L’évaluateur évalué… 3 – Le Collège de déontologie

Thierry Coulhon pourra-t-il accéder au poste de ses rêves, la présidence du Haut Conseil pour l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement supérieur ? Peut-être, puisque la commission de déontologie ne « voit pas d’obstacle à sa candidature », même s’il préconise un nouvel appel à candidatures, conseil que la Ministre a décidé de suivre lorsqu’elle a publié l’avis le 15 juin 2020. Academia, toujours au taquet, vous présente ses excuses : nous avons quasiment oublié l’histoire dans la tempête de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche.Ce billet fait suite à « Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de  l’évaluation de) l’ESR , à Démissions d’expert-es à l’HCERES et à L’évaluateur évalué… 1 – Au Sénat. 

Retour sur la chronique d’une disparition annoncée.

Saisine de la commission de déontologie

Le 26 décembre 2019 — soyons honnêtes, disons début janvier 2020 — la communauté universitaire apprend qu’un appel à candidatures s’ouvre pour la présidence de l’HCERES. Cette présidence est vacante depuis 3 mois, soit depuis le départ à la retraite de Michel Cosnard, premier président de l’HCERES.

2. Le mandat de président du HCERES exercé par M. Michel Cosnard a pris fin le 29 octobre 2019. Des consultations informelles ont alors été menées en vue de la désignation de son successeur. Elles ont conduit à des entretiens entre cinq personnalités intéressées par cette perspective avec des membres du cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, dans certains cas avec la ministre elle-même ainsi qu’avec le conseiller du président de la République pour l’enseignement supérieur et la recherche. (Avis du Collège de déontologie, 29 mai 2020)

Une première sélection s’étant avérée infructueuse un appel à candidatures avait été ouvert.

3. Les entretiens ainsi menés n’ayant pas été concluants, un avis d’appel à candidatures a été publié au Journal officiel du 26 décembre 2019. Il invitait les candidats à se faire connaître dans un délai d’un mois. En outre un comité d’audition a été constitué pour entendre les candidats. Les cinq personnalités qui avaient été reçues en entretien au cours de la phase informelle ont été informées de l’appel à candidatures ; il leur a été indiqué à cette occasion qu’elles pouvaient naturellement se porter candidates, avec la précision que l’engagement de la procédure d’appel à candidatures traduisait le fait que les entretiens n’avaient à ce stade pas emporté la conviction de la ministre. (Avis…)

De la Ministre, ou plutôt du Conseiller présidentiel, qui avait énoncé dans un discours désormais célèbre sa vision pour l’institution et la recherche comme évaluation.

Trois candidatures ont été déposées dans le cadre de cette nouvelle procédure. Elles émanent de l’une des cinq personnalités reçues en entretien au cours de la phase informelle, du conseiller du président de la République pour l’enseignement supérieur et la recherche et d’une troisième personne.

5. La procédure ainsi conduite a suscité diverses réactions tant de la part de certaines personnalités reçues au cours des entretiens informels que, plus largement, de la communauté scientifique.

Sous le terme de « réaction (…) plus largement de la communauté scientifique », il faut comprendre  qu’il y a eu démission de très nombreux expert∙es de l’HCERES qu’il y a eu des milliers de candidatures – plus de 1300 candidatures postales, près de 5000 par voie électronique. Un groupe d’universitaires, à l’initiative de RoguESR, a souhaité contrer la prise de pouvoir indue du Conseiller en faisait acte de candidature collective pour cette position si convoitée de président du HCERES et, ainsi enrayé la procédure. La Commision ne semble pas avoir été informée, ou a fait mine d’ignorer le grave problème d’équité dans l’examen des candidatures régulièrement envoyées.

Ces candidatures n’ont pas été retenues, pour un prétexte que le sénateur Pierre Ouzoulias jugeait publiquement fallacieux. Selon la Ministre, il s’agissait d’une « candidature collective » ; le sénateur y a vu plus d’un millier de candidatures individuelles, qui devaient donc être considérées individuellement. On passera donc sur ce problème qui relève moins de la déontologie, que du contentieux le plus strict.

