Portail Emploi CNRS : Fin de l’écriture inclusive… afin d’éviter toute discrimination faisant référence au genre

Rions un peu. Par un courriel daté du 30 septembre 2022, la directrice de la Délégation régionale 16 du CNRS informe les Directions adjointes scientifiques de prévenir les directions d’UMR d’une nouvelle recommandation de la Direction des Ressources humaines.  Academia la reproduit ci-dessous

De : DRH-SSTI <drh.liste.ssti@cnrs.fr>
Envoyé : mercredi 28 septembre 2022 14:53
Objet : Portail Emploi : Fin de l’écriture inclusive

Bonjour,

Pour information, afin d’éviter toute discrimination faisant référence au genre, lors de la rédaction d’une offre d’emploi sur le Portail Emploi et pour une publication effective sur le site de Pôle Emploi, l’écriture inclusive ne doit plus être utilisée.

Cette proscription de l’écriture inclusive fait notamment suite à la note officielle du 1er ministre :

Circulaire du 21 novembre 2017 relative aux règles de féminisation et de rédaction des textes publiés au Journal officiel de la République française – Légifrance (legifrance.gouv.fr)

Cette mesure doit permettre de faciliter le taux de prise en compte de nos offres1 sur le site de Pôle Emploi.

En parallèle de ce message, une information encadrée sera visible directement sur le site du Portail Emploi pour alerter le rédacteur.

Nous vous remercions de faire suivre ce message aux unités de votre délégation.

L’équipe projet du Portail Emploi reste à votre disposition si nécessaire via la liste drh.emploi@listes.cnrs.fr.

Bien cordialement. XX

Près de quarante ans après la féminisation des noms de métier dans la Fonction publique, la fine fleur de la réaction sexiste semble avoir colonisé les plus hautes instances de la recherche publique française, faisant fi à la fois des travaux sur les discriminations publiés en son sein, la législation et la jurisprudence sur les discriminations au travail mais plus simplement encore la circulaire à laquelle il est fait référence2.

https://www.flickr.com/photos/mobilestreetlife/12134731775/in/photolist-juiEZn-6CauU6-AqrC4t-5bvxPf-5y8th-6PjhXq-fJEpTR-7Ur8Ru-c3DByJ-c1bn2q-dvZjHd-6KHQyN-c3DBs1-7ZDiCo-c8hbL9-pDZ86K-rB9b3p-6FmEih-8wwNRU-p9SsJj-6NfiGW-ppkeYC-pEgn4B-pnLf1s-pnKqMt-pnLfW5-JY1J5b-pDZ7bD-rjzUUJ-rjzULs-o8AdHH-c4Gd8y-pnLg49-o8AcoP-o8AaVi-5y8t8-o8A9FK-rjzVd9-cHqvoU-o6vK28-nPjHwE-pnKpgT-o4LFoo-o6P6kp-pDZ8ot-nPktGn-o4LH6w-o6GfwJ-rjGiNr-rB9bzg

Crédit: David Blackwell, 2014

Continuer la lecture

  1. Nous soulignons. []
  2. Edouard Philippe précise : “Suivant la même logique, je vous demande de systématiquement recourir, dans les actes de recrutement et les avis de vacances publiés au Journal officiel, à des formules telles que « le candidat ou la candidate » afin de ne pas marquer de préférence de genre”. []

Les missions Égalité-Université des universités répondent à Frédérique Vidal !

Le flot des critiques ne s’arrête plus pour Frédérique Vidal, suite à sa dénonciation d’un prétendu “islamo-gauchisme” dans nos universités. C’est maintenant au tour de la Conférence permanente des chargé·es de mission Égalité-Diversité de l’enseignement supérieur et de la recherche (CPED) de prendre position en rejetant fermement les accusations de la ministre.

Cette instance, qui regroupe 94 universités, grandes écoles ou COMUE, dénonce d’un même geste, les accusations fausses de la ministre et le terrible manque de moyens dont souffre l’enseignement supérieur et la recherche en France, et en particulier en matière de lutte contre les discriminations et le racisme dans les établissements d’enseignement supérieur.

