Violences sexuelles à l’ISBA de Besançon : le directeur de l’établissement est suspendu

Academia vous parlait il y a quelques jours d’une lettre de soutien honteuse au directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon, sous fond de violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement.

Les conclusions de l’enquête administrative viennent de tomber. Laurent Devèze, directeur de l’établissement, est suspendu pour fautes graves et une commission disciplinaire va être convoquée. En parallèle, une enquête judiciaire est en cours. Nous rappelons ici que l’affaire a commencé suite à des témoignages relayés sur une page Facebook « Balance ton école d’art ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette décision, premier pas vers la reconnaissance des témoignages des victimes. Un grand BRAVO à elles pour avoir eu le courage de témoigner.

Deux articles de presse pour en savoir plus :

L’ISBA de Besançon : déni, « ESR-style »

Omerta mode d’emploi #13

Tout commence en septembre 2020 par la création d’une page Facebook « Balance ton école d’art » qui relaie des témoignages glaçants au sein de l’école des beaux-arts bisontine. Violences sexuelles et sexistes, racisme, abus d’autorité, une partie du corps professoral est visée.

Face à cela, deux enquêtes sont lancées : une judiciaire et une administrative. A quelques jours de la publication des conclusions de cette dernière, un comité de soutien anonyme signe une lettre de soutien au directeur de l’école, accusé d’avoir couvert les faits et protéger les mis en cause.

Cette lettre de soutien, intitulée « QUI VEUT NOYER SON CHIEN L’ACCUSE DE LA RAGE »  est un archétype de réactions que l’on observe dans l’enseignement supérieur face à ces situations1

Elle commence par la victimisation, criant à la cancel culture :

« En tant que groupe de soutien à Laurent Devèze, nous souhaitons à présent prendre la parole car celle-ci doit être enfin entendue. Il est temps que d’autres voix s’élèvent. »

Continuer la lecture

  1. Sur Academia, les réactions oscillent entre déni et omerta. Voir Omerta mode d’emploi, 11 septembre 2020 ou plus récemment « E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021; Violences sexuelles à l’école des mines d’Alès : le directeur démissionne, 30 mars 2021. []

« E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon

Omerta mode d’emploi #11

← Article précédent

Article suivant →

Update 24/3/2021. On informe Academia de la venue de l’inspection générale de l’éducation nationale, du sport et de la recherche (INGÉSR). #ResistESR

Le 25 février dernier, une centaine d’étudiant·es ont manifesté sur le campus et placardé des affiches sur la porte de la direction générale des services avec ces slogans : « Violences sexistes, école complice », « Stop à l’impunité » ou encore « Pinton démission ». « Une provocation », selon le président de l’école.  Trois semaines plus tard, c’est une lumière crue qui est jetée sur l’ENS de Lyon à l’occasion d’une série d’articles parus entre hier et aujourd’hui sur France info (Juliette Campion), dans Mediacités Lyon-Mediapart (Jennifer Simoes) et Libération (Cécile Bourgneuf) pose désormais la question de savoir si Jean-François Pinton, le directeur de cette école prestigieuse formant les futur·es universitaires et les cadres de la haute fonction publique, peut encore rester à son poste.

Depuis 2018, les viols et les agressions sexuelles, comme le déni de l’administration de l’ENS de Lyon sont bien documentés, grâce à un long article de Béatrice Kammerer pour Mediacités Lyon1. Deux ans et demi plus tard, les élèves, leurs représentant·es et les représentantes CGT du personnel sont en colère2. C’est l’attitude de la direction de l’ENS de Lyon qui a mis le feu aux poudres. À l’occasion d’un CHSCT le 5 février 2021, censé trouver des solutions pérennes aux violences sexistes et sexuelles, l’attitude de la direction a sidéré les membres élues, au point où au moins une d’entre elles est arrêtée depuis. Sous couleur de monter un numéro vert — pardon une « cellule d’écoute » – le directeur laisse paraître dans ses discours et ses actes son absence totale de volonté d’agir contre des violences qui menacent la santé et la sécurité, mais aussi l’avenir professionnel des étudiant·es et des enseignant·es.

