Bons baisers de Marseille

Faire comme si de rien n’était, vraiment ? À propos de la « continuité pédagogique » en période de confinement.

Samedi, alors que le premier Ministre annonçait le confinement, sans annuler les élections, j’ai reçu un énième message sur les « cours en distanciel ». Émanant d’une collègue que j’aime beaucoup, il indiquait qu’elle allait faire ses cours en ligne de telle façon, mais pas de telle autre. La notice venait après des dizaines d’autres, sur Twitter et sur des listes professionnelles, où on continuait à voir circuler des appels à contributions pour des colloques, des appels à projet et bien sûr des trucs et astuces  pour faire des cours. Sur mes propres listes insitutionnelles, une fièvre s’était emparée de mes collègues dès mercredi pour savoir quels étaient les meilleurs outils, libres ou non, pour faire des séminaires à distance. Était-ce la douceur d’un soir marseillais ? Je me suis demandée comment les Marseillais·es avaient vécu l’épidémie de 1720 — du moins celles et ceux qui n’avaient pas fui1.

Vue de l’hôtel de ville pendant le peste de 1720, de Michel Serres, 1721 (Musée des Beaux-Arts, Marseille)

Ces enseignant•es qui veulent continuer à enseigner envers et contre tout, auraient-il/elles fait la même chose pendant la peste de 1720 ou l’épidémie de choléra de 1832 ?

Non. Parce que le numérique n’existait pas, me direz-vous.

Continuer la lecture

  1. Sur l’expérience de la peste et la transformation des institutions de police et de justice, voir la thèse de Fleur Beauvieux, Expériences ordinaires de la peste. La société marseillaise en temps d’épidémie (1720-1724) (EHESS, 2017), à paraître chez David Gaussen éditeur en 2020. []

À propos des outils de travail numériques : conseils d’Antonio Casilli

Reçu sur tlm, le 15 mars 2020 à 16h20

En France, le ministère de l’Éducation nationale et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche fournissent le service de visioconférence HD RENAvisio qui représente une alternative à Zoom (voir le tableau ci-dessous) : https://services.renater.fr/renavisio/index

De surcroit, l’association française Framasoft (depuis des années engagée dans l’éducation populaire, les logiciels libres et les communs numériques), propose les services de l’annuaire « Dégooglisons Internet » (https://degooglisons-internet.org/fr/list), c-à-d des alternatives à tous les services propriétaires des GAFAM : https://degooglisons-internet.org/fr/alternatives

Par exemple :

Instances de la solution Jitsi Meet pour la visioconférence
https://framatalk.grifon.fr/
https://meet.librement-votre.fr/
https://jitsi.milkywan.fr/
https://jitsi.linux.it
https://calls.disroot.org
https://jitsi.riot.im
https://jitsi2.linux.it
https://meet.artifaille.fr
https://www.colibris-outilslibres.org/ (sélectionner « visio »)

Une alternative intéressante aux cours et séminaires traditionnels est aussi représentée par les formats wiki (les étudiants et les chercheurs peuvent créer des documents participatifs) : https://frama.wiki/1

Et bien évidemment, si vous ne souhaitez pas publier sur Youtube vos les vidéos de vos enseignements ou vos diaporamas, la plateforme Peertube est à votre disposition : https://joinpeertube.org/

Cordialement,
—a
ps. Si le coeur vous en dit, n’oubliez pas de faire un don à ces associations.

Continuer la lecture

  1. Autre suggestion, par Fabrice Demarthon: https://www.goodfirms.co/blog/best-free-open-source-webinar-software-solutions []