Le CNESER et la journée internationale contre les violences faites aux femmes

Jeudi dernier, 25 novembre 2021, plusieurs établissements d’enseignement supérieur organisaient des événements à l’occasion du 25 novembre, journée internationale contre les violences faites aux femmes. À l’instar de la manifestation à l’ENS de Lyon, durement touché par les violences sexistes et sexuelles et par l’indigence des mesures de sa direction, a Conférence permanente égalité diversité (CPED) les a cartographiés.

Lors de cette belle fête, les hommes et les femmes engagées contre les violences masculines au sein des universités ont eu le déplaisir de lire la sentence en appel d’un professeur de l’Université François Rabelais de Tours, accusé d’attouchements et d’agression sexuelle par plusieurs étudiantes. Ces faits lui avaient valu en première instance la peine d’un an de suspension à mi-traitement.

Nous la reproduisons ci-après, après avoir précisé quelques dispositions particulières du CNESER statuant en matière disciplinaire. La décision, détaillée, indique que la procédure en première instance n’a pas été correctement conduite, que l’avocat était talentueux.

Toutefois, en cette semaine orange, la sentence finale, aussi insupportable que bien des décisions prise par le CNESER disciplinaire que nous avons recensées dans Vice de forme, nous conduit à interpeller les syndicats représentés dans l’instance : allez-vous continuer à cautionner l’impunité des agresseurs au sein des universités ?

#MeTooESR #MeTooFac

Continuer la lecture

#MeTooENS : après Lyon, les élèves de l’ENS Ulm dénoncent un agresseur

Update: 29/11/2021

En début de semaine, rue d’Ulm et rue Erasme, des tags féministes sont apparus, désignant comme un agresseur sexuelle directeur d’études Lettres de l’École normale supérieure. Alertée par un témoignage la direction de l’établissement a pris très rapidement des mesures.

NDLR: Capture d’écran du 16/11 d’un compte twitter fermé le 29/11.

Continuer la lecture

Dans la gueule du loup, nous toutes

Je dédie ce long billet à mes étudiantes normaliennes de l’ENS Tunis qui, en décembre 2019, ont dénoncé publiquement le harcèlement que leur faisait subir un de leurs enseignants. —N. Hebaz, L’ancêtre d’enfanthèse

Omerta mode d’emploi #15

Nadia Hebaz, membre de la rédaction d’Academia, publie aujourd’hui un témoignage poignant et engagé sur son blog. Elle revient sur un événement douloureux : l’abandon d’une thèse commencée en 1997. Devenue enseignante, de nouveau doctorante, elle déclare d’entrée de jeu son admiration pour les étudiantes normaliennes de Tunis qui ont courageusement dénoncé les pratiques sordides d’un homme  censé  leur assurer un enseignement et une formation académiques et compare son comportement à celui de l’enseignant harceleur, qui a fini par lui faire abandonner sa thèse. En leur rendant hommage, Nadia Hebaz reconnaît sa dette : celle d’avoir mis des mots sur un tourment enfoui. Par la démonstration de leur courage, elles ont aussi montré la voie.

Alors que, en France, le mouvement #MeToo peine à prendre à l’université — où l’omerta prévaut1 — Nadia Hebaz décrit les raisons des harceleurs et les effets dévastateurs du harcèlement, qui survient au début d’une carrière étudiante ou professionnelle. Elle souligne aussi que le geste harceleur — qui “écrabouille”, comme on le ferait pour une punaise, d’une manière un peu différente des incesteurs dont parle Dorothée Dussy  — prend place dans une institution qui les protège. L’université choisit de jeter ces toutes jeunes femmes, critiques, vivantes, créatives, “dans la gueule du loup” pour en aspirer le gai savoir et l’envie de transmettre, pour les anéantir. De ce constat glaçant, Nadia Hebaz restitue la flamme, légère, qu’elle a vue naître.

“Ici ou ailleurs”, conclut-elle, “dans un système qui prospère par notre appauvrissement collectif, les harceleurs ont de beaux jours devant eux. Mais nous aussi”.

