Deux salles, une ambiance : l’enseignement supérieur sur France Inter

Les médias semblent avoir bien compris que le projet de loi Recherche faisait l’objet d’une forte opposition. À l’exception du Figaro, plus aucun article de presse qui n’assortisse les annonces du gouvernement à la mise en scène des virulentes critiques qui lui sont opposées, à l’instar du dernier article d’Ouest-France.  Sur la première radio de France, les critiques sont allées un cran plus loin.

6h20.  Marie Sonnette, maîtresse de conférence en sociologie à l’université d’Angers et membre du comité de mobilisation Fac et labos en lutte est l’invitée de Mathilde Munos.

8h55. Nicole Ferroni, humoriste marseillaise

Parcoursup 2020  : 4 lycéen∙nes sur 10 n’ont eu aucune proposition

En 2019, 27% des lycéen∙nes n’avaient eu aucune proposition ; en 2020, ielles sont 41%1, soit 100 000 candidat·es de plus.

Pensée à elles et à eux :  aucun·e n’a mérité un tel stress et une telle incurie.

Souce: Ministère, 21 mai é020

  1. Julien Gossa précise 41% des lycéens, 51% des autres candidat·es. []

Parcoursup : archéologie des « algorithmes locaux » et de leur dissimulation

« L’existence des algorithmes locaux est indéniable,
contrairement à ce que soutient la ministre
qui s’obstine à nier cette évidence »,
Jacques Grosperrin, Commission de la culture, Sénat

Le 3 avril 2020, le Conseil constitutionnel, saisi par une question prioritaire de constitutionnalité par l’UNEF, donne droit à la demande de rendre public les algorithmes locaux1 contre l’avis de la Ministre qui en déniait même la réalité2. Cette décision est connue après un combat acharné de quelques acteurs et actrices pour faire valoir les inégalités accrues du dispositif Parcoursup. 

Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-seine, un des meilleurs connaisseurs du dossier Parcoursup, complexe, technique et éminemment politique, nous a confié sa chronique de la discussion des « algorithmes locaux » qui ont précédé leur reconnaissance officielle par le Conseil constitutionnel ce jour. Academia l’en remercie vivement.

https://twitter.com/sluniversite/status/1246122695504379904?s=20

Sauvons l’Université, 3 avril 2020

8 mars 2018. La loi ORE

La loi n° 2018-166 du 8 mars 2018 relative à l’orientation et à la réussite des étudiants a introduit dans l’article L. 612-3 du code de l’éducation cette disposition :

« Afin de garantir la nécessaire protection du secret des délibérations des équipes pédagogiques chargées de l’examen des candidatures présentées dans le cadre de la procédure nationale de préinscription prévue au même deuxième alinéa, les obligations résultant des articles L. 311-3-1 et L. 312-1-3 du code des relations entre le public et l’administration sont réputées satisfaites dès lors que les candidats sont informés de la possibilité d’obtenir, s’ils en font la demande, la communication des informations relatives aux critères et modalités d’examen de leurs candidatures ainsi que des motifs pédagogiques qui justifient la décision prise ».

Cette disposition, dérogatoire au principe de la communication des documents administratifs, a été introduite par le biais d’un amendement (n° 204), déposé en séance par le Gouvernement, au Sénat, le 7 février 2018. La ministre le justifiait ainsi :

« Cet amendement a pour objet de garantir la protection du secret des délibérations des équipes pédagogiques, conformément au principe posé par le Conseil d’État, tout en permettant la communication aux étudiants qui le demanderont des raisons pour lesquelles on leur propose de suivre une formation ne correspondant pas à leur souhait initial, ce qui pourra se produire s’ils n’ont demandé que des filières sélectives ou sous tension ».

Lors de la discussion, la ministre a précisé ses intentions :

« La publication des algorithmes est inscrite dans la loi : ce n’est pas le sujet ici. Cet amendement vise simplement à permettre à un candidat d’obtenir communication, dans le cadre d’une démarche individuelle, des raisons de la décision le concernant, tout en préservant le secret des délibérations des équipes pédagogiques, que le Conseil d’État a consacré il y a deux ans ».

« Parmi ces algorithmes, on trouve aussi ce qu’on appelle des outils d’aide à la décision, qui vont permettre aux établissements d’appliquer des critères plus ou moins spécifiques. Ces outils d’aide à la décision existaient déjà dans APB ; ils étaient notamment utilisés pour les admissions en classes préparatoires, en STS ou en IUT. Je signale au passage que les équipes pédagogiques de ces établissements reçoivent environ 30 000 dossiers en moyenne et savent parfaitement les gérer, en particulier grâce à ces outils d’aide à la décision. Par ailleurs, il pourra effectivement exister d’autres outils d’aide à la décision spécifiques à un établissement ou à une formation, définis à l’échelon local. Les critères utilisés devront être connus, y compris pour les outils de type fichier Excel ».

