L’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection sous la sellette : le gouvernement saisit la justice

En passant

Après de très longues années d’inaction et plusieurs inspections, le gouvernement rend public le rapport de l’Inspection général des affaires sociales au sujet de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infections, créé par Didier Raoult et publie un communiqué précisant que le procureur de Marseille est saisi au titre de l’article 40 du Code de la Fonction publique. Le rapport souligne à 9 reprises que des faits sont susceptibles de “qualification pénale”.

Viol et agressions sexuelles à Tours : l’inspection générale rend son rapport

Après les collages le 15 avril 2022 dénonçant un violeur dans les rangs de la Faculté de médecine, plusieurs articles de presse ont fait part des questionnements touchant à la protection dont aurait bénéficié un étudiant, au sortir dedeux mois de détention préventive, de poursuivre ses études de médecine à Limoges, dans un service de… gynécologie.

Extraits.

“En plein pandémie, nous refusons le sacrifice de la 1e génération des étudiant∙es en santé post-réforme”. Communiqué du collectif national PASS/LAS

Signez la péition : Réforme des études de santé : Nous voulons les Moyens promis!Pas de génération sacrifiée !

Dessin : Manon Wicky

#ResistESR

Étudiantes et étudiants de santé, c’est de la chair à pâté !

@lamanonette, février 2021

Étudiantes et étudiants en PACES n’obtiennent aucune réponse à faire l’objet d’un traitement équitable depuis mars 2020. Après avoir bâclé sa réforme, la Ministre Frédérique Vidal ne répond pas aux inquiétudes de la promo 2020. ,

#VidalDemission

Sur Academia

À Sinega Santhirarajah, étudiante à Sorbonne Université, in memoriam

La rédaction d’Academia adresse ses douloureuses condoléances à la famille et aux proches de Sinega Santhirarajah. Puisse l’étudiante reposer en paix

https://static.actu.fr/uploads/2021/01/sans-titre-47.png

Sinega Santhirarajah, étudiante en médecine à la Sorbonne s’est donnée la mort mercredi 13 janvier 2021. (©Sharuga Vishayamoorthy)

Suicide d’une étudiante en médecine de la Sorbonne à Paris : “Le Covid-19 l’a isolée”

Sinega Santhirarajah, étudiante en médecine à Paris, s’est suicidée mercredi 13 janvier 2021. D’après sa famille, les résultats de ses partiels seraient à l’origine de son acte.

« Depuis toute petite son rêve était de devenir chirurgienne. » Étudiante en médecine à la Sorbonne, à ParisSinega Santhirarajah s’est donnée la mort le mercredi 13 janvier 2021. Des messages retrouvés par sa famille dans son portable laissent penser que ses résultats du premier semestre sont à l’origine de son suicide. Témoignage de sa cousine.

Pour lire l’article sur le site d’Actu Paris →

Des messages retrouvés par sa famille dans son portable laissent penser que ses résultats du premier semestre sont à l’origine de son suicide. Témoignage de sa cousine.