#MetooESR

Départ à l’aube sur la Route 99, en direction du Mont Saint Helen. Par Murray Foubister, 2013


L’ancêtre d’enfanthèse : chronique d’un échec programmé

Je dédie ce long billet à mes étudiantes normaliennes de l’ENS Tunis qui, en décembre 2019, ont dénoncé publiquement le harcèlement que leur faisait subir un de leurs enseignants.

La raison de cette dédicace est simple : avant Enfanthèse, entre 1997 et 2002, j’ai été la doctorante d’un harceleur. Les témoignages des normaliennes m’ont brusquement replongée dans ces cinq années de cauchemar. Je me propose donc dans ce billet, à partir d’une comparaison des deux harceleurs, le mien et celui des normaliennes, de présenter quelques réflexions sur le harcèlement et son rôle dans l’université. Je commencerai par un portrait des protagonistes; je présenterai ensuite une brève réflexion sur le rôle de l’institution universitaire dans le harcèlement, et sur les fonctions du harcèlement dans cet espace.

L’opposant et le “poète”

C’est l’histoire de deux hommes tunisiens : Harceleur1 ou H1, né en 1952, qui était mon DR; et Harceleur2 ou H2, né en 1981, qui était enseignant à l’ENS Tunis. Au moment des faits, le premier avait 45 ans, le second 38 . Mariés, pères (3 filles pour H1, un garçon et une fille pour H2), ils se présentent comme des hommes modernes, ouverts, tolérants, “de gauche”, portant un regard critique sur les traditions et la religion, et assez portés sur la boisson : H1 donnait rendez-vous aux membres de son équipe et à ses doctorant·es au Shilling, un bar de la place Pasteur1 ; H2 proposait de même à ses étudiantes de l’accompagner pour des apéritifs, et les encourageait à boire.

Pour lire la suite →

  1. Academia propose depuis septembre 2020 une collection “Omerta mode d’emploi” sur les rapports de pouvoir et tout particulièrement le harcèlement sexel à l’université et sur la résistance de l’institution à sanctionner des pratiques pénalement répréhensibles. []

Avec son témoignage, Hélène lance #MeTooESR et #MeTooFac

Continuer la lecture

Il est temps de s’attaquer aux violences sexuelles dans le domaine de la santé mondiale universitaire

Les auteurs et autrice de l’article1 qui suit ont eu la gentillesse de traduire pour Academia l’article publié dans le BMJ Global Health, appelant à la fin des violences sexuelles signalées dans le champ de la santé globale. À partir d’analyses de témoignages de terrain et d’une (re)prise de conscience du problème, nourrie de références bibliographiques nombreuses, iels font des recommandations qui peuvent s’appliquer à tout l’enseignement supérieur et à la recherche français. Alors que s’ouvre une semaine de manifestations à l’appel d’associations féministes, de droits humaines et de syndicats, pour demander la fin des violences sexistes et sexuelles, il est plus que temps d’avancer sur le sujet dans l’enseignement supérieur et dans la recherche. #MeTooESR

Il est temps de s’attaquer aux violences sexuelles
dans le domaine de la santé mondiale universitaire

par Valéry Ridde, IRD (Institut français de recherche sur le développement durable), CEPED (IRD-Université de Paris), ERL INSERM SAGESUD
Christian Dagenais, Département de psychologie, Université de Montréal
Isabelle Daigneault, Département de psychologie, Université de Montréal

Introduction

Si l’on se penche sur la première année du mouvement mondial #MeToo qui a permis de révéler au grand jour les violences sexuelles (du harcèlement à la coercition et à l’agression) [1], on constate que cette question a reçu peu d’attention dans le milieu universitaire de la santé mondiale. Des cas récents d’inconduite sexuelle à l’ONUSIDA [2] et à Oxfam montrent que la communauté de la santé mondiale doit agir [3]. En quelques mois, le mouvement #MeToo a sensibilisé l’opinion publique, stimulé de nouveaux débats et placé cette question au cœur des préoccupations des milieux politiques, économiques et du divertissement. Mais la santé mondiale universitaire ne prépare toujours pas suffisamment les étudiants (femmes et hommes)2 et les universitaires à ce problème ; et les discussions récentes sur la formation en santé mondiale l’ignorent [4]. En effet, il est urgent de mettre en œuvre des stratégies de prévention globales et intégrées fondées sur des preuves pour lutter contre la violence sexuelle dans la recherche universitaire en santé mondiale [5].