Cette instance s’engage, en réponse à la ministre, à ne plus transmettre les différentes actions de l’ESR en faveur de la lutte contre les discriminations et le racisme. Ceci est une réponse ferme à la “défiance” maintenant clairement installée envers la ministre et à des “positions politiques démagogiques et dénuées de fondements”.

Nous relayons donc leur communiqué complet et les tweets par lesquels ils ont publicisé celui-ci.

 

Se former pour lutter contre les violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes !

Suite à la vague de témoignages de violences sexuelles dans les IEP, l’association #NousToutes organise un webinaire sur les obligations légales des établissements d’enseignement supérieur en matière de prévention et de protection des victimes de violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes.

C’est ce soir : lundi 15 février, de 20h à 21h30, sur Zoom. 1000 places disponibles. Gratuit.

Pour s’inscrire, cliquez ici.

Inscription ici : https://formdivers.typeform.com/to/urNHcEPp

On compte sur votre participation !

La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh

La fabrique de la loi #20

← Article précédent

Article suivant­ →

Pour établir une note Vigilance égalité au sujet de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) a auditionné jeudi 10 septembre quatre chercheuses et un chercheur. Academia analyse pour vous le contenu de cette table ronde dont se dégage un message univoque :

« Ni la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, ni celle d’une approche du genre dans la recherche, ni l’objectif prioritaire d’attirer les jeunes filles vers les sciences ne sont manifestement pris en compte » dans la LLPR.

Continuer la lecture

Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS

Avant-hier, au courrier Twitter, j’ai reçu la dernière recommandation du Conseil scientifique du CNRS. 

Conseil scientifique du CNRS

Vers la parité dans les manifestations scientifiques

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le président du CNRS Antoine Petit a déclaré : « La place des femmes au sein du CNRS est au cœur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain ! » Pour progresser en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, le Conseil scientifique du CNRS demande que le CNRS, ses laboratoires et ses personnels, ne s’associent qu’aux manifestations scientifiques où les femmes sont présentes à tous les niveaux (comité scientifique, comité d’organisation, conférences invitées), dans une proportion atteignant, ou dépassant celle de la discipline.

Dorothée BERTHOMIEU

Présidente du Conseil scientifique

Texte adopté à l’unanimité le 16 avril 2019

En sont destinataires la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, le P‐DG du CNRS, mais aussi une employée du CNRS – “Présidente” (sic “directrice)  de la mission pour la place des femmes au CNRS et les présidentes de deux associations, l’une bien connue, “Femmes et sciences” et l’autre visiblement sortie toute droite de la cuisse de Jupiter.

Continuer la lecture

Recrutements académiques : les quotas de genre, tremplins pour l’égalité ?

 Une analyse parue dans The Conversation, 17 avril 2019

File 20190416 147487 1pqnety.jpg?ixlib=rb 1.1
Les femmes ont-elle eu plus de chance d’être recrutées lorsque l’on a changé le fonctionnement des comités de sélection ? Shutterstock

Article de Pierre Deschamps, Sciences Po – USPC, paru dans The Conversation, 17 avril 2019) – reproduit avec l’aimable autorisation de son auteur

La sous-représentation des femmes dans le secteur académique est une réalité dans l’ensemble de l’Europe, comme le démontre le rapport SHE 2018 publié par la Commission européenne. Alors qu’elles représentent 47 % des doctorants, elles ne sont que 40 % des professeurs de grade C (équivalent au statut de maître de conférences) et seulement 23 % des professeurs de grade A – équivalent au statut de professeurs des universités).

La France ne fait d’ailleurs pas partie des bons élèves au sein de l’Union européenne (UE) : alors que 42 % des chercheurs en moyenne dans l’UE sont des femmes, cette proportion descend à 35 % en France, derrière l’Allemagne (39 %), l’Italie (41 %) et le Royaume-Uni (45 %).

Cette situation pourrait s’expliquer par la discrimination que subiraient les femmes de la part de leurs collègues masculins, lors de la phase de recrutement. Avec cette hypothèse, il suffirait d’augmenter la proportion de chercheuses dans les comités qui prennent les décisions de promotion et de recrutement pour que les femmes soient mieux représentées dans le monde académique.

