbés par des tâches administratives multiples2 et incapables d’accomplir dans de bonnes conditions les missions d’enseignement et de recherche qui sont les leurs, opacité des mécanismes de recrutement des enseignants-chercheurs et « poids croissant du localisme » auxquels s’ajoute une « concurrence » exacerbée « pour des postes raréfiés » en raison de restrictions budgétaires et d’une politique malthusienne qui ne s’est jamais démentie.

Et les auteurs de rappeler ce paradoxe singulier. Alors que l’éducation et la scolarité des enfants sont des préoccupations majeures des familles dans un contexte de chômage de masse et de longue durée, de même la poursuite des études supérieures après l’obtention du baccalauréat, les responsables politiques ne s’inquiètent de l’état des universités, de la situation des étudiant-e-s, de celle des personnel-le-s administratifs et des enseignant-e-s qu’à l’occasion de mobilisations significatives et/ou de difficultés financières d’une particulière gravité en alternant mesurettes élaborées dans la précipitation pour rétablir le calme et poursuite des politiques de « rigueur ».

Vingt-trois ans plus tard, la situation n’a cessé d’empirer et ce quels que soient les majorités à l’Assemblée nationale, les gouvernements en place et les présidents. Le quinquennat de François Hollande l’a confirmé. Qui se souvient des diaphanes secrétaires d’État à l’enseignement supérieur, Geneviève Fioraso d’abord, Thierry Mandon ensuite, et de leurs actions significatives en faveur des universités ? Après avoir servi avec docilité le fossoyeur en chef de la majorité présidentielle et du Parti socialiste, ils ont, comme beaucoup d’autres, disparu corps et bien avec la débâcle politique que l’on sait. À droite comme au sein de la défunte gauche gouvernementale, nonobstant de menues oppositions rhétoriques sans grandes conséquences pratiques, le budget de l’enseignement supérieur est depuis longtemps une variable d’ajustement toujours conçue comme une dépense, jamais comme un investissement à long terme exigeant une constance certaine dans l’allocation des ressources financières et humaines afin de bâtir des universités capables d’assurer de façon optimale leurs missions d’enseignement et de recherche.

https://www.flickr.com/photos/pvarney3/13537216353/in/photolist-mCeLMX-9yi4nS-e6inkb-2iJKxmr-2favGew-2fmqnWU-2iXErhp-GZ64z-F9Hde7-HVX1k-X7rpA6-iB4bg2-84rfC4-84rezX-REExpp-2iTuv9c-2e2vKoM-2fduJNU-edLur9-5LK2L7-RN84n6-24WXqta-WKXNKz-rYf4UV-rdS3Sq-25m8EVs-VMF4JU-Tofd7Z-22XPqqY-s4kR7V-e6SJsQ-HgWJPE-Tjb81Q-9uUu1D-SUFM1c-HgWKSG-e6MgBv-2e854Th-VFnkXk-2g4RJnN-X9kua6-rYaQ4c-e6SGTE-e6Mghn-nuoMLs-e6MiJX-2erRdv9-2ebezLP-VYFu2D-KmJyb

Débâcle à Arabia Mountain, Georgia,, par Phil Varney, 29 mars 2014
Arabia Mountain

Continuer la lecture

  1. ARESER, Quelques diagnostics et remèdes urgents pour une université en péril, Paris, Liber-Raisons d’Agir, 1997. Furent également associés F. Balibar (Paris-VII), C. Baudelot (ENS Ulm) et D. Roche ( Paris-I), notamment. []
  2. En 1964, déjà, Paul Ricœur écrivait : « Il faut mettre fin à l’écrasement stupide des universitaires sous les tâches administratives, sinon ancillaires, à la monumentale bêtise du gaspillage d’énergie que le manque de moyens entraîne. » « Faire l’université. » In Lectures 1. Autour du politique, Paris, Seuil, 1991, p. 375. Le chef de l’Etat, qui a réussi à faire croire qu’il est un disciple de ce philosophe, serait bien inspiré de le lire au plus vite. []