Atteintes aux libertés d’expression et invisibilité médiatique. Bilan de la visite présidentielle sur le campus Paris-Saclay

Communiqué de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE 27 janvier 2021

La SMF souhaite alerter sur les événements survenus lors de la visite présidentielle sur le campus Paris-Saclay le 21 janvier 2021
Jeudi 21 janvier 2021, le Président Macron est venu célébrer le lancement du « plan quantique » sur le tout nouveau campus d’excellence Paris-Saclay. À l’occasion de cette visite, avait été prévue une rencontre avec quelques étudiants dans la maison des étudiants, à Bures sur Yvette.
Cet événement, et surtout l’échange avec les étudiants, a bénéficié d’une vaste couverture pour relayer les nouvelles annonces du Président au sujet des conditions de retour des étudiants à l’université.

La SMF souhaite alerter sur les événements survenus lors de cette visite sur le campus, et restées largement ignorés par les médias :

  • Une visite tenue secrète jusqu’à son annonce par les médias, la veille après-midi, à l’ensemble du personnel de l’université et de ses usagers.
  • Un cortège présidentiel d’une ampleur inégalée comportant de nombreuses rues et axes fermés à la circulation sur tout le campus, et un dispositif policier semblable aux encadrements des manifestations parisiennes : plus d’une centaine de cars garés autour des bâtiments d’enseignement, des policiers en casques et tenues de combat, un cordon sécuritaire à plusieurs centaines de mètres du lieu de présence du Président.
  • Des contrôles d’identités, photos et films des quelques collègues venus protester avec des banderoles, se déplaçant à pied sur le campus et retenus par la police à plusieurs centaines de mètres du lieu sécurisé, sans motif.
  • Des menaces de garde à vue de collègues en cas de refus de confiscation des banderoles repliées qu’ils avaient avec eux.
  • Des ordres d’expulsion du campus envers des collègues assortis de menaces de garde à vue.
  • Des contrôles et fouilles d’étudiants et destruction de pancartes et banderoles.
  • Encerclement et retenue, pendant plus de 2h d’un groupe d’une trentaine de collègues du campus venus manifester leur désaccord sur les politiques concernant l’ERSI.
  • Accompagnement sous escorte policière des manifestants à travers le campus et jusqu’à sa sortie après le départ du Président.

Il nous faut réfléchir aux conséquences des actes de la police sur un campus universitaire face à des collègues et étudiants venus pacifiquement avec des banderoles ainsi qu’au traitement de l’information choisie par les médias.

Alors que l’amendement ajouté au Sénat sur l’intention de nuire vient d’être censuré par le Conseil Constitutionnel, les agissements de la police envers les collègues sur le campus universitaire sont graves, et doivent être connus.

                                                                                             Pour la SMF, Mélanie Guenais

Du racisme dans le monde académique — Un exemple en mathématiques

Marissa Kawehi Loving est une jeune mathématicienne américaine. Originaire d’Hawaï (elle se présente comme kanaka maoli, le nom du peuple qui a quitté les îles Polynésiennes pour s’installer sur cette île il y a environ 800 ans), elle a soutenu sa thèse en 2019 à l’université de l’IIlinois (Urbana-Champaign). Elle est aujourd’hui visiting assistant professor à Georgia Tech, autrement dit, post-doc. Son parcours est assez emblématique d’une génération académique dont, malgré une grande précarité professionnelle, l’activité s’équilibre entre recherche, enseignement, diffusion de la science et engagement politique en faveur d’une plus grande diversité au sein des mathématiques.

Cet engagement, elle en témoigne dans son travail universitaire, sur sa page web (voir la section Required reading) mais aussi sur Twitter, où elle n’hésite pas à « monter en première ligne », par exemple pour dénoncer la dénomination choisie par l’American mathematical society (AMS) pour une bourse : “AMS Fellowship for a Black Mathematician”. Comme elle le dit, avec rage mais néanmoins humour :

Comme j’aimerais voir sur le CV des brillants profs senior les lignes « Bourse pour hommes blancs venant de famille riche », « Récompense pour hommes blancs disposant d’épouses à domicile qui organisent leur vie » & « Récompense pédagogique pour être un homme blanc respecté injustement »Tweet de @MarissaKawehi, 16 janvier 2021