La porte du bureau du président de l’ENS Lyon, le 25 février 2021. (Juliette Campion, France info)

Car les témoignages rapportés sont abominables. Il faut lire ce que les articles relatent pour saisir la mesure de l’horreur, dont les ramifications vont jusqu’à l’École normale supérieure de Tunis. Viols, chantages à la note, agressions sexuelles par dizaines : voilà ce que, en l’absence de structure d’écoute ou de dispositifs d’inscription ou de registre  pour les rapporter, recueillent des élu·es désemparé·es, qui mettent plusieurs jours à se remettre des témoignages reçus. Pourtant, ces étudiant·es, qui demandent des actions et un discours clairs de l’administration, sont aussitôt mis·es en accusation par la direction de l’ENS. Béatrice Kammerer, la journaliste qui avait sorti la première un article sur le déni des violences sexuelles à l’ENS de Lyon, a rapporté à Academia combien les étudiantes féministes des Salopettes avaient été « courageuses » ; les articles document que les élu·es étudiant·es en général n’ont pas la tâche facile, au contraire. Qui plus est, en dehors de l’intimidation des élèves et des étudiant·es, la sanction n’est pas prévue. Et pour cause, aucune section disciplinaire n’a été créée depuis l’arrivée de Jean-François Pinton en 2014.

Continuer la lecture

  1. Pour l’ENS Paris, signalons « Sexisme, homophobie, racisme… ou paillardise à Normale Sup ?« , de Renaud Renaud, Rue89-L’Obs, 16 novembre 2016. []
  2. Sur Academia, voir notamment Contre le déni par la Présidence de l’ENS de Lyon, du mal-être étudiant et des violences sexistes et sexuelles, organisons-nous ! Communiqué interassociatif, 21 février 2021 ; Violences sexistes et sexuelles : l’ENS de Lyon en ébullition, 23 février 2021; La #cancelculture à l’ENS de Lyon : refuser d’entendre les victimes de violences sexistes et sexuelles, 2 mars 2021. []

Université de Lorraine. Qui doit se former aux questions de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles à l’Université ?

Omerta mode d’emploi #5

← Article précédent

Article suivant →

Dans un article du 10 décembre 2020, Stéphanie Cheffer, de l’Est Républicain, continue son travail de suivi des enquêtes conduites touchant l’Université de Lorraine (UL) après le suicide d’une doctorante et la dénonciation de l’emprise vécue par une autre doctorante, qui annonce mettre fin à sa thèse en septembre. Après avoir obtenir l’avis du professeur incriminé, la journaliste choisit cette fois de mettre en lumière le discours du président de l’UL, Pierre Mutzenhardt.

Outre une onde de choc au sein du monde universitaire, ce témoignage a déclenché, mi-septembre, deux enquêtes : l’une administrative menée par l’Université de Lorraine, l’autre par le CHSCT de l’UL. Trois mois plus tard, le directeur de thèse incriminé reste suspendu à titre conservatoire et l’administration a terminé ses auditions. Lesquelles n’ont « pas établi de corrélation directe entre le suicide de la doctorante et son directeur, mais ont établi que ce directeur avait eu des comportements déontologiques et professionnels envers Camille Zimmermann et d’autres doctorantes qui interrogeaient, comme des remarques, des RV dans des cafés… », résume Pierre Mutzenhardt, président de l’UL.

https://www.flickr.com/photos/adstream/5323021257/in/photolist-97nSLz-E7JXEj-CKYdy6-23kPQKE-5Wv9aG-23nhHxc-RKCdSb-R3FWpy-sAUUs-dyGquR-qL3ufg-DrhNyX-bru6VP-F8ce66-qP8JcY-rSTpiY-CUXPaC-22tDgEF-DuFq5Y-2egKKzy-27CbWfF-25rCUa4-rTdgEQ-je6MEF-9d67on-5R1CeA-BRoMws-23nhHpM-vqMUEZ-rth73D-dYLz2Z-pX6pi3-rqsGKc-FewXAh-uRB1L-7tn4TP-uRAZ7-CDeF1E-qmRKWJ-CiXV7p-uRAYC-e2yeyR-qKsFhV-7FGiyP-CFB4St-wJEKa-5TVAUf-5AJr6G-r6EmSK-5E3K1a

Winter tree. Credit: Jon Anderson, 2011

Depuis août 2020, plusieurs enquêtes ont été diligentées : une enquête administrative à l’initiative de la présidence, une enquête sous la responsabilité du Comité Hygiène, ,Sécurité, Conditions de travail (CHSCT), , une enquête sous celle de l’École doctorale SLTC. Ces enquêtes sont importantes à plusieurs titres : d’abord pour comprendre ce qu’il s’est passé, pour comprendre en quoi l’Université est responsable — et modifier procédures, services, actions en conséquence pour que l’irréparable ne se reproduise pas. Elles sont importantes, enfin, parce que le président est responsable, pénalement, de la santé et de la sécurité de ses agents1.

