L’évaluateur évalué… 2 – L’Hcéres rhabille l’ANR pour l’hiver

Le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) évalue tout de l’ESR. Il a ainsi publié le 28 novembre 2019 un rapport intitulé « Évaluation de l’Agence nationale de la recherche ». Le rapport est signé par deux personnes : la première, secrétaire générale de l’institution, signe à la place du président, Michel Cosnard, atteint par la retraite et toujours non remplacé depuis1 ; le second, Rémi Quirion, est « scientifique en chef », soit l’équivalent de Conseiller de la Ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, pour les questions touchant au développement de la science et de la recherche au Québec2. On peut s’étonner que les demandes de financement françaises les plus pointues passent sous l’œil aguerri du haut responsable en poste d’un Ministère de l’économie étranger — mais, à la lecture du rapport, on n’est plus à un détail près.

Le comité d’évaluation examine la période 2012-2018, la précédente évaluation ayant eu lieu alors que l’AERES assurait les missions désormais dévolues à l’Hcéres.

Dans le cadre de la stratégie nationale de la recherche (SNR) définie par le gouvernement, l’ANR a pour missions  :
─ de financer et de promouvoir le développement des recherches fondamentales et finalisées, l’innovation technique et le transfert de technologie ainsi que le partenariat entre le secteur public et le secteur privé ;
─ de mettre en œuvre la programmation arrêtée par le ministre chargé de la recherche qui recueille l’avis des ministres exerçant la tutelle d’organismes de recherche ou d’établissements publics d’enseignement supérieur ;
─ de gérer de grands programmes d’investissement de l’État dans le champ de l’enseignement supérieur et de la recherche, et de suivre leur mise en œuvre ;
─ de renforcer les coopérations scientifiques aux plans européen et international, en articulant sa programmation avec les initiatives européennes et internationales;
─ d’analyser l’évolution de l’offre de recherche et de mesurer l’impact des financements alloués par l’agence sur la production scientifique nationale. (…)

Pour mener à besoin ces missions, l’ANR pourrait utiliser différents outils — attribue d’enveloppes budgétaires à des laboratoires, plusieurs laboratoires sur une thématiques,aux universités — mais en privilégie un seul : le sacro-saint appel à projets. 

Ainsi la mission principale de l’agence est de financer et promouvoir le développement de la recherche sous toutes ses formes. À ce titre, elle finance des projets de recherche notamment à travers des dispositifs d’appels à projets (AAP).

Enfin le budget total de l’ANR s’élève à 708 M€, pour un personnel de 278 personnes.

Le budget d’intervention de l’ANR en 2019 s’élève à 708 M€. Il est alimenté par des co-financements à hauteur de 24 M€ et une subvention de 739 M€ de laquelle est retranchée 55 M€ de réserve de précaution.
Sur le budget d’intervention, 92,8 M€ sont directement affectés à l’Institut national du cancer (Inca), au préciput 1 et au RTB 2. (…) [p.6]
L’ANR dispose aussi d’un budget de gestion (personnel et fonctionnement de l’agence) qui ne présente aucun caractère de fongibilité avec le budget d’intervention. Le budget de gestion initial de l’agence s’élève en 2019 à 36 M€ en autorisation d’engagement. Le personnel de l’ANR se répartit en 278 équivalent temps plein annuel travaillé (ÉTPT). Le siège de l’agence
est situé avenue Daumesnil à Paris (75012). [p.7]

Le budget total de l’ANR représente ainsi le budget de la plus grosse université de France, comme Sorbonne Université ou Aix-Marseille Université3, ou 12% du Crédit Impôt Recherche. La gestion de l’ANR n’a pas fait l’objet d’une évaluation depuis 2012.

Positionnement et stratégie institutionnels

Sur le premier point — « positionnement et stratégie institutionnels » — le rapport fait preuve d’une certaine langue de bois. L’ANR, qui applique pourtant la stratégie nationale de la recherche (p. 6), doit encore développer une « vision ». Que faut-il entendre par « vision » ? Une pilotage de l’ANR ? Une politique scientifique nationale ? Rien n’est bien clair, mais dans l’un ou l’autre cas, ce n’est pas engageant pour cet acteur qui serait devenu « un acteur-clé de l’écosystème de la recherche et de l’innovation en France »4.  Pour autant, le comité salue le fait de le rapport d’autoévaluation met en évidence les valeurs de l’Agence — qualité, équité, transparence — que seuls partagent les personnesl ; ni  les comités scientifiques, ni le Conseil d’administration ne semblent avoir internalisées ses fondements éthiques de la même façon.

♣ Le comité recommande donc à l’ANR de définir une vision claire en lien avec ses missions et valeurs et de veiller à ce que tous les membres du CA, des divers comités externes et internes ainsi que du personnel puissent travailler à sa définition et à sa mise en œuvre, dans la perspective de renforcer l’adhésion du plus grand nombre aux valeurs et aux actions conduites. [p. 8]

Pas vraiment de pilote dans l’avion, aucune éthique professionnelle commune : à partir de là, il est difficile de concevoir que l’ANR puisse constituer l’instrument d’une politique scientifique nationale ambitieuse.