C’est chose faite en France depuis le 1er janvier 2015. Désormais les comités de sélection pour les postes de maître de conférences et de professeur des universités doivent être composés d’au moins 40 % d’hommes et 40 % de femmes. Cette réforme a-t-elle amélioré la place des chercheuses ? C’est l’objet de l’étude que nous avons menée à partir des données administratives de 455 comités et 1 548 candidats.

Derrière les statistiques

La proportion moyenne de femmes dans les comités de sélection est passée de 39 % avant la réforme à 47 % après 2015. En cela, l’objectif législatif a été atteint. En outre, il faut prendre en compte le statut des nouvelles entrantes pour s’assurer que l’équilibre au sein des comités de sélection a réellement été modifié. En effet, dans ces comités de recrutement, au moins la moitié des membres doivent être extérieurs à l’université, ce qui limite leur influence sur les décisions du comité. Continuer la lecture

Vices et vertus de la mobilité : débats mathématiques

Academia, carnet consacré aux sciences humaines et sociales (SHS), s’intéresse aujourd’hui au débat lancé par Olivier Garet et Barbara Schapira à la suite de la publication par le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interactions (INSMI) du CNRS, Pascal Auscher, qui précise que “l’objectif de la mission nationale est de maintenir l’école mathématique française au meilleur niveau international. Se pose donc la question de comment faire. Une réponse est la mobilité dans les recrutements”. La réponse de ces deux mathématicien-ne-s mérite que les acteurs des SHS s’y arrêtent. Ils ont aimablement autorisé Academia à le reproduire : nous les en remercions.

La mobilité heureuse*

https://www.flickr.com/photos/maddzakk00/8190818862/in/photolist-dtN65S-23U6TLP-8CCUAM-Yjw11E-fvbUAA-QoziLg-nEAc1s-dL73X3-6iH4vS-Zv3AvU-4VBaTN-28XxCNn-shrxFX-dZ8VJ9-itAyDC-28EaZ62-e4PUJN-95aWhh-25HyWb1-f5byka-cRDnMb-6uH1Ji-8xTuvp-itYr2P-XD5nKK-HeKYuu-dC5a4t-3PuKxJ-nqUtuC-qTfHUM-r529Ld-7S1UHi-bCL6w7-Y63xzT-JJJBB-6xtA7-aXRLSz-bwPtxf-9ZD2cp-23QuUcK-ki19r-qEAs3p-fXoHEG-8A7THS-ao8qFJ-f95kos-SKMs19-5CMLuR-fKq4CL-opSeGF

Train And I was waiting, by Zakk Chaibi, 2012

 

par Olivier Garet et Barbara Schapira

février 2019

*La « maternité heureuse » est l’ancêtre du planning familial

 

Préambule : Nous1 écrivons cette tribune en réaction à un texte de Pascal Auscher, directeur de l’INSMI (Institut de Mathématiques au CNRS). Ce texte, intitulé Position de l’Insmi sur la mobilité au recrutement en Mathématiques2 , a été diffusé dans les laboratoires de mathématiques en janvier 2019.

Le texte de l’INSMI réaffirme avec force sa volonté d’imposer la pratique de la communauté mathématique consistant à promouvoir les MCF et CR en PR et DR uniquement en mobilité, c’est-à-dire dans un autre laboratoire que là où ils exercent au moment de leur promotion. Il y voit un élément important pour la défense des postes en mathématiques.

Ce texte, s’il constitue un simple rappel d’évidences pour certains collègues3 , en a choqué d’autres. Nous souhaitons dans cette tribune nous opposer à ce point de vue, et discuter la notion de mobilité au sein de la communauté mathématique.

La mobilité et le non-recrutement local, de quoi s’agit-il ?

Ne boudons pas notre plaisir de mathématiciennes4 , définissons les termes employés.

Le Larousse propose « Mobilité = changement de lieu de résidence ou d’activité économique ». Dans la vision dominante au sein de la communauté mathématique française, rappelée par l’INSMI, la « mobilité » sous-entend changement de laboratoire lors d’un premier recrutement sur un poste permanent ou lors du passage de rang B à rang A. En particulier, cette « mobilité » suivant l’INSMI n’implique pas forcément de changement de lieu de résidence pour les franciliens5 . D’autre part, cette « mobilité » ne concerne pas les collègues cherchant à changer de laboratoire du fait d’un changement de résidence familiale passé ou futur (mutation pour rapprochement familial).

