Les universités, l’enseignement à distance et le Covid-19 (1/2)

  • par David Soldini, Université de Paris-1 Panthéon Sorbonne

Seconde partie

Alors que nos universités vivent depuis quelques semaines un des psychodrames dont elles ont malheureusement l’habitude au sujet des modalités d’examen ou de contrôle des connaissances à appliquer cette année, il peut être utile de prendre le temps de réfléchir quelques instants à la situation inédite à laquelle les universitaires sont confrontés et, surtout, à la manière dont cette crise va modifier, en profondeur, les métiers universitaires et l’université toute entière.

En premier lieu, il faut remarquer et apprécier une véritable révolution spirituelle chez bon nombre de collègues, hier réticents et même hostiles à l’idée d’enseigner en ligne, de se faire enregistrer et diffuser, et qui semblent s’être convertis très rapidement à ces nouvelles méthodes, au point d’exiger, aux quatre coins de la France, l’organisation d’examens en ligne afin de sanctionner les cours en ligne ! Alors qu’il y a quelques semaines, beaucoup refusaient catégoriquement de se laisser filmer en cours, considérant qu’il s’agissait d’une insupportable atteinte à leur liberté de parole ou d’enseignement, ils défendent aujourd’hui avec véhémence la conversion de l’université au tout numérique, examen compris, ce qui n’a pourtant jamais été envisagé même par les plus numériques d’entre nous. Étonnant revirement. Bien sûr, il convient d’interpréter ce nouvel amour pour ce qu’il est, c’est-à-dire un simple flirt passager lié aux circonstances particulières du confinement et la manifestation d’une addiction à l’examen et à la sélection qui frappe beaucoup d’universitaires.

Toutefois, pour quelqu’un qui s’est battu presque dix ans pour développer la politique de pédagogie numérique de son université, cela reste un phénomène plaisant à observer. Naturellement, comme souvent, les nouveaux convertis se montrent imprudents, excessifs et bien trop zélés. Leur amour naissant les fait oublier bien des enjeux, comme la protection de la vie privée ou le nécessaire respect de l’égalité entre étudiant∙es. Il convient, maintenant qu’ils ont la foi, de les faire réfléchir sur l’outil hier haï et aujourd’hui vénéré. Il y a urgence car si la conversion totale au numérique est une vue de l’esprit confiné, la réflexion sur ces outils désormais popularisés mais toujours méconnus doit désormais s’envisager dans une perspective de profonde rénovation de l’université que la crise sanitaire a complètement bouleversé au point de rendre un retour à la situation antérieure difficilement envisageable.

Des limites de l’enseignement numérique

Une des premières choses qu’il convient de rappeler est le fait que l’équation « cours présentiel = cours à distance » n’a jamais été vraie. Il y a une différence de nature entre les deux et il faut davantage envisager leur complémentarité plutôt que de les croire substituables. D’ailleurs, il ne s’agit pas d’établir une hiérarchie entre ces deux formes d’enseignement ! Dans certains cas, l’enseignement à distance se montre plus efficace que l’enseignement présentiel : il permet aux étudiant∙es de travailler en fonction de leur propre emploi du temps, ils peuvent revoir les interventions enregistrées, les utiliser pour apprendre puis réviser, poser leurs questions au milieu de la nuit ou en plein dimanche avec l’espoir de recevoir une réponse, rarement immédiate mais dans un délai raisonnable.

https://www.flickr.com/photos/papaye_verte/35258650332/in/photolist-VHFNmm-8QJjqr-679du5-E1zvH-679dvG-2hkbCw7-JT1dGi-VP5JMV-FcWDfS-5gTgDG-dTYQPB-vK99kT-2gstSNF-fFre5n-h86HjE-nMnr7v-71QQ2b-gh9QWi-2ifqXGT-5wWCrL-3hiDnG-M4BRAE-2gMWDxF-bE9Kxt-5uHh7T-D51cjR-9sqphB-8ZJqvF-23a3Mkb-5vF2Ej-5vF2Eu-9o9iTG-29p8Yyw-Ms1JUJ-9qKWAH-Ufn51W-ATkgdq-JmDaSB-9Gtayq-MtW5mY-JmD9SR-Nk3yeR-4zwcc4-mVwru-qs7zsv-J8Ne53-eYr6S2-3GgeU-dSo3JW-5gNVvX

Student, University of Toroton, 2017

Continuer la lecture

Bons baisers de Marseille

Faire comme si de rien n’était, vraiment ? À propos de la « continuité pédagogique » en période de confinement.

Samedi, alors que le premier Ministre annonçait le confinement, sans annuler les élections, j’ai reçu un énième message sur les « cours en distanciel ». Émanant d’une collègue que j’aime beaucoup, il indiquait qu’elle allait faire ses cours en ligne de telle façon, mais pas de telle autre. La notice venait après des dizaines d’autres, sur Twitter et sur des listes professionnelles, où on continuait à voir circuler des appels à contributions pour des colloques, des appels à projet et bien sûr des trucs et astuces  pour faire des cours. Sur mes propres listes insitutionnelles, une fièvre s’était emparée de mes collègues dès mercredi pour savoir quels étaient les meilleurs outils, libres ou non, pour faire des séminaires à distance. Était-ce la douceur d’un soir marseillais ? Je me suis demandée comment les Marseillais·es avaient vécu l’épidémie de 1720 — du moins celles et ceux qui n’avaient pas fui1.

Vue de l’hôtel de ville pendant le peste de 1720, de Michel Serres, 1721 (Musée des Beaux-Arts, Marseille)

Ces enseignant•es qui veulent continuer à enseigner envers et contre tout, auraient-il/elles fait la même chose pendant la peste de 1720 ou l’épidémie de choléra de 1832 ?

Non. Parce que le numérique n’existait pas, me direz-vous.

Continuer la lecture

  1. Sur l’expérience de la peste et la transformation des institutions de police et de justice, voir la thèse de Fleur Beauvieux, Expériences ordinaires de la peste. La société marseillaise en temps d’épidémie (1720-1724) (EHESS, 2017), à paraître chez David Gaussen éditeur en 2020. []

LibGen et Sci-Hub, what and how ?

https://www.flickr.com/photos/urskamerc/4673479488/

Urška Merc, Library, 2010

Library Genesis et Sci-Hub sont deux projets, certes illégaux, mais utiles, visant à mettre à disposition de tous un grand corpus de littérature scientifique. Le second recense des articles de recherche, le premier des livres, et s’est étendu à des thèmes plus vastes (fiction, bande dessinée, manuels…). Les pages Library Genesis et Sci-Hub de Wikipedia expliquent en détail ce dont il s’agit, ainsi que l’histoire de ces projets:

Puisque ces sites ne respectent pas la législation sur le droit d’auteur, des éditeurs scientifiques (Elsevier et Springer en tête) ont obtenu de la justice française que ces sites soient bloqués par les fournisseurs d’accès Internet (Orange, Free, Bouygues…).

La méthode choisie est un blocage DNS — c’est-à-dire qu’ils ont retiré ces entrées de leurs serveurs DNS. Rappelons juste qu’un serveur DNS est une espèce d’annuaire qui transforme une adresse littérale (du genre academia.hypotheses.org en une adresse IP numérique telle 134.158.39.133).

Il y a plusieurs méthodes pour contourner ce blocage.

1. Utiliser un autre serveur DNS.

Ceux proposés par Google sont très connus et faciles a retenir, mais on peut vouloir diminuer sa dépendance à ce géant, ni lui fournir la liste de toutes nos requêtes réseaux — nous ne savons pas ce qu’il en fera, mais lui sait ce qu’il pourrait en faire.
Il faut ensuite modifier vos préférences réseaux pour le mettre en place.

Une recherche sur « open dns server » va vous en proposer plein.

C’est une solution efficace, surtout si, confinés chez vous, vous n’avez qu’une seule config réseau.

2. Connaître par cœur l’adresse IP (numérique) de ces sites

Plus prudent, car ces adresses ont tendance à changer : savoir les retrouver, par exemple grâce aux pages de Wikipedia ou au compte Twitter @scihub_love.
Il est aussi possible d’utiliser un site comme nslookup qui est une espèce de « serveur DNS manuel ».

https://www.flickr.com/photos/morebyless/9423385629/

Numbers, by morebyless, 2012

3. Configurer son navigateur

L’intérêt de de ne pas avoir à changer sa configuration réseau mais de laisser le navigateur s’en charger.

Avec Firefox, l’option DnsOverHttps le conduit à demander à d’autres serveurs de lui fournir les adresses IP correspondant à une adresse texte. Pas mal de sites web expliquent comment activer cette option, cette explication dans Zdnet m’a semblé assez claire.

Le navigateur Opera offre un VPN (virtual private network) qui, si je comprends bien, revient plus ou moins à cela.

4. Utiliser Tor

Tor ressemble de l’extérieur à un navigateur en mode de navigation privé, mais le fonctionnement interne est plus compliqué, de sorte que les sites ne puissent pas retracer l’origine de la requête, laquelle passe par tellement d’endroits que le blocage initial est inopérant.

https://www.flickr.com/photos/steelex709legocreations/40676079054/

Thors, by Kaiju Dan, 2018

5. Et sur un téléphone portable (en 4G) ?

Je ne sais pas mettre en œuvre l’option 1.
Les options 2 (connaître l’adresse IP) et 4 (Tor) sont transparentes.
L’option 3 (DnsOverHttps) est un peu plus compliquée à mettre en place parce que la page de paramétrage de la version Android de Firefox est moins conviviale.

Il paraît aussi que des applications comme Intra ou nextDNS font ça automatiquement, très simplement.

6. Et pour une solution légale ?

https://www.flickr.com/photos/26762414@N02/2532105138/

Young lawyers or law students standing together; isolated on white (c) Darren J. Sylvester, 2008

De nombreuses institutions académiques ont souscrit des abonnements à des portails de littérature scientifique. L’accès est contrôlé par l’origine des requêtes Internet : si vous êtes depuis votre bureau, cela marche de façon transparente.

Grâce au système de proxy, vous pouvez faire croire aux sites que vous êtes au travail. Par exemple, l’extension EzProxy, disponible pour Chrome ou Firefox (à ne pas confondre avec ce que propose l’entreprise privée du même nom) est préconfigurée pour vous permettre, en cliquant simplement sur l’icone de la toque universitaire puis en utilisant vos identifiants usuels d’ENT, d’accéder à ces sites. À l’installation, il faut juste sélectionner votre institution parmi les préférences de l’extension (à ce jour, l’extension en recense 591 ! dont 27 en France,  si votre institution est absente, prenez contact avec le service informatique afin qu’ils s’ajoutent à la liste).

Le logiciel Zotero a également une extension pour navigateur capable de reconnaître ces proxys.

Bonnes lectures !