Confinée libérée – édition du WE – 2-3 mai 2020

Édition du WE. Samedi 2 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #4
  • 27 avril 2020 – Chroniques d’une apocalypse universitaire annoncée – épisode 2
    2025, le monde a été transformé par une pandémie mondiale, dont la gestion sociale et politique désastreuse a bouleversé la société. La nouvelle fiction des Facs et Labos en Lutte explore un futur possible de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’épisode 2 raconte “les jours d’après” : l’annonce du confinement, les réactions insolites dans l’ESR et la mise en place de la “continuité pédagogique”.

  • 28 avril 2020 –  Vers l’autonomie des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes
    En France, selon une étude faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 2016, 22,7% des étudiant·es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, dont seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un·e étudiant·e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 2016, 20% des étudiant·es vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteur·tricess ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ? (Article publié en partenariat avec Academia).

Crédit: Elsa Broclain lors de la manifestation parisienne du 5 mars 2020.

  • 29 avril 2020« En résidence CROUS ou dans les palais de la République, les priorités ne sont pas les mêmes »
    Aujourd’hui, la Confinée Libérée donne à la parole à S., syndiquée à Solidaires Etudiant·es, assistante d’éducation (AED) dans un collège et étudiante en M2 de sciences politiques à l’Université Paris 8. Elle revient sur la précarité étudiante, en s’appuyant sur le récit et les analyses des mobilisations du mois de novembre suite à l’immolation d’un étudiant de Lyon II, jusqu’aux dernières initiatives qui ont émergé depuis le début de la crise sanitaire et du confinement, pour assurer la distribution de colis alimentaires aux étudiant·es.

Crédits: Solidaires étudiant-es

  • –  Face à la crise écologique, la recherche doit être publique et indépendante ! Entretien avec Hendrick Davi, directeur de recherche en écologie à l’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE).
    Au-delà de la pandémie actuelle, nos organisations sociales sont face à un défi gigantesque : limiter la destruction écologique liée aux activités humaines (effondrement de la biodiversité, changement climatique, pollutions de l’air, des sols, de l’eau…) et s’adapter à des conditions de vies d’ores et déjà modifiées. La recherche scientifique et la diffusion des savoirs ont été des éléments majeurs dans la formalisation de ces problématiques. Hendrik Davi, chercheur en écologie, aborde dans cette interview comment faire le lien aujourd’hui entre science et société pour faire face à ce défi, et comment les conditions de travail de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) en France impactent directement la plus ou moins grande réussite de cette mise en lien.

Crédit: ligne de contact avec la foret et les terrains agricoles par Kate Evans/CIFOR

Précarité, pauvreté ou rélégation étudiante : la question du logement

En passant

VIDEO – Cafards et odeur pestilentielle : notre reportage dans des résidences étudiantes de Lille

HABITAT INDIGNE – Quelques 500 étudiants de la métropole lilloise vivent dans des cités universitaires insalubres. De nouvelles résidences sont en construction mais elles tardent à sortir de terre. Créé : 15 février 2020

Des cafards sur les lits, les murs, et dans les armoires. Des portes défoncées. Des murs sales et, dans les sanitaires, une odeur pestilentielle. En caméra « discrète », une équipe de TF1 a filmé les conditions de vie des étudiants au sein de plusieurs résidences universitaires de Lille (voir la vidéo ci-dessus). Sur les 45 bâtiments universitaires que compte la ville, un sur deux est en mauvais état.De nouveaux bâtiments sortent de terre ou sont rénovés mais l’ampleur de la tache est telle que la situation de près de 500 étudiants ne devrait pas s’améliorer avant fin 2022.  Et, vu le prix des loyers – moins de 200 euros par mois – aucune autre solution n’est possible pour eux.  « Si je ferme tout, ils vivent dehors », explique le directeur général du Crous qui reconnait qu’il y a du travail pour remettre les bâtiments à niveau.

Pour pouvoir rénover l’ensemble de ces résidences étudiantes, il manquerait encore 30 millions d’euros.

NDLR : Ce reportage invite à considérer que la question des discriminations ou de l’égalité sociale dans l’enseignement supérieur est indispensable et désormais plus qu’urgente.