 

22 mars 2018. Décision de la CNIL sur le projet d’arrêté autorisant Parcoursup

Dans sa délibération n° 2018-119 du 22 mars 2018, la CNIL observe que le dispositif mis en place par la loi ORE est dérogatoire par rapport au principe général de la communication des documents administratifs. Elle explique pourquoi les algorithmes locaux vont être mis en œuvre par les établissements secondaires : Continuer la lecture

  1. Conseil constitutionnel, « Décision no 2020-834 QPC : Union nationale des étudiants de France [Communicabilité et publicité des algorithmes mis en œuvre par les établissements d’enseignement supérieur pour l’examen des demandes d’inscription en premier cycle  »],
  2. Camille Stromboni, « Parcoursup : le Conseil constitutionnel tranche en faveur de la transparence sur les critères de sélection », Le Monde.fr,‎, consulté le 3 avril 2020 []

« J’arrête car nous crevons de ne pas arrêter » : grève pédagogique et administrative à Paris-3

Entrée du site Censier

Monsieur le Président,
Monsieur le Président du Conseil Académique, cher Laurent,
Madame la Vice-Présidente à la CFVU, chère Sandrine,
Cher Jamil, chère Kira,Cher
Laurent, chère Barbara,
Chers et chères collègues du département CAV,

A la suite de l’intervention policière de cette nuit sur le site de Censier de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, je me déclare en grève administrative et pédagogique illimitée.

Je n’assure donc plus dès à présent mes charges administratives (direction du master CAV) et pédagogiques (organisation du partiel de 257 inscrits en V4MA03 et suivi des 14 étudiants de master sous direction, organisation des sessions de rattrapage). Je me concentre dès lors sur mes activités de recherche totalement interrompues depuis 4 ans, c’est-à-dire depuis ma prise de fonction à la tête du master CAV (cf. CV en ligne à jour).

À cet instant, je ne réponds ni aux mails, ni au téléphone, je n’organise pas la session de recrutement 2018-2019 en master CAV (eCandidat et Campus France), je n’organise pas le calendrier de soutenance des M2 (1ère session) et M1 (session unique), j’arrête la poursuite du travail sur les maquettes 2019-2023, je ne convoque pas le conseil de perfectionnement 2018, je ne convoque pas les jurys d’examen de master dont j’assure la présidence, je ne communique pas à l’école doctorale le classement des étudiants de M2 en vue de l’obtention d’une allocation de recherche. Enfin, je ne participerai de quelque manière que ce soit à la sélection des étudiants de L1 pour la rentrée 2018-2019 dans notre département.

J’arrête car nous crevons de ne pas arrêter.

Continuer la lecture

Sexe, mensonges et sélection : à propos de la mobilisation d’avril 2018

Banderole à l’EHESS Marseille, 21 avril 2018

Voici plusieurs mois que les universités se mobilisent : d’abord à Toulouse, autour d’un conflit autour de l’intégration en COMUE, puis progressivement dans de nombreuses Universités, de Brest à Strasbourg, de Lille à Aix-Marseille (cf. carte des facultés mobilisées publiée dans le journal Libération). À Paris-1, le centre Tolbiac a été investi pendant plusieurs semaines par la Commune libre de Tolbiac; lieu où pouvait trouver « la violence, la drogue, le sexe même (sic) », pour reprendre les mots curieux de son président George Haddad, le centre Tolbiac a focalisé focalisé l’attention des médias jusqu’à son occupation policière le 20 avril. Aux côtés des étudiant-e-s pour dénoncer le recours aux CRS dans certaines universités, les enseignants-chercheurs ne sont pas en reste ; ils/elles participent aux AG, contribuent aux enseignements hors les murs. Plus souvent, ils font connaître leur refus de compenser par leur travail les défaillances du logiciel « Parcoursup » ou d’être la cible d’attaques du gouvernement sur leur responsabilité dans « l’échec »étudiant, catégorie ignominieuse, qui ne représenterait pas la réalité de l’expérience étudiante et qui recouvrirait plutôt de nombreuses réorientations.

De fait, les enseignants-chercheurs ne cachent pas leur agacement d’entendre la ministre Vidal ne cesser de répéter sur les plateaux de radio et de télévision qu’il n’y aura pas de sélection des étudiants, ni « tirage au sort », jugé « injuste », et que la loi ORE vise à la réussite des étudiants. Le tirage au sort, utilisé l’an passé, n’avait concerné pourtant que 9 726 candidat.e.s, soit moins de 0,4% des bacheliers de l’année et 1,1% des inscrit.e.s sur APB (source : Corine Eyraud).Le tirage au sort a ainsi représenté une solution ponctuelle alors que la cohorte du baby-boom des années 2000 dépassaient les capacités de l’enseignement supérieur, sous doté.

Continuer la lecture