ENS Ulm. Un enseignant jugé en section disciplinaire pour harcèlement sexuel

Un maître de conférences en littérature hispanique, ancien directeur des études Lettres et Sciences Humaines et Sociales, de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm à Paris, est suspendu de toutes ses fonctions, depuis le 16 novembre 2021 dernier, suite à une enquête ouverte par la Direction de l’école, après un signalement de harcèlement sexuel.
 
La commission d’enquête interne avait pour tâche d’établir la « matérialité des faits ». Le rapport d’enquête, les preuves apportées et l’émergence de nouveaux témoignages concordants, ont convaincu le directeur de l’ENS Ulm, Marc Mézard, de constituer une section disciplinaire, chargée de décider des sanctions à l’endroit de l’enseignant-chercheur. Cette section disciplinaire mènera sa propre instruction et livrera son jugement dans les prochains mois.

Dans l’attente du jugement disciplinaire, l’enseignant mis en cause demeurera suspendu de toutes ses fonctions d’enseignement et d’encadrement à l’ENS.

Continuer la lecture

À Rabat, Casablanca, Fès, Meknès, Mohammedia, Tanger, le scandale du ‘’sexe contre les bonnes notes’’

Des professeurs marocains sont jugés pour avoir profité de leur statut afin d’obtenir des relations sexuelles de leurs étudiantes en échange de bonnes notes. Un scandale retentissant qui en rappelle d’autres. #MeTooESR

Depuis le 7 décembre, le tribunal de première instance de Settat, une ville à moins de 60 kilomètres de Casablanca, capitale économique du Maroc, est le théâtre d’un procès retentissant : celui de cinq professeurs de l’université Hassan I, accusés d’avoir obtenu ou cherché à obtenir des rapports sexuels par chantage sur leurs étudiantes.

Violence sur une femme par une personne ayant autorité sur elle, attentat à la pudeur avec violence, discrimination basée sur le genre, abus de pouvoir, falsification de documents, harcèlement sexuel, incitation à « la débauche », tels sont les chefs d’accusations selon une source judiciaire contactée par Middle East Eye et d’après laquelle trois accusés sont en détention préventive.

Pour lire la suite de l’article sur MiddleEastEye →

Piscine de l’Université Al Akhawayn, Ifrane, Maroc. Crédit, Beum Gallery, 2010

Partis et syndicats s’engagent contre les violences sexistes et sexuelles

Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !

  • Tribune, Club de Mediapart, 23 nov. 2021

Dans la perspective de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d’organisations — partis et syndicats — s’allient pour faire cesser l’impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort·e·s […] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».

Pour lire la tribune et connaître les signataires→