Contre les petits arrangements entre sociétés savantes et éditeurs rapaces : un appel pour l’accès ouvert de la recherche

Dans une lettre récente adressée à la Maison-Blanche [datée du 18 décembre 2019], un groupe d’éditeurs et d’organisations universitaires a imploré le président de ne pas modifier les accords actuels entre les chercheurs financés par l’État et l’industrie de l’édition. Leur lettre est la dernière étape d’une lutte qui dure depuis des décennies entre les chercheurs.ses et les éditeurs pour savoir qui contrôle les fruits du travail de la recherche.

Traduit gracieusement par Frédérique Reibell, avec l’aimable autorisation de Bjorn Björn Brems

16 janvier 2020 – Source : https://medium.com/@brembs/learned-societies-lean-to-the-green-f904336f51ad

De nos jours les chercheur∙ses sont pris comme des rats  dans un piège de pratiques éditoriales lentes, trop chères, non éthiques et dysfonctionnelles. Piégés par les règles de l’emploi universitaire, les accords de financement et les lois sur le droit d’auteur, nous avons longtemps essayé, sans succès, d’arracher le contrôle des connaissances universitaires aux grandes maisons d’édition. La lutte remonte au moins aux années 1980, lorsque les physiciens ont commencé à faire circuler leurs découvertes par courriel pour accroître la vitesse de la communication universitaire. Elle a pris une dimension éthique lorsque les chercheurs∙ses ont commencé à exiger que leurs recherches financées par l’État, soient rendues gratuitement accessibles au public.

https://www.flickr.com/photos/26676383@N00/37041227760/in/photolist-YrcYvW-2hzpKp1-UpBg2V-UpBqQc-Tb3q3v-Tb3mMH-Tb3kQc-UaySeA-TPCK1Y-TPCH5y-bmGhF9-Ud59ER-UpBeJz-2hbPncL-2hP8Rh2-2i8gHyX-UpBuh2-Ud5bFp-UayPEs-24BUjRs-2i7iYbt-Q4JoTS-2hVakKw-nUDLmU-dRTrkH-YDA3Jc-2hdrcsH-JZXPFt-2i2LbFU-BcbWWU-Tfzfm5-p2h4oD-25v3QoG-2gLMVJx-2idLHNC-2hKbQYo-T7vu3A-2i7iXDS-2hqZ1qs-2i11Q89-2ibmLGi-2igZs1B-2g96pHA-2hjxxSm-2hSS4Uy-2hKbQkV-2h6JeA4-RMXGS6-2hzpKur-2idLGSz

Academic journals, by L. H Wilkinson, 2017

C’est ce qu’on a appelé le mouvement du « accès ouvert ». Comme chaque nouvelle découverte universitaire n’est publiée qu’une fois et que cette publication ne peut être réitérée ailleurs, l’éditeur en détient le monopole, ce qui lui permet de surfacturer les consommateurs (principalement les bibliothèques universitaires) d’au moins 9 milliards de dollars par an. Comme dans d’autres marchés monopolistiques, il y a peu d’incitation à innover ou à offrir un service de haute qualité dans l’édition universitaire. Par exemple, pour respecter le format papier sur lequel les éditeurs continuent d’insister, nous, les chercheurs, devons réduire nos visualisations de données à des images statiques et plates, parfois même, en noir et blanc. Ce que les éditeurs fournissent aujourd’hui n’est pas beaucoup plus opérationnel que le papier, mais il est beaucoup plus coûteux. Ils pourraient tout aussi bien graver nos recherches sur des feuilles d’or. Le public en est doublement victime : d’abord, on lui fait payer trop cher la lecture des résultats des recherches scientifiques qu’il a lui-même financées. Deuxièmement, le système conçu pour protéger les profits des éditeurs finit par ralentir le progrès scientifique et par diminuer la qualité des recherches publiées de multiples façons. Par exemple, des nouveaux composés chimiques pourraient être identifiés beaucoup plus rapidement et plus facilement si la littérature scientifique n’était pas balkanisée et protégée par les embargos des éditeurs, empêchant l’information contenue dans les articles d’être automatiquement regroupée. De tels gaspillages préjudiciables pour la science et préjudiciables pour le public. Ils ne profitent qu’aux éditeurs, et pourtant ceux-ci restent en place.

Continuer la lecture

Publications scientifiques : on vaut mieux que cela !

 

Aplogo-liberation-311x113rès la réponse québécoise de Jean-Claude Guédon, un collectif de chercheurs publie ce 28 mars 2016, une tribune en réponse sur Libération.

Academia la reproduit.

Le projet de loi pour une République numérique adopté par l’Assemblée nationale, sera prochainement examiné par le Sénat. Son article 17 introduit une nouveauté importante pour les chercheurs. Actuellement, pour publier leurs résultats, ils doivent concéder, sans contrepartie de rémunération, l’exclusivité de leurs droits d’auteur à des éditeurs privés, qui facturent ensuite l’accès à ces articles, souvent fort cher, aux organismes de recherche, aux universités et aux enseignants. Les éditeurs interdisent souvent aux chercheurs de diffuser leur propre production scientifique sur leur site web ou celui de leur établissement : ainsi, le lecteur est obligé de passer par le site de l’éditeur, parfois à un tarif prohibitif.

Avec la nouvelle loi, pareilles clauses léonines seront réputées non écrites. Les auteurs auront alors la possibilité (mais pas l’obligation) de déposer, même après publication en revue, leurs articles dans une archive ouverte telle que HAL, recommandée et gérée par de grands organismes de recherche publique dont le CNRS.

Continuer la lecture

Revues et accès ouverts à la française : un point de vue québécois

canada-quebec-drapeauxAlors qu’une campagne médiatique sans précédent a lieu autour de la rédaction de l’article 17 de la loi numérique prévoyant le dépôt en archive ouverte des contributions scientifiques, un texte vient de circuler sur la liste Revues SHS le lundi 21 mars à 17h01, en réponse à un message intitulé « Tribune; iInquiétude pour l’avenir des revues SHS de langue française »

Son auteur, Jean Claude Guédon, nous a autorisés à le reproduire ci-desss.

Je profite du message de Philippe Minard pour effectivement encourager les lecteurs de cette liste à lire, étudier et méditer les articles du N°spécial de la RHMC.

Il faudrait y ajouter les articles de la Revue Européenne des sciences sociales de 2014 (vol. 52 No 1).  Ces deux ensembles forment une sorte de tout, en fait.

Il sera important, à un moment donné, d’écrire une synthèse critique de ces deux numéros et de la littérature récente, française – je dis « française » parce que, fidèle à une tradition bien établie en diplomatie française -, ce numéro met plusieurs fois en jeu une variante de « l’exception culturelle ». Il faudra écrire cette synthèse pour en arriver à une analyse un peu plus solide de ce qui est en train de se passer en France et ailleurs.

Continuer la lecture