Sécurité des agents : quelles sont les obligations de l’employeur ?

Une obligation de sécurité pèse sur les employeuses et employeurs privés et publics. Ils sont tenus de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés et des agents publics. (Articles L.1152-4 et L.4121-1 Code du travail, Article 23 de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983)

Il doit :

    • prévenir les situations de harcèlement discriminatoire
    • réagir lorsque des situations pouvant relever de harcèlement discriminatoire sont portées à sa connaissance.

Et qu’il est d’autant plus responsable quand on peut prouver la « faute inexcusable », en documentant que le président — ou son administration — savait, ou son administration savait, et il n’a pas agi.

Une administration qui protège ou qui couvre ?

La première enquête, administrative, confiée à la directrice des affaires juridiques et à un professeur des universités, a rendu ses conclusions. La journaliste de l’Est Républicain précise que le président a effectué un signalement au procureur de la République « pour suspicion de harcèlement », et qu’il poursuit le mis en cause en section disciplinaire, avec demande de jugement dépaysé, en faisant une requête en ce sens au CNESER. Il juge en effet que

« des membres de cette section connaissent et fréquentaient ce directeur de thèse, mieux vaut donc que cela soit examiné par une autre université ».

Les « témoignages » — « recueillis » par la directrice des affaires juridiques — ont pourtant suscité la colère et le désaveu des témoins, qui ont refusé, pour certain∙es d’entre elleux, de les authentifier2 : ne se retrouvant pas dans les propos « rapportés », iels ont choisi de faire leur propre signalement au Procureur de la République. Le président de l’université étant responsable, au pénal, de la santé et de la sécurité des personnels et des étudiant·es, on peut aisément comprendre que l’objectif de des services centraux de l’UL — et celui de la directrice des affaires juridiques comme celui de la vice-présidente Ressources humaines — ne soit pas de permettre que tout soit dit, rapporté et jugé.

Continuer la lecture

  1. Sur la responsabilité pénale du ou de la cheffe de service, voir le décret du 28 mai 1982 modifié relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique (article 3). Sur ce point, pour ce qui touche aux seuls présidents (sic), voir l’excellent « Compétences et responsabilités des présidents (sic) d’universités et de COMUE de la Conférence des présidents d’université », septembre 2016, p. 86 et suivantes. Quant aux autres chef·fes de service, Academia accueille toute analyse : qui d’autre est responsable pénalement ? Les directrices ou directeurs d’école doctorale ? Les directeurs ou directrices de laboratoire ? []
  2. Update 29/1/2021. Précisons que cette information date d’octobre 2020. Certain·es témoins, selon nos informations, ont depuis pu réécrire le document et l’ont signé. []

Un harcèlement peut en cacher un… ou deux autres

Omerta mode d’emploi #3

← Article précédent

Article suivant →

Le 7 septembre 2020, Camille Zimmermann, université de Lorraine, explique sur Medium pourquoi elle a interrompu sa thèse, financée – le détail n’est pas anodin dans une discipline (les lettres) où les allocations doctorales sont très rares – : après des années de comportements toxiques, elle y a vu le seul moyen d’échapper à l’emprise de son directeur de thèse. Elle explique aussi pourquoi elle rend public ce témoignage : une autre doctorante, qui lui avait confié être victime d’agissements comparables, a mis fin à ses jours. Le texte utilise des pseudos, transparents pour ceux qui ont lu le cycle de romans sur lequel portait la thèse (La Quête d’Ewilan, de Pierre Bottero), et se termine par une accusation :

« J’accuse M. Ts’liche, 6 ans après le début de toute cette histoire, de harcèlement moral, de violences psychologiques et d’abus de son pouvoir et de sa position hiérarchique, et ce notamment et dans les cas les plus graves pour mettre sous emprise des jeunes femmes vulnérables. »

Academia republie le témoignage de Camille dans un billet le 10 septembre, avec une courte introduction qui permet de suivre un lien vers la plate-forme Thèses.fr si on veut connaître le nom du directeur désigné, ainsi qu’un autre lien vers une liste d’articles précédemment parus au sujet du harcèlement. Le court texte lâche également un mot : « omerta », parce qu’il ne s’agit pas d’une affaire isolée, et que ce qu’elle révèle est tout autant le harcèlement que la loi du silence qui lui permet de perdurer.

Dès le 11 septembre, Academia a l’occasion de développer ce point : peut-être agité par la circualtion du texte de Camille sur les réseaux, le président de l’université de Lorraine écrit à certains de ses collègues. Oh, pas tous ! seulement ceux du domaine Arts Lettres Langues et Sciences Humaines et Sociales – ALL-SHS, dans nos jargons. Il ne faudrait quand même pas que tout le monde soit au courant. Le mail  jette plutôt de l’huile sur le feu : il s’achève sur un indigne retournement de la charge contre Camille, et « les accusations qui se propagent sur les réseaux sociaux » dont il exhorte chacun·e à se méfier comme la peste. Le professeur est suspendu à titre conservatoire pour le protéger. On croit cauchemarder ; Camille Zimmermann se dit heurtée, Academia s’étouffe. Mais on n’a encore rien vu…

Capture Facebook du post de Université de Lorraine datée du 14 septembre 2020, 9h30

Le 14 septembre, comme si de rien n’était, l’université de Lorraine touitte benoîtement une invitation à écouter le professeur, spécialiste des fictions d’apocalypse, sur un sujet qui attirera tous les regards : à quoi ressemblera le monde post-Covid ? Touitt’ supprimé quelques heures plus tard, ici cliché avant disparition. Des souffrances sont signalées, des drames surviennent, mais rien ne bouge ; une jeune femme brise ce mur du silence sur un réseau social, son témoignage circule, les réactions se font enfin entendre… mais c’est pour dévaloriser son témoignage, pendant qu’une « enquête » est évoquée, sous les opacités de la novlangue administrative, et sans aucune communication auprès du public ; le public, pendant ce temps, il continue d’être alimenté avec le ronronnement des travaux du principal intéressé, sans vergogne.

Ce touitt’ lamentable manifeste, au moins la surdité d’un service Communication fonctionnant en vase clos, où ne parvient pas un son des réseaux ou des couloirs de l’établissement, au pire le cynisme d’un programme de com’ qui se moquerait comme d’une guigne des plus graves accusations possibles pesant sur un auteur, et, dans tous les cas, d’une rhétorique qui confine à la faute morale.

Continuer la lecture

Réalité et emprise à l’Université. Newsletter du 7 au 14 septembre 2020

L’actualité de la semaine s’annonçait hautement politique, avec l’avis de la Commission des finances et l’audition de la Ministre. Alors que s’ouvre de ce 14 septembre quatre jours de débat sur les amendements devant la Commission des affaires culturelles avant le passage en hémicycle la semaine prochaine et la préparation d’une journée de mobilisation nationale le 17 septembre, la semaine passée a rappelé la réalité et ses rapports de domination au cœur des discussions de la communauté universitaire.

*
*   *

Plusieurs interventions de syndicats ou de collectifs nous ont confié l’analyse faite en audition de la Commission aux affaires culturelles ou auprès de ses membres – Sud éducation et Sud Recherche EPST, Confédération des Jeunes Chercheurs, Facs et labos en lutte – avec une belle unanimité. Pierre-Alain Raphan, rapporteur-adjoint, a quant à lui choisi de rencontrer une jeune maîtresse de conférences qui lui a relaté son expérience et exposé les dangers de la #LPPR ; tandis que le groupe La France insoumise poursuivait et filmait ses auditions en marge des auditions en plénière. Nous espérons que ces prises de contact, sans le filtre orwellien de l’administration de la recherche, contribueront à nourrir la séance en hémicycle qui débutera le 21 septembre.

Nous sommes revenu·es sur l’audition de la présidente de la CP-CNU, le 27 août dernier. Sylvie Bauer nous a rappelé – à l’occasion de la parution au Journal officiel de dispositions touchant le Conseil national des universités qui n’en avait pas été informé – de la désinvolture du Ministère comme des attaques répétées vis-à-vis de l’instance nationale. À ses yeux, le CNU qui fonctionne avec peu de moyens, compte tenu de la charge de travail qui est la sienne, se trouve menacé, menaçant par la même occasion les libertés académiques. Elle a fait entendre, dans une tribune publiée en février, que « garantir le bon fonctionnement du CNU est une garantie d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité des décisions et des libertés universitaires ». Mieux connaître le CNU, lui donner les moyens d’accomplir sereinement ses missions, ne pas chercher à recruter hors CNU, comme le rapporteur-adjoint Berta avait proposé de le faire : telles sont les inquiétudes et les recommandations que Sylvie Bauer a portées devant la Commission des Affaires culturelles.