Continuer la lecture

Une jurisprudence “harcèlement sexuel” qui ne passe pas à l’Université Grenoble Alpes

Lettre ouverte du 28 août 2018

Madame la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation,

Monsieur le Président de l’université Grenoble Alpes,

Comme vous le savez, le CNESER statuant en matière disciplinaire a prononcé une relaxe en faveur de M. Serge Dufoulon, professeur des universités à l’Université Grenoble Alpes (UGA), lors de sa session du 10 juillet dernier. Pour rappel, M. Serge Dufoulon avait été sanctionné par la section disciplinaire du conseil académique de l’UGA le 26 janvier 2017 pour « des comportements et propos (…) incompatibles avec les fonctions d’enseignement » et s’apparentant à du harcèlement sexuel.

Depuis 2016, nous accompagnons une partie des 12 étudiant.e.s qui avaient témoigné lors de la procédure disciplinaire au sein de l’UGA. L’annonce de la décision du CNESER en juillet 2018 nous est alors apparue totalement incompréhensible. Aujourd’hui, nous comprenons que cette décision n’a été possible qu’au prix du non-respect d’un certain nombre de règles de droit :

  • D’abord, la commission d’instruction n’a jamais cherché à entendre les étudiant.e.s ayant témoigné lors de la procédure à l’UGA. Certes, le Code de l’éducation prévoit que cette commission d’instruction « instruit l’affaire par tous les moyens qu’elle juge propres à l’éclairer » (art. R232-37). Il ne fait cependant pas de doute que de ne pas convoquer les témoins à charge est un manquement évident à sa mission d’établissement de la vérité. En conséquence, le travail conduit par la commission d’instruction nous semble partial et de nature à être contesté juridiquement.
  • Ensuite, le deuxième considérant de la décision du CNESER disciplinaire méconnaît le droit, et en particulier le délit de harcèlement sexuel tel que défini à l’article 222-33 du Code pénal. En effet, pour motiver sa décision de relaxe, le CNESER disciplinaire ne conteste pas l’existence de propos et comportements à connotation sexuelle ayant créé une situation intimidante et hostile pour les étudiant.e.s (ce qui définit juridiquement le harcèlement sexuel). Le CNESER disciplinaire considère en revanche qu’il n’y pas lieu de sanctionner Serge Dufoulon en raison du contexte (des enseignements « de la sociologie en lien avec le domaine sexuel ») de ces propos et comportements. En procédant ainsi, le CNESER disciplinaire ignore donc le droit pénal qui ne prévoit aucune exception à la qualification juridique du harcèlement sexuel.
  • De même, le deuxième considérant de la décision du CNESER disciplinaire affirme que « la liberté académique » justifie les propos et comportements. Cette motivation méconnaît là encore le droit : si le Code de l’éducation prévoit, dans son article L.952-2, que les enseignant.e.s-chercheur.e.s « jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche », rien dans les textes ne les autorise à outre-passer la loi ou les obligations auxquelles ils/elles sont soumis.es. Mobiliser la « liberté académique » pour rejeter le caractère dégradant et hostile de propos et comportements à caractère sexuel n’a donc aucun fondement juridique.
  • Enfin, le troisième considérant fait apparaître un problème juridique de cohérence dans les décisions du CNESER disciplinaire. En effet, Serge Dufoulon avait demandé en 2017 un sursis à exécution de la sanction infligée par la section disciplinaire de l’UGA au motif, notamment, que la procédure avait été partiale en raison des conflits dans lesquels Serge Dufoulon serait pris. Le CNESER disciplinaire avait cependant considéré, dans sa décision du 4 juillet 2017, « qu’au vu des pièces du dossier et des explications fournies » rien ne permettait de mettre en cause l’impartialité de la section disciplinaire de l’UGA et avait donc rejeté la demande de sursis à exécution. Pourtant, dans le troisième considérant de sa décision du 10 juillet 2018, le CNESER disciplinaire fonde sa décision de relaxe sur… des doutes quant à l’impartialité de la section disciplinaire en raison des conflits qui existeraient dans l’université ! Ce considérant est donc là aussi contraire au droit : le droit ne confère aucune compétence au CNESER disciplinaire pour rejuger des faits qu’il a déjà jugés !

Au regard de ces différents éléments, la décision du CNESER disciplinaire du 10 juillet 2018 ne nous semble donc pas conforme au droit et nécessite d’être contestée devant le Conseil d’État. Or, comme vous le savez, Madame la ministre de l’ESRI, Monsieur le président de l’UGA, le Code de l’éducation (art. R232-43) prévoit que vous seul.e pouvez former un recours en cassation devant le Conseil d’Etat.

Par ce courrier, nous souhaitons donc connaître vos intentions et vous appeler, si nécessaire, à formuler ce recours dans le délai prévu (c’est-à-dire au plus tard 2 mois après que vous avez reçu la notification de la décision, donc peu de temps après le 10 septembre, puisque la décision date du 10 juillet).

Madame la ministre, vous avez déclaré à plusieurs reprises être attachée à la lutte contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche. Vous avez ici une occasion de montrer qu’il ne s’agissait pas de vains mots et attendons donc que vous formuliez ce recours.

Monsieur le président, la lutte contre les violences sexuelles est un défi majeur pour les responsables d’établissements dans l’enseignement supérieur. Dans un contexte où les victimes sont encore trop peu souvent entendues, ce qui alimente la méfiance envers les établissements, effectuer ce recours enverrait un signal fort à vos personnels et étudiant.e.s.

CLASCHES, Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur
AFS, Association française de sociologie
ASES, Association des sociologues enseignant.e.s du supérieur


Télécharger ce communiqué de presse en PDF

Assemblée nationale: Rapport d’information sur les femmes et les sciences

Le rapport d’information des député-e-s Céline Calvez et Stéphane Viry vient d’être publié: luttons contre les stéréotypes, ne mesuronspas le rattrapage salarial à réaliser.

 

Lien: Rapport d’information n°1016 fait au nom de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, sur les femmes et les sciences, par les députés Céline Calvez et Stéphane Viry, 31 mai 2018.

Ecouter “les chercheuses de demain”

Les vidéos de la demi-journée organisée le 8 mars au siège du CNRS sont en ligne (si vous cliquez ici, vous aurez le PDG du CNRS, et le reste de la demi-journée dans la colonne de droite).

Un mélange intéressant de formats : témoignages de jeunes (où l’on découvre que beaucoup ont des mères chercheuses… mais aussi une gamme variée d’obstacles et quelques manières de les surmonter), de moins jeunes (avec des propositions) et résultats d’études empiriques, notamment sur les post-doctorant.e.s. Je dispose de notes écrites détaillées, vous pouvez m’écrire (mon e-mail est facile à trouver) pour les allergiques à la vidéo. Continuer la lecture

Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

Continuer la lecture

Déclassements en série au CNRS

Dans les universités, les recrutements sont effectués par les comités de sélection puis confirmés, ou pas, par les conseils d’administration : confirmés le plus souvent, mais il y a chaque année quelques déclassements. Un peu de la même façon, au CNRS, les sections du comité national, qui auditionnent les candidat.e.s, ne sont légalement qu’un jury d’admissibilité. Quelques mois après se réunit le jury d’admission (un seul pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, ou SHS), qui comprend des représentant.e.s de certaines des sections et d’autres chercheur.se.s ou enseignant.e.s-chercheur.se.s choisi.e.s par la direction de l’Institut des SHS (InSHS), ainsi que le directeur de l’Institut et la directrice générale déléguée à la science du CNRS (qui siège aussi dans les jurys d’admission en chimie, physique, etc.). La composition du jury de l’InSHS peut être consultée ici, pages 249-250 du document pdf pour les chargé.e.s de recherche (CR), un peu plus loin pour les directeur.trice.s de recherche (DR, avec un seul jury pour tout le CNRS) ; toutefois, nous ne savons pas exactement qui des titulaires et suppléant.e.s a effectivement siégé.

