9 mai 2024. 181 campus soutiennent Gaza de par le monde

https://twitter.com/thrasherxy/status/1788439582494576701/photo/1

Il y a désormais 181 campus qui soutiennent Gaza dans le monde,, sur chacun des continents, à l’exception de l’Antartique, où la station scientifique de McMurdo a rejoint le mouvement néanmoins).
https://students4gaza.directory

Occupation de l’ENS Lyon. “Commettre un génocide est un crime, résister est un droit!”

Commettre un génocide est un crime, résister est un droit !

Dans la continuité de la mobilisation de jeudi dernier à Sciences po Lyon, le mouvement étudiant lyonnais engagé pour une paix durable a décidé, en ce lundi 6 mai 2024, d’occuper en partie l’ENS de Lyon. Nos revendications sont les mêmes :

Continuer la lecture

“Avec la suspension de la professeure Shalhoub-Kevorkian, le monde universitaire israélien sombre dans l’abîme”

L’Université hébraïque de Jérusalem a décidé de suspendre les activités d’enseignement de professeure Nadera Shalhoub-Kevorkian, chercheuse palestinienne-israélienne, à cause de ses déclarations au sujet de la guerre à Gaza. La suspension a été décidé sans l’entendre et donc, sa respecter les droits à une procédure juste et équitable. La déclaration de l’Association des universitaires israéliennes Académie pour l’égalité (אקדמיה לשוויון) existe en anglais et en français. Nous la reproduisons ci-dessous pour manifester notre soutien à Prof. Shalhoub-Kevorkian ainsi qu’aux collègues israëlien·nes et palestinien·nes menacé·es. 

Prof. Shalhoub-Kevorkian

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle.

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle. Outre la violence extrême exercée par l’armée israélienne sur la population civile de la bande de Gaza, d’autres branches de l’État tentent de détruire la société civile critique en Israël et de réduire au silence les voix des intellectuels opposés à la guerre et à d’autres politiques israéliennes, en particulier celles de citoyens palestiniens de l’État. Continuer la lecture

Liberté académique en Allemagne: Déclaration de l’Association allemande d’anthropologie sociale et culturelle (GASCA)

Stellungnahme des Vorstands zur Wissenschaftsfreiheit in Deutschland

12 février 2024

En tant que comité exécutif de la Société allemande d’anthropologie sociale et culturelle (GASCA), nous souhaitons vous faire part de notre profonde inquiétude quant au fait que les chercheur·es travaillant en Allemagne voient leurs droits fondamentaux à la liberté académique et à la liberté d’expression de plus en plus restreints. La recherche et les échanges universitaires internationaux risquent d’être compromis si des chercheur·ses renommé·es qui travaillent à l’échelle internationale et qui viennent en Allemagne avec leurs engagements et des convictions politiques sont empêché·s de poursuivre librement leurs travaux ou de faire des déclarations publiques en Allemagne.

Nous insistons sur la nécessité absolue de combattre l’antisémitisme, le racisme et l’islamophobie en Allemagne et dans le monde. Toutefois, cet objectif ne peut être atteint par la surveillance des universitaires, de leur travail universitaire ou des déclarations qu’iels font en tant que personnes privées, comme cela a été porté à notre attention dans plusieurs cas en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Nous sommes préoccupé·es par le fait que des universitaires, en particulier celleux qui viennent en Allemagne de contextes où les discussions politiques sont menées différemment, et/ou celleux qui ont un emploi non-permanent, doivent craindre pour leur réputation ou se sentent limité·es dans leur liberté d’expression lorsqu’iels commentent le conflit israélo-palestinien. Les différends relatifs à ce conflit ne peuvent être compris exclusivement au prisme des théories critiques de l’antisémitisme. Il est nécessaire et légitime de prendre en compte les dimensions historiques, politiques, religieuses, culturelles, économiques, ethniques et nationalistes du conflit. La marginalisation des universitaires qui exercent leur liberté académique et leur liberté d’opinion, telles qu’elles sont inscrites dans la loi fondamentale allemande, ne doit pas devenir le véhicule par lequel les débats sont façonnés dans ce pays ; au contraire, ces actes de marginalisation empêchent les débats nécessaires.

