Au Monde. « J’ai beaucoup plus de mal à comprendre que vous laissiez passer un tel exemple d’intolérance et de paresse intellectuelle »

Je vous écris parce que je suis scandalisée par votre choix de publier la tribune intitulée   « Le problème n’est pas tant l’“islamo-gauchisme” que le dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche », parue dans le journal daté du 22 février 2021. Cette tribune est un exemple lamentable de manipulation du langage, de l’information et des idées.

Ainsi, rappeler que le terme « islamo-gauchisme » a été forgé il y a une vingtaine d’années par un universitaire et prétendre que cela lui confère une légitimité scientifique, c’est ne pas tenir compte du contexte historique, alors que la société française a connu d’intenses bouleversements en vingt ans ; c’est ne pas non plus tenir compte des biais et préjugés politiques qui déjà pouvaient influencer l’inventeur de ce terme.

La suite de l’argumentaire est proprement scandaleuse et les signataires de l’article, qui doivent se sentir bien menacés par les avancées de la recherche universitaire pour avoir recours à des fils aussi gros, nous expliquent purement et simplement que travailler sur des sujets de politique contemporaine revient de fait à être militant.

J’en prends un exemple parmi d’autres :

« Nous en sommes au point où certains représentants de ces studies se révèlent incapables de faire la différence entre l’un et l’autre : telle cette enseignante se présentant sur Mediapart comme « universitaire féministe » tout en se plaignant que son enseignement soit discrédité comme militant… »

J’espère bien qu’à l’université, en France et au XXIe siècle, il est possible de se déclarer féministe sans voir aussitôt son enseignement discrédité.

Je comprends la nécessité, pour un journal comme le vôtre, du pluralisme, et de donner la place à différentes opinions, pour que le débat ait lieu.

J’ai en revanche beaucoup plus de mal à comprendre que vous laissiez passer un tel exemple d’intolérance et de paresse intellectuelle, en le présentant en plus comme légitime, l’en-tête précisant qu’il émane d’un collectif de 130 universitaires.

Pour les lecteurs qui ne connaissent pas le fonctionnement de l’université, il peut apparaître comme l’expression légitime d’une grande minorité à l’université, ce qu’il n’est pas. D’ailleurs, n’apparaissent finalement à la fin de l’article qu’une poignée de signatures. La plupart des signataires qui s’attaquent au « dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche » sont d’ailleurs connus pour être tout aussi militants, simplement ce sont des militants de droite, et bien sûr, l’enseignement et la recherche sur leurs propres valeurs et sur leurs propres biais ne leur pose aucun problème1.

Je n’ai pas l’habitude de prendre la plume pour m’exprimer sur des questions d’actualité et de politique contemporaine, mais ce qu’il se passe en ce moment autour de l’université est extrêmement grave, et vos choix éditoriaux plus que légers participent selon moi à la mise en danger d’une institution déjà extrêmement fragilisée.

Cette alliance entre des universitaires âgés et dépassés, qui sentent leur pouvoir leur échapper, et des politiques qui voient dans ces accusations une opportunité de réélection, met en danger ce qui est pour moi un des fondements de notre société : une recherche libre et indépendante, à laquelle on laisse l’espace de poser des questions, même lorsqu’elles vont à l’encontre de l’agenda politique du moment. C’est ainsi que fonctionne une démocratie, et il serait bon de le rappeler.

En leur donnant la parole, à plusieurs reprises — vous aviez déjà publié leur première tribune, tout aussi problématique — vous contribuez à laisser penser au grand public qu’il y a un problème à l’université auquel il serait bon de s’intéresser. Il y a effectivement des problèmes à l’université, et ailleurs — qui n’attendent que vous.

J’espère ne plus avoir à rencontrer ce genre de textes — inintéressants, de mauvaise foi, et politiquement hautement problématiques — dans un journal que je lis justement pour sa capacité à garder un équilibre dans les sources d’information et les sujets abordés.

  1. NDLR. En matière de paresse intellectuelle, on lira avec profit l’article promu par Le Monde dans ce texte : A l’université, une guerre de tranchées autour des questions de race, de genre ou d’écriture inclusive, 16 mars 2021. []

« Le Ku Klux Klan en aurait rêvé ! » Ce que les paniques morales sur les universités révèlent de la propagande d’extrême-droite

  • par Pandov Strochnis

Les universités n’ont jamais eu bonne presse avec les journaux conservateurs. Espaces de contestation et de critique, particulièrement depuis la massification d’après-Seconde Guerre Mondiale et les mouvements sociaux de la fin des années 1960 et des années 1970, ces  institutions se sont révélées, pour une part importante d’entre elles, très résistantes aux tentatives d’entrée et d’emprise du militantisme conservateur ou réactionnaire — même si quelques-unes d’entre-elles sont fameuses pour avoir accueilli des groupes et des intellectuels essentiels de la droite radicale. Il y aurait certainement une histoire à faire des paniques morales agitées concernant ces espaces, qui s’y prêtent bien, étant fréquentés par une partie bien définie de la population et relativement coupés du reste des sphères sociales, mais un tel effort dépasserait les ambitions de ce billet pour Academia.