Toujours est-il que le jury d’admission 2017 a opéré des modifications sans précédent par leur nombre et surtout leur ampleur. Les années précédentes, il n’y en avait souvent qu’une ou deux, et qui se bornaient en général à intervertir le dernier nom de la liste principale et le premier de la liste complémentaire. Ce n’est évidemment déjà pas anodin pour les personnes concernées – et cela d’autant plus que trop de comités de sélection universitaires, considérant à tort le classement d’admissibilité comme définitif, s’interdisent d’auditionner pour des postes MCF les personnes classé.e.s en liste principale comme CR.

Nous vous proposons ici un bilan factuel des déclassements que nous avons pu constater (signalez-nous si nous en avons oublié ; le détail nominatif des résultats est ici). Nous ajoutons en italiques des esquisses d’interprétations qui ne sont pas encore parfaitement recoupées ou ne reposent pas encore sur des éléments publics, mais qui nous paraissent solides, et des commentaires reposant sur des éléments factuels précis. Les informations complémentaires sont évidemment les bienvenues : n’hésitez pas à utiliser les commentaires ou nous écrire (adresses sur la page de contact).

Continuer la lecture

Alerte parité: section 39 du CNRS

#ParitéCNRS. On nous signale les choix faits par le jury d’admission parmi les candidats admissibles de la section 39.

En directions de recherche, la femme classée en 4e position est déclassée. Ce qui fait 4 hommes sur 4 postes.

“Les femmes sont de moins en moins nombreuses au fur et à mesure que l’on progresse dans la hiérarchie, mettant en évidence l’effet du plafond de verre. Ainsi elle représentent un quart des directeurs/trices de recherche (27,1%).” Source :« La parité dans les métiers du CNRS 2013 », paru en décembre 2014, dont les contenus sont consultables de manière interactive via l’URL : http://bilansocial.dsi.cnrs.fr/ rubrique Parité

En chargé de recherche 1e classe, la femme classée n°1 est déclassée sur liste complémentaire. Ce qui fait 1 homme sur 1 poste.

Heureusement, l’homme et les 2 femmes classées sur les poste de CR2 mis au concours voient leur classement en liste principale confirmée, le plafond de verre reste intact.

Continuer la lecture

Alerte parité *philo* à Nantes: 5 auditionnés, 5 hommes

Suite à la publication de la liste des candidats auditionnés pour un poste de philosophie contemporaine à l’Université de Nantes, le collectif PhilosopheEs tient à exprimer son étonnement. Dans un département déjà très majoritairement masculin, les candidats auditionnés sont tous des hommes. Faut-il penser que les femmes, nombreuses parmi les 144 candidats, comme récemment au CNRS (concours 2017 de la section 35), ont toutes été incapables de remplir les critères de recrutement ?
Nous appelons les comités à se montrer attentifs à la question de la parité et à faire tout leur possible pour dépasser les biais cognitifs empêchant une juste appréciation des dossiers.
Le collectif PhilosopheEs
 
#ParitePhilo 
#PariteCNU

Alerte parité – concours CNRS 35

Citation

Journée d’études “Les femmes philosophes” – Aix-Marseille Université – 30 mars 2015

A la demande du collectif PhilospheEs, Academia publie le texte qui suit.

Le CNRS proposait cette année 5 postes de chercheurs en philosophie, littérature et sciences de l’art. À l’issue des auditions, les résultats d’admissibilité viennent d’être rendus publics : les 5 candidats classés en liste principale sont des hommes, choisis à partir d’un vivier de 224 candidat-e-s composé de 46% de femmes. 5 postes, 5 hommes.  

Parmi les sciences humaines et sociales, la philosophie a longtemps détenu le triste record du privilège masculin. Ces dernières années, nous constations que cette tendance s’inversait : le ratio femme-homme dans les recrutements se rapprochait des proportions rencontrées dans les candidatures, tant au CNRS (chargé-e-s de recherche) que dans les universités (maître-sse-s de conférences). Soulignons, en outre, qu’au CNRS la section 35 du Comité national, chargée du recrutement, comprend aussi les sciences philologiques et les sciences de l’art, où la présence féminine est traditionnellement plus élevée qu’en philosophie.

Continuer la lecture