La collaboration entre des partenaires issus de pays où les revenus et le pouvoir sont inégaux est courante dans le domaine de la santé mondiale universitaire [6,7]. Alors que les défis liés au pouvoir, à l’argent, à la publication, à l’utilisation des données, etc. au sein de ces collaborations sont largement discutés [6,8-10], la question de la violence sexuelle reste relativement silencieuse. L’inégalité entre les sexes dans le domaine de la santé mondiale fait de plus en plus l’objet de discussions [11] – les groupes scientifiques étant souvent composés d’une majorité d’hommes (ou uniquement d’hommes) et le travail des jeunes femmes non rémunérées représente une grande partie des stages en santé mondiale [12]. Il existe un nouveau mouvement visant à mettre en avant les femmes leaders en santé mondiale [13], et les jeunes chercheuses appellent à dépatriarcaliser la science pour les femmes francophones [14]. Malgré ces discussions, le manque général de prise en compte des questions de sexualité dans le travail de recherche sur le terrain demeure [15,16]. En 1985, Gurney a déclaré que ” pour les femmes qui travaillent sur le terrain, la réciprocité… peut être problématique si les hommes puissants du milieu s’attendent à des faveurs sexuelles en échange de l’accès à la recherche ” [11]. Il peut également exister une culture du harcèlement sexuel dans le domaine de la santé mondiale, car on s’attend à ce que le niveau d’ouverture et de confort en matière de sexualité (requis pour travailler dans certains aspects du domaine) se traduise par une ouverture aux avances sexuelles [17] — “même les sexualisations apparemment inoffensives ont un effet considérable sur la façon dont le genre et la sexualité sont négociés pendant la rencontre de recherche” [18].

Il existe de nombreux guides pour aider les chercheurs engagés dans des partenariats en santé mondiale à s’assurer que les collaborations sont équitables et éthiques [19,20], mais aucun n’aborde de front la violence sexuelle. Bien que les données sur le contenu de chaque cours ne soient pas disponibles, la même lacune semble s’appliquer à la préparation aux stages en santé mondiale [21-23]. Un examen systématique récent des stages en santé mondiale des étudiants en médecine aux États-Unis d’Amérique n’a révélé aucune mention du harcèlement ou des agressions sexuelles dans les programmes d’enseignement [24]. De même, les mouvements universitaires existants ne tiennent pas compte des particularités de la santé mondiale – par exemple, la charte Athena Swan pour la promotion de l’égalité des sexes dans l’enseignement supérieur [25] et la loi américaine sur les droits civils « Title IX » qui a permis aux étudiants d’obliger les collèges et les universités à prendre des mesures contre le harcèlement et les agressions sexuelles fondés sur le sexe sur les campus [26].

mecenatcardiaque
Mission Médicale – Rwanda © Baptiste Glorion, 2016

Comment sommes-nous impliqués en tant qu’universitaires ? Notre (re)prise de conscience du problème

Les histoires de harcèlement sexuel d’étudiantes par des universitaires (et de relations sexuelles entre universitaires et étudiantes) ne sont pas nouvelles. Mais elles ne sont que trop rarement abordées dans le cadre de la formation universitaire, en particulier dans les pays du Nord où les universités développent de plus en plus de programmes de formation en santé mondiale et envoient de plus en plus d’étudiants sur le terrain. Par rapport aux étudiants nord-américains, les étudiants étrangers courent un risque plus élevé de subir des violences sexuelles sur le campus [27,28] et sont moins susceptibles de demander de l’aide en cas d’agression [28]. Les établissements universitaires doivent être tenus responsables du bien-être des étudiants étrangers qu’ils accueillent et des étudiants nationaux qu’ils envoient à l’étranger.

Continuer la lecture

  1. Traduction par ses auteurs de l’article original : Ridde V, Dagenais C, Daigneault I. It’s time to address sexual violence in academic global health. BMJ Glob Health 2019;4:e001616. doi:10.1136/ bmjgh-2019-001616). []
  2. Ndt: Nous avons laissé le style d’écriture de départ sans écriture inclusive à laquelle nous souscrivons. []