Le mercredi, la Commission des finances a examiné les amendements proposés, ne retenant que ceux portés par le parti majoritaire, voire par son rapporteur (sic). Pourtant l’opposition y a fait entendre le caractère très critiquable du projet de loi : étude d’impact ignominieuse, durée et trajectoire incompréhensibles. L’essentiel du pouvoir d’amendement revient, avant l’examen en séance, à la Commission des Affaires culturelles, la procédure exigeant que les amendements soient déposés la veille avant 17h.

https://www.flickr.com/photos/virtualwayfarer/46842369682/in/photolist-2enioxu-rokWkr-24J1X5c-WyqEJL-q9rNSU-J9zpNL-R33TAp-HYtop3-XooYfK-JYZ4M4-J1LTjR-RCQbMv-SCUTCw-HFQjP9-K6Uyp6-K3Tkxq-Jat3qw-t12QAF-HchBiy-saFqhB-2echEGe-2d8nWpm-Cjsrsa-KkKY1x-JWpaRu-LsRctv-s7eTtg-TjbN3P-UR6eWo-ShJDhf-RA7WVN-Hcp9x4-xzmArm-25BADM3-PQDJYj-26P8h1n-BKV7iB-JE6jZu-G24wpP-K3VYfu-HYtcYU-XwDcZ9-Cjmgi4-Hcpcyp-PaHyGt-TL44F5-2b6dusK-XMzghc-Ch5FcG-BKU1Ke

The end of days, by Alex Berger, 2018

Jeudi, c’est devant la même Commission que Frédérique Vidal est venue soutenir son projet de loi. Fidèle à elle-même, dans un discours à la fois soporifique, approximatif, verbeux, la Ministre a achevé la rupture déjà bien engagée, connue des partis et des médias. Confronté∙es à une rentrée hors normes non préparée par le Ministère, subissant au quotidien les résultats de l’effondrement du taux d’encadrement étudiant, nous avons désormais décidé de ne plus chroniquer les discours de notre administration de tutelle pour qui les critiques de la LPPR – soit la communauté universitaire dans son ensemble – devraient « remettre la réalité au cœur de nos discussions ». C’est donc ce que nous continuerons à faire désormais : sans plus se soucier de la communication gouvernementale, ne parler que de la seule réalité.

La réalité, en cette fin de semaine, fut brutale, sordide, cruellement politique, immensément triste. Camille Zimmermann a en effet décidé de faire connaître publiquement qu’elle arrêtait sa thèse, après avoir appris la mort d’une de ses collègues doctorantes. Cette dernière, comme Camille, aurait souffert de l’emprise et du harcèlement moral de leur directeur de thèse. L’absence de communication publique de l’Université de Lorraine ne laissant pas de surprendre, Academia a mené l’enquête : par une lecture minutieuse de la lettre du président Pierre Mutzenhardt adressé le lendemain, Christelle Rabier éclaire les ressorts de l’omerta qui règne vis-à-vis de violences faites aux femmes et aux étudiant∙es des universitaires.

Quitte à ce que la Loi de programmation de la recherche remette de la réalité au cœur de nos discussions, nous espérons que le principe constitutionnel d’égalité et de la lutte contre les discriminations (genre, race, classe), avec le problème des libertés académiques et de l’intégrité scientifique, deviennent dans les jours à venir une préoccupation majeure du législateur.

Continuer la lecture

Omerta mode d’emploi

Update. 14/9/2020

Hier, jeudi 10 septembre 2020, nous avons republié sur Academia du texte émouvant de Camille Zimmermann à la mémoire de sa consœur doctorante qui avait mis fin à ses jours. Est-ce son témoignage ou plutôt la pression syndicale qui a pesé ? Ce matin, la présidence s’est fendu d’une lettre au personnel de l’Université de Lorraine.

La lettre de Prof. Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine, Président de la commission Recherche et Innovation de la CPU, a connu une large diffusion et n’était en rien confidentielle : nous la reproduisons en l’assortissant d’une petite explication de texte.

À: « all-ncy-ens » <all-ncy-ens@univ-lorraine.fr>, « all-ncy-ater-ens » <all-ncy-ater-ens@univ-lorraine.fr>, « all-ncy-lecteur-ens » <all-ncy-lecteur-ens@univ-lorraine.fr>, all-ncy-biatss@univ-lorraine.fr
Cc: « president » <president@univ-lorraine.fr>
Envoyé: Vendredi 11 Septembre 2020 09:04:13
Objet: [all-ncy] Evénement tragique

Mesdames, Messieurs,

Une doctorante de notre établissement a mis fin à ces jours au début du mois d’août. Il s’agit d’un événement plus que terrible et dramatique. Très rapidement, avec la directrice de l’école doctorale, nous avons été en contact avec la famille de la doctorante et avons, je l’espère, respecté au mieux ses volontés. Nous avons pu rencontrer ses parents à la fin du mois d’août.

Il apparaît que ce drame pourrait être lié en partie aux conditions de sa thèse et à son environnement professionnel. En conséquence, l’ouverture d’une enquête du CHSCT sera proposée le vendredi 11 septembre lors d’un CHSCT exceptionnel de l’établissement pour examiner ces conditions de travail et faire des recommandations.

Par ailleurs des témoignages récents, indépendants de ce que peuvent diffuser les réseaux sociaux, font état de faits qui pourraient être qualifiés de harcèlement. Ils m’ont amené à diligenter une enquête administrative rapide qui a pour but d’établir les faits de manière contradictoire et d’en tirer toutes les conséquences.

J’ai également suspendu de manière conservatoire le professeur et directeur de thèse de la doctorante le temps de l’investigation administrative pour protéger l’ensemble des personnes y compris lui-même.

Enfin, nous devons être attentifs également aux jugements hâtifs, à ne pas confondre ce qui relève de témoignages avec les accusations qui se propagent sur les réseaux sociaux. Si les réseaux sociaux peuvent être des révélateurs de situations, ils sont aussi devenus des armes qui blessent, harcèlent et propagent trop souvent la haine. Nous avons pu nous en rendre compte à d’autres occasions.

Très attaché aux valeurs de notre établissement, je m’engage à prendre toutes les mesures qui apparaîtront nécessaires à l’issue de cette enquête pour s’assurer qu’une telle situation ne puisse pas se reproduire. Le doctorat est, en effet, une période très importante dans le développement de la carrière d’un chercheur. Il appartient à l’établissement de garantir que cette période soit la plus fructueuse possible dans un contexte professionnel favorable pour les doctorants.

Bien cordialement,
Prof. Pierre Mutzenhardt
Président de l’Université de Lorraine
Président de la commission Recherche et Innovation de la CPU

Il me semble que cette correspondance est parfaitement exemplaire du fonctionnement de l’omerta qui pèse sur les violences faites aux femmes à l’Université, dans le cadre d’un fonctionnement universitaire analogue à l’emprise mafieuse, comme l’ont récemment argumentés des collègues anthropologues1.

https://www.flickr.com/photos/leftymgp/27001049624/in/photolist-H8Zrmm-Fe63ZG-bmAz1-qLj55Z-5DC811-21FsLfY-siartr-cGHLy5-ET5KpR-5nwc5b-PLwCMj-TmjkZs-hUtP5d-v7KBR-8ayiD4-eYcLS9-okbWeV-howvfr-nm2hB3-26diz1-dTyCqj-oEwNhP-qkhW2s-no8FVw-f9oj2C-kafR1V-kyakq-D3fqGw-87fiQo-m9qs9-9ZgDjV-Hm2DqC-4FLXz1-9ierJ3-oZHbQr-RPEM3-tfTy8-5tB2Ei-qvh6cd-avUcvv-7pUnj2-qwXZNW-CTUGSm-4G8yY4-cekTiy-e712bc-4gdHi-9xwTPZ-cHWkaf-YnTM71

Arbres, Yosemite, par Matthew Peoples, 2016

Considérons le courriel.

Continuer la lecture

  1. Sur le silence qui entoure les pratiques criminelles de la mafia, voir les travaux de Deborah Puccio-Den et l’intervention de Vinicius Kaué Ferreira (Le regard et le non-dit : les formes du silence dans une enquête sur le milieu académique) au colloque Faire silence: expériences, matérialités, pouvoirs, 24 mai 2019). Voir également  []