Le 13 octobre, mobilisons nous !

Facs et labos en lutte

Compte-rendu de la rencontre dématérialisée du 1er octobre 2020 

Jeudi 1er octobre, une rencontre nationale numérique pour la recherche et l’université publiques s’est tenue sur Discord. Nous étions une centaine, avec 21 établissements représentés (Aix-Marseille Univ, CNRS, EHESS, INED, INRAE, MNHM, Univ Angers, Univ Grenoble Alpes, Univ Lille, Univ Lyon 2, Univ Montpellier 3, UPEC, Univ Paris 2, Univ Paris 3, Univ Paris 6, Univ Paris 7, Univ Paris 8, Univ Paris 13, Univ Paris Saclay, UPJV, Univ Strasbourg, Univ Toulouse Jean-Jaurès, Toulouse INP).

Le but de cette réunion était d’organiser, sur le même modèle que la rencontre du 6 juin 2020, une discussion entre personnes mobilisées dans l’enseignement supérieur et la recherche, de toute la France et de tous les statuts, en lien avec l’intersyndicale, qui s’est réunie le 8 et le 29 septembre. Le contexte en était, à nouveau, le passage en force de la Loi de programmation de la recherche (LPR), ancienne LPPR, contre laquelle les facs et labos sont en lutte, ainsi que contre la précarité et la réforme des retraites, depuis décembre dernier.

La LPR est désormais à mi-parcours de son processus législatif : elle a été votée à l’Assemblée nationale le 24 septembre 2020, et sera examinée le 14 octobre en commission au Sénat puis en plénière le 27 octobre.

On peut d’ores et déjà se féliciter d’avoir fait reculer le gouvernement sur un certain nombre de points, qu’il s’agisse de la modulation de services initialement prévue ou de l’ampleur des postes en « tenure tracks ». Grâce à la reprise de la mobilisation dès l’été dernier puis à la rentrée (12 juin devant la Sorbonne, 18 juin et 25 juin devant le ministère, 8 juillet à Montpellier, Lyon, Nice et Paris, 21 septembre devant l’Assemblée…), il est désormais impossible d’ignorer, quand on parle de la LPR, que cette loi fait l’objet d’une contestation large et résolue de la communauté universitaire tout entière. Notre pression constante a mis le sujet sur le devant de la scène, du coup les débats parlementaires ont été houleux, nos arguments ont pu être entendus, et même des institutions ont affiché leur critique de cette loi, comme la troisième assemblée de la République, le Conseil économique, social et environnemental.

Il faut continuer et amplifier la mobilisation pour que les sénateurs·trices ne puissent pas ignorer nos revendications ! Dans cette perspective, l’intersyndicale a appelé à une manifestation le 13 octobre, et les participant·es à la réunion ont discuté des manières de mettre en œuvre cet appel.

Continuer la lecture

Confinée libérée – édition du WE – 23-24 mai 2020

Édition du WE. Samedi 23 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #7
  • 21 mai 2020 —  Facs et Labos en Lutte : une mobilisation féministe ? Retour d’expérience par celles qui l’ont vécue

    Durant la mobilisation de cet hiver, dans les facs et dans les labos comme ailleurs, les femmes ont été particulièrement actives, et ce dans des rôles pas toujours conformes aux stéréotypes de genre : dans les assemblées générales et les coordinations nationales, elles intervenaient voire introduisaient les discussions, elles n’hésitaient pas à apparaître dans les médias, occupaient l’espace de la parole en réunion, etc. Les premières initiatives pour l’emploi scientifique et contre la LPPR ont d’ailleurs été portées avant tout par des femmes, qui ont assumé un rôle d’organisatrices syndicales et politiques. Cette contribution collective propose un retour sur cette lutte, en analysant nos pratiques afin de saisir comment cette dynamique féministe a pu émerger et être perpétuée au sein du mouvement. L’enjeu est moins de livrer une analyse réflexive approfondie de cette séquence militante – qui se poursuit toujours, bien que sous d’autres formes, du fait du confinement – ce qui nécessiterait une plus grande prise de recul, que de consigner nos expériences d’organisation et de mobilisation, afin d’en laisser une trace qui pourrait être utile aux luttes à venir.

    photographies prises le mars 2020 par Gilles Martinet