Grand frais sur les libertés académiques. Newsletter du 11 au 24 janvier 2021

Deux semaines qu’Academia saisit en une seule Newsletter, furent politiquement chargées

Les attaques inouïes contre les libertés académiques s’accumulent depuis 2020 conduisent à de légitimes motifs d’inquiétudes. Ce n’est plus seulement en Turquie que les universitaires se font attaquer, mais en France même, alors que les attaques contre le CNU, les licenciements de chercheur∙ses, ou les atteintes à la liberté d’expression se multiplient et que la protection fonctionnelle est devenue une protection politique.

Les femmes universitaires et/ou racisées se trouvent particulièrement exposées par ces atteintes, renouvelées par les amendements au projet de loi « confortant le respect des principes de la République » (LRPR, sic). Ces dynamique conduisent des universitaires moins familiers ou familières de ces questions à s’interroger publiquement sur l’institution de la domination masculine et raciste dans l’ESR, grandes écoles incluses, une réflexion plus large sur la place des universitaires et des étudiant∙es dans le backlash #MeToo en cours.

Membres à part entière de la communauté universitaire, les étudiant∙es, fragilisé∙es par la crise sanitaire et ses conséquences, sont-iels des #étudiantsfantômes aux yeux du gouvernement ? On peur à juste titre considérer que le refus de l’État de financer les CROUS et les difficultés de poursuite d’études, en bref de protéger les étudiantes, en situation de grande précarité et de détresse psychologique, renforcée encore par les tergiversations de la Ministre et de la DGESIP sur leur accueil sur les campus, montrant à la fois mépris pour ces usager∙esdu service public et pour le droit administratif, alors qu’elles transforment la parole présidentielle en circulaire inapplicable.

Rappelons ici qu’il y a des pétitions qui retrouvent une soudaine actualité et qu’Academia vous invite à signer à titre collectif ou individuel si vous ne l’avez pas déjà fait.

Et bien sûr, Academia appelle à rejoindre les intersyndicales étudiantes et agents Éducation nationale et ESR demain, mardi 26 janvier 2021 pour une grève nationale « De la maternelle à l’université : emplois, salaires, conditions de travail et d’études » !

#ResistESR

« Quoi ? L’éternité… », Marseille, 22 janvier 2021. Crédit: Arnaud Maïsetti

Continuer la lecture

2021 est déclarée ! Newsletter du 1er au 10 janvier 2021

Rentrée de janvier 2021. Alors que le monde tremble en visionnant les images des attaques fascistes au Capitole et de la réaction de certains Républicains, la presse française se place au chevet des Universités françaises. Épuisement, politique de gribouille de la Ministre et de la DGESIP, notamment vis-à-vis des sessions d’examen de substitution. Alors que les étudiant∙es protestent contre la tenue des examens dans des situations sanitaires déplorables et des conditions de formation inéquitables et désastreuses, on assiste aux premières  violences policières aux portes des Universités. Dimanche, la défenestration volontaire d’un étudiant à Lyon-3 achève d’alerter sur les décrochages massifs des étudiant∙es, angoissé∙es jusqu’à se donner la mort. Depuis les États-Unis, Joan W. Scott — qui suit de longue date les questions du racisme en France — s’inquiète publiquement de la montée des attaques politiques contre les universitaires français, tandis qu’au Maroc un universitaire vient de se faire arbitrairement emprisonner.

Comment ignorer depuis de si longs mois le mépris du gouvernement envers 2,73 millions d’étudiant∙es, et de centaines de milliers d’agents titulaires ou contractuels, préoccupé qu’il est à détruire le statut de la fonction publique de l’enseignement supérieur français ? Les agents sur le terrain sont-iels les seul∙es à se préoccuper encore de transmettre savoir et désir d’apprendre, dans une « université sous hypnose numérique » ? À se préoccuper de l’accueil de tous et de toutes en son sein, en utilisant une écriture inclusive, en organisant des séances de travail respectueuse en visioconférence, ou en préparant un guide pour maîtriser le détestable outil « Galaxie » mis à disposition des candidat∙es par le Ministère ? À dénoncer le licenciement d’un collègue, après un fichage politique abusif, ou la dérive autoritaire du pdg de l’Inria ?

Quelques frémissements de résistance sont sensibles néanmoins : un recours en annulation des décrets de nomination du président et des membres du collège du Hcéres a été déposé le 4 janvier par onze universitaires pour qui « le terrain contentieux s’impose désormais comme l’une des rares voies à disposition pour faire valoir des arguments auxquels le gouvernement reste sourd ». La communauté universitaire lilloise refuse de considérer le nouvel établissement public expérimental (EPE) qui leur imposé, après l’échec retentissant de son équivalent à Lyon.

Sous la pression et l’exposition médiatique de « l’épuisement dans les universités », le 10 janvier, le gouvernement a publié un nouveau décret, qui rend caduque la circulaire illégale du 18 décembre. Elle rend aux Universités la responsabilité — lourde, mais indispensable au vu de la défaillance du MESRI — d’assurer des un certain nombre d’enseignements sans en référer au recteur, en conciliant situation sanitaire, configuration des locaux et souffrance étudiante mais aussi professionnelle.

Suite à la correspondance avec la DGRH du vendredi 8 janvier, qui indique aux candidat∙es aux fonctions de qualification PR, plusieurs collègues ont souhaité demander néanmoins la qualification PR : Academia leur indique la marche à suivre. #ResistESR

Affiche, 1968

Continuer la lecture

Terminus anni horribis. Newsletter du 1er au 31 décembre 2020

Academia tourne la page

Academia est un carnet de veille et d’analyse sur l’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, notamment en sciences humaines et sociales. Il est réalisé par une équipe de rédaction, venue de différentes disciplines et de différents métiers de l’ESR. Nous sommes très heureux et heureuses d’accueillir Nadia Hebaz : bienvenue !

Version .pdf

Du 1er au 21 décembre 2020
Terminus anni horribilis

Faisons bref : la fin 2020 aura été à l’image du reste de l’année : violences sexuelles et sexistes à profusion, dégradation lente mais confirmée de la santé mentale des membres de la communauté ESR, contre-pouvoirs —notamment judicaires — timorés, attaques politiques répétées contre l’État de droit et contre les universitaires, certaines venues de leurs rangs même, des instances représentatives et des collectifs académiques toujours vaillants.
Et bien sûr, promulgation de la LPR, cadeau de Noël du gouvernement à lui-même.

2020 est mort. Vive 2021 !

*
*   *

Aux lecteurs, lectrices, usagers, usagères et correspondant·es d’Academia, 9 décembre 2020
Les 13 desserts d’Academia. Carte de voeux, 24 décembre 2020
2021, par Serge d’Ignazio, 31 décembre 2020

Direction Mordor… Crédit: Ch. Rabier, Marseille, décembre 2020

La fabrique de la loi et autres analyses de la gouvernance ESR

[Police politique] La liste des coupables s’allonge. Au tour des universités ?, 6 décembre 2020
La future présidence de la CPU : pas de changement de cap en vue, 7 décembre 2020
[Police politique] Zoom ou la censure des libertés académiques, 8 décembre 2020 Continuer la lecture

Les 13 desserts d’Academia. Carte de voeux

Sur Academia à table

Academia est un carnet de veille et d’analyse sur l’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, notamment en sciences humaines et sociales. Il est réalisé par une équipe de rédaction, venue de différentes disciplines et de différents métiers de l’ESR. Nous sommes très heureux et heureuses d’accueillir Nadia Hebaz : bienvenue !

Du 1er au 24 décembre 2020
Les treize desserts d’Academia

Aux lecteurs, lectrices, usagers, usagères et correspondant·es d’Academia, 9 décembre 2020

La fabrique de la loi et autres analyses

Continuer la lecture

Démonstrations. Newsletter du 27 avril au 3 mai 2020

Version .pdf

Cette semaine, faute d’être consacrée aux manifestations, fut celle des démonstrations.

Démonstrations du 1er mai. Le gouvernement ne baisse pas les armes, alors que se discute aujourd’hui le prolongement de l’état d’urgence sanitaire. Academia et Mediapart s’est inquiété des dispositifs de télésurveillance favorisés par la DGESIP. Chercheurs et chercheuses ont mis en évidence une nouvelle banalisation des atteintes aux droits et libertés. « Mais maintenant c’est devenu assez. À bas les masques, il est temps de détruire leurs maisons, ces maisons qui nous enferment chez nous et dehors », écrit Pérola Milman.
À défaut, certain∙es d’entre nous ont pu manifester à pied ou en voiture, à Paris, Aix ou Marseille, mais pour l’essentiel nous avons fait prendre de talent et d’imagination, avec des Playmobil, des émoticons, des brins de muguets, des figurines de police ou de Star Wars, des revues miniatures ou de policiers, pour nous retrouver sur la place du Capitale, la place de la République, dans la rue Descartes ou dans l’espace. Ceci pour rappeler au gouvernement qu’« On est là ».