Une actualité insistante

Une chose toutefois claire — et que j’ai discutée ailleurs — est le fait que l’année 2019 voit en France une résurgence d’un tel cycle de paniques, dont la fin de l’année 2020 et le début de l’année 2021 semblent être un pic : pas un jour ne passe ou presque sans qu’un article discutant, qui la mise en place d’une cérémonie de remise de diplômes réservée aux personnes LGBT dans une université états-unienne — où la pratique existe pourtant depuis plusieurs décennies —, qui un conflit mineur au sein d’une salle de classe quant aux conditions acceptables d’utilisation d’une injure raciste — particulièrement en ce qui concerne la lecture de textes employant ces termes — qui d’un débat concernant le programme à enseigner dans un cours. Les personnes ayant tenté sans succès l’attention des médias sur la situation des universités, notamment concernant les ravages de l’austérité et de la précarité tant sur les usagers que les travailleurs de ces institutions, ressentiront sans doute une pointe de jalousie face à cet intense intérêt pour la question de la composition du syllabus du cours de littérature médiévale de l’université de Leicester, par exemple, au moment même où l’avenir des départements de lettres est remis en cause en France car ils constitueraient un « aller simple pour le chômage ».

Nef pour quatorze reines de Rose-Marie E. Goulet, place du 6-Décembre-1989, mémorial marquant la tuerie de Polytechnique, situé dans le quartier Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce à Montréal. Crédit: Montrealais, photographie personnelle

Dans ce contexte médiatique survolté, l’association Qualité de la science française s’interroge « sur la place à réserver au sein des universités à des manifestations consacrées à la défense ou à la promotion de certaines valeurs (telles les « semaines de l’égalité ») ». Car, ajoute-elle, « Les valeurs sont par définition des objets polémiques ».

C’est précisément ce qui va m’intéresser ici, à savoir la place que tient en particulier le thème de la « ségrégation » dans le registre de la dénonciation des initiatives pro-diversité ou anti-racistes, spécifiquement dans les universités, tel qu’il se déploie dans ces paniques morales. Une interjection souvent entendue en ce sens se résume ainsi à « Le Ku Klux Klan en a rêvé, les universitaires l’ont fait ! », reprenant la vieille accusation bien connue de « racialisme », selon laquelle dans une société largement post-raciste, les seules personnes faisant exister encore le racisme seraient d’une part quelques marginaux racistes en pleine débandade, et de l’autre un groupe bien plus dangereux, que seraient les antiracistes « obsédés de la race ».

Continuer la lecture

Où sont les femmes dans les médias scientifiques ?

Le texte ci-dessous est issu d’une communication présentée le vendredi 29 janvier 2021 à la journée « Femmes scientifiques à la Une ! Comment améliorer la représentation des femmes scientifiques dans les médias ? » organisée par Sciences et Médias à la BNF. 

Où sont les femmes dans les médias scientifiques ?

Quelques éléments de diagnostic quant aux représentations des femmes dans les médias scientifiques, avec une entrée par les produits culturels scientifiques destinés à la jeunesse.

L’enfance et la jeunesse sont en effet des moments cruciaux pour la formation des rapports aux sciences – le goût, l’intérêt, les aspirations… Tous les contenus qu’on fréquente et qu’on consomme à ce moment-là ont un impact fort sur la possibilité ou non de développer goûts et pratiques scientifiques.

Explorer la culture scientifique

La notion de « culture scientifique » permet de décrire l’ensemble des pratiques et objets culturels et de loisir liées aux sciences :

  1. les sorties : visites dans des musées, des centres de culture scientifique, technique et industrielle, des expositions… ;
  2. la lecture : sur papier ou écran (supports de vulgarisation ou médiation ou textes qui évoquent des personnages ou activités scientifiques) ;
  3. l’audiovisuel : émissions, vidéos en ligne… ;
  4. pratique amateur et ludique :  coffrets de chimie ou d’expériences, microscopes, télescopes, robots, maquettes, clubs et associations…

Le constat : minoration, invisibilisation et stéréotypisation des femmes

Lorsqu’on observe de près les contenus de cette culture scientifique jeunesse – on constate qu’elle est conçue à destination des garçons, et non des filles. Grâce aux enquêtes de corpus récentes, on peut identifier trois règles qui régissent la représentation des femmes :

  1. Une règle de minoration des femmes. Tous supports confondus, on y trouve représentés à peu près deux fois plus d’hommes que de femmes
  2. Une invisibilisation des femmes scientifique. L’écart sexué s’accroît pour le statut scientifique : les femmes de sciences sont presque invisibles dans les musées, manuels scolaires, magazines spécialisés, dessins animés…
  3. Une forte stéréotypisation. Lorsqu’elles sont présentes, les figures féminines sont souvent porteuses de stéréotypes. Ce sont des femmes passives, voire considérées comme des objets, et cantonnées aux domaines jugés féminins (la nature, la maternité, le soin de l’autre…).

Quelques exemple dans chaque catégorie pour illustrer ces phénomènes.

Continuer la lecture