Pour donner un peu plus de contexte aux lecteurs et lectrices d’Academia, le milieu mathématique américain a vu ces derniers mois l’éclosion d’un “mouvement inclusif” très vocal, notamment à l’occasion du congrès annuel de l’AMS en janvier 2020 et l’apparition d’un hashtag #DisruptJMM: ces jeunes chercheurs et chercheuses (beaucoup de chercheuses en effet) débutaient systématiquement leur présentation par une mention des territoires spoliés, des difficultés spécifiques aux minorités américaines, des conditions de travail…

Continuer la lecture

Comment enseigner à distance ? Comment transmettre le désir d’apprendre ? — Paroles de mathématiciens

https://www.flickr.com/photos/melolou/25214310831/in/photolist-Eq6Wa6-bCz4Q7-Cj5Goe-LdLdFv-4QNu9F-2Z2eU-4q2tuy-7Z3txW-dGDpEz-dQnLt-2EKPBo-6nY1Rh-4ACMkQ-3cp5t2-GhCPFy-2TTvtL-9E1oVF-gpjUX-bRtLo6-HEUJHG-e6kcEx-bvHkdn-Tvk6gw-8TrnyZ-4By2Sc-7AbkpJ-byjtFX-Gzcsm-EP2ajd-3uS6n-dcdPN-D5MP-A3QyAz-5KmSsC-6nPQge-2wtemo-6DM8aN-rbSE8E-dMVJB-qAPMUy-8beFLb-bBdYK-oTEe29-ac8g8-wBEHm-dTf9Q-4DrMuy-qoYoom-bvGwYz-c7dhoq

Étincelant hiver. Crédit: Louise Leclerc, 2016

« Étudier à distance fonctionne mal, voilà tout »

  • Tribune par Serge Cantat, initilalement publiée dans Le Monde,

Tribune. En janvier 2019, la revue Science publie un article de Justin Reich et José A. Ruipérez-Valiente. Leur but : analyser le succès des cours en ligne dispensés par l’université Harvard et le Massachussets Institute of Technology, cela à partir des données couvrant la période 2012-2018 et regroupant plus de cinq millions d’inscrits. Cinq millions et six cent trente mille, pour être plus précis.
Continuer la lecture

Cacher l’éléphant dans la pièce : la censure sociale des institutions scientifiques

  • par Clémence Perronnet, Université Catholique de l’Ouest

L’accès aux sciences intéresse beaucoup en ce moment et de nombreuses institutions posent la question des inégalités en sciences et techniques : comment les comprendre, et comment les réduire ? Mais il y a des réponses qu’elles n’ont pas du tout envie d’entendre1

Comme c’est mon sujet de recherche, je suis régulièrement sollicitée par des institutions d’éducation, de médiation ou de vulgarisation scientifique pour parler des inégalités en sciences. J’ai pu faire quelques constats sur leurs attentes et leur réception de mon travail.

Expliquer les inégalités en sciences : les « bonnes réponses »…

  • 1er constat : toutes les inégalités face aux sciences ne suscitent pas le même intérêt. C’est tout à fait légitime de parler des inégalités hommes/femmes (c’est-à-dire de la sous-représentation des femmes en sciences), mais les inégalités de classes sociales ou ethno-raciales passionnent tout de suite moins… Pourtant, on a besoin d’une approche intersectionnelle (croisant genre/classe/race au moins) pour comprendre les mécanismes qui entravent l’accès aux sciences de plusieurs groupes sociaux : les femmes, les classes populaires et les personnes ethno-racisées.

Continuer la lecture

  1. Texte adapté d’un fil Twitter du 15 mai 2020. []

Secrets of surface. Voir un film sur l’engagement mathématique de Maryam Mirzakhani (1977-2017)

Source: http://www.zalafilms.com/secrets/

Filmé au Canada, en Iran et aux États-Unis, Secrets of the Surface: The Mathematical Vision of Maryam Mirzakhani relate la vie et le travail mathématique de Maryam Mirzakhani, Iranienne ayant émigré aux États-Unis  et qui est devenue une superstar dans son domaine. En 2014, elle a été à la fois la première femme et la première Iranienne à recevoir la prestigieuses Médaille Fields.