Démonstration de force ou de talent ? La saga des modalités de contrôle des connaissances (MCC) de l’Université de Paris-1 Panthéon Sorbonne continue de nous tenir en haleine depuis la première réunion de la Commission de Formation et de la Vie étudiante (CFVU). Position de principe avant la réunion du 30 avril, proposition préparée à par une majorité de conseillers, mais exclue du vote en pratique, communiqué et analyse du coup de force opéré par la présidence – qu’on peut qualifier, à l’instar de la FSU grenobloise de « votus interruptus » : nous avons été tenu∙es en haleine toute la semaine, alors que d’autres universités, comme Toulouse Jean Jaurès, votaient leurs propres MCC. La séquence a permis à la communauté universitaire d’affermir le rôle et de confirmer la compétence de la CFVU comme instance universitaire et de réinstaurer, s’il en était besoin, les organisations étudiantes comme membres décisionnaires à part entière des universités.

Démonstrations de (dé)confinement. Tous et toutes nous nous préparons au déconfinement, sans comprendre vraiment l’expérience quotidienne qu’elle va représenter. Entre le jury du CAPES d’histoire-géographie qui ne conçoit pas faire passer le concours sans oral, le délégué régional du CNRS qui se réjouit de l’intensification de la recherche en Rhône-Alpes – sans se soucier de considérer l’approfondissement des inégalités de genre qui s’opère – et les écoles doctorales qui mettent, pour certaines, la publicité des soutenances de thèse un peu trop vite mises sous le tapis, les exemples ne manquent pas sur le lot d’incertitudes qui nous attendent et les combats que nous devrons mener pour les semaines et les mois à venir. Nous ne serons sans doute pas aidé∙es par le MESRI, dont le plan de déconfinement est à bien des égards très flou.
Faisant le constat des logiques de densité étudiante et d’échanges mondialisés, qui ont prévalu jusque -à, et de sous-dimensionnement de l’équipement numérique de l’ESR français, Yann Bisiou n’est guère optimiste sur le jour d’après. Et ce, d’autant qu’aucun budget n’a été prévu, comme s’en inquiète le sénateur Ouzoulias dans sa question écrite à la Ministre et comme s’en moque Sauvons l’Université. Outre-Manche, c’est d’ailleurs des pratiques d’emploi ignobles que l’épidémie met au jour. Après l’anxiété, normale du temps de confinement, il faut donc retrouver le sentiment de colère et se préparer encore à la défense des services publics, et à toutes les luttes contre les discriminations, le rappellent Marie Dasylva ou IAM, l’égalité salariale, un traitement digne et juste des universitaires et les libertés publiques.

Car un nouveau printemps est proche. En dépit de la triste nouvelle de la mort de Shady Habash, 24 ans, dans les geôles de Sissi pour avoir réalisé le clip d’une chanson, et du prolongement de l’incarcération de Fariba Adelkhah et de Kylie Moore-Gilbert en Iran, nous pouvons nous réjouir à la fois de la floraison somptueuse, des chansons de lutte, et surtout de la sortie du coma de l’étudiant lyonnais qui s’était immolé en novembre dernier. À quelques heures de la sortie du confinement, il est temps de nous souvenir, à la suite d’Yves Cohen, que :

« La dissidence féconde est le cri du jour ».

https://www.flickr.com/photos/szpako/18926271308/in/photolist-uQs65y-RDmVuU-6g27fh-8fcxLA-RTxVFG-5TKfDr-dZHDsy-2iUmeCg-2hvUuHP-28kyTJL-bny8nm-6e5KcT-3ZeEp-QhkbYP-3GyyW-9reJ2M-CFbhXd-7uozSz-6ejN2S-9dNEyp-qCkP7N-2bnFY-7u9NR9-rh76tu-32Y4TD-4CCQHd-4CCPvm-4CCTHE-4CCNfL-4CCNTJ-LbcCCB-4CyFTk-h9fYK-4CyFjc-4CCUTQ-4CyDz4-qyDgiz-4CCRXu-4CCRmj-4CCMBb-4CyBLn-87YfFm-4CyEHg-4CCT8q-2iBJn6V-LghWtk-5HJnQZ-87V3mF-bBh9Dg-dqeDGs/

Dissent, by Michael Szpakowski, 2015

Nous sommes toujours dans l’attente d’une réponse de la Ministre à notre appel, solennel à ne pas prendre de mesures non-urgentes pendant le temps du confinement, mais nous ne manquons pas de soutiens et de signatures à notre pétition – près de 17 500 ce jour –  de lecteurs et de lectrices en avril 2020– près de 74 000 visiteurs et visiteuses uniques, 113 000 visites, 215 000 pages vues. Cela confirme le rôle d’Academia d’information et de mise en débat des dispositions d’emploi et de travail au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous accueillons Léa Alexandre au sein de l’équipe. Pour toute suggestion de publication : écrire à l’équipe de rédaction d’Academia.

Continuer la lecture