https://www.flickr.com/photos/hirominnovation-photograph/23950068508/in/photolist-CuomXE-6RatqD-2fw2HtK-coP48C-HN5Beo-21Bu3wj-29YwrNE-2gNoaFL-C9Cs5v-247Fo9a-aJ8Qve-aJ8QCv-aJ8Qht-9kbrYX-cvxZp9-otkgWc-vGrgSZ-28Wc34P-94VTcy-4vQzzm-djjbDn-28Wc3dr-65pu5h-9mkAfs-7oiPpb-2Z1fyZ-4JXLBN-SnvRKA-2XJ9sP-MabuhD-KWJnXr-5SZmcp-2ciTZRM-2hCjQKP-9XjFsP-6RQATv-6Sk4QA-e2GcJ3-H71VBz-svSZWh-67hbdk-9kqyEJ-5KgNu4-6vg3UM-6GoeHz-9ARnQ9-Ek8wXY-PEmpu8-4H8roc-4KC43r

Evaluation, by Hiromi Kano, 2016

Continuer la lecture

  1. Voir « Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de (l’évaluation de) l’ESR, billet du 17 janvier 2020 []
  2. Selon la Wikipédia, nommé pour la première fois en 2011, Rémi Quirion a été reconduit pour un 2e mandat de 5 ans en 2016. Outre le développement de la science et la recherche, il a également pour mission d’assurer la coordination des enjeux communs et le développement des recherches intersectorielles, de promouvoir la recherche québécoise au niveau international, la culture scientifique et les carrières de chercheur. Plus récemment, les missions économiques à l’étranger auxquels il prend part, notamment avec le gouvernement du Québec, l’amènent à mettre de l’avant le concept de « diplomatie scientifique », une approche adoptée par certains pays qui favorise le développement de liens entre nations en préconisant la science et la création de liens entre chercheurs.
    Il préside aussi les conseils d’administration et dirige les trois Fonds de recherche du Québec (Santé, Société et culture, Nature et technologies) qui ont été regroupés sous cette appellation depuis le 1er juillet 20116. En collaboration avec les directeurs scientifiques de chaque fonds, qui vise à promouvoir et à aider financièrement la recherche, la diffusion des connaissances et la formation des chercheurs, il en assure le bon fonctionnement.7 []
  3. À titre de comparaison, les produits encaissables des universités se situent entre 20M€ (Nimes) et 700 M€ (Sorbonne Université). []
  4. Même si on peine à comprendre à la lecture en quoi l’ANR est devenu un acteur-clé. []

Femmes de l’ESR: le guide dont vous êtes l’héroine

https://en.wikipedia.org/wiki/Women_in_science#/media/File:Woman_teaching_geometry.jpg

Enluminure au début d’une traduction médiévale des Elements d’Euclide (c. 1310 AD) (c) The British Library Burney 275


L’équipe des rédacteurs d’Academia a le plaisir de publier une nouvelle collection de billets Survivre dans l’ESR, inaugurée par Charlotte*.

*NDLR Tous les prénoms ont été modifés, à l’exception de certains d’entre eux.

Ce texte est dérivé d’une série de billets conçue pour Twitter, en réaction à un tweet concernant les stéréotypes pesant sur les femmes dans le monde académique. Une neurobiologiste américaine y racontait avoir reçu une lettre de recommandation, pour une jeune scientifique –  qui soulignait son talent de cuisinière – et s’en indignait, légitimement. En tant qu’universitaire dans un milieu majoritairement masculin – l’informatique – j’ai établi moi-même, avec le temps, toute une série de protections contre ces stéréotypes. Les voici, avec les contributions d’un certain nombre de twittos qui les ont complétées avec leurs propres habitudes.

Ne pas cuisiner

Je ne fais jamais la cuisine pour mes collègues.

Je raconte à tout le monde que je ne sais pas cuisiner, j’en fais des blagues, je brûle tout, je suis incapable d’émincer émietter blanchir cuire ou ciseler. Attention, je ne suis pas non plus une totale profiteuse : pour les occasions où « chacun apporte un truc », je fournis en général soit des boissons, soit un gâteau de boulangerie. Mais cuisiné par moi, jamais.

Continuer la lecture

L’enseignement de l’architecture serait-il réservé aux hommes ? Alerte parité de CFDT-Culture

CFDT-Culture alerte sur la carence de parité dans les jurys de diplôme d’architecture – disons plutôt le monopole mâle qui y règne. Nous reproduisons ici leur article.

Au Comité technique ministériel du 6 juillet étaient présentés un point d’étape sur le protocole d’accord sur l’égalité entre les femmes et les hommes au ministère de la Culture, et le rapport de situation comparée du ministère de la Culture.

À cette occasion, la CFDT-CULTURE a souhaité porter un éclairage sur la composition des jurys des écoles d’architecture.


En préalable, rappelons que les étudiants en architecture de nos écoles sont majoritairement des étudiantes et qu’au moment du recrutement desdits étudiants en première année, toutes les écoles appliquent un principe de discrimination positive en faveur des garçons pour en intégrer un effectif de plus de 30 %.

D’autre part – contrairement à la population étudiante – les enseignants fonctionnaires des écoles d’architecture sont très majoritairement des hommes.

Moins de 30 % des maîtres-assistants sont des femmes et seul 20 % des professeurs sont des femmes.

Aujourd’hui, les résultats des derniers concours pour le recrutement des maîtres-assistants et des professeurs des écoles nationales supérieures d’architecture sont connus (externe, interne et Sauvadet). Aussi, nous voulons attirer votre attention sur le problème récurrent du non-respect de la parité homme-femme dans le corps des enseignants des écoles d’architecture.

Cette absence de parité est flagrante dans le corps des maîtres-assistants, et particulièrement dans les champs disciplinaires que sont la Théorie et pratiques de la conception architecturale et urbaine (TPCAU) et Ville et territoires (VT). Cette situation est encore plus prégnante pour les professeurs car à l’exception de la discipline Sciences humaines et sociales, tous les autres postes pourvus ont été attribués à des hommes !

Continuer la lecture