Continuer la lecture

Libertés universitaires en danger. Une conférence sur le droit international en Palestine interdite par l’Université Lyon 2

Le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon a fait parvenir à la rédaction d’Académia l’article ci-dessous, suite à la double interdiction – l’une décidée par la présidente de l’université Lyon 2, l’autre par la préfète du Rhône – de la conférence que ce syndicat entendait organiser avec le collectif Palestine69 dans les locaux de l’université, puis à la Bourse du travail.

Outre les enjeux importants en termes de libertés universitaires que le communiqué retranscrit bien, on notera la formule particulièrement inquiétante pour la liberté d’expression employée par la préfète dans son arrêté, pour qui “la conférence ‘Gaza. Crimes de guerre, crimes contre l’humanité, génocide ? Israël au tribunal !’ organisée le 1er février 2024 à la Bourse du Travail à Lyon 03 constitue, par son objet même, un trouble à l’ordre public“.

Le 1er février 2024, le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon et le collectif Palestine69 organisaient une conférence visant à informer la communauté universitaire de Lyon sur les décisions juridictionnelles rendues en droit international concernant la situation actuelle en Palestine. Celle-ci devait se tenir à l’Université Lumière – Lyon 2. Cette conférence devait être animée par Maitre Gilles Devers, avocat au barreau de Lyon et spécialiste du droit international, qui a déposé la plainte contre Israël pour génocide et crimes de guerre devant la Cour Pénale Internationale avec plus de 500 avocat-es.

Malgré de nombreux échanges entre le syndicat et l’Université en amont de la conférence, cette dernière a été annulée par la présidence le 30 janvier dernier « pour des raisons de sécurité ».

Cette annulation, en réalité une interdiction, a été faite à la demande de la préfecture, suite à une campagne de dénigrement menée par le CRIF, d’interventions du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rassemblement national de la jeunesse (RNJ) du Rhône. 

A l’heure où la Cour Internationale de Justice, devant un risque sérieux de crime de génocide, demande à l’État d’Israël de « suspendre immédiatement ses opérations militaires à et contre Gaza », cette interdiction est une nouvelle atteinte aux libertés universitaires. Qu’une université cède au chantage de personnalités politiques et de la préfecture est très préoccupant.

Les universités sont des lieux de production de savoirs et doivent demeurer des lieux de libre expression sur tous les sujets, y compris la situation au Proche-Orient. Il ne revient ni aux élu-es politiques, ni à l’autorité préfectorale de définir, directement ou par le biais d’interdictions, ce qui peut ou non être débattu, exposé ou enseigné, dans le respect de la loi, dans les enceintes universitaires ou par les universitaires.

Ces pressions ne sont pas nouvelles, l’offensive de Laurent Wauquiez qui affirme que «  le maintien de cette conférence dans l’enceinte de votre établissement aurait tout d’une provocation » s’inscrit dans une longue lignée d’attaques des libertés universitaires de la part du président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, telles que la suspension des financements de l’IEP Grenoble en 2021, et n’est pas sans rappeler la campagne contre « l’islamo-gauchisme » de Frédérique Vidal. 

Aujourd’hui, ce sont les libertés d’expression sur la Palestine qui sont le fruit de nombreuses attaques (lire notamment le manifeste du Comité pour la liberté d’expression scientifique et d’action de solidarité académique avec la Palestine), mais ce ne sont ni les premières ni les dernières, en réalité, c’est l’indépendance même de l’Université qui est attaquée.

C’est pourquoi nous avons décidé de contester la décision au tribunal administratif en déposant un référé auprès du Tribunal administratif de Lyon le 30 janvier 2024.

Continuer la lecture

#StrikeForGaza. Actions universitaires pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

et la solidarité avec la Palestine

#الإضراب_الشامل

Voici une première liste des soutiens universitaires pour un cessez-le-feu à Gaza et à la Palestine. Pour compléter la liste, c’est ici.

Pour télécharger le Manuel des gestes de soutien à la Palestine (Toolkit 3.0 en anglais)

Déclarations et lettres émanant d’associations

Continuer la lecture

Universités de Gaza sous les bombes

Les 11 établissements d’enseignement supérieur de Gaza ont été bombardés. Dernière en date : l’University in Al-Mughraqa in Gaza a été touchée le dimanche 5 octobre 2023, selon Birzeit University.