Les contributions de Mirzakhani sont expliquées dans le film par de grand·es mathématicien·nes1  et illustrées par de courtes animations. Ses collègues mathématicien·nes du monde entier, comme ses enseignants, ses ancien·nes camarades d’école et étudiant·es, font sentir la profonde influence de son œuvre. Le chemin suivi pendant son éducation, son succès au sein de l’équipe iranienne des Olympiades mathématiques, font de Mirzakhani un modèle pour les filles qui souhaiteraient faire carrière en science et en mathétmatiques

Le film est en anglais, mais une version avec des sous-titres français est disponible.
Pour voir gratuitement le film à la date que vous choisirez, entre maintenant et le 15 mai. il faut s’enregistrer à ce lien
et vous recevrez par mail un lien.
Il est demandé par les associations organisatrices qui ont négocié l’offre avec la société distributrice  de ne pas communiquer le lien reçu à d’autres, mais de les encourager à s’enregistrer directement à la même adresse.
  1. À l’heure où je traduis ce billet, je n’ai pas encore vu le film, donc j’espère qu’il y aura quelques mathématiciennes. []

« Misère » et « salaires indignes » : l’Académie des sciences et la LPPR

Academia propose, dans le désordre, une lecture des textes ayant nourri la préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Après la CPU et le groupe de travail sur l’Attractivité des emplois et des carrières scientifiques, voici un billet sur des propositions qui ne concernent que les sciences mathématiques et naturelles émanant de l’Académie des sciences.

Examinons le premier texte soumis par une instance consultative prestigieuse — l’Académie des sciences — qui fait paraître sa Contribution le 15 mai 20191. Pour suivre notre ligne éditoriale, nous considérerons prioritairement les éléments touchant à l’emploi dans l’ESR. Précisons que l’Académie met une limite de taille à sa proposition :

La situation particulière des sciences humaines et sociales requiert évidemment des analyses et propositions spécifiques qui ne sont pas traitées ici, ces domaines ne relevant pas du périmètre des compétences de l’Académie des sciences.

Il reste à savoir si une autre Académie a fait des propositions indispensables pour nos disciplines en sciences humaines et sociales, trop souvent ignorées par des responsables politiques qui n’en sont pas issus.

Présentation à l’Académie des sciences, extrait de La Grosse bête de Monsieur Racine, par Tomi Ungerer, Ecole des loisirs, janvier 1972

Document de 13 pages et de 5 pages d’annexes, il est le résutat des travaux d’une  commission composée de 17 hommes membres et 2 femmes2. Structuré selon les demandes formulées par le Premier MInistre (1. Recherche sur projet, financement compétitif et financement des laboratoires ; 2 :Attractivité des emplois et des carrières scientifiques ; 3. Innovation et recherche partenariale), ce document intéresse Academia pour les aspects qui touchent l’emploi et ce que le gouvernement nomme « l’attractivité » – et qui pour l’essentiel touche aux conditions de travail et de rémunération.

Dans son introduction (p. 4), l’Académie insiste sur l’importance de cette question de l’emploi et des conditions de travail.

Une perte d’attractivité

Malgré ce contexte d’évolutions plutôt positives, il n’en reste pas moins que le système de recherche français souffre d’une perte continue d’attractivité aussi bien auprès de nos meilleurs étudiants que des étudiants étrangers et des chercheurs français et étrangers, juniors et seniors.

Continuer la lecture

  1. En espérant pouvoir approfondir la lecture dans un avenir proche. []
  2. Le sex ratio est très bas à l’Académie des sciences : https://www.academie-sciences.fr/fr/Table/Listes-par-ordre-alphabetique/Liste-des-membres-de-l-Academie-des-sciences . []

Vices et vertus de la mobilité : débats mathématiques

Academia, carnet consacré aux sciences humaines et sociales (SHS), s’intéresse aujourd’hui au débat lancé par Olivier Garet et Barbara Schapira à la suite de la publication par le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interactions (INSMI) du CNRS, Pascal Auscher, qui précise que « l’objectif de la mission nationale est de maintenir l’école mathématique française au meilleur niveau international. Se pose donc la question de comment faire. Une réponse est la mobilité dans les recrutements ». La réponse de ces deux mathématicien-ne-s mérite que les acteurs des SHS s’y arrêtent. Ils ont aimablement autorisé Academia à le reproduire : nous les en remercions.

La mobilité heureuse*

https://www.flickr.com/photos/maddzakk00/8190818862/in/photolist-dtN65S-23U6TLP-8CCUAM-Yjw11E-fvbUAA-QoziLg-nEAc1s-dL73X3-6iH4vS-Zv3AvU-4VBaTN-28XxCNn-shrxFX-dZ8VJ9-itAyDC-28EaZ62-e4PUJN-95aWhh-25HyWb1-f5byka-cRDnMb-6uH1Ji-8xTuvp-itYr2P-XD5nKK-HeKYuu-dC5a4t-3PuKxJ-nqUtuC-qTfHUM-r529Ld-7S1UHi-bCL6w7-Y63xzT-JJJBB-6xtA7-aXRLSz-bwPtxf-9ZD2cp-23QuUcK-ki19r-qEAs3p-fXoHEG-8A7THS-ao8qFJ-f95kos-SKMs19-5CMLuR-fKq4CL-opSeGF