S’il n’y a pas eu de contentieux administratif à l’issue de ce premier appel à notre connaissance, l’offensive RoguESR a eu un effet: la saisine de la Commission de déontologie, au lendemain de l’audition houleuse de la Ministre au Sénat le 4 mars 2020.

Source : MESRI, 15 juin 2020

Comme le rappelle la Commission de déontologie,

Continuer la lecture

Communiqué de presse « rectificatif » : rire ou pleurer ?

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #28
← Article précédent

Clown, by Funk Dooby, 2017

Qu’on se le dise : il y a quelques personnes géniales à la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) qui font de vrais efforts pour continuer à nous surprendre jour après jour. On se souvient des fiches du « plan de continuité pédagogique » mille fois modifiées entre mars et mai, non pour les adapter à l’évolution de la situation sanitaire, mais pour corriger les bêtises, imprécisions et illégalités qui s’y étaient accumulées.

On a mieux désormais : le communiqué de presse « rectificatif », qui contredit celui publié la veille, et que nous venions tout juste de commenter. Academia, un peu lassé de courir derrière le ministère, est tenté de vous laisser jouer au jeu des sept erreurs.

Communiqué rectificatif du MESRI, 3 juin 2020

Prenons quand même trois exemples, qui ne sont pas exactement des détails, et qui, précisément, concernent les trois points dont nous nous réjouissions :

  1. Alors que le communiqué d’hier affirmait que « le libre accès aux laboratoires pour les doctorants qui y sont rattachés est […] confirmé », celui d’aujourd’hui en est moins sûr : « l’accès aux laboratoires pour doctorants […] pourra être autorisé mais dans des conditions définies par les établissements et dans le strict respect des conditions sanitaires requises ».
  2. Alors que le communiqué d’hier soutenait que « les bibliothèques et les centres de documentation universitaires, qu’il s’agisse des services de prêts ou des salles de lectures seront intégralement rouverts », celui d’aujourd’hui est comme pris d’un doute : « Les bibliothèques et les centres de documentation universitaires pourront rouvrir selon des modalités définies par les établissements, qu’il s’agisse des services de prêts ou, à titre exceptionnel et pour certaines catégories de publics, des salles de lecture ».
  3. Mieux, alors que le communiqué d’hier expliquait que « sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, les activités de formation initiale en présentiel pourraient reprendre de manière régulière au sein des campus à la rentrée », celui d’aujourd’hui s’en veut d’être allé si vite : « même si la prochaine rentrée sera vraisemblablement encore contrainte par de strictes recommandations sanitaires, une reprise en présentiel des activités de formation initiale est envisagée à partir du mois de septembre. L’incertitude relative à la situation sanitaire qui prévaudra durant le premier semestre de l’année 2020-2021 conduit toutefois à en projeter l’organisation dans le respect des consignes sanitaires actuelles. Pour cette raison, les établissements doivent prévoir des enseignements en distanciel et/ou en présentiel dans une mesure et selon des modalités qu’il leur appartiendra de déterminer et qui leur permettront d’anticiper une éventuelle dégradation des conditions sanitaires ». Autrement dit, la consigne est désormais de développer un enseignement très majoritairement à distance pour la rentrée 2020, non pour des raisons sanitaires, mais au nom du risque d’une « éventuelle dégradation des conditions sanitaires« .

Deux conclusions peuvent immédiatement être tirées de cette volte-face. La première, sous forme de platitude, est que le ministère, décidément, est déconnecté des universités sur lesquelles il exerce sa tutelle. La seconde, c’est que, contrairement à ce que laisse penser une tribune parue hier dans le Figaro, il semble que le ministère ne pousse pas seul en faveur d’une « université virtuelle », grâce à laquelle seraient réglées à la fois la question de l’augmentation des étudiant.e.s et celle du budget. Le problème est plus profond, malheureusement : il y a, dans chaque université et à la CPU, quelques zélés partisans des enseignements à distance et autres examens télésurveillés – au premiers rangs desquels un certain nombre de VP « Innovation pédagogique » et autres chargé.e.s de mission « Pédagogie innovante » – que le communiqué d’hier a visiblement pris de court, et qui ont obtenu sa « rectification ».

https://www.flickr.com/photos/pete37038/49890769021/sizes/l/

Off limits, Peter Rowbottow, 2018

 

Appel solennel remis à la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Communiqué de presse

Academia, blog sur l’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, remet aujourd’hui à la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation un appel solennel à s’abstenir de prendre toute mesure réglementaire qui ne soit pas justifiée par l’épidémie de covid-19, en particulier celles qui modifient le Code de l’éducation, le Code de la recherche et les statuts des personnels. 
Nous accompagnons ce texte, soumis à la communauté de l’ESR depuis le lundi 13 avril, et signé depuis par plus de 16 000 personnes, de la liste des 20 sociétés savantes et associations professionnelles – notamment celles dont l’activité est en première ligne pendant l’épidémie – de la quinzaine de collectifs mobilisés et de syndidats, et de la cinquantaine de revues scientifiques qui se sont engagés derrière cet appel. 
L’ampleur de ce soutien nous semble devoir appeler une prise de position publique de la part de la Ministre.
21 avril 2020
L’équipe de rédaction d’Academia
https://www.flickr.com/photos/yasmine-hens/36311243752/in/photolist-XjGBGL-PVKD5x-FsYbrs-V8g1Vz-JGrwhz-pVsoDE-GVbFgY-HQNheN-2iMpypa-BZLaNH-dfL2Xb-a7N19w-2hsXD81-jbnPX-bkyTMR-LrYqHp-78p5zE-Xtof15-V5J56r-9Pz43F-2dDJdCm-R18jiQ-8fceHS-GkXTay-Tw9YfS-SMBMb9-2gppmyD-kUhdu6-32BtAT-5PmEu4-GqMYhE-26csFHk-295eVX1-8CPiTg-f8vVz3-2gYDyns-2hLAgCv-2b28E3Q-6xeGnE-ctEBGm-fq7M6x-JeatNU-2gQBUVU-S89tsK-eMqxTB-Q9HEhs-29V3bu9-29F7BAk-DU58hY-osBK5H

Waiting
❉ΨᗩSᗰIᘉᗴ HᗴᘉS❉, 2017

Oups ! Fin prématurée des mandats de présidents d’université ?

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #7
Article précédent

Le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) ne se serait-il pas un peu emmêlé les pinceaux dans la flopée des textes qui s’accumulent depuis une semaine ?

https://www.flickr.com/photos/aaronmillerphoto/34841320941/in/photolist-V5NSS2-rtNTtZ-25nhRou-24zQ9Dp-xghaPq-rsNKvP-rzryZw-Z5ZKrM-LLpwHM-sTsBYm-zseXKC-yxECyr-yb7Wvp-JtwSG6-UzRptJ-MZN5XE-29eEjau-vMvTK5-so5G6K-FLGeag-TEd6wX-23kE2nR-Zq6LDL-x387Jk-UVS7Lw-XbQHVP-2aRdvCY-GCY8EY-XJuZLe-TuMqLP-TupBNB-JH4hVq-s8BV2t-HiGiEg-PmdwmT-Gwvwja-N3A8r5-qBcPi7-Q3AC2N-242ePQz-ty4mVM-wzXnh5-sbAGwR-UemzvN-HRvWcN-MNQ6yk-Sw6PZ-NfDq3R-2ek7hRM-Lhh1hA

Groyne Lighthouse, by Aaron Miller, 2017

Petit retour en arrière : dans la loi d’urgence du 23 mars 2020, le MESRI parvient à glisser un article spécifique concernant la prolongation des mandats échus depuis le 15 mars 2020 ou qui viendraient à l’être avant le 31 juillet 2020 dans les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP). Sont concernés : les universités en premier lieu, mais aussi les écoles normales supérieures, « les grands établissements », les COMUE ou encore les établissements publics expérimentaux.

Le mécanisme retenu est le suivant :

1° Si les élections aux conseils de ces établissements n’ont pas été réalisées avant le 15 mars 2020, les mandats des équipes sortantes sont prolongés.

2° Si les élections ont été réalisées au 15 mars et si le renouvellement des conseils est achevé, les mandats des équipes sortantes ne sont pas prolongés et les nouvelles équipes peuvent s’installer – quand bien même le président n’aurait pas encore été élu, considère le ministère dans sa circulaire d’application, ce qui concerne Cergy, Reims et Brest.

3° Reste alors la question des établissements dans lesquels les élections ont été réalisées, mais dans lesquels le renouvellement des conseils n’a pas été achevé au 15 mars, en particulier parce que tout ou partie des personnalités extérieures n’ont pas encore été désignées ou approuvées (ce qui est le cas dans huit établissements au moins, dont Rennes I, Franche-Comté, Nanterre ou encore Nantes). Dans cette dernière hypothèse, le choix finalement retenu par le Parlement dans la loi d’urgence – après un épisode un peu grotesque qui nécessita de déposer deux amendements – est donc de prolonger les équipes sortantes jusqu’à une date qui sera « fixée par arrêté » de la ministre, et « au plus tard jusqu’au 1er janvier 2021 » (article 15 de la loi).

Le mécanisme de prolongation des mandats qui a été choisi est discutable pour plusieurs raisons. Non seulement il conduit à une prolongation excessivement longue des mandats, susceptible d’aller très au-delà de ce qu’exigeront les mesures actuelles de confinement ; mais en plus, il confère un pouvoir important à la ministre, qui se retrouve libre de déterminer la durée de cette prolongation, et de la repousser jusqu’au 1er janvier 2021. Devant ce choix discutable, des solutions alternatives plus satisfaisantes existaient : il est loin d’être sûr que la prolongation légale était nécessaire1 ; et quand bien même il aurait fallu procéder à une prolongation légale, elle aurait pu prendre une toute autre forme2. Il est peu surprenant, dans ces conditions, que des soupçons de magouilles au profit de certains présidents d’universités aient fleuri.

*
*    *

L’affaire rebondit quelque peu, néanmoins, avec la publication au Journal officiel, ce samedi 28 mars, de l’ordonnance du 27 mars 2020 « adaptant le droit applicable au fonctionnement des établissements publics et des instances collégiales administratives pendant l’état d’urgence sanitaire »  – en même temps que paraissait l’ordonnance « relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 » déjà commentée par Academia. Comme son nom l’indique, cette ordonnance réunit une palette de mesures assez radicales transformant les règles de fonctionnement des établissements publics et des instances collégiales administratives3 afin de faire face à l’épidémie actuelle.

Nous ne commenterons pas ici cette ordonnance sur les établissements publics. Nous observerons, simplement, qu’elle recèle deux surprises pour la communauté universitaire, que nous allons essayer d’expliquer simplement.

Continuer la lecture

  1. Le Code de l’éducation aurait permis d’assurer la transition, en particulier parce que l’article L.719-1 prévoit bien que « Les membres des conseils siègent valablement jusqu’à la désignation de leurs successeurs ». []
  2. La prolongation aurait pu être alignée sur la fin du confinement, à laquelle on aurait ajouté un mois par exemple, plutôt que de laisser la fixation de sa durée entre les seules mains de la ministre. []
  3. Les instances collégiales administratives renvoient à un ensemble hétérogène d’institutions composées de plusieurs personnes, de la Banque de France aux autorités administratives indépendantes, en passant par les organismes de droit privé chargés d’une mission de service public administratif. []