Liberté d’expression du fonctionnaire : lettres à Jean-Michel Blanquer, ministre

Academia republie la correspondance de Sebastian Nowenstein avec le Ministère de l’Éducation nationale. Courageusement, cet enseignant met en évidence les intimidations subies par les fonctionnaires, pourtant doté‚es de liberté d’expression. Ces échanges, consultables sur son blog ou sur ses pages Club de Mediapart, nous apparaissent comme un outil de formation à la défense de l’exercice de ce droit fondamendal. Elles montrent, surtout, que face à une réponse déterminée et argumentée, les intimidations restent souvent sans suite.

Alors que Pap Ndiaye vient de prendre ses fonctions de Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse — lui qui dans sa mission de directeur du Musée de l’histoire de l’immigration n’a pas semblé soucieux de protection des libertés syndicales ou de protection des agent·es de la fonction publique — il est important de défendre notre liberté d’expression en l’exerçant.

https://twitter.com/marephilo/status/1477259205639905281?s=20&t=hmBSglaxcyX1EVmDtsgvRA

Lever de soleil. Crédit: @marephilo, 1er janvier 2022


Lettres adressées au ministre Blanquer par la voie hiérarchique et restées sans réponse.

A Lille, le 15 février 2022.

Monsieur le Ministre,

s/c du chef d’établissement,

Peu de temps après votre arrivée aux affaires, je recevais un recommandé du Recteur de mon Académie. Il y affirmait que les écrits que je publiais dans mon blog contrevenaient à mon devoir de réserve et à mon obligation de neutralité.

Suite à ma réponse, consultable ici, j’ai été invité à me rendre au Rectorat, où, lors d’une réunion en présence du doyen des inspecteurs et de deux autres hauts responsables de l’académie, les allégations du Recteur ont été examinées.

J’ai exprimé ma perplexité devant le manque de précision des reproches que l’on m’adressait et ai défendu la position que mes écrits s’inscrivaient dans le cadre de la liberté d’expression que la loi garantit au fonctionnaire.

Je ne pense pas avoir convaincu mes interlocuteurs, mais j’ai poursuivi mes publications et aucune procédure disciplinaire n’a été entamée à mon endroit.

Par son inaction, l’administration a reconnu le bien-fondé de ma position.

Continuer la lecture