Train And I was waiting, by Zakk Chaibi, 2012

 

par Olivier Garet et Barbara Schapira

février 2019

*La « maternité heureuse » est l’ancêtre du planning familial

 

Préambule : Nous1 écrivons cette tribune en réaction à un texte de Pascal Auscher, directeur de l’INSMI (Institut de Mathématiques au CNRS). Ce texte, intitulé Position de l’Insmi sur la mobilité au recrutement en Mathématiques2 , a été diffusé dans les laboratoires de mathématiques en janvier 2019.

Le texte de l’INSMI réaffirme avec force sa volonté d’imposer la pratique de la communauté mathématique consistant à promouvoir les MCF et CR en PR et DR uniquement en mobilité, c’est-à-dire dans un autre laboratoire que là où ils exercent au moment de leur promotion. Il y voit un élément important pour la défense des postes en mathématiques.

Ce texte, s’il constitue un simple rappel d’évidences pour certains collègues3 , en a choqué d’autres. Nous souhaitons dans cette tribune nous opposer à ce point de vue, et discuter la notion de mobilité au sein de la communauté mathématique.

La mobilité et le non-recrutement local, de quoi s’agit-il ?

Ne boudons pas notre plaisir de mathématiciennes4 , définissons les termes employés.

Le Larousse propose « Mobilité = changement de lieu de résidence ou d’activité économique ». Dans la vision dominante au sein de la communauté mathématique française, rappelée par l’INSMI, la « mobilité » sous-entend changement de laboratoire lors d’un premier recrutement sur un poste permanent ou lors du passage de rang B à rang A. En particulier, cette « mobilité » suivant l’INSMI n’implique pas forcément de changement de lieu de résidence pour les franciliens5 . D’autre part, cette « mobilité » ne concerne pas les collègues cherchant à changer de laboratoire du fait d’un changement de résidence familiale passé ou futur (mutation pour rapprochement familial).

Continuer la lecture

Les femmes restent sur le seuil de l’Université: bilan de la campagne de recrutement 2012

Source: Observatoire de l'emploi scientifique, rapport 2009, p. 72 et 74

Source: Observatoire de l’emploi scientifique, rapport 2009, p. 72 et 74

Baptiste Coulmont vient de proposer une analyse du « Portrait des recrutements universitaires » sur son blog, à partir de l’analyse « Campagne de recrutement et d’affectation des maîtres de conférences et des professeurs des universités. Session 2012 « , mis en ligne en juin 2013 DGRH-A1 du Ministère de l’enseignement supérieur.

Le sociologue en tire plusieurs analyses intéressantes sur l’âge moyen des recrutements Mcf et PR, qu’il désagrège pour établir des dynamiques de carrière par discipline – et reprend une conclusion du rapport sur la mobilité des McF parisiens qui partent en province quelques années comme PR, avant de rentrer en région parisiennne.

Un fil d’analyse touche à la place des femmes dans ce recrutement 2012 et établit les différentes formes de discrimination à l’oeuvre.

Continuer la lecture

Les publications en mathématiques

Pour information, et parce qu’il est toujours intéressant de regarder vers les autres disciplines (on dit d’ailleurs que les maths seraient, des non SHS, les plus proches), une journée de réflexion organisée par la Société mathématiques de France sur la question des publications: « Quel avenir pour les publications mathématiques?« .

Elle est ouverte à tous.

Le localisme selon les mathématiciens: ou comment changer les pratiques

Le recrutement local, problème posé en sciences humaines et sociales, n’existe plus en mathématiques, qui ne recrutent plus, ni n’auditionnent plus des candidats MCF ayant fait leur thèse dans l’Université qui recrute.

Cela n’a pas été sans débats, et pose encore problème, comme nous l’apprend Catherine Goldstein (Theuth, 17/5/2012), et il semble que cela ait été défini collectivement par la pratique, et non par des textes.
http://images.math.cnrs.fr/Le-recrutement-local.html
http://images.math.cnrs.fr/Le-recrutement-des-maitres-de.html

Recrutement des femmes en sciences humaines au regard des mathématiques

Le recrutement des femmes en mathématiques serait-il moins discriminatoire ? A tout le moins, le problème s’y trouve posé plus clairement qu’en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture